Le Burencirque s’installe sur le parvis de l’IMA

Le Burencirque est un spectacle imaginé par l’artiste Daniel Buren et conçu par les pionniers du cirque contemporain, Dan et Fabien Demuynck. Photo Anne Ilcinkas
Le Burencirque est un spectacle imaginé par l’artiste Daniel Buren et conçu par les pionniers du cirque contemporain, Dan et Fabien Demuynck. Photo Anne Ilcinkas
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

Le Burencirque s’installe sur le parvis de l’IMA

  • Le Burencirque est un spectacle imaginé par l’artiste Daniel Buren et conçu par les pionniers du cirque contemporain, Dan et Fabien Demuynck
  • Les numéros d’artistes épousent le rythme de la musique arabo-andalouse

PARIS: Dans la lumière rouge du chapiteau, la danseuse s’élève dans de gracieux mouvements sur le tissu blanc, une musique arabo-andalouse emplissant l’espace. Il reste trois jours avant la première du spectacle baptisé «Rotation», nouvelle création du Burencirque, sur le parvis de l’Institut du monde arabe (IMA), et Silvana Sanchirico répète son numéro. Mais elle se pose encore de nombreuses questions. «Je me suspends dans un tissu, alors que des femmes dans le monde arabe sont cachées dans un tissu. Qu’est-ce que c’est qu’un tissu?», se demande ainsi l’artiste chilienne de 31 ans, seule femme du Burencirque, et qui cherche sa place en tant que telle dans le programme. «J’essaie de représenter les femmes, dans ce lieu particulier. Il y a plus de profondeur que dans une simple performance telle que je fais d’habitude», confie la jeune femme, qui n’a comme lien avec le monde arabe qu’un grand-père italien d’Égypte.

Rima Abdul-Malak a assisté à la première du spectacle jeudi soir

«Pour moi, c'est un bonheur, ce soir.» La ministre de la Culture est venue assister à la première représentation du spectacle baptisé «Rotation» du Burencirque. Assise au premier rang aux côtés de Jack Lang, le président de l’Institut du monde arabe (IMA), elle n’a pas caché son enthousiasme à la vue des numéros de cirque, applaudissant même en rythme dans la salle comble du chapiteau abritant les musiciens.

«Ça m'a touchée, parce que ce sont des musiques qui ont bercé ma vie et que je continue à écouter», déclare la ministre franco-libanaise à Arab News en français, au sortir de la représentation. «Ce sont des monuments de la culture, du patrimoine musical du monde arabe.»

Rima Abdul-Malak se dit également impressionnée par les performances des artistes de cirque, elle qui a travaillé comme directrice des programmes de Clowns sans Frontières. «Ça m'a touchée de découvrir des artistes de cirque qui réinventent le cirque, qui inventent des nouveaux agrès, des nouvelles écritures, des nouvelles formes», confie-elle encore.

 

 

sylvana
Silvana Sanchirico sur le parvis de l'IMA. Photo Anne Ilcinkas

Le Burencirque est un spectacle imaginé par l’artiste Daniel Buren et conçu par les pionniers du cirque contemporain, Dan et Fabien Demuynck. Mêlant artistes de cirque, originaires pour beaucoup du Maroc et de l’Algérie, musiciens et vidéos, c’est la première fois qu’il est joué au cœur de Paris, et pas n’importe où. La boucle est bouclée: Jack Lang, président de l’IMA, accueille en effet dès ce jeudi soir et pour une dizaine de dates le cirque de Daniel Buren, l’artiste qui, en 1986, avait investi la cour d’honneur du Palais-Royal avec ses colonnes, à l’initiative du même Jack Lang, alors ministre de la Culture.

cirque
Ce lundi, Jack Lang assiste d’ailleurs aux répétitions, passant d’un chapiteau à l’autre.  Photo Anne Ilcinkas


Ce lundi, Jack Lang assiste d’ailleurs aux répétitions, passant d’un chapiteau à l’autre. Dans le chapiteau orange, Youcef Mecheri, alias «Bboy Haiper», a succédé à Silvana Sanchirico. Né en 1991 à Tizi Ouzou, en Algérie, l’acrobate et danseur a su tracer son chemin à bout de bras, malgré son handicap. Le voilà qui tourne et tourne sur ses mains au tempo de la derbouka et de la voix envoûtante de Fouad Didi.

cirque
Silvana Sanchirico. Photo Anne Ilcinkas.


