Algérie: la militante Amira Bouraoui condamnée à la prison ferme

Amira Bouraoui – figure du «Hirak» – est accueillie à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, devant la prison de Kolea près de la ville de Tipasa, à 70 km à l'ouest de la capitale Alger. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 04 mai 2021

Algérie: la militante Amira Bouraoui condamnée à la prison ferme

  • Sa condamnation intervient dans un contexte d'intensification de la répression contre des militants du Hirak, des opposants politiques et des journalistes à l'approche des élections convoquées par le pouvoir en juin
  • Selon le CNLD, plus de 70 personnes sont actuellement incarcérées, poursuivies pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles

ALGER: La militante algérienne Amira Bouraoui a été condamnée mardi à deux ans de prison ferme pour «offense à l'islam» et à la même peine pour «atteinte à la personne du président de la République», a indiqué une association d'aide aux détenus d'opinion.

«Le verdict est tombé (...) dans le procès d'Amira Bouraoui: condamnation à deux ans de prison ferme pour la première affaire, et condamnation à deux ans de prison ferme pour la deuxième affaire», a rapporté le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook. 

Mme Bouraoui, une gynécologue de 45 ans, mère de deux enfants de 12 et 16 ans, n'a pas été placée sous mandat de dépôt, a précisé le CNLD.

Dans la première affaire jugée mardi, la militante était accusée d'«atteinte aux préceptes de l'islam». Le parquet avait requis cinq ans de prison ferme.

Elle devait répondre dans l'autre affaire d'«outrage à un fonctionnaire dans l"exercice de ses fonctions», d'«atteinte à la personne du président de la République» et de «diffusion d'informations susceptibles d'attenter à l'ordre public», selon le CNLD. 

Le parquet avait demandé trois ans ferme.

En Algérie, les peines de prison ne se cumulent pas et en cas de multiples condamnations, c'est la peine la plus lourde qui est retenue. La défense doit déposer une requête en ce sens après le jugement en appel.

Mme Bouraoui a déjà purgé une courte peine de prison lors d'un autre procès avant de bénéficier d'une remise en liberté provisoire le 2 juillet 2020, en même temps que trois autres figures de l'opposition.

Figure connue de l'opposition de l'ère Bouteflika, elle s'est fait connaître en 2014 comme une des leaders du mouvement Barakat («Ça suffit!»), qui s'opposait au quatrième mandat de l'ex-président déchu.

Elle a ensuite activement pris part au mouvement de protestation populaire du Hirak qui a éclaté en février 2019. Le Hirak, qui a poussé M. Bouteflika à démissionner, réclame un changement radical du «système» politique en place depuis l'indépendance en 1962.

Les prises de positions d'Amira Bouraoui ont souvent alimenté des polémiques. Elle a été la cible de virulentes campagnes de dénigrement.

Sa condamnation intervient dans un contexte d'intensification de la répression contre des militants du Hirak, des opposants politiques et des journalistes à l'approche des élections convoquées par le pouvoir en juin.

Selon le CNLD, plus de 70 personnes sont actuellement incarcérées, poursuivies pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles.


Washington accuse les Houthis d'avoir raté « une occasion majeure » pour la paix au Yémen

L'émissaire des Nations unies Martin Griffiths a été dépêché dans la région afin de tenter d'arracher un cessez le feu au Yémen, un pays qui connaît la pire crise humanitaire dans le monde selon l'ONU. (Photo, AFP)
Short Url
  • La milice soutenue par l’Iran a refusé d’accueillir l'émissaire de l’ONU Martin Griffiths qui porte « un accord équitable sur la table qui peut apporter un soulagement immédiat aux Yéménites »
  • « En contradiction avec leurs déclarations sur la situation humanitaire au Yémen, les Houthis l'aggravent en continuant d'attaquer Marib », a déploré la diplomatie américaine

WASHINGTON : Les Etats-Unis ont accusé vendredi les milices Houthis d'avoir « laissé passer une occasion majeure » d'aller vers une résolution du conflit au Yémen en refusant une rencontre avec l'émissaire des Nations unies Martin Griffiths à Oman.

« Il y a un accord équitable sur la table qui peut apporter un soulagement immédiat aux Yéménites », a déclaré le département d'Etat américain dans un communiqué publié au terme d'une nouvelle tournée de l'émissaire américain pour le Yémen Tim Lenderking dans la région, notamment en Arabie saoudite et à Oman.

« Les Houthis ont laissé passer une occasion majeure de démontrer leur engagement en faveur de la paix et de faire des progrès sur cette proposition en refusant de rencontrer l'envoyé spécial de l'ONU Griffiths à Mascate -- surtout à la lumière de la disponibilité affichée par le gouvernement de la République du Yémen à parvenir à un accord pour mettre fin au conflit », a-t-il ajouté.

« En contradiction avec leurs déclarations sur la situation humanitaire au Yémen, les Houthis l'aggravent en continuant d'attaquer Marib », a déploré la diplomatie américaine.

« Au moment où le consensus international et la dynamique vers une résolution sans autre délai du conflit au Yémen grandissent, toutes les parties doivent dialoguer avec l'envoyé spécial de l'ONU au sujet de la proposition qui est sur la table », a-t-elle ajouté.

