Au Liban, face à une détresse économique galopante, réparations et système D

Dans le souk de Tripoli, au nord du Liban, le 26 janvier 2021. Photo d'illustration JOSEPH EID / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 08 avril 2021

Au Liban, face à une détresse économique galopante, réparations et système D

  • La majorité des Libanais, qui connaissent une pauvreté plus ou moins rude, ne réparent que l’essentiel
  • Ils se privent de nombreux biens, car ce n’est pas le moment d’acheter de nouveaux objets qui sont pour l’immense majorité importés

BEYROUTH : Face à l’augmentation des prix des produits importés, de plus en plus de Libanais réparent leurs objets usagés. Mais le prix de ces réparations – même si elles reviennent moins cher que le fait d’acheter des produits neufs – a beaucoup augmenté.

«65 000 livres [libanaises] pour un joint d’aspirateur? C’est trop cher… Je dois y réfléchir, merci!» Et la jeune fille s’en va, dans la rue passante de ce quartier à majorité arménienne de Bourj Hammoud. «On voit cela tous les jours: les gens entrent, sont choqués par le prix, et ressortent… Ces personnes sont payées un million de livres, alors elles ne peuvent plus se permettre d’acheter», explique Seta Kaloustian, 56 ans, la gérante du magasin Contax, qu’elle a hérité de son père. Ce dernier avait commencé comme photographe, puis s’était recyclé dans la vente d’objets en tout genre. Aujourd’hui, on trouve dans ce magasin des accessoires pour bébés, mais aussi des pièces d’électroménager, car les Libanais préfèrent désormais réparer plutôt que de racheter, les prix des biens importés étant devenus exorbitants.

«Il y a une chose que l’on répare aujourd’hui et que l’on ne réparait pas avant, ce sont les lampes LED!» explique Seta, désignant une ampoule au plafond. «On n’en réparait jamais auparavant. Elles coûtent 10 dollars (8,41 euros), ce qui équivalait à 15 000 livres libanaises avant la crise. Aujourd’hui, 10 dollars équivalent à 130 000 livres, donc les gens réparent, c’est moins cher.» Beaucoup moins cher même, avec une réparation estimée à 15 000 livres libanaises par lampe. À côté d’elle, son associé est en train de réparer des objets sur un plan de travail en verre trempé.

«C’est un travail à temps plein!», s’exclame-t-il, s’affairant sur un micro-ondes dont il faut changer une pièce. «Auparavant, nous-mêmes, nous disions aux gens qui venaient dans notre boutique: “Achetez-en un neuf, la différence de prix est si faible…” Maintenant, la différence de prix est immense, donc les gens réparent!» C’est le cas d’Alexis, ce jeune Belgo-Libanais qui connut une mauvaise surprise lors de son emménagement. «Il y avait dans mon appartement une jolie lampe, mais elle était cassée. Je me suis rendu dans différents magasins afin d’en acheter une neuve, mais les prix étaient indexés en dollars, et une lampe coûtait deux millions de livres libanaises, soit un mois de loyer!» Face à ces prix faramineux, Alexis décide de faire réparer sa lampe, mais plusieurs magasins spécialisés refusent. «J’imagine qu’ils m’ont dit non car ils souhaitaient que j’en achète une neuve…», soupire-t-il.

Il fait alors appel à des proches. Ces derniers se chargent d’envoyer la lampe chez un de leurs amis qui répare certains objets. «On fait appel au système D dans ces cas-là!» sourit-il. La lampe a bien été réparée, mais pas à l’identique. «Afin qu’il ne paie pas une fortune, j’ai simplement enlevé ce qui permettait de changer l’intensité de lumière; un objet basique, mais importé, et qui peut donc revenir très cher au consommateur», explique Khalil, qui s’est chargé de la réparation.

Désormais, la majorité des Libanais sont pauvres

Toutefois, à l’instar de cette jeune femme qui recherchait un joint d’aspirateur, la majorité des Libanais, qui s’enfoncent dans une pauvreté plus ou moins rude, ne réparent que l’essentiel. Ainsi, l’aspirateur attendra. De toute façon, les coupures de courant poussent de nombreuses personnes à lui préférer le balai.

