L’Arabie saoudite «ouverte au dialogue interconfessionnel pour combattre l’intolérance religieuse»

L’ambassadrice Deborah Lipstadt, envoyée spéciale des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme (Photo fournie).
L’ambassadrice Deborah Lipstadt, envoyée spéciale des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

L’Arabie saoudite «ouverte au dialogue interconfessionnel pour combattre l’intolérance religieuse»

  • L’historienne et spécialiste de l’Holocauste «encouragé» par l’ouverture du Royaume au dialogue interreligieux
  • Le conflit israélo-palestinien est à l’origine de malentendus et d’animosité entre juifs et musulmans

RIYAD: L’ambassadrice Deborah Lipstadt, envoyée spéciale des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme, a déclaré à Arab News que l’ouverture et l’honnêteté lorsqu’on aborde des sujets importants tels que l’antisémitisme ou la haine des musulmans est la façon dont le changement peut se produire.

Confrontée à plusieurs reprises à l’antisémitisme dans le monde réel, elle est peut-être plus connue pour le procès en diffamation intenté contre elle, au Royaume-Uni, par le négationniste David Irving. Lipstadt a gagné le procès en 2000, le juge décrivant Irving comme un «polémiste néo-nazi» tenant un discours «raciste et antisémite».

La visite de Lipstadt intervient avant le voyage du président américain, Joe Biden, dans le Royaume le mois prochain et à un moment où les relations américano-saoudiennes connaissent «des turbulences», comme l’a noté le prince Turki al-Faisal dans une interview précédente sur «Frankly Speaking», l’émission de radio d’Arab News, en décrivant la relation fluctuante mais stratégique.

Le 24 mai, la vice-présidente, Kamala Harris, a prêté serment à l’historien et professeur de l’université Emory en tant qu’envoyée spéciale. À peine un mois plus tard, elle a effectué son premier voyage international dans le Royaume, déclarant aux médias que l’«Arabie saoudite est un pays très important dans le Golfe et il a montré sa volonté et son ouverture à m’accueillir».

En marge d’une table ronde organisée au siège d’Arab News à Riyad, elle a fait remarquer comment «la représentation du Juif, qui dans les années précédentes, les décennies même, le Juif était diabolisé. On parlait du Juif dans un langage désobligeant et cela a eu un impact en dehors du Royaume dans le reste du monde musulman». Elle a ajouté qu’elle a observé le changement de notion et a été «exceptionnellement encouragée» en rencontrant des personnes qui reconnaissent la nécessité d’un changement.

Lipstadt dans les coulisses d’une table-ronde au siège d’Arab News à Riyad (Photo, AN/Basheer Saleh).

«C’est la première étape: Reconnaître ses propres défauts, que l’on soit un individu, une communauté, une famille ou une nation, et dire que “nous voulons changer”. Seule une personne peut faire cela. Et j’en ai vu un aperçu ici (en Arabie saoudite) et je trouve cela très encourageant», a indiqué Lipstadt.

Depuis des années, le dialogue interconfessionnel est encouragé avec les différents groupes religieux, les érudits et les dirigeants. Un dialogue ouvert est un moyen de reconnaître et d’aller à la racine du problème, comme l’a dit Lipstadt lors de la table ronde, et de comprendre comment «les préjugés fonctionnent, comment fonctionne la haine des juifs ou l’antisémitisme. Et plus important encore, la manière dont la haine d’un groupe se transforme en haine d’un autre groupe, que les mêmes principes de fonctionnement dans chaque préjugé, qu’il s’agisse de racisme, d’antisémitisme, de haine des musulmans, quel qu’il soit, fonctionnent de la même manière».

«Vous ne pouvez pas adopter ce que j’appelle une approche en silo – je combats l’un, mais pas l’autre. Il faut lutter contre tous les problèmes, mais il faut aussi les prendre au sérieux. Et trop souvent, dans de nombreux pays, l’antisémitisme n’a pas été pris au sérieux. Ce que j’ai trouvé intéressant et encourageant ici en Arabie saoudite, c’est la manière dont les choses sont en train de changer», a-t-elle ajouté.

