Les Palestiniens en colère contre la vente des terres de l'Église de Jérusalem à un groupe de colons

Des passants devant l'Imperial Hotel situé à côté de la porte de Jaffa, dans le quartier chrétien de la vieille ville de Jérusalem, le 29 novembre 2019 (Photo, AFP).
Des passants devant l'Imperial Hotel situé à côté de la porte de Jaffa, dans le quartier chrétien de la vieille ville de Jérusalem, le 29 novembre 2019 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 10 juin 2022

Les Palestiniens en colère contre la vente des terres de l'Église de Jérusalem à un groupe de colons

  • Ateret Cohanim a acheté trois bâtiments à l'Église orthodoxe grecque, dans le cadre d'un accord secret controversé conclu en 2004
  • La décision du tribunal signifie qu'un projet de prise de contrôle par des colons israéliens de l'Imperial Hotel est maintenant potentiellement facilité

AMMAN: La plus haute cour d'Israël a statué qu'un groupe de colons juifs avait légalement acheté à l'Église orthodoxe grecque une propriété à Jérusalem-Est. La décision met fin à un litige sur les bâtiments de la vieille ville, qui dure depuis près de deux décennies.
L'organisation Ateret Cohanim, qui cherche à «judaïser» Jérusalem-Est annexée par Israël, a acheté de l’Église trois bâtiments, dans le cadre d'un accord secret controversé conclu en 2004. La vente a provoqué la colère des Palestiniens et a conduit au renvoi du patriarche Irineos I.
L'Église a porté plainte contre Ateret Cohanim, affirmant que les bâtiments avaient été acquis illégalement.
Dans une décision rendue mercredi soir, la Cour suprême d’Israël a rejeté les accusations, déclarant que les «allégations sévères» d’inconduite de la part des personnes impliquées dans la vente n’avaient «pas été prouvées» lors de procédures antérieures.
L'Église a fustigé cette décision qu’elle a qualifiée d’«injuste» et dépourvue de «toute base juridique logique», et a dénoncé Ateret Cohanim comme une «organisation radicale» ayant utilisé «des méthodes malhonnêtes et illégales pour acquérir des biens immobiliers chrétiens» sur un site d’une extrême importance à Jérusalem.
Le Conseil présidentiel supérieur des Églises de Palestine a décrit la décision comme une légitimation israélienne du «vol» des biens de l'Église.
La décision du tribunal signifie qu'une prise de contrôle proposée par les colons israéliens de l'Imperial Hotel est maintenant potentiellement facilitée.
Maher Hanna, l'avocat palestinien de la famille qui gère l'hôtel, a déclaré à Arab News que cette décision signifiait que son client était désormais la «dernière ligne de défense» pour protéger la présence palestinienne dans cette zone.
«Mon client, Mohammad Abou Waleed Dajani, a un contrat de location à long terme sécurisé avec le patriarcat, et la loi en vigueur empêche l'expulsion des locataires», a précisé Hanna, ajoutant qu'il était convaincu que son locataire pourra rester dans l’hôtel «si le gouvernement israélien respecte les lois en vigueur».
Ramzi Khoury, qui préside la Commission présidentielle de l'Église palestinienne, a qualifié la décision du tribunal de «raciste et extrémiste» envers les Palestiniens de Jérusalem. Khoury estime que le but de la décision du tribunal est de faciliter l’expulsion des Palestiniens de Jérusalem de leur ville.