L'ONU avait regretté dès mercredi le manque d'avancées dans les pourparlers de paix pour tenter de mettre un terme à la guerre dévastatrice au Yémen, à l'issue d'une semaine de tractations diplomatiques intenses dans le Golfe avec les parties au conflit pour obtenir à un cessez-le-feu.

Les Nations unies tentent de parvenir à un cessez-le-feu entre le gouvernement légitime, appuyé par l'Arabie saoudite, et les milices Houthis, soutenus par l’Iran, qui sont en guerre depuis plus de six ans, causant la pire crise humanitaire dans le monde selon l'ONU.


La visite d’Imran Khan au Royaume va concrétiser des opportunités d'intérêts mutuels

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan est reçu vendredi par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Djeddah. (Photo par Bandar Algaloud)
Short Url
  • L’énergie, l’économie et le bien-être des Pakistanais à l’étranger devraient figurer en tête de l’ordre du jour lors de la visite de Khan en Arabie saoudite
  • Les transferts de fonds depuis le Royaume sont une source importante de capitaux étrangers pour le Pakistan alors qu'il se bat pour stabiliser son économie

Le Pakistan entretient depuis longtemps des relations chaleureuses avec l'Arabie saoudite, profondément enracinées dans leur croyance et leur histoire communes ainsi que leur soutien mutuel en temps de crise. Plus de 2 millions de Pakistanais travaillent dans le Royaume, contribuant à sa prospérité et envoyant chez eux des milliards en transferts de fonds. Le commerce, quant à lui, continue de s'épanouir entre les deux nations.

Dans le but de renforcer leur coopération mutuelle, le Premier ministre pakistanais Imran Khan est arrivé vendredi en Arabie saoudite à l'invitation du prince héritier Mohammed ben Salmane pour entamer une visite officielle de trois jours, avec l'énergie, l'économie et le bien-être des Pakistanais d'outre-mer attendus en tête de l'agenda diplomatique.

«Nous croyons qu'il s'agit d'une visite très importante du Premier ministre Imran Khan en Arabie saoudite en ce qui concerne nos relations bilatérales historiques, nos relations commerciales et économiques», a déclaré à Arab News, Zahid Hafeez Chaudhri, porte-parole du bureau des affaires étrangères pakistanais.

photo
Le Premier ministre pakistanais Imran Khan et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à bord d'une calèche lors d'une cérémonie de bienvenue à Islamabad le 18 février 2019. (Photo de Bandar Algaloud /Archives)

«Les deux parties discuteront de l'économie, du commerce, des investissements et des opportunités d'emploi pour la main-d'œuvre pakistanaise en Arabie saoudite, en plus de signer plusieurs accords sur des projets liés à l'énergie et aux infrastructures».

En effet, le Royaume est une destination commerciale extrêmement importante pour le Pakistan. Les deux pays ont cherché des moyens de renforcer leur partenariat ainsi que le volume des importations et des exportations.

À l'heure actuelle, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays s'élève à 3,6 milliards de dollars, avec des importations en provenance d'Arabie saoudite d'une valeur de 3,2 milliards de dollars et des exportations vers le Royaume d'une valeur de 316,3 millions de dollars, selon la Fédération des chambres de commerce et d'industrie du Pakistan.

«Nos exportations vers l'Arabie saoudite ont augmenté cette année après que nos entreprises aient été autorisées à exporter de la viande et du bétail halal, et nous essayons de les stimuler davantage», a déclaré Shahid Ahmed Leghari, président du Conseil des affaires saoudo-pakistanais, à Arab News.

Les entreprises pakistanaises ont également commencé à exporter des épices et des vêtements vers le Royaume, a-t-il révélé, mais des améliorations peuvent encore être apportées. «Nous pouvons augmenter notre commerce bilatéral à 20 milliards de dollars par an si nous sommes autorisés à exporter du riz, des fruits, des légumes, de la farine de blé et des produits laitiers vers le Royaume», a affirmé Leghari.

La visite de Khan en Arabie saoudite aidera certainement à «ouvrir de nouvelles opportunités commerciales» aux hommes d’affaires et aux exportateurs pakistanais, a-t-il ajouté.

Avant la visite, le Conseil des ministres du Pakistan a approuvé mardi la création du Conseil suprême de coordination entre le pays et l'Arabie saoudite pour «éliminer les obstacles» qui ont ralenti les accords d'investissement signés lors de la visite du prince héritier au Pakistan en février 2019.

Lors de la visite du prince héritier en 2019, les responsables des deux pays ont signé des mémorandums d'accord importants d'une valeur de 20 milliards de dollars dans les domaines de l'énergie, de la pétrochimie, des minéraux, de l'agriculture et de la transformation des aliments.

