L'Arabie saoudite et l'Égypte discutent d’une augmentation des investissements

Les pourparlers ont été menés par Mohammed Abdallah Abdel Aziz al-Murshed, qui présidait le comité saoudien, et Mohamed Abdel-Wahab, PDG de l'Autorité égyptienne des investissements (Photo, GAFI).
Les pourparlers ont été menés par Mohammed Abdallah Abdel Aziz al-Murshed, qui présidait le comité saoudien, et Mohamed Abdel-Wahab, PDG de l'Autorité égyptienne des investissements (Photo, GAFI).
Short Url
Publié le Mardi 28 juin 2022

L'Arabie saoudite et l'Égypte discutent d’une augmentation des investissements

  • La réunion fait suite à la visite du prince héritier Mohammed ben Salmane en Égypte
  • L'Autorité égyptienne souhaite attirer plus d'investissements saoudiens dans le pays

LE CAIRE: Une délégation du Comité national saoudien de l'immobilier s'est entretenue avec l'Autorité générale pour les investissements et les zones franches de l’Égypte sur la manière de stimuler la coopération en matière d'investissements entre les deux pays.

Les pourparlers ont été menés par Mohammed Abdallah Abdel Aziz al-Murshed, qui présidait le comité saoudien, et Mohammed Abdel-Wahab, PDG de l'Autorité égyptienne des investissements. Étaient également présents Tariq Shukri, qui préside la chambre de développement égyptienne de l’immobilier, ainsi que des représentants de 27 entreprises saoudiennes de premier plan dans les domaines du développement immobilier, de l'industrie, de l'agriculture et des matériaux de construction.

La rencontre fait suite à la visite du prince héritier Mohammed ben Salmane en Égypte, en marge de laquelle quatorze accords d'investissement ont été signés entre les deux pays, selon un communiqué de presse.

Abdel-Wahab a souligné «l'importance du renforcement des relations en matière d’investissements entre les deux pays, en particulier à la lumière de ce que connaît la période actuelle, en fournissant un soutien sans précédent au secteur privé, et en encourageant les entreprises arabes et étrangères à effectuer plus d'investissements sur le marché égyptien, notamment dans le secteur de la construction».

Il a affirmé que ce secteur était «l'un des principaux piliers des projets nationaux mis en œuvre, tels que l'axe du canal de Suez, et des villes de la quatrième génération comme la capitale administrative, New Alamein», ceci pour «créer des villes intelligentes basées sur les services électroniques et les énergies renouvelables, en sus du fait de mettre en place un vaste réseau de routes et de ponts pour relier les projets nationaux aux nouvelles villes».

Au cours de la réunion ont été examinés les moyens de renforcer la coopération en exploitant les avantages concurrentiels de l'Égypte en tant que destination d'investissements dans la région et en passant en revue les opportunités d'investissement existantes.

Abdel-Wahab a précisé que l'Autorité des investissements souhaitait attirer plus d'investissements saoudiens en Égypte, en intensifiant la communication avec les grandes entreprises et en présentant à la communauté des affaires saoudienne les derniers développements dans le pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le prince héritier de Jordanie annonce ses fiançailles avec une Saoudienne

La Cour royale jordanienne a annoncé les fiançailles du prince héritier mercredi dernier. (Twitter/@RHCJO)
La Cour royale jordanienne a annoncé les fiançailles du prince héritier mercredi dernier. (Twitter/@RHCJO)
Short Url
  • Les fiançailles du prince Hussein ben Abdallah et de Rajwa al-Saïf ont eu lieu au domicile du père de la future mariée, à Riyad
  • La princesse Iman bent Abdallah de Jordanie a annoncé ses fiançailles avec le financier new-yorkais Jameel Alexander Thermiotis au mois de juillet dernier

RIYAD: La cour royale de Jordanie a annoncé mercredi dernier les fiançailles du prince héritier, Hussein ben Abdellah, avec la Saoudienne Rajwa Khaled ben Musaed ben Saïf ben Abdelaziz al-Saïf.

Les fiançailles ont eu lieu au domicile du père de la future mariée, à Riyad. Parmi les invités figuraient plusieurs membres de la famille royale jordanienne, parmi lesquels le prince Hassan ben Talal, le prince Hachem ben Abdallah, le prince Ali ben Hussein, le prince Hamzah ben Hussein, le prince Ghazi ben Mohammed et le prince Rachid ben Hassan, ainsi que des membres de la famille d'Al-Saïf.

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a appelé le roi de Jordanie, Abdallah II ben al-Hussein, et le prince héritier, Hussein ben Abdallah, a rapporté l'agence de presse saoudienne ce matin.

Au cours de ces appels, le prince Mohammed ben Salmane a adressé ses félicitations pour les fiançailles du prince héritier Hussein et lui a souhaité, ainsi qu'à sa future épouse, du succès ainsi qu’une vie heureuse.

