Tunisie: La Constitution de Kais Saied en passe d'être adoptée

Un Tunisien vote lors du référendum sur le projet de constitution présenté par le président du pays, dans un bureau de vote de la capitale Tunis, le 25 juillet 2022 (Photo, AFP).
Un Tunisien vote lors du référendum sur le projet de constitution présenté par le président du pays, dans un bureau de vote de la capitale Tunis, le 25 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 26 juillet 2022

Tunisie: La Constitution de Kais Saied en passe d'être adoptée

  • Le président tunisien Kais Saied est venu célébrer dans la nuit de lundi à mardi la victoire quasi certaine du «oui»
  • Les votants étaient surtout «les classes moyennes les plus lésées, les adultes qui se sentent floués économiquement, politiquement et socialement»

TUNIS: Le président tunisien Kais Saied est venu célébrer dans la nuit de lundi à mardi la victoire quasi certaine du "oui" à un référendum qui renforce nettement les pouvoirs du chef de l'Etat, faisant courir au pays berceau du Printemps arabe le risque d'un retour à un régime autoritaire.

"Entre 92 et 93%" des votants ont approuvé le projet de M. Saied, avait assuré auparavant le directeur de l'institut de sondage Sigma Conseil, Hassen Zargouni, sur la base de sondages sortie des urnes.

Après l'annonce de cette estimation sur la télévision nationale, des centaines de partisans du président ont afflué à pied et en voiture, vers l'avenue Bourguiba au coeur de la capitale. Sonnant leurs klaxons ou brandissant le drapeau tunisien, le centre ville ressemblait à un jour de victoire dans un match de football.

"Kais, on se sacrifie pour toi", criaient certains en chantant l'hymne national. Vers 01H00 GMT, le président s'est présenté devant une foule en liesse.

"La Tunisie est entrée dans une nouvelle phase", a-t-il affirmé, selon les télévisions locales, assurant qu'"il y avait une grande foule dans les bureaux de vote et que le taux aurait été plus élevé si le vote s'était déroulé sur deux jours".

Comme les principaux partis d'opposition boycottaient le scrutin, l'enjeu était la participation qui s'est établie à au moins 27,54% des 9,3 millions d'inscrits, selon l'autorité électorale Isie. Par comparaison, les dernières législatives en 2019 avaient attiré 32% des électeurs.

Sans les nommer, le président a promis que "tous ceux qui ont commis des crimes contre le pays devront répondre de leurs actes".

Les votants étaient surtout "les classes moyennes les plus lésées, les adultes qui se sentent floués économiquement, politiquement et socialement", a analysé le directeur de Sigma Conseil.

La Tunisie, confrontée à une crise économique, aggravée par la Covid et la guerre en Ukraine dont elle dépend pour ses importations de blé, est très polarisée depuis que le président, élu démocratiquement en 2019, s'est emparé de tous les pouvoirs il y a un an.

Deux gros blocs ont voté "oui", a dit M. Zargouni, "la partie moderniste du pays", parfois nostalgique du dictateur Ben Ali et le "fan club" des soutiens inconditionnels de M. Saied, surtout des jeunes de 18 à 25 ans.

Dans les bureaux de vote de Tunis, l'affluence était supérieure à ce qui avait été escompté, selon les journalistes de l'AFP.

«Un grand espoir»

"Nous avons un grand espoir dans le 25 juillet. La Tunisie va prospérer à partir d'aujourd'hui", a dit à l'AFP Imed Hezzi, un serveur de 57 ans, montrant un doigt teinté à l'encre bleue, pour éviter toute fraude.

La nouvelle loi fondamentale controversée, imposée par le président Saied, accorde de vastes pouvoirs au chef de l'Etat, en rupture avec le système parlementaire en place depuis 2014.

Le président désigne le chef du gouvernement et les ministres et peut les révoquer à sa guise. Il peut soumettre au Parlement des textes législatifs qui ont "la priorité". Une deuxième chambre représentera les régions, en contrepoids à l'Assemblée des représentants (députés) actuelle.

L'opposition et de nombreuses ONG ont dénoncé une Constitution "taillée sur mesure" pour M. Saied, et le risque de dérive autoritaire d'un président n'ayant de comptes à rendre à personne.

Sadok Belaïd, le juriste chargé par M. Saied d'élaborer la nouvelle Constitution, a désavoué le texte final, estimant qu'il pourrait "ouvrir la voie à un régime dictatorial".

«Pas de garde-fous»

L'opposition avait appelé au boycott du scrutin, invoquant un "processus illégal" et sans concertation.

Personnage complexe, le président Saied, 64 ans, exerce le pouvoir de manière de plus en plus solitaire depuis un an.

Il considère sa refonte de la Constitution comme le prolongement de la "correction de cap" engagée le 25 juillet 2021 quand, arguant des blocages politico-économiques, il a limogé son Premier ministre et gelé le Parlement avant de le dissoudre en mars, mettant en péril la seule démocratie issue du Printemps arabe.