«Le tribunal n'agit pas de manière légale, ni même éthique, mais se comporte plutôt comme un exécuteur de la décision du gouvernement israélien et cède à la pression de groupes tels qu'Ateret Cohanim», soutient-il. «La Haute Cour israélienne est politisée et agit en faveur d'une politique raciste visant à voler les lieux saints musulmans et chrétiens.»
Le révérend Munther Isaac, pasteur de l'église luthérienne de Beit Sahour, a déclaré à Arab News que le gouvernement israélien «défendait ces extrémistes et avait créé un système de lois et de réglementations discriminatoires qui protège et soutient ces groupes juifs radicaux».
Botrus Mansour, un avocat basé à Nazareth, a affirmé à Arab News que toutes les branches du gouvernement israélien de droite, y compris la Cour suprême, tentaient de contrôler les endroits clés de la Jérusalem arabe.
Mansour a précisé que la communauté internationale était actuellement «distraite» par d'autres problèmes et que le gouvernement israélien en profitait pour intensifier ses opérations antipalestiniennes. Le seul point positif qui ressort de la récente agression d'Israël, notamment ses attaques contre Al-Aqsa et le meurtre de la journaliste d'Al-Jazeera Shirine Abou Akleh, dit-il, est qu'elle a démontré au monde que les Palestiniens luttaient pour leurs droits et qu'elle a suscité un renforcement de la solidarité avec les Palestiniens du monde entier.
L'Église s'est engagée à utiliser «toute l'influence et les moyens» à sa disposition pour empêcher l'expulsion forcée des locataires de l'hôtel.
Le Patriarcat a déclaré qu'il «continuerait à appuyer la détermination des locataires palestiniens dans ces propriétés chrétiennes», ajoutant qu'il était «inébranlable» dans sa bataille pour contrer «la politique et le programme racistes de l'extrême droite en Israël visant à éroder l'identité multiple de la ville de Jérusalem et y imposer une nouvelle réalité».
Les Palestiniens estiment depuis longtemps que le projet de prise de contrôle de l'hôtel stratégiquement situé ainsi que les «expulsions» forcées de familles palestiniennes des quartiers de Sheikh Jarrah et Silwan à Jérusalem, sont inspirés par des motifs politiques et s'inscrivent dans le cadre des efforts d'Israël pour opérer un nettoyage ethnique qui vise les Palestiniens de Jérusalem.
Depuis l'occupation de Jérusalem par Israël en juin 1967, des organisations telles qu'Elad et Ateret Cohanim, soutenues par l'État israélien, les services judiciaires et sécuritaires, se sont efforcées de prendre le contrôle des propriétés palestiniennes à Jérusalem, dans le cadre de leurs efforts pour assurer une majorité juive dans la ville. On présume que ce programme comprend la construction de nouveaux sites touristiques coloniaux, tels que la Cité de David.
En mars, le patriarche grec orthodoxe de Jérusalem, Théophile III, a dénoncé le projet de prise de contrôle de l'hôtel par les colons et l’a qualifié de «menace pour l'existence chrétienne». Il a également mis en garde contre le fait que ce groupe de colons opérait une «détournement» de Jérusalem par le biais d’une violente coercition.
«Cette question ne concerne pas seulement les propriétés individuelles, mais toute l’identité de Jérusalem, et notamment le quartier chrétien», constate-t-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Faezeh Hachemi, fille de l'ancien président Rafsandjani, arrêtée pour «incitation aux émeutes»

