Une grosse prise de participation d'Elon Musk propulse Twitter en Bourse

Le PDG de Tesla, Elon Musk, est photographié alors qu'il assiste au lancement de la production de la "Gigafactory" de Tesla, le 22 mars 2022 à Gruenheide, au sud-est de Berlin. (AFP).
Le PDG de Tesla, Elon Musk, est photographié alors qu'il assiste au lancement de la production de la "Gigafactory" de Tesla, le 22 mars 2022 à Gruenheide, au sud-est de Berlin. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 05 avril 2022

Une grosse prise de participation d'Elon Musk propulse Twitter en Bourse

  • Elon Musk, l'homme le plus riche de la planète, a acquis près de 73,5 millions d'actions ordinaires de Twitter
  • Elon Musk a racheté des actions ordinaires, qui ne lui donnent pas de pouvoirs spéciaux

NEW YORK: Elon Musk, le fantasque patron du fabricant de véhicules électriques Tesla et de la société de vols spatiaux SpaceX, mettait Twitter en orbite lundi après avoir rendu publique une importante prise de participation dans le réseau social, qu'il accuse pourtant de restreindre la liberté d'expression.

A la mi-séance à Wall Street, l'action de la plateforme s'envolait de plus de 25%, à 49,23 dollars.

Selon un document déposé auprès de la SEC, le régulateur boursier américain, M. Musk, qui est l'homme le plus riche de la planète, a acquis près de 73,5 millions d'actions de Twitter, soit 9,2% du capital de l'entreprise.

Cela fait de lui le plus gros actionnaire du groupe devant le fonds d'investissement Vanguard (8,8%) et la banque Morgan Stanley (8,4%), d'après les données de Bloomberg.

En se basant sur le prix de clôture de vendredi de l'action de Twitter, l'investissement du milliardaire d'origine sud-africaine s'élève à près de 2,9 milliards de dollars.

M. Musk s'exprime très fréquemment sur la plateforme, où il compte un peu plus de 80 millions d'abonnés, et ses annonces sur ce réseau suscitent souvent des polémiques.

A l'été 2018, il avait notamment publié un tweet où il assurait disposer des financements appropriés pour retirer Tesla de la Bourse new-yorkaise, sans en apporter la preuve.

Après une nouvelle publication malencontreuse début 2019, il avait accepté que ses messages directement liés à l'activité du fabricant de véhicules électriques soient pré-approuvés par la SEC.

Le dirigeant avait également abandonné son poste de président du conseil d'administration de Tesla.

Début mars, M. Musk a toutefois demandé à un juge de New York d'annuler l'accord passé avec le gendarme boursier sur ses tweets, affirmant via son avocat que la SEC cherchait à "harceler Tesla et à réduire au silence M. Musk".

«Liberté d'expression»

Le patron-milliardaire est par ailleurs critique des mesures mises en place par Twitter pour modérer certains contenus jugés inappropriés.

Fin mars, M. Musk a publié deux sondages sur le réseau social, l'un pour demander à ses abonnés s'ils pensaient que l'algorithme de Twitter devrait être en code source ouvert ("open source"), l'autre pour savoir s'ils jugeaient que l'entreprise respectait la liberté d'expression. 

Les votants avaient très largement répondu "oui" à la première question et "non" à la seconde.

"Etant donné que Twitter agit de facto comme une place publique, son incapacité d'adhérer aux principes de la liberté d'expression mine foncièrement la démocratie", a tweeté le patron de Tesla suite aux résultats.

"Une nouvelle plateforme est-elle nécessaire?", avait-il questionné.

Twitter est régulièrement accusé de censure par de nombreuses voix conservatrices aux Etats-Unis, notamment depuis la suspension du compte de Donald Trump l'an passé. Les démocrates et de nombreuses ONG lui reprochent au contraire de laisser passer trop de messages relevant de la haine ou du racisme.

A l'instar de Facebook et de YouTube, le réseau à l'oiseau bleu estime que l'ancien président a encouragé ses partisans à la violence avant l'assaut du Capitole, le 6 janvier 2021.

En réponse à son éviction, M. Trump a lancé en février sa propre plateforme, Truth Social.

