Des patients incapables de payer leur hospitalisation au Liban

Un bureau de change compte des billets en dollars américains à côté de livres libanaises dans un bureau de change à Beyrouth, au Liban, le 24 mai 2022 (Photo, Reuters).
Un bureau de change compte des billets en dollars américains à côté de livres libanaises dans un bureau de change à Beyrouth, au Liban, le 24 mai 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Samedi 28 mai 2022

Des patients incapables de payer leur hospitalisation au Liban

  • Un responsable de la Croix-Rouge met en garde contre le manque de médicaments
  • L'agence de notation américaine Fitch a averti que la sortie du Liban du défaut de paiement de sa dette restait difficile après des élections parlementaires non concluantes

BEYROUTH: La crise du taux de change du dollar au Liban empêche les patients de payer leur hospitalisation, le taux de change au marché noir ayant atteint 37 000 livres libanaises vendredi.

Des médecins, des patients et des propriétaires d'hôpitaux, qui ont manifesté jeudi à proximité des ministères et de la Banque centrale dans la rue Hamra, ont demandé que les comptes en dollars des hôpitaux et des médecins soient débloqués et ont prévenu que la situation allait évoluer.

Le secrétaire général de la Croix-Rouge, Georges Kettaneh, a déclaré qu'il était important de «penser davantage à sécuriser les médicaments pour les maladies graves et chroniques car la situation est devenue très alarmante».

Il a ajouté que les bénévoles de la Croix-Rouge ont parfois remarqué que les patients transportés à l'hôpital étaient en mauvais état, parce qu'ils ne trouvaient pas les médicaments dont ils avaient besoin.

EZ
Des travailleurs enlèvent des sections de la barrière en béton à l'entrée du parlement (Photo, AFP).

La couverture médicale disponible par le biais de la sécurité sociale et d'autres institutions d'assurance ne garantit plus qu'une fraction des dépenses médicales. Auparavant, elle couvrait entre 75 et 100 % des frais.

Mohammed Karaki, directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale, a averti: «Les hôpitaux privés insinuant qu'ils pourraient demander aux patients de payer l'intégralité de la facture de l'hôpital et percevoir eux-mêmes le montant par la suite auprès des compagnies d'assurance constituent une intimidation inappropriée.»

Les hôpitaux protestent contre leur incapacité à collecter des fonds auprès des banques et, par conséquent, leur incapacité à fournir des services médicaux aux patients couverts par les assurances.

«Les tarifs d'assurance et tous les autres acteurs de l'assurance ne peuvent plus se conformer à la réalité dans les circonstances actuelles. Toutefois, diverses idées sont envisagées, notamment la possibilité d'arrêter la fourniture de médicaments dans le but de se concentrer sur l'hospitalisation pour garantir les prix réels, de sorte que les hôpitaux ne facturent pas des frais supplémentaires aux patients, sauf dans les cas prévus par la loi», a indiqué Karaki.

La crise économique actuelle modifie également le paysage des quartiers de Beyrouth et de sa banlieue.

De nombreux magasins ont préféré être dans l'obscurité plutôt que d'avoir un abonnement à un générateur parce qu'ils ne pouvaient pas couvrir son coût à cause de la baisse des ventes, a révélé une personne.

Les gens doivent acheter de l'eau dans des citernes privées en raison des pannes. Mais les propriétaires de citernes facturent leurs clients en dollars compte tenu du coût de l'essence.

Jeudi et vendredi, des grèves et des protestations ont été organisées par le personnel du secteur médical et des soins de santé, des patients, des chauffeurs de taxi, des propriétaires de boulangeries, ainsi que des prestataires de la sécurité et de l'armée, qui protestaient contre la politique monétaire qui avait amené le Liban au point de rupture.

Les hôpitaux ont poursuivi leurs grèves vendredi et ont suspendu tous les services, à l'exception des admissions d'urgence.

Les chauffeurs de taxi ont bloqué les routes sur le pont Ring, au cœur de Beyrouth, paralysant les intersections entre l'est et l'ouest de la capitale, pour protester contre la flambée des prix de l'essence et du diesel.

Ces prix dépassent la capacité du grand public, ce qui entraîne des coupures de courant supplémentaires dans les foyers qui dépendent des abonnements aux générateurs diesel pour assurer un éclairage minimal.

La facture mensuelle est maintenant facturée en dollars et s'élève à au moins 40 dollars.

Les propriétaires de boulangeries ont manifesté devant le ministère de l'économie pour demander que le blé soit assuré pour les moulins et que le prix d'un paquet de pain soit proportionnel au taux de change.

Un paquet de pain de taille moyenne valait 15 000 LBP vendredi.

«Le prix d’un paquet de pain a été soumis au taux de change élevé du dollar», a affirmé Antoine                             Saïf, chef du syndicat des propriétaires de boulangeries au Mont-Liban.

Les stations-service ont été fermées vendredi et le syndicat des propriétaires a appelé à une manifestation pour exiger une solution radicale à la situation actuelle, car il ne peut plus supporter les lourdes pertes.