Rendons-nous maintenant à Tarik el-Jdideh, un autre quartier populaire de la capitale à majorité sunnite. En ce vendredi pluvieux, de nombreux magasins sont ouverts, et les clients sont peu nombreux. Mohammed tient un magasin de téléphonie en compagnie d’un employé. Il vend tout un tas d’accessoires liés à la téléphonie, mais répare également les téléphones – notamment les écrans –, et se charge du changement des batteries. «Les gens ne réparent plus autant qu’avant, c’est certain», témoigne-t-il.

«Tout a changé avec la situation liée au dollar. En outre, tous les éléments que nous utilisons pour les réparations viennent de l’étranger, donc ils sont indexés au dollar», déplore Mohammed. Des prix indexés au dollar sont multipliés par cinq, six, voire sept – cela dépend des jours et du taux du marché noir. Ce dernier oscille actuellement entre 10 000 et 13 000 livres libanaises pour 1 dollar (0,84 euro), contre 1 500 avant la crise. «Prenez l’exemple d’un écran de téléphone: auparavant, on pouvait le changer pour 30 000 ou 40 000 livres. Aujourd’hui, cela vous coûte 200 000 livres», explique-t-il encore. Par conséquent, les propriétaires de téléphones dont l’écran est fissuré attendent, et ils font d’autant plus attention à leur sésame, qui coûte bien plus cher aujourd’hui. Les Libanais sont, pour l’immense majorité d’entre eux, payés en livres libanaises. «Il y a des gens qui se privent de certains articles alimentaires. Alors, évidemment, pour ce qui est de la téléphonie, qui n’est pas une nécessité, ils s’en passent», confie Mohammed.

 

 

Les Libanais se privent de nombreux biens, car ce n’est pas le moment pour eux d’acheter de nouveaux objets qui sont, pour la plus grande partie d’entre eux, importés. Quant aux commerçants, ils vendent leurs produits au prix du marché noir, alors même qu’ils les ont parfois achetés avant la crise. C’est un cercle vicieux financier qui plonge encore un peu plus les Libanais dans la détresse économique.


Barrage du Nil: appel du Soudan à un sommet tripartite

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi (à droite), entouré du Premier ministre Mostafa Madbouli (à droite, derrière), s'entretenant avec le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok (à gauche) au palais présidentiel du Caire, le 11 mars 2021. (Présidence égyptienne / AFP)
Short Url
  • Le Soudan et surtout l'Egypte en aval du fleuve voient ce barrage en cours de construction comme une menace pour leurs ressources en eau et multiplient les mises en garde contre l'Ethiopie
  • Le grand barrage de la renaissance éthiopienne (GERD) est une source de tensions entre les trois pays depuis la pose de la première pierre en avril 2011

KHARTOUM : Le Premier ministre soudanais a invité ses homologues égyptien et éthiopien à un sommet tripartite pour discuter du méga-barrage sur le Nil, qui suscite de vives tensions entre les pays riverains du fleuve, a indiqué son bureau. 

Le Soudan et surtout l'Egypte en aval du fleuve voient ce barrage en cours de construction comme une menace pour leurs ressources en eau et multiplient les mises en garde contre l'Ethiopie, qui a encore affirmé la semaine dernière sa détermination à poursuivre son projet en dépit du vif contentieux.

Les pourparlers entre les trois pays accueillis début avril par le Congo, président de l’Union africaine, n’ont pas permis de parvenir à un accord sur ce contentieux.

"Le Premier ministre Abdallah Hamdok a invité ses homologues égyptien Moustafa Madbouli et éthiopien Abiy Ahmed à un sommet dans les 10 jours pour évaluer les négociations concernant le barrage", a indiqué le bureau du Premier ministre dans un communiqué mardi soir.

M. Hamdok a estimé qu'il était "urgent de parvenir à un accord sur cette question" et s'est dit préoccupé quant à l'avancement des travaux de construction du barrage.

Le sommet tripartite à huis clos se tiendra par vidéoconférence, selon le communiqué.