Bio: Deborah Esther Lipstadt

Profession: Envoyée spéciale pour surveiller et combattre l’antisémitisme, avec rang d’ambassadrice

Autres fonctions: Professeure Dorot d’histoire juive moderne et d’études sur l’Holocauste

Ouvrages publiés:

  • La carrière sioniste de Louis Lipsky, 1900 – 1921 (1982)
  • Au-delà de la croyance: La presse américaine et l’avènement de l’Holocauste (1986)
  • Denying the Holocaust: The Growing Assault on the Truth and Memory (1993)
  • Betrifft: Leugnen des Holocaust (1994)
  • History on Trial: Ma journée au tribunal avec un négationniste (2005)
  • Le procès Eichmann (2011)
  • Holocauste: An American Understanding (2016)
  • Antisemitism: Here and Now (2019)

Éducation:

  • License du City College de New York
  • Master et doctorat de l’Université Brandeis

Les spécialistes des religions et de l’interconfessionnalisme estiment que ces discussions et dialogues interculturels construisent des ponts, favorisent la paix et son un moyen de mettre fin aux anciennes animosités.

En 2016, l’American Jewish Committee et la Société islamique d’Amérique du Nord ont annoncé une alliance apparemment improbable de 31 membres qui comprenait l’imam Mohammed Magid et Lipstadt. Cette annonce est intervenue dans un contexte de xénophobie croissante et de rhétorique antimusulmane aux États-Unis et en Europe.

La visite de l’ambassadrice Deborah Lipstadt précède la tournée du président américain Joe Biden en Arabie saoudite le mois prochain (Photo, AN/Basheer Saleh).

L’Europe et les États-Unis ont adopté des approches différentes dans l’après-guerre en ce qui concerne les discours de haine et l’antisémitisme, certains pays européens rendant illégal le déni de l’Holocauste.

«Mon pays n’est pas parfait. Et mon président, le secrétaire d’État dont je relève et d’autres dirigeants reconnaissent nos lacunes. Et nous n’allons pas prêcher au monde “nous sommes parfait et vous devez changer”. Mais ce que nous disons, c’est que ce sont des questions qui nous concernent à l’intérieur et à l’extérieur des frontières américaines», a déclaré Lipstadt.

«Nous ne venons pas pour prêcher. Nous venons pour parler et enseigner, et pour explorer ensemble comment améliorer les choses.»

L’un des principaux domaines d’expertise de Lipstadt est de servir la cause de l’Holocauste. Pendant des décennies et sous plusieurs administrations, elle a été consultante en histoire pour le United States Holocaust Memorial Museum. Bill Clinton et Barack Obama lui ont tous deux proposé une nomination présidentielle au Conseil du Mémorial des États-Unis et le président George W. Bush lui a demandé de représenter la Maison Blanche lors du 60e anniversaire de la libération d’Auschwitz.

«En tant que grande adepte du dialogue interconfessionnel et de la coopération interconfessionnelle, je pense qu’il ne peut s’agir d’un simple dialogue – si c’est un dialogue, ce ne sont que des mots», a-t-elle déclaré.

Elle a souligné à quel point la visite du secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, le Dr Mohammed ben Abdel Karim al-Issa, dans l’ancien camp d’extermination nazi d’Auschwitz, a été frappante et émouvante pour elle. Al-Issa s’est joint à un groupe du Comité juif américain et à d’éminents chefs religieux musulmans en 2020 dans ce qui a été qualifié de «visite sans précédent».

Lors de sa première visite en Arabie saoudite, Lipstadt a émis l’intention « d’explorer ensemble comme améliorer la situation » (Photo, AN/Basheer Saleh).