Georges Brax, porte-parole du syndicat des propriétaires de stations-service, a déclaré que les banques ne cessaient de retarder le paiement des cotisations en dollars des sociétés importatrices de pétrole, qui représentent le prix de l'essence importée, selon la plateforme Sayrafa.

Brax a affirmé que les banques continuaient également à retarder les autorisations préalables de la Banque centrale, ce qui aurait pour conséquence la poursuite du rationnement des livraisons de gaz sur le marché local par ces sociétés et une diminution de la disponibilité du gaz pour le consommateur dans les stations, malgré la présence de faibles quantités dans les entrepôts libanais.

«Cela entraînera sans aucun doute le retour de la crise, ce que personne ne souhaite», a-t-il prévenu.

Des discussions ont lieu au siège du Conseil économique et social pour étudier comment améliorer les revenus des personnes travaillant dans le secteur privé.

Les entités économiques et l'Union générale du travail discutaient de l'érosion du pouvoir d'achat et du fardeau de la vie en raison du taux de change élevé du dollar, a signalé Mohammed Choucair, chef des organes économiques.

Il a ajouté: «Nous nous dirigeons vers le renforcement de ces revenus.»

L'agence de notation américaine Fitch a averti que la sortie du Liban du défaut de paiement de sa dette restait difficile après des élections parlementaires non concluantes.

Dans un rapport, l'agence a souligné que la réalité actuelle compliquait davantage la capacité du pays à mettre en œuvre des réformes financières et économiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Égypte et Oman conviennent de créer un fonds d’investissement commun

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Short Url
  • Les deux pays ont signé des accords dans plusieurs secteurs, notamment l’environnement et l’éducation
  • Les accords ont été conclus lors de la visite officielle du président égyptien, El-Sissi, à Oman

LE CAIRE: Le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq, se sont mis d’accord sur une étude visant à créer un fonds d’investissement commun entre leurs deux pays, axé sur les projets réalisables dans différents secteur vitaux.

Dans une déclaration commune publiée mardi, les deux dirigeants ont confirmé, lors de la visite officielle du président égyptien à Oman, que toutes les autorités compétentes discuteraient des possibilités d’investissement dans des domaines comprenant l’énergie et les énergies renouvelables, l’industrie, les soins de santé et les produits pharmaceutiques.

Au cours de la visite d’El-Sissi, l’Égypte et Oman ont signé deux accords, six protocoles d’accord, trois programmes exécutifs et des lettres de coopération en matière de promotion de la concurrence, de lutte contre les monopoles, de promotion des investissements, de développement des exportations, d’établissement et de gestion des zones industrielles et de protection de l’environnement, en plus de la reconnaissance mutuelle des certificats de qualification maritime pour les navigateurs.

Les gouvernements des deux pays ont également signé un accord de coopération dans le domaine du transport maritime et des ports, ainsi qu’un accord de coopération entre l’université Sultan Qaboos et l’Institut national égyptien de recherche astronomique et géophysique.

El-Sissi a affirmé «la volonté de l’Égypte, au cours de la période à venir, de développer des relations de coopération économique et commerciale avec la communauté d’affaires et les entreprises omanaises, et de développer des investissements conjoints, afin de contribuer à soutenir le développement économique pour maximiser les intérêts mutuels et l’utilisation optimale des opportunités disponibles».

Lors de sa rencontre avec les représentants de la communauté des affaires et des chefs de grandes entreprises à Oman, avec la participation de plusieurs hauts responsables et représentants omanais, il a souligné que «le bond qualitatif que l’Égypte a connu récemment dans les divers secteurs de développement reflète la forte volonté de l’État, avec ses composantes gouvernementales et populaires, de réaliser un développement durable, ce qui aura des répercussions positives sur le renforcement des relations bilatérales entre l’Égypte et le Sultanat d’Oman en ouvrant des portes pour maximiser les investissements omanais existants dans divers secteurs».

«Les relations fraternelles distinguées entre les deux pays frères sont le véritable parapluie pour soutenir les efforts visant à développer la coopération conjointe dans divers domaines économiques grâce à la disponibilité de la volonté politique nécessaire», a déclaré El-Sissi.

Le dirigeant égyptien a également discuté des différentes opportunités en Égypte, au premier rang desquelles l’axe de développement de la zone du canal de Suez, qui comprend un certain nombre de zones industrielles et logistiques majeures, et qui offre des possibilités prometteuses pour les entreprises omanaises souhaitant bénéficier de l’emplacement stratégique de l’Égypte.

El-Sissi est arrivé à Oman lundi et une cérémonie de réception officielle a été organisée en son honneur.

Les discussions entre les deux dirigeants ont été tenues au palais Al-Alam dans la capitale omanaise, Mascate, et ont réuni des délégations des deux pays.

El-Sissi a affirmé la «fierté de l’Égypte pour la profondeur et la force des relations stratégiques avec le Sultanat d’Oman», et son désir de «renforcer et de diversifier les cadres de la coopération bilatérale conjointe, et d’explorer les mécanismes pour les pousser vers des horizons plus larges dans plusieurs domaines politiques, sécuritaires, économiques et commerciaux».