«Je ne pensais pas qu'il était possible de ressentir autant de joie! Félicitations à mon aîné, le prince Hussein, et à sa belle future épouse, Rajwa», a déclaré la reine Rania dans un message publié sur Twitter.

Selon Royal News, Mme Al-Saïf est née à Riyad le 28 avril 1994. Elle est la fille de Khaled ben Musaed ben Saïf ben Abdelaziz al-Saïf et d'Azza bent Nayef Abdelaziz Ahmed al-Soudairi. Elle a été lycéenne en Arabie saoudite puis a fait ses études à l'école d'architecture de l'université de Syracuse, à New York.

La princesse Iman bent Abdallah de Jordanie a annoncé ses fiançailles avec le financier new-yorkais Jameel Alexander Thermiotis au mois de juillet dernier.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les jeunes Palestiniens se désintéressent de la politique, selon un sondage

Des manifestants palestiniens brandissent leur drapeau national près de la frontière entre Israël et Gaza. (AFP/Archives)
Des manifestants palestiniens brandissent leur drapeau national près de la frontière entre Israël et Gaza. (AFP/Archives)
Short Url
  • Une étude du Centre des médias et de la communication de Jérusalem révèle que les jeunes Palestiniens hésitent à adhérer à un parti politique
  • Au total, 58,5% ont déclaré qu'ils pensaient que l'AP devait être maintenue, tandis que 33% ont déclaré qu'elle devait être dissoute

RAMALLAH: Les jeunes Palestiniens ont le potentiel de jouer un rôle essentiel dans la politique, mais n'ont pas l'occasion de le faire, selon les résultats d'un récent sondage.
L’étude réalisée par le Centre des médias et de la communication de Jérusalem, a révélé que les jeunes sont réticents à adhérer à des partis politiques, bien que plus de 82% des personnes interrogées estiment qu'ils ont un rôle important à jouer.
Plus de 88% des personnes interrogées pensent qu'il était important que les jeunes deviennent membres des comités centraux et des politburos des partis et factions politiques, mais près de 69% d'entre elles ont déclaré qu'il y avait eu une baisse significative de leur participation.
Près de 75% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles croyaient en l'importance de la tenue d'élections législatives, tandis que 79% ont déclaré qu'il était essentiel d'organiser des élections présidentielles. Un peu plus de 70% des personnes ont déclaré qu'elles voteraient lors de ces élections.
Plus de 34% des personnes sondées ont indiqué que les questions économiques étaient leur principale préoccupation lorsqu'elles évaluaient les programmes des listes ou des partis électoraux, suivies par la sûreté et la sécurité (29%) et la lutte contre la corruption (14%).
Le sondage a montré que 51% des personnes interrogées soutiendraient le programme politique de l'OLP, 22% soutiendraient le Hamas et 27% n'ont pas répondu.
Près de 76% des personnes interrogées ont déclaré qu'il était essentiel d'organiser des élections pour la direction des partis et factions politiques palestiniens.
Un peu plus de 32% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles voteraient pour le candidat aux élections du CLP représentant le Fatah, dirigé par le président, Mahmoud Abbas, tandis que 13,5% opteraient pour le Hamas, dirigé par Ismail Haniyeh. Plus de 33% ont déclaré qu'ils ne voteraient pas ou qu'ils ne savaient pas pour qui voter.
Dans cette étude, 19% des personnes interrogées ont déclaré vouloir que Marwan Barghouthi soit le futur président de l'OLP, tandis que le même pourcentage a affirmé vouloir qu'il soit président de l'AP, suivi par Mohammed Dahlan avec 4,3%, Hossein al-Cheikh avec 3,6%, Mohammed Chtayyeh avec 3,3% et Mohammed Aloul avec 2,9%.
Un peu plus de 44% ont déclaré que la décision d'Abbas de nommer Hossein al-Cheikh au poste de secrétaire du comité exécutif de l'OLP n'était pas bonne et 33% ont dit qu'ils s'attendaient à ce qu'il fasse un mauvais travail.
Un peu plus de 50% des participants ont déclaré que les performances de l'AP étaient bonnes - contre plus de 68% en juin 2020 – tandis que 45% ont déclaré qu'elles étaient mauvaises.
Au total, 58,5% des personnes sondées ont souligné qu'ils pensaient que l'AP devait être maintenue, tandis que 33% ont déclaré qu'elle devait être dissoute.
Sur la question de la guerre en Ukraine, 65% des personnes interrogées ont déclaré être neutres, tandis que 17% ont déclaré avoir de la sympathie pour la Russie et 8% pour l'Ukraine. Près de 65% des personnes interrogées ont déclaré que les dirigeants palestiniens devraient adopter une position neutre sur le conflit.
Un peu plus de 42% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles pensaient que la visite du président américain, Joe Biden, dans la région n'affecterait pas les intérêts du peuple palestinien, tandis que 38% ont déclaré qu'elle serait nuisible et 13% qu'elle pourrait être bénéfique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


