Le levant en tant que toile unique et indivisible

Selon l'auteur, l'avenir appartient malheureusement aux extrémistes de tout bords, alors que la population civile payent le prix fort durant les conflits. (Photo, AFP)
Selon l'auteur, l'avenir appartient malheureusement aux extrémistes de tout bords, alors que la population civile payent le prix fort durant les conflits. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 25 mai 2021

Le levant en tant que toile unique et indivisible

  • Israël et le Hamas ont émergé de la guerre avec deux victoires, ou du moins c'est ce qu'ils annonceront haut et fort
  • L'Etat hébreu tombera sous l'emprise de l'extrême droite, alors que le Hamas gagne du terrain en Palestine, et avec lui ses idées et son modèle

Qu’ils aient été d’accord sur leur désaccord ou pas, Israël et le mouvement « Hamas » ont émergé avec deux victoires, ou du moins c'est ce qu'ils annonceront haut et fort. Israël dit, et dira de plus en plus, qu’il a détruit l’infrastructure du terrorisme en tuant certains chefs militaires et autres experts techniques du Hamas, ainsi qu’en détruisant les tunnels et les centres d’assemblage de missiles. Le Hamas, à son tour, dit, et dira de plus en plus, que ses roquettes se sont avérées meilleures qu'elles ne l'étaient lors de la guerre de 2014 et qu'elles ont désormais une portée plus longue, et qu'il a réussi à envoyer les Israéliens jours et nuits dans des abris anti-bombes et, surtout, le centre d'Israël n'en était pas épargné.

« La lutte contre le terrorisme » et l'exploitation de l'antisémitisme seront la bannière et le prétexte des Israéliens. «Honneur», «dignité», «volonté» et «mosquée Al-Aqsa» seront les slogans brandis par la rhétorique du Hamas. Les Israéliens se concentreront sur les positions des gouvernements du monde qui les soutiennent, en particulier en Occident. Le peuple du Hamas se concentrera sur la solidarité des peuples du monde qui les soutiennent.

Cela ne veut pas dire que les mots des deux côtés ne sont que des mots. En effet, comme l'ont indiqué un certain nombre de commentateurs et d'observateurs, Israël, avec ou sans Netanyahou, tombera sous l'emprise de l'extrême droite, et son langage sera dominé par une rhétorique victorieuse. Pendant une période qui peut être longue ou courte, ses jeunes politiciens se feront concurrence pour présenter cette guerre comme une raison suffisante en elle-même pour empêcher tout règlement avec les Palestiniens. L'approche israélienne, qui a commencé il y a plus de deux décennies, et qui signifie «soyez plus extrémiste, vous gagnerez», gagnera, jusqu'à nouvel ordre, plus de popularité et se renforcera.

D'autre part, on s'attend à ce que le Hamas gagne du terrain en Palestine, et avec lui ses idées et son modèle, à la lumière de la déchéance croissante frappant l'autorité de Ramallah et de l’OLP, qui, avant le déclenchement de la dernière guerre, a commis le péché d'annuler les élections générales. Et le Hamas, on le sait, est en concurrence avec le Hezbollah dans l'ingéniosité de proclamer les victoires divines qui correspondent aux promesses divines contre les juifs ultra-orthodoxes.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Mohamed Dahmani : Tazeqqa, l’histoire de la maison traditionnelle

«Nous avons découvert des ‘musées à ciel ouvert' (Photo, El Watan).
«Nous avons découvert des ‘musées à ciel ouvert' (Photo, El Watan).
Short Url
  • C’est le résultat d’une quarantaine d’années de quête
  • Le Pr Dahmani parle de la chaîne opératoire de la construction de Tazeqqa

Le professeur d’économie à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, Mohamed Dahmani, actuellement en retraite active, vient de publier un nouvel ouvrage intitulé Tazeqqa. Des origines à son extinction, sorti aux éditions Achab. 

C’est le résultat d’une quarantaine d’années de quête, de sorties sur le terrain, de fixation sur des clichés argentiques d’un millier de villages des massifs du Djurdjura, des Babors, du Guergour et des Bibans. 

«Nous avons découvert des ‘musées à ciel ouvert’», précise l’auteur pour décrire un précieux capital patrimonial. Il  cite, entre autres, les maisons traditionnelles de Tizi Ghenif, de Maâtkas, des Ath Zmenzer, des Ouadhias et des Ath Aïssi. «Tazeqqa est construite avec des matériaux locaux, matériels n’ayant subi aucune transformation et qui sont tous extraits ou produits localement (la terre, le bois, le roseau, le diss, les tuiles, le chaume, la chaux…) », souligne le chercheur. 