Le virtuose de la musique arabo-andalouse est en effet venu de Marseille pour accompagner les artistes de cirque. Billehi ya hamani, Lamouni ligharou Meni, Sama’i Bayati, Fi layali… le violoniste et chanteur a puisé dans le riche patrimoine arabe pour offrir un répertoire diversifié, des chants arabo-andalous aux mouachachats orientaux, en passant par la musique chaabi berbère.

Image retirée.Embedded Video (Adaptatif).

Il a ensuite envoyé des enregistrements aux artistes pour que ceux-ci s’imprègnent de la musique et se l’approprient. Cette collaboration avec des artistes de cirque «est une première» pour lui.

cirque
Le spectateur peut déambuler à sa guise entre les trois «cabanons». Photo Anne Ilcinkas


Les numéros d’artistes épousent ainsi le rythme de la musique. Et le spectateur peut déambuler à sa guise entre les trois «cabanons», ces petits chapiteaux intimistes conçus par Daniel Buren. Celui-ci assure d’ailleurs pour la première fois la régie des images filmées et diffusées en direct dans les cabanons.

daniel buren
Daniel Buren en régie. Photo Anne Ilcinkas.


Ainsi, trois spectacles se déroulent simultanément dans les trois cabanons, des structures inspirées de l’architecture foraine.

cirque
Ainsi, trois spectacles se déroulent simultanément dans les trois cabanons, des structures inspirées de l’architecture foraine. Photo Anne Ilcinkas.

Le cabanon orange et le cabanon jaune abritent les numéros de trois artistes de cirque, alors que le cabanon rouge est celui des musiciens: Fouad Didi au violon et chant, Nidhal Jawa au qanun et Yousri Ghiat aux percussions; leur musique est diffusée dans l’ensemble des cabanons.

didi
Fouad Didi au violon et chant, Nidhal Jawa au qanun et Yousri Ghiat aux percussions. Photo Anne Ilcinkas


Alors que les premières notes s’échappent du qanun dans le cabanon rouge, Youssef Salmane entre sur scène dans le cabanon jaune, qui abrite aussi la régie vidéo de Daniel Buren.

youssef
Youssef Salmane entre sur scène dans le cabanon jaune. Photo Anne Ilcinkas.

Concentré, l’équilibriste sur les mains, originaire de Salé au Maroc, s’apprête à effectuer son numéro. Au même moment, dans le cabanon orange, son collègue Youness Sajid, qui a fait la même École nationale de cirque contemporain Shems’y au Maroc, pénètre sur la scène, poussant sa roue Cyr tel un Sisyphe. Lui qui a délaissé l’école à l’âge de 13 ans pour travailler dans un garage, maîtrise désormais ce grand cerceau métallique, mais aussi la danse et l’art du funambule.

Image retirée.Embedded Video (Adaptatif).

Installé en région parisienne depuis six ans, il est serein quant au spectacle, heureux de partager son art avec le public.

cirque
Youness Sajid sur le parvis de l'IMA. Photo Anne Ilcinkas

 

Informations pratiques

Le calendrier :
Les 22, 23 et 24 septembre à 20 h 30 et le 25 septembre à 16 h.
Les 30 septembre et 1er octobre à 20 h 30, et le 2 octobre à 16 h.
Les 7 et 8 octobre à 20 h 30, et le 9 octobre à 16 h.
Tarifs:
Tarif plein: 20 €
Tarif réduit: 16 €
Tarifs - de 26 ans: 12 €


Au-delà des grains: un avant-goût du Royaume dans une tasse

Le café arabe diffère d'un pays à l'autre, avec des variations dans le grain, la torréfaction, le temps d'infusion et les épices. (Photo fournie)
Le café arabe diffère d'un pays à l'autre, avec des variations dans le grain, la torréfaction, le temps d'infusion et les épices. (Photo fournie)
Short Url
  • Le café saoudien devient un symbole de l'hospitalité dans le monde entier
  • Il se distingue par l'ajout de cardamome. Dans certaines régions, des épices telles que les clous de girofle et le safran y sont ajoutées pour en rehausser encore la saveur

DJEDDAH: Le café, boisson universelle, est aussi varié que les grains dont il est fait. Quasiment chaque pays a sa recette de café particulière, offrant aux étrangers un aperçu de sa culture.

L'expresso est originaire d'Italie, tandis que le café filtre a été élaboré aux États-Unis. Dans le cadre d’une subtile rencontre de cultures, l'Americano est apparu pour la première fois en Italie grâce aux soldats américains, stationnés dans le pays pendant la Seconde Guerre mondiale, qui trouvaient l'expresso trop fort à leur goût.

Il existe des variétés dans les genres de café au sein d'un même pays. Le café bombon et le cortado sont tous deux originaires de différentes régions d'Espagne. En Inde, le café filtre du sud est connu dans tout le pays pour son mélange laiteux et sucré de café et de chicorée.