D'anciens responsables américains appellent à un changement de régime en Iran

La conférence de mercredi a été organisée pour examiner le programme nucléaire actuel de l'Iran (Photo, Shutterstock).
La conférence de mercredi a été organisée pour examiner le programme nucléaire actuel de l'Iran (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • Les anciens responsables se sont exprimés lors d'un événement marquant le 20e anniversaire d'une conférence qui a révélé au monde l'existence d'un programme nucléaire iranien secret
  • Alireza Jafarzadeh, du Conseil national de la résistance iranienne, a déclaré que le régime de Téhéran considère le programme nucléaire comme un moyen de garantir sa survie

WASHINGTON: Le Conseil national de la résistance iranienne aux États-Unis a exhorté mercredi les autorités américaines et l'ensemble de la communauté internationale à faire preuve de fermeté face au régime iranien et à ses démarches pour développer une arme nucléaire.

Cet appel a été lancé lors d'une conférence organisée par le Conseil à Washington. Parmi les intervenants figuraient plusieurs anciens dirigeants politiques et militaires américains qui ont appelé à soutenir un changement de régime mené par le peuple iranien.

Ils ont également affirmé que l'administration du président, Joe Biden, commet une grave erreur en négociant avec les autorités iraniennes une éventuelle relance du plan d'action global commun (JCPOA) de 2015, également connu sous le nom d'accord sur le nucléaire iranien, sans faire jouer la puissance de la capacité militaire américaine à frapper les installations nucléaires iraniennes. Les États-Unis, sous la présidence de Donald Trump, se sont retirés unilatéralement du JCPOA en 2018.

La conférence de mercredi a été organisée pour examiner le programme nucléaire actuel de l'Iran à l'occasion du 20e anniversaire de la conférence de presse du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) à Washington, qui a révélé au monde l'existence d'un programme nucléaire iranien secret dans les installations nucléaires de Natanz et d'Arak.

Parmi les intervenants figuraient John Bolton, ancien conseiller à la sécurité nationale et ambassadeur des États-Unis, le général Chuck Wald, ancien commandant adjoint du commandement américain en Europe; Robert Joseph, ancien sous-secrétaire d'État chargé du contrôle des armements et de la sécurité internationale; Joe Lieberman, ancien sénateur; Olli Heinonen, ancien directeur général adjoint de l'Agence internationale de l'énergie atomique; et Alireza Jafarzadeh, directeur adjoint du bureau du CNRI à Washington.

Jafarzadeh a signalé que les Iraniens n'abandonneront jamais leurs ambitions nucléaires car ils considèrent ce programme comme un moyen de garantir la survie du régime et de dissuader toute attaque étrangère ou intervention militaire potentielle. Il a exhorté le gouvernement américain à soutenir le peuple iranien dans sa volonté de changement à Téhéran.

«La solution est un changement de régime par le peuple iranien et le remplacement de ce régime par une république démocratique», a-t-il souligné.

Pour Bolton, le régime iranien a menti pendant vingt ans au sujet de son programme nucléaire. Il n'y aura ni paix ni sécurité s'il reste au pouvoir, a-t-il ajouté.

«Le peuple iranien demeure la clé, puisqu’il qui constitue une menace pour le régime», a estimé Bolton.

Wald a signalé que les États-Unis et Israël ont beaucoup planifié au cours des vingt dernières années au cas où il serait décidé que les sites nucléaires iraniens doivent être attaqués.

Il a souligné que toutes les négociations précédentes et actuelles avec le régime n'ont pas réussi à stopper son programme nucléaire et a avisé que Washington doit faire comprendre à Téhéran qu'il a la capacité militaire et la volonté politique de frapper les installations nucléaires.

«Le Corps des gardiens de la révolution islamique doit rester sur la liste des organisations terroristes étrangères du gouvernement américain, et la question des missiles balistiques iraniens doit être mise sur la table des négociations», a-t-il insisté.

S'opposant au cycle actuel de négociations avec l'Iran, Joseph a indiqué que Téhéran a intensifié son programme nucléaire tout en construisant des missiles balistiques, qu'il apporte un soutien aux groupes terroristes et qu'il a mené une répression du peuple iranien depuis la signature de l'accord nucléaire de 2015.

«La clé ici est le peuple iranien», a-t-il affirmé. «C'est la plus grande menace pour le gouvernement. Au minimum, nous ne devrions pas nous mettre en travers du chemin d’un peuple qui cherche la démocratie, la dignité humaine fondamentale et les droits de l'homme.»

Joseph a ajouté que lorsque l'Iran envisage son programme d'armes nucléaires, il pense au sort de l'ancien président libyen Mouammar Kadhafi, qui a renoncé au programme nucléaire de son pays et «huit ans plus tard, il est mort dans un fossé».

Il a ajouté que le compte à rebours de l'Iran – terme désignant le temps nécessaire pour produire suffisamment de matière fissile afin de développer une arme nucléaire – peut désormais être mesuré en semaines.

«Selon moi, l'Iran est un État doté d'armes nucléaires virtuelles», a-t-il soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com