Tout en rappelant les études  déjà réalisées par d’autres auteurs sur Tazeqqa, le Pr Dahmani a parlé également de la chaîne opératoire de la construction de Tazeqqa qui devient, lit-on dans la même publication, comme un procédé simple où tout est à portée de main de la matriarche.  Le livre est appuyé de photos de maisons traditionnelles de différentes régions de Kabylie comme celles d’Iflissen Umelil, du littoral.  

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Des chiffres ahurissants !

Une femme mange un sandwich préparé par un vendeur de rue tunisien (Photo, AFP).
Une femme mange un sandwich préparé par un vendeur de rue tunisien (Photo, AFP).
Short Url
  • La sécurité alimentaire ne se limite pas à la question de la faim
  • La proportion des Tunisiens touchés par la pauvreté, ne cesse d’augmenter

Les chiffres font froid dans le dos. Ils brossent un sombre tableau. Beaucoup des Tunisiens vivent au bord de l’insécurité alimentaire. Plus de 12 %, soit l’équivalent de 1,5 million de personnes, en sont sérieusement menacées.

Plus encore, la proportion des Tunisiens touchés par la pauvreté, ne cesse d’augmenter. Les personnes qui ne mangent pas à leur faim, qui restent un ou deux jours sans manger, qui n’ont pas de quoi nourrir leurs familles, ou encore celles dont la perte du pouvoir d’achat suscite de vives inquiétudes, toutes ces personnes sont facilement repérables dans la société tunisienne. Ce sont là les symptômes d’un mal profond et qui reflètent une inflation qui, tout en grimpant plus vite que les salaires, atteint au mois de juillet son plus haut niveau depuis 31 ans. Des symptômes qui nuisent aussi à la capacité productive de l’économie.

La sécurité alimentaire ne se limite pas à la question de la faim, mais aussi et surtout à celle de la qualité. Le même rapport indique que le coût d’une alimentation saine par personne et par jour a atteint 3,639 dollars en Tunisie. Le nombre de Tunisiens n’ayant pas les moyens de s’offrir une alimentation saine est passé à 2,4 millions de personnes.

Il faut dire que dans un contexte défavorable, marqué à la fois par la pénurie des produits de base et par la flambée des prix, et aggravé par la guerre en Ukraine qui a visiblement modifié la physionomie des échanges, de la production et de la consommation, la Tunisie n’est pas le seul pays à perdre du terrain dans sa lutte contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes leurs formes. Les efforts déployés s’avèrent insuffisants et la situation risque de s’amplifier, notamment avec les échecs successifs des politiques adoptées par les différents gouvernements qui se sont succédé depuis 2011.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Warner Bros annule le film «Batgirl» réalisé par Adil El Arbi et Bilall Fallah

Cependant, le studio souhaite à nouveau travailler avec l'actrice vedette Leslie Grace, ainsi qu'avec Adil El Arbi et Bilall Fallah (Photo, Le Matin).
Cependant, le studio souhaite à nouveau travailler avec l'actrice vedette Leslie Grace, ainsi qu'avec Adil El Arbi et Bilall Fallah (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Batgirl met en scène pour la première fois dans un film live action les aventures de la célèbre super-héroïne
  • Le rapport indique que les réactions au spin-off de Batman ont été si mauvaises que Warner Bros a décidé d'abandonner le film

Mauvaise nouvelle pour Adil El Arbi et Bilall Fallah. Le film “Batgirl” réalisé par le duo marocain ne sortira pas dans les salles. La société de production Warner Bros a décidé de son annulation.

Très attendu par les fans de DC Comics, Batgirl met en scène pour la première fois dans un film live action les aventures de la célèbre super-héroïne.

Selon les informations du New York Post, le tournage de Batgirl s’est terminé en mars et le projet avait fait l'objet de projections test avec le public. 

Le rapport indique que les réactions au spin-off de Batman ont été si mauvaises que Warner Bros a décidé d'abandonner le film.

La société de production se concentre fortement sur les superproductions sur grand écran qui sont considérées comme des "grands films d'événements théâtraux", et le studio ne voit pas Batgirl comme ce genre d’événement.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.