Les retombées politiques de la débâcle des vaccins en Europe commencent à faire surface

Le président français Emmanuel Macron visite un centre d'appel de la sécurité sociale française dédié à la vaccination contre la Covid-19, le 29 mars 2021 à Créteil, en dehors de Paris. (Photo, AFP / POOL / Ludovic Marin)
Short Url
Publié le Dimanche 04 avril 2021

Les retombées politiques de la débâcle des vaccins en Europe commencent à faire surface

  • L’alliance de l’UCD et l’Union sociale chrétienne (USC) décidera formellement de son candidat à la chancelière au cours des mois d'avril et mai, avant les élections législatives de septembre
  • Actuellement, les deux piliers de l'ordre établi européen se retrouvent véritablement assiégés

Un de mes adages préférés sur le risque politique vient de la comédie loufoque de 1936 «My Man Godfrey» (Mon homme Godfrey), lorsque William Powell raconte pourquoi son personnage est devenu une graine. De manière révélatrice, il explique: « Il est surprenant de voir à quelle vitesse vous pouvez vous détériorer lorsque vous commencez à vous sentir désolé pour vous-même ». Selon cette norme sage, étant donné que leur manque fondamental de compétences a été découvert par la débâcle du déploiement des vaccins, les élites européennes sont allées très loin dans le néant. Pour ce qui est de l’euphémisme de l’année peut-être, le président français Emmanuel Macron l’a tristement exprimé cette semaine: « Nous n’avons pas été assez rapides ».

Les retombées du risque politique en raison de ce coup dur politique titanesque auto-infligé ne font que commencer à faire surface. Cela constituera la toile de fond d’une politique européenne de plus en plus instable à moyen terme, car le risque politique a considérablement augmenté chez les deux grands acteurs politiques du continent: l’Allemagne et la France. Pour Macron, la débâcle met sa réélection en péril. Et, pour l'Union chrétienne-démocrate (UCD) de centre-droit au pouvoir depuis longtemps, sa domination sur la politique allemande ne peut plus être tenue pour acquise.

Tout cela découle naturellement des échecs politiques flagrants dont les élites européennes ont fait preuve au cours de ces derniers mois tourmentés. Actuellement, les deux piliers de l'ordre établi européen se retrouvent véritablement assiégés. La chancelière allemande sortante Angela Merkel a peut-être dit plus qu’elle ne le savait lorsqu'elle a récemment déclaré que lutter contre la pandémie constituait le « grand test décisif » des capacités de l’UE. C'est un test que l’UE est en train de perdre visiblement.

Les conséquences du risque politique de cet échec historique ne se sont pas fait attendre. À la fin du mois de mars, les sondages allemands ont révélé que l’UCD, au pouvoir depuis longtemps, avait vu son avance sur les Verts de centre-gauche réduite de 20 points plus que confortables à seulement deux points (l'alliance de l’UCD et l’Union sociale chrétienne a 25% de soutien, les Verts 23% pour cent). Les frustrations suscitées par la réaction ratée à la pandémie expliquent entièrement ce séisme politique soudain.

Le nouveau chef de la CDU, le profondément impharismatique Armin Laschet, a vu le soutien à son leadership chuter, alors même qu'il a réussi à se mêler à une dispute publique sur la politique de lutte contre les coronavirus avec une Merkel toujours populaire. Le nouveau chef de la CDU, le profondément impharismatique Armin Laschet, a vu le soutien à son leadership chuter, alors même qu'il a réussi à se mêler à une dispute publique sur la politique de lutte contre les coronavirus avec Merkel toujours populaire.

« Les frustrations suscitées par la réaction ratée à la pandémie expliquent entièrement ce séisme politique soudain »

Dr. John C. Hulsman

Étant donné que Laschet n'a été confirmé en tant que chef de l’UCD que par un millier de fonctionnaires du parti triés sur le volet, un processus à peine démocratique sur lequel Merkel et l'ordre établi du parti ont insisté pour pouvoir contrôler le résultat, le manque de légitimité politique de Laschet le rend vulnérable à ce moment précis de la crise politique.

L’alliance de L’UCD et l’Union sociale chrétienne (USC) décidera formellement de son candidat à la chancelière au cours des mois d'avril et mai, avant les élections législatives de septembre. Compte tenu de la débâcle du déploiement des vaccins contre la Covid-19 et de la crise politique qu'elle a engendrée pour l’UCD, il n'est plus certain que Laschet reçoive sans effort le soutien électoral de l’UCD/ USC, comme on s'y attendait. Avec les Verts qui sont toujours sur le dos de l’UCD - et avec une coalition des Verts, les rouges (le SPD de centre-gauche) et les jaunes (le FDP de centre-droit) soudainement une alternative possible au maintien de la règle de l’UCD, la politique allemande endormie vient de se réveiller.

Également en raison du risque politique provoqué par la débâcle du déploiement des vaccins, Macron n'est plus le candidat à la réélection que les commentateurs européens complaisants ont supposé pendant si longtemps. Un sondage Harris Interactive début mars ne lui a attribué que six points de pourcentage d'avance sur son probable challenger, la candidate populiste d'extrême droite Marine Le Pen, en termes de préférences de vote au deuxième tour, de 53 à 47%.

De manière frappante, le déclin de Macron dans les sondages est entièrement dû au fait que les électeurs français de gauche ne sont plus prêts à voter sans enthousiasme pour lui afin de maintenir un candidat majoritaire au pouvoir aux dépens de l'extrême droite. Le «Front républicain», qui a jusqu'à présent gardé à la fois les deux candidates de l'extrême droite Jean-Marie Le Pen et sa fille de la présidence lors d'élections successives depuis 2002, est en train d’agoniser. Compte tenu des mois frustrants à venir pour la France avec un confinement prolongé et de tous les coûts sociaux et économiques que cela laisse présager, politiquement Macron est clairement aussi vulnérable face à Le Pen qu'il ne l'a jamais été.

Bien sûr, il y a un long chemin à parcourir jusqu'aux élections allemandes de septembre de cette année et même jusqu’à la course à la présidentielle française d'avril-mai 2022. Il est également vrai qu'à l'automne, sauf autre imprévu, presque tous les adultes en Allemagne et en France auraient dû être enfin vaccinés. Il y a aussi peu de doute qu'une ruée vers une reprise économique mondiale due à une demande réprimée se déclenchera à mesure que le monde s'ouvre. Ces deux facteurs structurels sont de très bon augure pour l’ordre établi européen capable de surmonter ses horribles erreurs de pandémie et de continuer à gouverner. Cependant, étant donné les erreurs politiques massives des derniers mois, il suffirait d'une seule erreur grave de plus en France ou en Allemagne pour que l’ordre établi européen tel que nous le connaissons subira une défaite sans précédent. Le risque politique que connait l’Europe ces jours-ci n’a pas été constaté depuis des décennies.

 

                Le Dr John C. Hulsman est président et directeur associé de John C. Hulsman Enterprises, une importante firme mondiale de conseil en risques politiques. Il est également chroniqueur principal pour City AM, le journal de la ville de Londres. Il peut être contacté via chartwellspeakers.com.

 

Les opinions exprimées par les écrivains dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Arab News

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com