Le grand barrage de la renaissance éthiopienne (GERD) est une source de tensions entre les trois pays depuis la pose de la première pierre en avril 2011.

Le barrage est construit dans le nord-ouest de l'Ethiopie, près de la frontière avec le Soudan, sur le Nil bleu, un bras du fleuve qui fait la jonction avec le Nil blanc plus au nord à Karthoum, avant de poursuivre son cours vers l'Egypte. 

Le GERD pourrait devenir le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique avec une capacité annoncée de près de 6.500 mégawatts.

L'Ethiopie affirme que le barrage est vital pour répondre aux besoins en énergie de ses 110 millions d'habitants.


Turquie: Erdogan prisonnier de son alliance avec le nationaliste Bahçeli

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) en compagnie du chef du parti MHP Devlet Bahçeli (Photo, AFP).
Short Url
  • Durcissement contre l'opposition prokurde, politique étrangère plus musclée : Bahçeli n'est pas membre du gouvernement mais son influence est considérable
  • Face à l'érosion de sa popularité sur fond de difficultés économiques, Erdogan pourrait plus que jamais avoir besoin du soutien du MHP et de Bahçeli

ANKARA:  Faiseur de roi de la politique turque pour certains, décideur des questions sécuritaires pour d'autres, Devlet Bahçeli est, pour de nombreux observateurs, l'éminence grise qui tire les ficelles du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

Durcissement contre l'opposition prokurde, politique étrangère plus musclée : Bahçeli n'est pas membre du gouvernement et son Parti d'action nationaliste (MHP) n'a récolté que 11% aux dernières élections en 2018, mais son influence est considérable.

Et face à l'érosion de sa popularité sur fond de difficultés économiques, Erdogan pourrait plus que jamais avoir besoin du soutien du MHP et de Bahçeli pour avoir une chance de briguer un troisième mandat présidentiel.

Agé de 73 ans, ce politicien à la voix rugueuse, qui aime se poser en « homme du peuple », demeure pour beaucoup un mystère malgré sa présence à la tête du MHP depuis 1997. 

Ses critiques reprochent à Erdogan d'avoir viré plus à droite en cédant au chantage aux votes de Bahçeli, quitte à lui accorder des faveurs impopulaires.

Lorsque la pandémie de coronavirus a pris de l'ampleur l'an dernier, Bahçeli a ainsi obtenu la libération d'un baron de la mafia proche de lui, dans le cadre d'une amnistie pour certains détenus.

Depuis 2016, « la position de Bahçeli a donné le ton des politiques de l'AKP (Parti de la Justice et du développement, islamo-conservateur, au pouvoir) », estime Idris Sahin, un ancien cadre de l'AKP qui est désormais le vice-président du parti d'opposition DEVA.

Questions sécuritaires

Le MHP ne s'est pas vu attribuer de ministères au sein du gouvernement, mais l'influent ministre de l'Intérieur, Süleyman Soylu, est un des favoris des cadres du parti.

Lorsque Soylu a voulu démissionner l'année dernière face aux critiques contre sa gestion du premier confinement partiel du pays, Bahçeli et le MHP ont volé à son secours. 

Erdogan a rejeté sa démission et Soylu est sorti renforcé de cet épisode.

L'influence de Bahçeli était encore à l'œuvre lorsqu'un procureur a présenté en mars dernier à la Cour constitutionnelle une demande d'interdiction du parti prokurde HDP.

Le leader nationaliste a mené une campagne pour cette interdiction et l'ouverture de la procédure a été annoncée la veille du congrès du MHP, des opposants y voyant un « cadeau » de Erdogan à son partenaire nationaliste.

Le MHP agit comme un nouveau « conseil de sécurité nationale », estime le politologue Burak Bilgehan Özpek, en référence à une puissante institution qui prenait autrefois les décisions sécuritaires et de défense en Turquie.

« Le MHP définit le cadre de la politique de la sécurité nationale. Bahçeli décide qui sera désigné comme ‘terroriste’ », affirme le chercheur. 

Boulet ?

Pourtant, l'AKP, issu de l'Islam politique et le MHP, ancré dans l'extrême droite, divergent sur plusieurs points et il arrive à Bahçeli de pas avoir le dernier mot.