Il a de même salué «le niveau existant de coordination et d’unité des vues entre les deux pays frères sur les questions d’intérêt commun», ainsi que le «consensus omano-égyptien sur toutes les questions régionales et internationales».

L’ambassadeur Bassam Radi, porte-parole officiel de la présidence de la République, a déclaré qu’El-Sissi et le sultan Haitham ont eu une session élargie d’entretiens, au cours de laquelle le sultan a salué les «liens fraternels étroits et historiques qui unissent les deux pays».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Cinq morts dans une explosion à Aden ciblant un responsable de la sécurité

L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un bombe artisanale placée dans une voiture a explosé au passage d’un véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, dans le quartier de Khormaksar à Aden
  • Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules

AL-MUKALLA: Au moins cinq personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées mercredi quand une explosion a ciblé un responsable de la sécurité dans la ville d’Aden, dans le sud du Yémen, capitale provisoire du pays et siège de son gouvernement, selon une source de sécurité locale et des habitants.

Une bombe artisanale placée dans une voiture a explosé lorsque le véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, a traversé le quartier de Khormaksar, tuant cinq personnes – quatre civils et un garde du corps – et en blessant sept autres, a déclaré une source de sécurité par téléphone à Arab News.

Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules qui passaient dans la rue.

Al-Sayed est connu pour avoir dirigé les troupes qui ont purgé la province de Lahj d’Al-Qaïda, de Daech et d’autres groupes armés en 2016 et a également commandé les troupes qui ont combattu les Houthis à Aden en 2015.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais les responsables locaux accusent les groupes terroristes d’être à l’origine de telles attaques.

L’explosion de mercredi à Aden est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années.

Ce mois-ci, un journaliste yéménite a été brûlé vif à Aden lorsqu’une bombe artisanale a explosé dans son véhicule.

En mai, le commandant des opérations conjointes de la 4e région militaire basée à Aden a échappé à la mort après qu’une explosion a touché son 4x4 armé dans le quartier de Mualla à Aden.

En novembre, une journaliste enceinte a été tuée lorsqu’une explosion a soufflé son véhicule à Aden.

Le dernier attentat dans la ville est survenu un jour après que le gouverneur d’Aden, Ahmad Hamed Lamlis, a déclaré à un groupe de responsable des Nations unies basés au Yémen que la ville était «sûre» pour accueillir leurs bureaux.

Lors d’une réunion avec Diego Zorella, coordinateur résident adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires au Yémen, Lamlis s’est engagé à protéger les délégations de l’ONU qui se rendent ou s’installent à Aden, les incitant à intensifier leurs opérations humanitaires dans la ville.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi de Bahreïn et le président égyptien inaugurent officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn

Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Short Url
  • Le terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile à Bahreïn
  • La construction du terminal a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020

DUBAÏ: Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, ont inauguré le nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi.

En présence du prince Salmane ben Hamad al-Khalifa, le prince héritier et Premier ministre, le roi Hamad et Al-Sissi ont été accueillis par le président du Conseil d’administration de l’aéroport, Kamal ben Ahmad ben Mohammed, le ministre des Transports et des Télécommunications, Mohammed ben Thamer al-Kaabi, et de hauts responsables.

Le nouveau terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile dans le royaume et représente un saut qualitatif dans le domaine des services et des installations aéroportuaires, a révélé Mohammed.

Il a ajouté que le projet a été mis en œuvre dans une période record qui est considérée comme la plus rapide dans la construction d’aéroports dans le monde.

La construction a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020.

«Nous avons investi dans les compétences et les cadres nationaux pendant la période de mise en œuvre, et nous sommes fiers aujourd’hui que ce soient eux qui exploitent et entretiennent l’aéroport», a-t-il indiqué.

Mohammed s’est engagé à ne ménager aucun effort pour continuer à améliorer le statut du royaume au niveau régional et international.

Le roi et Al-Sissi ont dévoilé une plaque commémorative, inaugurant ainsi officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn.

Le roi Hamad, Al-Sissi et le prince Salmane ont visité le bâtiment du hall des départs et ont été informés de ses diverses installations.

Le roi s’est réjoui de la participation d’Al-Sissi à l’inauguration du nouvel aéroport international de Bahreïn, qui confirme la profondeur des solides relations entre le Bahreïn et l’Égypte.

Il a affirmé que le nouvel aéroport international de Bahreïn consolidera le statut du royaume en tant que centre pionnier du secteur de l’aviation régionale et internationale, tout en soutenant l’économie nationale.

En outre, le roi a félicité le président et les membres du Conseil d’administration de la Bahrain Airport Company parce que l’aéroport international de Bahreïn a été nommé «Meilleur nouvel aéroport du monde» lors de la cérémonie des Skytrax 2022 World Airport Awards qui s’est tenue au Passenger Terminal EXPO en France.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com