«Les autorités veulent transmettre que les protestations sont des émeutes, alors qu’elles ne sont que des manifestations», a déclaré Hashemi dans un enregistrement audio obtenu par Radio Farda (Photo, AFP).
«Les autorités veulent transmettre que les protestations sont des émeutes, alors qu’elles ne sont que des manifestations», a déclaré Hashemi dans un enregistrement audio obtenu par Radio Farda (Photo, AFP).
Short Url
  • Avant son arrestation, Faezeh Hachemi a accusé le gouvernement iranien d’avoir qualifié les protestations d’«émeutes» dans le seul but de les réprimer
  • Les proches de Mahsa Amini ont affirmé que les coups qui lui ont été infligés par la police des mœurs, dont un violent coup à la tête, ont causé sa mort

DUBAÏ: La fille de l'ancien président iranien, Akbar Hachemi Rafsandjani, a été arrêtée à Téhéran par les forces de sécurité pour «incitation aux émeutes» déclenchées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, alors qu'elle était en garde à vue.
Avant son arrestation par les forces de l’ordre iraniennes, Faezeh Hachemi a accusé le gouvernement iranien d’avoir qualifié les protestations d’«émeutes» et de «sédition» dans le seul but de les réprimer, rapporte Radio Farda.
Mahsa Amini, une jeune Kurde, se rendait à Téhéran avec sa famille pour rendre visite à des proches lorsqu'elle a été abordée par la célèbre police des mœurs pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire strict de l'Iran – notamment le port du hijab – et a finalement été arrêtée.
Les proches de Mahsa Amini ont pour leur part affirmé que les coups qui lui ont été infligés par la police des mœurs, dont un violent coup à la tête, ont causé sa mort.
«Les autorités veulent que les protestations soient considérées comme des émeutes, alors qu’elles ne sont que des manifestations», a déclaré Faezeh Hachemi dans un enregistrement audio obtenu par Radio Farda.
«Ceux qui ont vu les manifestations savent très bien que si les jeunes mettent le feu à des poubelles, c'est parce que les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes pour les neutraliser; et quand ces mêmes jeunes s’attaquent à un membre des forces de sécurité, c'est parce qu'ils ont été attaqués et qu'ils se défendent», souligne-t-elle.
Dans le même temps, des centaines d’académies iraniennes ont publié une lettre ouverte exhortant les communautés féministes à se joindre à elles pour construire une solidarité transnationale avec les femmes et les groupes marginalisés en Iran.
La lettre a été signée par des universitaires, y compris en Europe, aux États-Unis, au Canada et en Australie. Dans cette lettre ouverte, les signataires affirment que la mort de Mahsa Amini «fait partie des nombreux autres meurtres d'État commis systématiquement et délibérément par le régime iranien d'apartheid de genre».
«Cette révolte à l'échelle du pays est non seulement contre le meurtre brutal de Mahsa mais aussi contre l'essence du régime islamique», indique la lettre. «La demande est forte et claire: la fin d'un régime théocratique dont la violence multiforme contre les corps marginalisés se manifeste dans la mort de Mahsa», conclut la lettre ouverte.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: le Parlement se réunit pour élire un nouveau président

Le président du Parlement libanais, Nabih Berri (en haut), ouvre la première session d'élection d'un nouveau président à Beyrouth, le 29 septembre 2022. (AFP).
Le président du Parlement libanais, Nabih Berri (en haut), ouvre la première session d'élection d'un nouveau président à Beyrouth, le 29 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Avant la session de jeudi, la présence d'un nombre suffisant de députés pour le vote était incertaine, mais le quorum a été atteint avec 104 parlementaires dans l'assemblée sur un total de 128
  • Si l'élection s'effectue au second tour, la majorité requise tombe à 65, mais ce seuil a peu de chance d'être atteint, selon des observateurs

BEYROUTH : Le Parlement libanais se réunit jeudi pour élire un nouveau président, mais aucun consensus n'a encore été trouvé entre les députés pour choisir le successeur au chef de l'Etat sortant, Michel Aoun, malgré une crise financière sans précédent.

Les profondes divisions au sein de l'assemblée font craindre que le Liban ne se retrouve à nouveau sans président pendant des mois, après l'expiration du mandat de M. Aoun fin octobre, ce qui minerait davantage la confiance des créanciers.

L'élection du président sortant en 2016 avait eu lieu après une vacance de 29 mois au sommet de l'Etat, les parlementaires ayant tenté en vain, à 45 reprises, de parvenir à un consensus sur un candidat.

En vertu du système confessionnel de partage du pouvoir en vigueur depuis longtemps au Liban, la présidence est réservée à un chrétien maronite. Aucun candidat n'a encore émergé, mais parmi les favoris figurent le gendre de M. Aoun, Gebran Bassil, ancien ministre des Affaires étrangères sous le coup de sanctions américaines, et le vétéran Sleiman Frangié.

Avant la session de jeudi, la présence d'un nombre suffisant de députés pour le vote était incertaine, mais le quorum a été atteint avec 104 parlementaires dans l'assemblée sur un total de 128, a rapporté l'agence de presse nationale NNA.

Si l'élection s'effectue au second tour, la majorité requise tombe à 65, mais ce seuil a peu de chance d'être atteint, selon des observateurs.

"S'il y a un vide politique, la crise économique s'intensifiera et le risque d'incidents est évident", a déclaré l'analyste Karim Bitar.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une profonde crise économique imputée par une grande partie de la population à la mauvaise gestion, la corruption, la négligence et l'inertie d'une classe dirigeante en place depuis des décennies. En l'espace de trois ans, la livre libanaise a perdu plus de 95% de sa valeur sur le marché noir.

La semaine dernière, la France, l'Arabie saoudite et les Etats-Unis ont publié une déclaration commune exhortant les députés à "élire un président qui puisse unir le peuple libanais".