Les connaisseurs de café analysent l'origine des grains, la fraîcheur de la torréfaction, la mouture, etc. Mais dans certaines parties du monde, en particulier au Moyen-Orient, le café va au-delà des grains.

Le café arabe, ou «kahwa», diffère d'un pays à l'autre, avec des variations au niveau du grain, de la torréfaction, du temps de préparation et des épices.

1
Le café arabe diffère d'un pays à l'autre, avec des variations dans le grain, la torréfaction, le temps d'infusion et les épices. (Photo fournie)

Le café saoudien ne fait pas exception et se distingue par l'ajout de cardamome. Dans certaines régions, des épices telles que les clous de girofle et le safran y sont ajoutées pour en rehausser encore la saveur.

Cette boisson n'est pas conçue pour être versée dans des tasses à emporter et être bue «sur le pouce». C'est une boisson à savourer à chaque gorgée. Conformément à l'hospitalité traditionnelle du Royaume, elle est souvent servie aux invités accompagnée de dattes, de fruits secs, de noix ou de chocolat.

Cependant, ce café épicé unique ne s’adresse pas à tout le monde. L'Américain Micha J., âgé de 45 ans, l'a décrit comme un goût qui s’acquiert. Il a trouvé les saveurs «différentes» de celles auxquelles il était habitué, mais il a depuis appris à l'apprécier.

Rommel Gregore, âgé de 57 ans, originaire des Philippines, a affirmé que les saveurs «n’étaient pas bien assimilées au départ», peut-être parce qu'il avait l'habitude de boire du café instantané.

1
Le café saoudien est souvent servi aux invités à la maison, mais il est tout aussi courant au bureau. (Photo fournie)

Le café saoudien est souvent servi aux invités à la maison, mais il est tout aussi courant de le consommer au bureau. Gregore l'a découvert au travail pendant une pause, tandis que Micha l'a goûté pour la première fois chez un ami, où il a été servi avec des dattes.

Le goût unique du café saoudien a voyagé à travers les continents, avec un café de Toronto, Hailed («cardamome» en arabe), servi aux clients accompagné de dattes et d’une sauce au tahini.

Tout comme le Royaume, le café saoudien gagne de plus en plus en renommée dans la région et dans le monde.

«Certains pays, comme l'Éthiopie, sont bien connus pour leurs grains de café savoureux, et certains, comme l'Italie, ont des cafés très spéciaux, mais le café arabe est unique et totalement différent des autres», explique à Arab News Yerin, 27 ans, originaire de Corée du Sud. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les cafés saoudiens entament une nouvelle ère

Le café arabe a été officiellement remplacé par du café saoudien dans les restaurants, cafés, magasins et torréfacteurs du Royaume au début de cette année. (Photo fournie)
Le café arabe a été officiellement remplacé par du café saoudien dans les restaurants, cafés, magasins et torréfacteurs du Royaume au début de cette année. (Photo fournie)
Short Url
  • «Le café saoudien est une partie importante de notre vie. Nous avons grandi avec et nous le servons toujours à nos invités», affirme Al-Momen
  • «Le café est devenu toute une culture», souligne Al-Charif, ce qui signifie que le travail de barista peut être très lucratif pour les hommes et les femmes du Royaume

RIYAD: Le café arabe a été officiellement remplacé par le café saoudien dans les restaurants, cafés, magasins et maisons de torréfaction du Royaume au début de cette année.

La déclaration du porte-parole du ministère, Abderrahmane al-Hossein, intervient dans le cadre de l’initiative du ministère de la Culture désignant 2022 comme l'année du café saoudien, dans le but de renforcer l'identité et la culture du Royaume.

Depuis cette initiative, le nombre de jeunes baristas dans le Royaume a augmenté, et beaucoup d'entre eux se concentrent sur des adaptations et des manières créatives de servir la boisson traditionnelle.

Ridhwan al-Momen souhaitait travailler tout en étudiant, il a donc rejoint la franchise internationale de cafés Coffee Bean and Tea Leaf.

1
Ridhwan al-Momen a une passion pour le café. (Photo fournie)

«J'ai eu des débuts modestes, mais lorsque j'ai découvert le café de spécialité, j'ai plongé dans ce monde et je ne peux plus en sortir», a-t-il révélé à Arab News.

«C'est ce que ressentent beaucoup de baristas de ma génération.»

Un article de l'UNESCO estime que «servir du café arabe est un aspect important de l'hospitalité dans les sociétés arabes et est considéré comme un acte cérémonial de générosité».