«En tant que spécialiste de l’Holocauste, ayant visité le camp à de nombreuses reprises, et en tant que spécialiste de l’antisémitisme et de l’évolution des attitudes et de la représentation du Juif dans ce pays, j’ai été extrêmement émue», a-t-elle déclaré.

Le dialogue autour du conflit israélo-palestinien a, depuis quelque temps, creusé un fossé entre les religions, avec un sentiment croissant contre toutes les parties impliquées. Lipstadt pense que les gens confondent les problèmes, en particulier les problèmes politiques, ce que, selon elle, «mon pays prend très au sérieux».

L’antisémitisme transcende la question politique, la question des Israéliens et des Palestiniens. Cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas sérieuse, elle l’est sans aucun doute. Mais nous ne pouvons pas attendre que cette question soit résolue pour traiter l’antisémitisme. Les deux doivent être traités en parallèle», a indiqué Lipstadt.

L’ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis, la princesse Reema bent Bandar al-Saud, a récemment rencontré Lipstadt et lui a fait part des avancées significatives de l’Arabie saoudite dans la promotion de la paix, de la tolérance et du dialogue interconfessionnel.

Lipstadt a qualifié cette conversation de «merveilleuse».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Algérie: «scènes de désolation» après des incendies ayant fait au moins 38 morts

Une Algérienne inspecte les dégâts causés à son domicile par les incendies de forêt dans la région d'Ait Daoud, dans le nord de l'Algérie, le 13 août 2021. (AFP)
Une Algérienne inspecte les dégâts causés à son domicile par les incendies de forêt dans la région d'Ait Daoud, dans le nord de l'Algérie, le 13 août 2021. (AFP)
Short Url
  • Le bilan des incendies de ces derniers jours s'est alourdi avec 30 morts dans la zone d'El Tarf, dans l'extrême est, près de la frontière avec la Tunisie
  • En outre, plus de 200 personnes ont été blessées, selon des médias locaux

ALGER: Les pompiers en Algérie tentent jeudi de maîtriser les derniers feux de forêts dans le nord et l'extrême est du pays au milieu de "scènes de désolation", au lendemain de violents incendies qui y ont fait au moins 38 morts.

Le bilan des incendies de ces derniers jours s'est alourdi avec 30 morts dans la zone d'El Tarf, dans l'extrême est, près de la frontière avec la Tunisie, cinq à Souk Ahras, deux femmes à Sétif et une personne à Guelma, dans l'est, selon la protection civile, des journalistes locaux et la télévision Ennahar.

En outre, plus de 200 personnes ont été blessées, selon des médias locaux. Sur la route vers El Kala", près de El Tarf, une ville de 100.000 habitants, "une tornade de feu a tout emporté en quelques secondes, la plupart des morts ont été encerclés alors qu'ils visitaient un parc animalier", a décrit à l'AFP un journaliste local.

Sur les 39 incendies ayant ravagé 14 wilayas (départements) du nord du pays, un certain nombre étaient encore en cours jeudi et les autorités redoutent des départs de feu à cause de rafales de vent.

Des hélicoptères bombardiers d'eau de la protection civile et de l'armée sont intervenus dans plusieurs villes.

L'Algérie a affrété un avion bombardier d'eau russe Beriev BE 200, mais après être intervenu sur différents incendies, il a subi une panne et ne sera à nouveau opérationnel qu'à partir de samedi, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Kamel Beldjoud, mercredi soir.

Le Premier ministre, Ayman Benabderrahmane, est arrivé jeudi matin à El Tarf, selon la télévision. La gendarmerie a fermé plusieurs routes nationales à cause des incendies.

A Souk Ahras, près de la frontière tunisienne, un important incendie était toujours en cours jeudi matin dans la zone montagneuse du Djebel Oued Chouk, selon un journaliste local joint par téléphone par l'AFP. Il a évoqué des scènes de panique mercredi dans cette ville de 500.000 habitants.