Les députés libanais s’accrochent à l'approche de la date limite pour l'élection du nouveau président

Une urne pour l'élection présidentielle est placée sur une table au Parlement dans la capitale libanaise, Beyrouth, mercredi. Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a demandé que le Parlement se réunisse aujourd’hui pour élire un président en remplacement de Michel Aoun dont le mandat expire le 31 octobre. (AFP)
Une urne pour l'élection présidentielle est placée sur une table au Parlement dans la capitale libanaise, Beyrouth, mercredi. Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a demandé que le Parlement se réunisse aujourd’hui pour élire un président en remplacement de Michel Aoun dont le mandat expire le 31 octobre. (AFP)
Short Url
  • L'annonce de Nabih Berri intervient quelques semaines avant que Michel Aoun ne quitte ses fonctions
  • Le Parlement libanais, qui compte cent vingt-huit députés, est composé de deux blocs principaux après les élections qui ont eu lieu plus tôt cette année

BEYROUTH: Le président du Parlement libanais convoque une session aujourd’hui pour élire un nouveau président, malgré l’impasse politique due à une chambre divisée qui ne parvient pas à s'entendre sur un candidat.

L'annonce de Nabih Berri intervient quelques semaines avant que Michel Aoun ne quitte ses fonctions, alors que les blocs parlementaires rivaux refusent de nommer ou même de discuter de la personne qui devrait le remplacer.

Le Parlement libanais, qui compte cent vingt-huit députés, est composé de deux blocs principaux après les élections qui ont eu lieu plus tôt cette année: L'Alliance du 8 mars, alliée du Hezbollah, avec soixante députés, et son opposant, l'Alliance du 14 mars, avec trente-huit députés.

Le Parlement compte également trente indépendants et réformateurs, ce qui signifie qu'aucun bloc ne jouit d'une majorité absolue. Par conséquent, le nouveau président doit bénéficier du soutien de tous les partis.

Ali Darwich, un ancien député, déclare que l'annonce de M. Berri, dont le Mouvement Amal fait partie de l’Alliance du 8 mars, a pour but «de demander des comptes à tout le monde».

Il précise : «Nous espérons que la session aboutira à l'élection d'un président, mais le spectacle de demain révélera qu'un accord sur l'identité du nouveau président n'a pas encore été trouvé.»

Les consultations entre les blocs parlementaires se sont intensifiées depuis l'annonce de Nabih Berri, des sources suggérant que nombreux sont ceux qui ont accepté d'assister à la session.

Melhem Khalaf, membre du bloc d'opposition des Forces du changement (treize membres), déclare que M. Berri a «rempli son devoir constitutionnel en exhortant les députés à assumer leurs responsabilités et à éviter un vide présidentiel» et «en tant que réformateurs, nous serons les premiers à y assister».

Son alliance n'a cependant pas désigné de candidat. En revanche, elle a publié une série de critères pour le remplacement de M. Aoun: «Un vrai Libanais, un sauveur choisi en dehors du système corrompu qui a contribué à la destruction du pays.»

En vertu de la Constitution, qui répartit le pouvoir entre les religions du pays, tout Libanais maronite peut se présenter à la présidence.

Les candidats les plus en vue sont généralement les chefs des partis chrétiens, comme l'ancien député Sleiman Frangié, chef du Mouvement Marada et allié du régime syrien; Gebran Bassil, chef du Courant patriotique libre (CPL) et allié du Hezbollah, et le chef du Parti des forces libanaises, Samir Geagea. Toutefois, aucun ne bénéficie du soutien de la majorité au Parlement.

Parmi les noms qui auraient reçu un certain soutien mercredi figurent l'ambassadeur du Liban au Vatican depuis 2018, Farid Elias al-Khazen; l'ancien député Salah Honein; Michel Moawad, le fils de l'ancien président René Moawad, et l'indépendant Neamat Ifram, député et homme d'affaires précédemment affilié au CPL.

Parmi les autres candidatures figurent Damianos Kattar et Jihad Azour, tous deux anciens ministres des Finances; le banquier Samir Assaf; Ziad Baroud et Marwan Charbel, tous deux anciens ministres de l'Intérieur.

Le président libanais est élu au scrutin secret. Les candidats doivent obtenir une majorité des deux tiers des cent vingt-huit députés au premier tour de scrutin pour être élus.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com