Khan sera accompagné lors de sa visite saoudienne d'une délégation de haut niveau, qui comprend le ministre des Affaires étrangères et d'autres membres du Cabinet.

photo
Le Premier ministre pakistanais Imran Khan se promène avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à l’intérieur de la Base de l'armée de l'air pakistanaise de Nur Khan à Islamabad le 18 février 2018. (photo de Bandar Algaloud /Archives)

Il rencontrera également le Dr Yousef Al-Othaimeen, secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique; Mohammad bin Abdul Karim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale ainsi que les imams des deux saintes mosquées de La Mecque et de Médine.

Khan rencontrera également des membres de la diaspora pakistanaise à Djeddah pendant son séjour dans la ville portuaire. Le Royaume reste la plus grande source de transferts de fonds vers le Pakistan, les travailleurs pakistanais ayant renvoyé 6,6 milliards de dollars au cours de la dernière année fiscale et 5,7 milliards de dollars de juillet à mars de cette année, selon la Banque d'État du Pakistan.

Ces envois de fonds sont une source importante de capitaux étrangers pour le Pakistan alors qu'il se bat pour stabiliser son économie, paralysée par la pandémie du coronavirus.


Négociations avec l’Iran: Riyad veut des «actes vérifiables»

L’ambassadeur Rayed Krimly, chef de la planification politique au ministère saoudien des Affaires étrangères
Short Url
  • Les propos de l’ambassadeur Krimly étaient la première confirmation publique saoudienne que Riyad et Téhéran, qui ont coupé les ponts en 2016, tenaient des pourparlers directs
  • Le prince héritier saoudien a déjà affirmé que, même si le Royaume a un problème avec le « comportement négatif » de Téhéran, il souhaite entretenir de bonnes relations avec l’Iran

DUBAÏ : Un représentant officiel du ministère saoudien des Affaires étrangères a déclaré vendredi que les pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran visent à réduire les tensions régionales, mais a ajouté qu’il était encore trop tôt pour en juger le résultat et que Riyad souhaitait voir des « actes vérifiables ».

Les propos de l’ambassadeur Rayed Krimly, chef de la planification politique au ministère, étaient la première confirmation publique de Riyad que les rivaux, qui ont coupé les ponts en 2016, tenaient des pourparlers directs.

« En ce qui concerne les négociations actuelles entre l’Arabie saoudite et l’Iran, elles visent à étudier les moyens de réduire les tensions dans la région », indique M. Krimly à Reuters.

« Nous espérons qu’elles s’avèreront efficaces, mais il est encore trop tôt et prématuré pour tirer des conclusions définitives. Notre évaluation sera basée sur des actes vérifiables, et non sur des proclamations ».

Il a refusé de fournir des détails sur les pourparlers, mais les responsables et les sources régionaux avaient déclaré à Reuters que les discussions portaient sur le Yémen et l’accord sur le nucléaire de 2015 entre les puissances mondiales et l’Iran, auquel Riyad s’était opposé.

Le président irakien a mentionné mercredi que Bagdad avait accueilli plus d’un cycle de négociations entre l’Arabie saoudite et l’Iran, dont la rivalité s’est traduite par des conflits par procuration dans la région, notamment au Yémen.

Selon M. Krimly, la politique saoudienne avait été expliquée « très clairement » par le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui a affirmé le mois dernier que, même si le royaume musulman sunnite a un problème avec le « comportement négatif » de Téhéran, il souhaite entretenir de bonnes relations avec l’Iran chiite.

La guerre au Yémen

Les tensions entre Riyad et Téhéran se sont envenimées en raison de la guerre au Yémen, où un groupe houthi, aligné sur l’Iran, a multiplié ses attaques contre l’Arabie saoudite. Les tensions entre les deux puissances du Golfe se sont également accentuées après l’attaque, en 2019, d’installations pétrolières que Riyad a imputée à l’Iran, accusation démentie par Téhéran.

Riyad a soutenu la décision de l’ancien président américain Donald Trump en 2018 de se retirer du pacte nucléaire car il ne traitait pas du programme de missiles et du comportement régional de Téhéran. Après les sanctions ré-imposées par Trump à l’Iran, Téhéran a répondu en enfreignant plusieurs restrictions nucléaires.

Au cours des pourparlers de Vienne, les puissances mondiales tentent de convaincre les États-Unis et l’Iran de respecter à nouveau pleinement l’accord. L’Arabie saoudite, quant à elle, les a exhortés à conclure un accord plus solide.

Riyad et Téhéran ont également soutenu des parties opposées au Liban et en Syrie, où l’Iran a soutenu le président Bachar al-Assad.

Les États du Golfe ont été alarmés par l’influence croissante de l’Iran, de la Russie et de la Turquie, pays non arabes, en Syrie, notamment après la suspension de l’adhésion de la Syrie à la Ligue arabe en 2011 en raison de la répression des manifestants au début de la guerre civile.

M. Krimly a indiqué que les récents articles de presse selon lesquels le chef des services de renseignement saoudiens avait eu des entretiens à Damas étaient inexacts.

Il a souligné que la politique saoudienne à l’égard de la Syrie demeurait fondée sur le soutien au peuple syrien, en vue d’une solution politique sous l’égide des Nations unies et conforme aux résolutions du Conseil de sécurité, ainsi que de l’unité et de l’identité arabe de la Syrie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com