D'après ce journaliste, 97 femmes et 17 nouveaux-nés qui se trouvaient dans un hôpital proche d'une zone forestière ont dû être évacués. Des images télévisées ont montré des habitants fuyant en courant leurs logements en flamme, des femmes portant leurs enfants dans les bras. Plus de 350 familles ont dû quitter leurs habitations.

Bombardiers d'eau en nombre insuffisant 

Chaque année, le nord de l'Algérie est touché par des feux de forêt, mais ce phénomène s'accentue d'année en année sous l'effet du changement climatique. Il faisait environ 48 degrés mercredi à El Tarf, Guelma et Souk Ahras.

L'été 2021 a été le plus meurtrier depuis l'indépendance algérienne: au moins 90 personnes sont mortes dans des feux de forêt qui ont ravagé le Nord, où plus de 100.000 hectares de taillis sont partis en fumée.

Le réchauffement climatique augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies.

Depuis le début du mois d'août, 106 incendies ont éclaté en Algérie, détruisant 800 hectares de forêt et 1.800 hectares de taillis, a précisé le ministre de l'Intérieur.

Ces incendies ravivent des plaies et le débat sur l'absence d'avions bombardiers d'eau en nombre suffisant, qui avait déjà agité le pays l'été dernier après des incendies meurtriers.

Lors d'un séminaire algéro-canadien sur la lutte contre les feux de forêt, des spécialistes avaient recommandé en mai "la mise en place d'un dispositif national de lutte au moins équivalent à celui qui existait dans les années 1980!", a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat un expert qui participait au départ.

A l'époque, "la DTA (direction du travail aérien) disposait de 22 appareils de type Grumman qui faisaient la fierté de l'Algérie notamment en matière de lutte contre les feux de forêt", a ajouté l'expert, selon lequel les appareils "ont été vendus au dinar symbolique sans qu'aucune solution de rechange ne soit proposée".

"Certains de ces incendies ont été provoqués", a affirmé M. Beldjoud.

Pays le plus étendu d'Afrique, l'Algérie ne compte que 4,1 millions d'hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76%.


Drame de Melilla: prison ferme pour 13 migrants

Des manifestants participent à un rassemblement dans la capitale marocaine Rabat le 1er juillet 2022, exigeant une enquête après une tentative massive de prendre d'assaut la barrière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Melilla le 24 juin qui a entraîné la mort de 23 migrants (Photo, AFP).
Des manifestants participent à un rassemblement dans la capitale marocaine Rabat le 1er juillet 2022, exigeant une enquête après une tentative massive de prendre d'assaut la barrière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Melilla le 24 juin qui a entraîné la mort de 23 migrants (Photo, AFP).
Short Url
  • Les 13 condamnés ont comparu devant la chambre criminelle de première instance du tribunal de Nador, ville marocaine frontalière de l'enclave espagnole de Melilla
  • Ils ont l'intention d'interjeter appel

RABAT: Treize migrants africains ont été condamnés mercredi par la justice marocaine à deux ans et demi de prison ferme à la suite de la tentative d'entrée en force de près de 2 000 d'entre eux fin juin dans l'enclave espagnole de Melilla (nord du Maroc), selon leur avocat.

Interrogé par l'AFP, Me Khalid Ameza n'a pas été en mesure de préciser la nature des charges retenues.

Les 13 condamnés ont comparu devant la chambre criminelle de première instance du tribunal de Nador, ville marocaine frontalière de l'enclave espagnole de Melilla. Ils ont l'intention d'interjeter appel.

Le 24 juin, près de 2 000 clandestins, en majorité originaires du Soudan - pays très pauvre miné par les conflits et dirigé par un régime militaire - ont tenté de s'introduire en force dans la cité espagnole de Melilla, située en territoire marocain.

Le drame a fait 23 morts parmi les migrants, selon les autorités marocaines - 27, d'après l'Association marocaine des droits humains (AMDH) -, provoquant une forte indignation au Maroc et à l'étranger.