Le nouveau texte "donne presque tous les pouvoirs au président et démantèle tous les systèmes et institutions pouvant le contrôler", a affirmé Said Benarbia, directeur régional de la Commission internationale des juristes CIJ.

"Aucun des garde-fous qui pourraient protéger les Tunisiens de violations similaires au (régime) Ben Ali n'existe", selon M. Benarbia convaincu que la nouvelle Constitution "codifie l'autocratie".

Pour l'analyste Youssef Cherif, des espaces de liberté restent garantis mais la question d'un retour à un régime dictatorial similaire à celui de l'ex-autocrate de Zine el Abidine Ben Ali, pourrait se poser "dans l'après Kais Saied".

Pour la majeure partie de la population, la priorité est ailleurs: une croissance poussive (autour de 3%), un chômage élevé (près de 40% des jeunes), une inflation galopante et l'augmentation du nombre de pauvres à 4 millions de personnes.

La Tunisie, au bord du défaut de paiement avec une dette supérieure à 100% du PIB, négocie un nouveau prêt avec le FMI qui a de bonnes chances d'être accordé mais exigera en retour des sacrifices susceptibles de provoquer une grogne sociale.


L’Arabie saoudite participe à une conférence culturelle de l’Unesco

Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, dirige la délégation du Royaume à la conférence Mondiacult 2022. (SPA)
Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, dirige la délégation du Royaume à la conférence Mondiacult 2022. (SPA)
(SPA)
(SPA)
Short Url
  • Des représentants de quelque cent soixante États membres de l’Unesco participent à la conférence de trois jours, qui vise à réaffirmer l’engagement mondial face aux défis contemporains auxquels sont confrontées les sociétés multiculturelles
  • L’un des objectifs de la rencontre est de trouver des moyens de garantir que les artistes aient accès aux technologies pour partager leur travail

MEXIQUE: L’inégalité d’accès aux nouvelles technologies, le trafic et les menaces qui pèsent sur le patrimoine culturel faisaient partie des questions à l’ordre du jour des ministres internationaux de la Culture, réunis mercredi à Mexico pour la Conférence mondiale sur les politiques culturelles et le développement durable (Mondiacult).

Des représentants de quelque cent soixante États membres de l’Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) participent à la conférence de trois jours, qui vise à réaffirmer l’engagement mondial face aux défis contemporains auxquels sont confrontées les sociétés multiculturelles et à formuler une vision prospective des politiques culturelles.

Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, dirige la délégation du Royaume à la conférence Mondiacult 2022.

Représentant l’Arabie saoudite, le ministre saoudien dirige également les consultations pour la région arabe.

Les consultations se sont concentrées sur quatre objectifs principaux: cerner les tendances nationales et régionales des politiques culturelles dans les pays, identifier et analyser les défis et les possibilités concernant les politiques culturelles dans toute la région, soutenir l’inscription de la culture dans l’agenda des tendances régionales et mettre en lumière les priorités qui peuvent contribuer au communiqué final de Mondiacult 2022.

Les objectifs de la déclaration finale qui sera adoptée aujourd’hui incluent la garantie des droits des artistes et la régulation des plates-formes de distribution, affirme la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay.

Un autre objectif est d’inclure la culture dans les discussions internationales sur le changement climatique, notamment au moyen des systèmes de connaissances traditionnels et autochtones.

«Le réchauffement climatique menace très directement notre patrimoine culturel», ajoute-t-elle.

La pandémie de Covid-19 a montré que la culture était vitale pour la santé publique, selon le coordinateur de la conférence, Pablo Raphael.
«Personne n’aurait pu survivre au confinement et au stress... sans les livres, la musique et le cinéma», soutient-il.

La crise sanitaire a également révélé au grand jour les inégalités technologiques entre les différentes communautés, précise la ministre mexicaine de la Culture, Alejandra Frausto.
L’un des objectifs de la rencontre est de trouver des moyens de garantir que les artistes aient accès aux technologies pour partager leur travail.

Le communiqué final devrait inclure un appel à reconnaître la culture comme un «bien public mondial» dont tous les citoyens du monde pourraient tirer profit.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: les frappes russes ont baissé en intensité depuis le début de la guerre en Ukraine

De la fumée s'élève suite à une frappe russe lancée vers une zone forestière à l'ouest de la ville d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, tenue par les rebelles, le 22 août 2022. (Photo de Muhammad HAJ KADOUR / AFP)
De la fumée s'élève suite à une frappe russe lancée vers une zone forestière à l'ouest de la ville d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, tenue par les rebelles, le 22 août 2022. (Photo de Muhammad HAJ KADOUR / AFP)
Short Url
  • Depuis le 30 septembre 2021, les frappes russes ont fait 241 morts, en grande majorité des combattants du groupe jihadiste Etat islamique mais aussi 28 civils, a indiqué l'OSDH
  • Le bilan le plus lourd des frappes russes a été enregistré en 2015, première année de l'intervention militaire de Moscou en Syrie, avec 9 364 morts parmi lequels 3 804 civils

BEYROUTH: Les bombardements de l'armée russe en Syrie ont baissé en intensité depuis le début de l'offensive de Moscou en Ukraine, a indiqué vendredi une ONG syrienne dans un rapport marquant le septième anniversaire de l'intervention militaire de la Russie aux côtés du régime de Damas.

