Le Liban consterné par les images de travailleurs libanais et syriens battus

Les images choquantes montrent également des traces de torture sur les corps des jeunes hommes (Photo, réseaux sociaux).
Les images choquantes montrent également des traces de torture sur les corps des jeunes hommes (Photo, réseaux sociaux).
Short Url
Publié le Vendredi 24 juin 2022

Le Liban consterné par les images de travailleurs libanais et syriens battus

  • Les familles des hommes maltraités ont révélé que l'employeur avait accusé les travailleurs d'avoir volé de l'argent
  • «Nous refusons d'être liés à cet acte individuel inacceptable», a déclaré le parti des Forces Libanaises

BEYROUTH: Des vidéos diffusées par des militants sur les réseaux sociaux mercredi montrent un jeune homme frappant des travailleurs libanais et syriens employés pour cueillir des cerises sur ses champs à Majdel Akoura, dans le nord du Liban.
Les images choquantes montrent également des traces de torture sur les corps des jeunes hommes, qui ont été filmés alors qu'ils imploraient la pitié.
Les familles des hommes maltraités, originaires de villages voisins frappés par la pauvreté, ont révélé que l'employeur accusait les travailleurs d'avoir volé de l'argent, une montre-bracelet et des lunettes de soleil après quatre jours de travail pour lui, afin de pouvoir s'en tirer sans payer leur salaire.
L'employeur aurait fait appel à ses amis qui ont forcé les travailleurs à se déshabiller, leur ont mis des pommes de terre dans la bouche et les ont battus avec des fils électriques, puis ont filmé ces sévices.
Beaucoup de personnes ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux, notamment les associations concernées par les droits de l'homme, les droits des travailleurs et les réfugiés syriens. Les activistes ont exigé que les forces de sécurité mènent rapidement une enquête afin que les personnes qui y ont participé rendent des comptes.
Les habitants de Fnaidek ont bloqué la route d’Al-Abdeh près du poste de police, dénonçant l'attaque contre leurs fils et exigeant l'arrestation des auteurs.
Les responsables de Fnaidek ont confirmé que les travailleurs torturés dans les vidéos étaient des jeunes hommes de la ville et des Syriens travaillant à Jbeil.
Après que les vidéos sont devenues virales sur les réseaux sociaux, la Direction générale des Forces de sécurité intérieure a déclaré qu’«une personne au poste de police d'Akoura avait affirmé lundi que plusieurs de ses employés avaient volé une somme de 100 millions de livres libanaises (62 220,36 euros), et l'affaire a été transférée à la police judiciaire. Après la diffusion des vidéos de torture, les Forces de sécurité intérieure (FSI) a lancé une enquête et émis un ordre pour faire comparaître la personne concernée afin qu’elle témoigne».
Le chef de la commission parlementaire des droits de l'homme, le député Michel Moussa, a déclaré que «les pratiques odieuses de torture appellent une condamnation absolue. Nous exigeons l'arrestation des auteurs de ces actes qui violent les lois et les normes humaines, et portent atteinte à la dignité des personnes.»
«Ce que nous avons vu à Majdel Akoura contre le peuple du Akkar et les frères syriens est similaire aux actes de l'État islamique», a tweeté le secrétaire général du Courant du Futur, Ahmad Hariri.
Ce dernier a appelé les autorités «à prendre des mesures urgentes pour que l'auteur de cet acte méprisable devienne un exemple pour ceux qui se permettent de porter atteinte à la dignité des gens et de torturer brutalement d'autres personnes. Nous apprécions les efforts des habitants des deux régions pour rester calmes».
Une déclaration des Forces libanaises a révélé que l'auteur du crime est affilié au parti. Les FL ont condamné ses actions et ont affirmé que son adhésion était suspendue jusqu'à ce que les enquêtes officielles soient terminées.
«Nous refusons d'être liés à cet acte individuel inacceptable», a déclaré le parti des Forces Libanaises.
Dans une déclaration, le mufti de Jbeil, cheikh Ghassan al-Luqais, a condamné «l'attaque contre les habitants d'une zone considérée comme une oasis de sécurité, de paix et de coexistence entre différentes sectes. Ils sont venus dans la région de Majdel Akoura pour gagner leur vie, croyant qu'ils sont les fils d'un seul pays».


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi de Bahreïn rencontre le ministre saoudien des Affaires étrangères

Le roi du royaume de Bahreïn rencontre le ministre saoudien des Affaires étrangères à Manama. (Photo fournie)
Le roi du royaume de Bahreïn rencontre le ministre saoudien des Affaires étrangères à Manama. (Photo fournie)
Short Url
  • Le prince Faisal a transmis les salutations du roi Salmane et du prince héritier Mohammed ben Salmane au roi de Bahreïn et à son peuple frère, leur souhaitant progrès et prospérité continus
  • Les deux dirigeants ont discuté des relations bilatérales, des enjeux pertinents pour le monde arabe et musulman, ainsi que des développements régionaux

MANAMA: Le roi Hamad de Bahreïn a reçu dimanche le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Salmane, au palais Al-Sakhir à Manama.