Ce bilan humain est le plus lourd jamais enregistré lors d'une des nombreuses tentatives de migrants d'entrer à Melilla et dans l'enclave espagnole voisine de Ceuta qui constituent les seules frontières terrestres de l'Union européenne avec le continent africain.

Le 4 août, 14 migrants en situation irrégulière ont déjà été condamnés par le même tribunal de Nador à huit mois de prison ferme pour "appartenance à une bande criminelle d'immigration clandestine" au Maroc.

Ils avaient été interpellés le 23 juin lors d'une opération de ratissage des autorités marocaines dans le massif boisé de Gourougou, près de la frontière avec Melilla.

33 autres migrants d'origine subsaharienne ont écopé le 19 juillet de 11 mois de prison ferme pour "entrée illégale" au Maroc.

Situé à la pointe nord-ouest de l'Afrique, le Maroc est un pays de transit pour de nombreux migrants qui cherchent à rejoindre l'Europe depuis ses côtes atlantique ou méditerranéenne, ou en franchissant les clôtures qui séparent le Maroc des enclaves de Ceuta et Melilla.

L'ONG espagnole Caminando Fronteras a fait état mardi de la mort d'au moins 18 personnes après le naufrage de leur embarcation au large de Tarfaya, dans le sud du Maroc, alors qu’elles tentaient de rejoindre les îles Canaries. Aucune confirmation n'a pu être obtenue auprès des autorités marocaines.


Le prince héritier de Jordanie annonce ses fiançailles avec une Saoudienne

La Cour royale jordanienne a annoncé les fiançailles du prince héritier mercredi dernier. (Twitter/@RHCJO)
La Cour royale jordanienne a annoncé les fiançailles du prince héritier mercredi dernier. (Twitter/@RHCJO)
Short Url
  • Les fiançailles du prince Hussein ben Abdallah et de Rajwa al-Saïf ont eu lieu au domicile du père de la future mariée, à Riyad
  • La princesse Iman bent Abdallah de Jordanie a annoncé ses fiançailles avec le financier new-yorkais Jameel Alexander Thermiotis au mois de juillet dernier

RIYAD: La cour royale de Jordanie a annoncé mercredi dernier les fiançailles du prince héritier, Hussein ben Abdellah, avec la Saoudienne Rajwa Khaled ben Musaed ben Saïf ben Abdelaziz al-Saïf.

Les fiançailles ont eu lieu au domicile du père de la future mariée, à Riyad. Parmi les invités figuraient plusieurs membres de la famille royale jordanienne, parmi lesquels le prince Hassan ben Talal, le prince Hachem ben Abdallah, le prince Ali ben Hussein, le prince Hamzah ben Hussein, le prince Ghazi ben Mohammed et le prince Rachid ben Hassan, ainsi que des membres de la famille d'Al-Saïf.

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a appelé le roi de Jordanie, Abdallah II ben al-Hussein, et le prince héritier, Hussein ben Abdallah, a rapporté l'agence de presse saoudienne ce matin.

Au cours de ces appels, le prince Mohammed ben Salmane a adressé ses félicitations pour les fiançailles du prince héritier Hussein et lui a souhaité, ainsi qu'à sa future épouse, du succès ainsi qu’une vie heureuse.

«Je ne pensais pas qu'il était possible de ressentir autant de joie! Félicitations à mon aîné, le prince Hussein, et à sa belle future épouse, Rajwa», a déclaré la reine Rania dans un message publié sur Twitter.

Selon Royal News, Mme Al-Saïf est née à Riyad le 28 avril 1994. Elle est la fille de Khaled ben Musaed ben Saïf ben Abdelaziz al-Saïf et d'Azza bent Nayef Abdelaziz Ahmed al-Soudairi. Elle a été lycéenne en Arabie saoudite puis a fait ses études à l'école d'architecture de l'université de Syracuse, à New York.

La princesse Iman bent Abdallah de Jordanie a annoncé ses fiançailles avec le financier new-yorkais Jameel Alexander Thermiotis au mois de juillet dernier.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com