Cela est particulièrement vrai en Arabie saoudite, où le café joue un rôle central dans une tradition d'hospitalité ancestrale. Alors que le Royaume attire de plus en plus de touristes, le café saoudien est devenu l'une de ses attractions les plus intrigantes.

«Le café saoudien est une partie importante de notre vie. Nous avons grandi avec et nous le servons toujours à nos invités», a affirmé Al-Momen.

«Je crois que c'est une bonne chose qu'il y ait un intérêt croissant pour le café saoudien», a-t-il ajouté.

Du fait de l’importante population jeune du Royaume, durant l'année du café saoudien, la tradition rencontre l'innovation.

«La jeune génération a récupéré des éléments de l'ancienne et leur a donné une touche moderne avec des ajouts», a signalé Abdellah al-Charif, qui travaille au café Wide Awake à Djeddah.

Al-Momen travaille aujourd’hui comme barista au café local Azha. Situé dans le House Hotel de Djeddah. Ce café sert une variété de thés, de cafés et de boissons glacées, ainsi que des croissants et des desserts. Son café saoudien est servi dans un dallah, une cafetière arabe traditionnelle, avec des dattes.

«Le café saoudien que nous proposons est un café de spécialité qui provient de grains récoltés à grands frais, et nous le présentons d'une manière unique», a-t-il indiqué.

Les grains entiers de café sont torréfiés et moulus et toute la recette est créée à partir de zéro, a-t-il ajouté.

En général, la cardamome est la vedette du café saoudien, mais les recettes varient, certains baristas ajoutent des clous de girofle et du safran. Les épices, les grains et la méthode de torréfaction peuvent varier, ce qui signifie que chaque point de vente a sa propre saveur de café.

1
Ridhwan Al-Momen travaille comme barista au café local Azha. Situé dans le Jeddah's House Hotel, le café sert du café saoudien dans un dallah avec des dattes. (Photo fournie)

Lors de l'Expo 2020 de Dubaï, le Sard Cafe a offert aux invités un aperçu inédit des différents types de café saoudien. Des mélanges de café provenant de 13 régions du Royaume étaient présentés avec des cartes d'information expliquant les caractéristiques de chacun.

«Le café est devenu toute une culture», a souligné Al-Charif, ce qui signifie que le travail de barista peut être très lucratif pour les hommes et les femmes du Royaume.

Alors que l'industrie du café se développe dans le Royaume, le gouvernement et les organisations privées investissent dans une série d'initiatives afin de soutenir et développer ce secteur.

En juillet, la Commission saoudienne des arts culinaires a signé un accord de coopération avec la Saudi Coffee Co. portant sur plusieurs initiatives visant à préserver le patrimoine du café saoudien.

Ces initiatives comprennent un programme prévoyant la création d’une médiathèque et d’histoires sur l’art culinaire local, ainsi que la conception et la commercialisation de routes touristiques de manière à promouvoir les plantations de café.

Le partenariat soutiendra les événements et les festivals de café saoudiens, délivrera des licences aux experts en café, encouragera la production locale, fera la promotion des produits de l’entreprise dans les boutiques numériques spécialisées dans l'art culinaire saoudien et établira des normes pour le traitement des grains de café.

Grâce à des partenariats avec les autorités liées au café saoudien, l'initiative vise à développer le secteur, à améliorer la qualité des produits du café, à donner des moyens d'action à ceux qui travaillent et investissent dans le café, et à faire connaître le patrimoine du café saoudien au monde entier.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Saveurs du pays: Le café devient la tasse de thé des Saoudiens

Le café saoudien et les dattes sont incontournables lors des réunions de famille dans le Royaume. (Photo fournie)
Le café saoudien et les dattes sont incontournables lors des réunions de famille dans le Royaume. (Photo fournie)
Short Url
  • Le café saoudien n'est pas qu'une boisson, c’est une partie intégrante des traditions et des valeurs familiales, selon Noura ben Mohammed
  • Au fil du temps, le café saoudien s’est invité en société, devenant un symbole de l'hospitalité et de la générosité saoudiennes

RIYAD: Cardamome, clous de girofle et safran torréfiés, mélangés à du café légèrement torréfié, servis dans un dallah (cafetière traditionnelle) et versés dans des finjals (petites tasses rondes). C'est ainsi que se présente le plateau de café de nombreuses familles, qui rassemble les générations à travers le Royaume.

De l'arôme enivrant des épices à la vaisselle traditionnelle, le café saoudien est bien plus qu'une boisson: c'est une célébration de la culture et du patrimoine du Royaume.