Le prince Faisal a transmis les salutations du roi Salmane et du prince héritier Mohammed ben Salmane au roi de Bahreïn et à son peuple frère, leur souhaitant progrès et prospérité continus.
De son côté, le roi Hamad a transmis ses salutations et sa gratitude au roi Salmane et au prince héritier, souhaitant davantage de progrès et de prospérité à l’Arabie saoudite et à son peuple.

Les deux dirigeants ont discuté des relations bilatérales, des enjeux pertinents pour le monde arabe et musulman, ainsi que des développements régionaux. La réunion s’est déroulée en présence du prince Sultan ben Ahmed, ambassadeur de l’Arabie saoudite auprès du royaume de Bahreïn.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Maroc: La police s’équipe de lassos éjectables

Lassos immobilisants commercialisés par Wrap Technology (Photo, Wrap).
Lassos immobilisants commercialisés par Wrap Technology (Photo, Wrap).
Short Url
  • L’outil permet aux forces de l’ordre d’utiliser une technique inoffensive consistant à éjecter un câble lancé à grande vitesse
  • BolaWrap sera, dans un premier temps, utilisé par les préfectures de Casablanca, Rabat, Tanger et Fès

CASABLANCA: La police marocaine vient de se doter d’un lasso immobilisant permettant de neutraliser des suspects. Il s’agit d’un lasso high-tech commercialisé par l’entreprise américaine Wrap Technology. L’outil permet aux forces de l’ordre d’utiliser une technique inoffensive consistant à éjecter un câble lancé à grande vitesse et s’enroulant autour du corps de la cible afin de l’empêcher de se mouvoir.

Dans ce qui s’apparente à un petit boîtier ayant la taille d’un téléphone portable, l’éjecteur se déclenche sur une simple pression similaire à une gâchette, déclenchant, à l’instar d’un pistolet, un bruit assourdissant. Le boitier éjecte ensuite un fil de kevlar à une vitesse de 150 m par seconde sur une distance allant de 3 à 6 m.

Le BolaWrap permettrait essentiellement de neutraliser des individus malveillants ayant la volonté de fuir lors d’une tentative d’interpellation ou d’arrestation policière. L’équipement permet de parvenir à cet objectif sans blesser et à distance les éventuels fuyards.

Première étape

BolaWrap sera, dans un premier temps, utilisé par les préfectures de Casablanca, Rabat, Tanger et Fès. La Brigade nationale de police judiciaire dispose également de cet équipement dont l’utilisation sera généralisée à toutes les préfectures et les districts de la police nationale d’après un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale publié le 9 juin 2022 précisant que le dispositif a été soumis à l’avis des instances de défense de droits de l’Homme, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et le procureur général du Roi près la Cour de cassation avant de passer commande.

Outre-Atlantique

Aux États-Unis, de nombreux commissariats se sont intéressés au dispositif actuellement testé dans des unités de police au niveau de plusieurs États fédérés notamment dans l’une des polices les plus importantes du pays, le LAPD, de Los Angeles.

L'équipement a initialement été conçu pour les forces de l’ordre, néanmoins, depuis que les fusillades ont défrayé la chronique, Wrap Technology, axe désormais sa communication et ses efforts commerciaux en direction des particuliers, des écoles et des hôpitaux qui souhaiteraient équiper leur personnel de sécurité d’éjecteurs de lassos.

 


Une femme jordanienne poignardée à mort par son mari aux EAU

L'agresseur a été retrouvé et arrêté sur une plage moins de deux heures après le meurtre (Photo, Autorité de développement du commerce et du tourisme de Charjah).
L'agresseur a été retrouvé et arrêté sur une plage moins de deux heures après le meurtre (Photo, Autorité de développement du commerce et du tourisme de Charjah).
Short Url
  • Les images de vidéosurveillance montrent que la victime a été poignardée 15 fois dans sa voiture
  • Le crime a déclenché une colère généralisée dans le monde arabe; il fait suite au meurtre d'une étudiante jordanienne survenu quelques jours plus tôt

LONDRES: Une femme jordanienne a été poignardée à mort par son mari à Charjah, aux Émirats arabes unis, vendredi, selon les médias locaux.

La jeune femme de 20 ans a été poignardée 15 fois à la suite d'une dispute avec son mari, a indiqué la police de Charjah.

Le suspect, qui a pris la fuite dans la voiture de la victime, a été arrêté sur une plage moins de deux heures après le crime. Le colonel Faisal ben Nassar, chef de la police de Charjah, a précisé que les images de vidéosurveillance filmées dans le parking de la résidence de la jeune femme montraient le tueur présumé attaquant la femme dans sa voiture.

La police a pu suivre le véhicule dans lequel elle a vu le suspect s'enfuir et y a trouvé le corps de la victime.

L'homme a avoué avoir tué la femme en raison de différends personnels et a été transféré au ministère public.

Les gens ont exprimé leur indignation face au crime sur Twitter.

Une internaute a tweeté: «Le monde n'est plus sûr pour nous les femmes.»

Une autre a écrit : «Qui sera la prochaine victime demain ?»

Seulement deux jours plus tôt, une étudiante a été tuée par un tireur dans une université privée d'Amman, en Jordanie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com