Depuis le 30 septembre 2021, les frappes russes ont fait 241 morts, en grande majorité des combattants du groupe jihadiste Etat islamique mais aussi 28 civils, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) dans son rapport.

Le bilan le plus lourd des frappes russes a été enregistré en 2015, première année de l'intervention militaire de Moscou en Syrie, avec 9 364 morts parmi lequels 3 804 civils (906 enfants, 561 femmes et 2 337 hommes), a rapporté l'ONG basée en Grande-Bretagne mais qui dispose d'un large réseau de sources en Syrie.

Au totale, au cours des sept dernières années, les bombardements de la Russie en Syrie ont fait plus de 21.000 morts parmi lesquels 8.697 civils incluant 2 112 enfants, toujours selon l'OSDH.

"Les interventions militaires de la Russie en Syrie ont baissé depuis le début de la guerre en Ukraine" lancée le 24 février, a affirmé l'OSDH dans son rapport: "Les Russes sont occupés par ce qui se passe en Ukraine, et les frappes en Syrie ont donc baissé en intensité de façon considérable."

La Syrie et la Russie sont alliées depuis des décennies mais les liens se sont sensiblement renforcés à la faveur du conflit syrien, Moscou étant intervenue militairement aux côtés du régime de Bachar al-Assad à partir de 2015.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500 000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Iran: un ex-footballeur arrêté pour avoir soutenu les manifestations

Des manifestants brandissent des banderoles avec le portrait de l'Iranienne Mahsa Amini alors qu'ils participent à un rassemblement devant le consulat iranien à Istanbul le 29 septembre 2022. (AFP)
Des manifestants brandissent des banderoles avec le portrait de l'Iranienne Mahsa Amini alors qu'ils participent à un rassemblement devant le consulat iranien à Istanbul le 29 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • L'ancien joueur du Persepolis FC, Hossein Maahini, a été arrêté pour avoir soutenu et encouragé des émeutes sur les réseaux sociaux
  • Jeudi, le gouverneur de la province de Téhéran, Mohsen Mansouri, a mis en garde les célébrités apportant leur soutien aux manifestations

TEHERAN: Un ancien footballeur iranien a été arrêté vendredi pour avoir soutenu les manifestations dans le pays contre la mort de la jeune femme kurde Mahsa Amini arrêtée par la police des moeurs, a rapporté l'agence officielle Irna.

"L'ancien joueur du Persepolis FC, Hossein Maahini, a été arrêté sur ordre des autorités judiciaires pour avoir soutenu et encouragé des émeutes sur les réseaux sociaux", a précisé l'agence.

Le mouvement de contestation, le plus important depuis 2019, a été déclenché par le décès le 16 septembre de Mahsa Amini, trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de l'Iran qui oblige notamment les femmes à porter le voile islamique.

La violence répression des manifestations a provoqué la mort de dizaines de personnes, pour l'essentiel des manifestants mais aussi des membres des forces de sécurité. Plus d'un millier de personnes ont depuis été arrêtées à travers le pays.

Jeudi, le gouverneur de la province de Téhéran, Mohsen Mansouri, a mis en garde les célébrités apportant leur soutien aux manifestations: "nous prendrons des mesures contre les célébrités qui ont soufflé sur les braises" des "émeutes", a-t-il déclaré selon l'agence de presse Isna.

Mercredi, l'agence de presse iranienne Mehr a déclaré que l'ancien animateur de la télévision d'Etat, Mahmoud Shahriari, avait été arrêté pour avoir prétendument "encouragé les émeutes et la solidarité avec l'ennemi".

De nombreux sportifs iraniens ainsi que des acteurs et cinéastes ont apporté leur soutien au mouvement, demandant aux autorités d'écouter les revendications du peuple.

Le réalisateur iranien Asghar Farhadi, deux fois oscarisé, a ainsi exhorté dimanche les gens du monde entier à "être solidaires" avec les manifestants.

Lors d'un match amical de football contre le Sénégal à Vienne mardi, toute l'équipe iranienne est restée vêtue de noir pendant les hymnes plutôt que d'exposer le maillot national.

Il y a quelques jours, le chef de la justice iranienne, Gholamhossein Mohseni Ejei, avait critiqué des célébrités: "ceux qui sont devenus célèbres grâce au soutien du système ont rejoint l'ennemi lorsque les temps étaient difficiles", avait-il dit.