L’efficacité de l’action

Des membres de la sécurité israélienne détiennent un manifestant palestinien à la porte de Damas à Jérusalem (Photo, AFP).
Des membres de la sécurité israélienne détiennent un manifestant palestinien à la porte de Damas à Jérusalem (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 06 août 2022

L’efficacité de l’action

  • Autre question qui fédère et continue de le faire, cette fois-ci, les justes de l’humanité: la Palestine
  • Le peuple palestinien a droit à une vie digne dans un Etat libre

Aiguiser le sentiment identitaire a été pendant de longues décennies un filon porteur pour les leaders arabes. En opposition à l’envahisseur ottoman et au colonisateur occidental, un front savamment entretenu a mobilisé les foules, flatté le sentiment d’appartenance et une certaine fierté qui auraient pu devenir un catalyseur puissant pour l’édification des nations. Or, consommé à outrance par des régimes omnipotents, le nationalisme sert davantage à manipuler les peuples et détourner leur attention des échecs de leurs gouvernants. Incompétents, corrompus, dictatoriaux, dont on constate aujourd’hui les conséquences de leurs choix politiques, économiques et sociaux désastreux, ces chantres du nationalisme arabe ne quittent le pouvoir, pour la plupart, que renversés ou tués.

Autre question qui fédère et continue de le faire, cette fois-ci, les justes de l’humanité: la Palestine. Le peuple palestinien a droit à une vie digne dans un Etat libre. Mais qu’ont fait ses dirigeants pour ce faire ? L’actuel président, Mahmoud Abbas, 87 ans, est aux commandes depuis 2005.  17 ans au pouvoir ! La victoire électorale du mouvement islamiste Hamas une année plus tard change la donne. Les rivalités entre Fatah et Hamas tournent à la confrontation armée, causant la mort de plusieurs centaines de Palestiniens. A ce jour, la démocratie est à l’arrêt. Pas d’élections législatives ni présidentielle depuis 2006. Au lieu d’unir leurs forces, rencontrer les puissants de ce monde, nouer des alliances, négocier, défendre leur cause, les dirigeants palestiniens n’ont cessé de s’entretuer pour des bouts de terre et de pouvoir. Et  à l’image de leurs homologues arabes, ils s’accrochent à leurs fauteuils, sans oublier de prélever des marges importantes des aides fournies, notamment par les pays du Golfe, Etats et particuliers, et par les Européens. Les Palestiniens, eux, sont doublement condamnés par l’occupant israélien et par leurs dirigeants. L’autorité palestinienne autant que les chefs du Hamas ne tolèrent aucune voix critique et le font savoir. Les opposants politiques sont systématiquement réduits au silence. Si la solidarité avec le peuple palestinien doit être totale, comment est-il possible, en l’état, que le monde prenne au sérieux ses dirigeants ? Troisième fibre sensible qui agite aujourd’hui l’opinion arabe et l’occupe, «la normalisation». Faisant référence à l’établissement de relations diplomatiques avec Israël. Et pourtant, en ordre dispersé, plusieurs Etats arabes, et non des moindres, ont choisi un timing précis pour l’annoncer et leurs propres marches à suivre.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Retour sur l'attaque au couteau contre Salman Rushdie

L'auteur britannique Salman Rushdie (Photo, AFP).
L'auteur britannique Salman Rushdie (Photo, AFP).
Short Url
  • Le journal iranien Kayhan a félicité Hadi Matar pour son acte odieux
  • De nombreuses personnalités, iraniennes et arabes, ont également exprimé leur joie

Peu importe que le romancier Salman Rushdie ait été poignardé ou non conformément à la vieille fatwa de Khomeini. Le journal iranien Kayhan a félicité Hadi Matar pour son acte odieux, lui conférant la légitimité khomeiniste dérivée de cette fatwa. Même le "diplomate" iranien Le journal iranien Kayhan a félicité Hadi Matar pour son acte odieux, a tweeté dans le même sens.

De nombreuses personnalités, iraniennes et arabes, ont également exprimé leur joie après à l'attaque au couteau et ont insisté sur le fait que si Matar ne l'avait pas fait, ils auraient été prêts à faire ce qu'il a fait. L'une des idées absurdes répétées dans leurs exaltations était de considérer que l'attaque avait vengé le commandant de la "Force Al-Qods" Qassem Soleimani, accordant à l'attaque une signification politique et "stratégique" qui se rajoute aux justifications disponibles pour ceux qui en cherchent.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Le braconnage: Un crime organisé ?

Le braconnage n’est pas pratiqué en cachette en Tunisie (Photo, La Presse).
Le braconnage n’est pas pratiqué en cachette en Tunisie (Photo, La Presse).
Short Url
  • Les braconniers continuent de chasser hors saison sans respect des législations en vigueur
  • Le braconnage constitue une vraie menace pour de nombreuses espèces animales en voie de disparition en Tunisie

Bien que les périodes et les modalités de chasse soient fixées par la loi en Tunisie, les braconniers continuent de chasser hors saison sans respect des législations en vigueur, ce qui a détruit la quasi-totalité des espèces animales sauvages. Cela constitue aussi une violation flagrante des principales conventions internationales.

Le braconnage constitue une vraie menace pour de nombreuses espèces animales en voie de disparition en Tunisie et une violation flagrante des principales conventions internationales, dont les plus importantes sont la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction dite ‘’Cites’’, la Convention africaine pour la conservation de la nature et de ses ressources adoptée en Algérie en 1975, et la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe conclue en Suisse le 19 septembre 1979, en plus de la législation nationale, notamment les articles du Code forestier relatif à l’organisation du secteur de la chasse et la préservation de la vie sauvage, dont le plus important est l’article 166, qui stipule que « Nul ne peut se livrer à la chasse sauvage que pendant la période de son ouverture légale et sur tout le territoire de la République ».

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


79e Mostra de Venise: Le film marocain «Queens» en clôture de la compétition de la Semaine de la critique

Le film marocain «Queens» sur grand écran à la Mostra de Venise (Photo, Le Matin).
Le film marocain «Queens» sur grand écran à la Mostra de Venise (Photo, Le Matin).
Short Url
  • La compétition «Semaine de la critique» clôturera avec le film marocain «Queens» réalisé par Yasmin Benkirane
  • Venise accueille la 79e édition de son festival, du 31 août au 10 septembre 2022

Venise accueille la 79e édition de son festival, du 31 août au 10 septembre 2022. Dans la compétition «Semaine de la critique», neuf films seront en lice, dont «Queens» (Reines) de la Marocaine Yasmine Benkiran.

La compétition «Semaine de la critique», se déroulant dans le cadre des activités de la Mostra de Venise, sera lancée avec le film français «Trois nuits par semaine», réalisé par Florent Guillot, et prend fin avec le film marocain «Queens» réalisé par Yasmin Benkirane, avec un casting de Nisrin Erradi, Nisrine Benchara, Rayhan Guaran, Jalila Talemsi, Hassan Badida, Yuness Chara, Salima Benmoumen, Salman Hourma, Abdelhak Saleh, Abderrahim Tamimi et Hamid Nider. Le film «Queens» tourne autour de trois personnages féminins, dont la jeune Asma. Selon la réalisatrice, «Reines» interroge différentes figures féminines d’une époque non révolue. Asma est face à un choix : rester sagement obéissante dans une effigie de vierge pure ou bien s’émanciper en connaissant une certaine forme d’opprobre ? Un choix qui se fait dans l’urgence, un choix non réfléchi, plus fort qu’elle, qui la fait basculer de l’autre côté.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.