Il a ainsi défendu le retour d'une prestation de serment nationaliste dans les écoles, supprimée par Erdogan en 2013, sans succès.

« L'alliance du peuple », le nom de la coalition informelle regroupant le MHP et l'AKP, n'a été possible qu'après un changement d'avis de Bahçeli à propos du régime présidentiel, cher à Erdogan, auquel il était initialement opposé.

La Turquie est passée en 2018 à ce régime présidentiel qui donne des pouvoirs très élargis à Erdogan.

Selon le chercheur Berk Esen, le soutien du MHP au nouveau système a permis à ses partisans d'entrer massivement dans la fonction publique.

Des experts et des diplomates occidentaux se demandent toutefois si Bahçeli est un partenaire de poids ou un boulet pour Erdogan.

Après avoir écarté ses précédents alliés, y compris des libéraux pro-occidentaux, il ne reste que des ultranationalistes autour de lui.

Quoi qu'il en soit, pour Esen, le président turc a toujours le dernier mot.

« Je ne pense pas qu'il puisse être forcé de prendre des mesures qu'il ne souhaite pas », affirme-t-il.

Özpek estime lui aussi que Erdogan garde la main. 

Bahçeli « ne peut jouer ce rôle que si Erdogan lui permet de le faire », dit-il. « Il peut endosser le rôle du conseil de sécurité nationale car Erdogan en tire un profit. Cela l'arrange de ne pas l'arrêter. »


Moscou soutient les droits du Caire sur l'eau du Nil

Le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov assistent à une réunion au Caire, en Égypte, le 12 avril 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Lavrov affirme que la Russie est impatiente de trouver une solution qui convienne à l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie
  • El-Sissi avertit que l'absence de solution commune affecterait sans aucun doute la sécurité et la stabilité de la région

LE CAIRE: Le ministre russe des Affaires étrangères en visite, Sergueï Lavrov, a affirmé au président égyptien Abdel Fattah El-Sissi que Moscou s’opposerait à toute ingérence dans les droits historiques de l’Égypte sur l’eau du Nil.

L’Éthiopie est en train de construire le grand barrage de la Renaissance éthiopienne sur le principal affluent du Nil. L’Égypte et le Soudan considèrent le projet comme une menace majeure s’il est rempli et exploité sans un accord juridiquement contraignant.

Lors d’une réunion avec le président égyptien lundi, Lavrov a souligné la position ferme de la Russie rejetant toute ingérence dans les droits historiques de l’Égypte sur l’eau du Nil, et a rejeté toutes les actions unilatérales à cet égard.

Il a également salué les efforts déployés par l’Égypte pour résoudre le problème.

Lavrov affirme que la Russie est impatiente de trouver une solution qui convienne à toutes les parties, l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie, sur le remplissage et l'exploitation du barrage par le biais des négociations.

El-Sissi insiste que ne pas trouver de solution à ce problème affecterait sans aucun doute la sécurité et la stabilité de la région dans son intégralité.

El-Sissi a également discuté des efforts égyptiens pour soutenir le nouveau gouvernement intérimaire en Libye lors de divers forums bilatéraux, régionaux et internationaux, soulignant la nécessité de débarrasser la Libye des mercenaires.

L'ingérence étrangère illégale dans les affaires libyennes ne fait qu’alimenter la crise, dit-il.

De son côté, Lavrov a souligné le rôle du Caire, en particulier les efforts personnels du président égyptien, dans la préparation d’une voie politique en Libye.

Ceci caractérise le rôle de l’Égypte dans la sécurité et la stabilité régionales, ajoutant que la Russie cherche toujours à poursuivre la coopération et la coordination avec le Caire sur la question.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a informé Lavrov des récentes consultations sur le barrage tenues à Kinshasa en présence des ministres des Affaires étrangères de l'Égypte, du Soudan et de l'Éthiopie.

Shoukry assure que la communication se poursuivra avec la Russie dans ce dossier en sa qualité de membre actif du Conseil de sécurité de l'ONU, ainsi qu’en raison de ses capacités diplomatiques et de son impact sur la scène internationale.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com