«Le café saoudien n'est pas qu'une boisson; il fait partie de nos traditions et de nos valeurs familiales», a expliqué Noura ben Mohammed à Arab News.

«Une réunion familiale n'est pas une vraie réunion sans deux éléments: le café saoudien et les dattes», a-t-elle ajouté.

1
Le café saoudien est une célébration de la culture et du patrimoine du Royaume. (Photo fournie)

Pour Ben Mohammed, 22 ans, qui fait ses études aux États-Unis, être loin de chez elle rend le café encore plus spécial.

«Lorsque je prépare du café saoudien, toute la pièce sent comme à la maison, comme dans la cuisine de ma mère. Ce n’est pas la même chose avec le thé ou l'expresso », a-t-elle indiqué.

«C'est une partie de nos souvenirs de famille.»

Tous les vendredis, sa famille se réunissait pour partager café, douceurs et rires – un rituel qui lui manque alors qu’elle est loin de chez elle.

Ben Mohammed n'est cependant pas seule puisque plusieurs autres étudiants saoudiens de son université aspirent au même confort familier.

Elle a donc organisé une rencontre hebdomadaire avec ses camarades saoudiennes, pour partager une tasse – ou un dallah – de café saoudien et des douceurs.

«J'invite quelques filles chez moi et nous faisons du café. Chacune apporte une friandise, et nous rions et parlons de la semaine que nous avons passée», a -t-elle précisé.

«C'est un sentiment agréable alors que je suis à Houston et que ma famille est à Riyad. Tous les vendredis, nous buvons, chacun de son côté, du café saoudien, nous discutons et nous rions», a-t-elle poursuivi.

Serait-ce différent si le groupe se réunissait autour d'un thé ou d'un café américain? Le rassemblement ne serait tout simplement pas complet sans café saoudien, a souligné Ben Mohammed.

«Si les jeunes filles s'étaient assises evnt une tasse de café américain, elles m'auraient demandé en plaisantant si je n'avais pas manqué de safran ou de cardamome pour le café», a-t-elle avoué.

1
Le café saoudien est de coutume lors des mariages et des fêtes de famille dans le Royaume. (Photo fournie)

Une petite tasse de café contient des décennies d’histoire. Elle est empreinte d'amour, d'hospitalité et de générosité, elle unit et réconforte les familles et les amis dans les moments de fête et de chagrin.

Renad Khashoggi, qui vit à Djeddah avec sa famille, prend du café saoudien chaque fois qu'elle se rend chez une amie «parce que c'est une manière traditionnelle de recevoir en Arabie saoudite».

Bien que cette boisson soit habituellement servie lors des mariages et des réunions familiales, elle est également offerte lors des funérailles, a précisé Khashoggi.

Contrairement au thé ou au café ordinaire, le café saoudien est lié à des rituels familiaux qui représentent l'identité culturelle du Royaume. Dans la culture saoudienne, il est courant pour les familles et les amis de se rendre fréquemment chez les uns et les autres pour discuter.

Au fil du temps, ces rassemblements se sont caractérisés par la présence du café saoudien, lui-même devenu le symbole de l'hospitalité et de la générosité propres à la culture saoudienne.

Cependant, si la présence du café saoudien est omniprésente dans le Royaume, son goût ne l'est pas.

«Ce qui rend l’expérience unique, c'est que nous avons plusieurs types de café saoudien provenant de différentes régions», a déclaré Momena Alamoudi, habitante de Djeddah.

1
Le café saoudien est une célébration de la culture et du patrimoine du Royaume. (Photo fournie)

Les variations des grains et des méthodes de préparation ont permis à Alamoudi et à ses amis d'explorer différentes techniques et saveurs.

«En fait, je ne suis pas accro au café et n’en suis pas dépendante», a affirmé Alamoudi, qui ne consomme du café saoudien que lors des rencontres du week-end avec ses amis et sa famille.

Cela montre que l'objectif du café n'est pas simplement de fournir une «dose de caféine», mais plutôt de permettre au buveur d’en savourer le goût, gorgée par gorgée, tout en passant du temps avec ses proches.

Comme l’affirme Alamoudi: «Le café saoudien doit être présent dans toutes les occasions et les fêtes.»

Ce sentiment est également partagé par Noor Alnahdi, une habitante de Djeddah, qui associe les iftars du ramadan à l'arôme et au parfum capiteux du café saoudien.

«Nous devons prendre du café saoudien avec des dattes pour rompre notre jeûne», a-t-elle soutenu.

Contrairement à tout autre type de café ou de boisson, le café saoudien s'accompagne d'un sens du patrimoine et de la tradition.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com