Lundi, la députée Marjorie Taylor Greene, très proche de l'ex-locataire de la Maison Blanche, s'est demandée si l'investissement de M. Musk marquerait le "retour de la liberté d'expression" sur Twitter.

"Cela demandera du courage car le régime investit lourdement dans une certaine industrie et des menaces viendront sans nul doute", a tweeté l'élue. 

Participation passive? 

Elon Musk a racheté des actions ordinaires, qui ne lui donnent pas de pouvoirs spéciaux.

Dans le document transmis à la SEC, il précise d'ailleurs que sa prise de participation, inférieure à 10% des actions ordinaires, est passive, c'est-à-dire qu'il ne compte pas influer sur les grandes décisions stratégiques de l'entreprise.

Mais cette entrée au capital pourrait être le prélude à un rôle plus actif au sein de l'entreprise, estiment certains experts.

"Nous nous attendons à ce que cette participation passive marque le début de discussions plus approfondies avec la direction et le conseil d'administration de Twitter, qui pourraient conduire à une participation active et un actionnariat potentiellement plus agressif", ont indiqué dans une note Dan Ives et John Katsingris de Wedbush Securities.

Contacté par l'AFP, Twitter n'a pas réagi dans l'immédiat.


RDC: Sommet sur l'industrialisation de l'Afrique australe

Le président rwandais Paul Kagame, le président angolais Joao Lourenco et le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi (Photo, AFP).
Le président rwandais Paul Kagame, le président angolais Joao Lourenco et le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi (Photo, AFP).
Short Url
  • Le thème choisi était: Promouvoir l'industrialisation au moyen de l'agro-transformation
  • Dans un récent rapport, des experts de l'ONU ont affirmé que des troupes rwandaises étaient intervenues militairement à l'intérieur de la RDC

KINSHASA: Une dizaine de chefs d’État de la Communauté économique des États d'Afrique australe (SADC) ont tenu mercredi à Kinshasa un sommet sur l'industrialisation des seize pays membres de la sous-région, appelés à développer leurs propres "chaînes de valeur", a constaté une équipe de l'AFP.

Le thème choisi était: "Promouvoir l'industrialisation au moyen de l'agro-transformation, la valorisation des minéraux et du développement des chaînes de valeur régionales en vue d'atteindre la croissance économique inclusive".

"Il n'y a personne en dehors de l'Afrique qui viendra construire l'Afrique comme nous voulons qu'elle soit construite", a déclaré d'entrée de jeu le président sortant de la SADC, le Malawite Lazarus Chakwera, notant qu'Américains, Européens et Asiatiques ne consacrent que "quelques millions de dollars" à la construction d'infrastructures sur le continent.

"Pour cette raison, nous devons créer nos propres pools de ressources de développement. Nous avons déjà les ressources naturelles et minérales, qui devraient être plus que suffisantes pour financer tout projet dont nous avons besoin à travers l'Afrique", a-t-il ajouté.

"Le pillage que nous avons permis à l'Occident de mener en République démocratique du Congo est un péché dont nous devons nous repentir", a-t-il déclaré. L'heure est venue de montrer et de dire "au monde d'une seule voix que l'Afrique est ouverte aux affaires mais que l'Afrique n'est pas à vendre".

Lui succédant à la présidence tournante de la SADC, le président congolais Félix Tshisekedi a pris dans son discours l'engagement de s'investir, avec tous les États membres de la SADC, dans la construction d'infrastructures en vue de d'une industrialisation rapide de la sous-région.

Les États membres doivent "accélérer la mise en œuvre des projets pertinents et connexes" en vue d'atteindre cet objectif, en mettant à contribution les nouvelles technologies de l'information et de la communication considérées comme "instruments et catalyseurs de l'industrialisation", a-t-il dit.

Tout cela n'est possible que dans un environnement de paix, a plaidé M. Tshisekedi qui, prenant ses pairs à témoin, a de nouveau accusé le Rwanda de soutenir activement une rébellion (le "M23") dans l'est de son pays.

"Ce sommet se tient au moment où notre pays est victime d'une agression lâche et barbare de la part de son voisin le Rwanda", a-t-il déclaré.

Dans un récent rapport, des experts de l'ONU ont affirmé que des troupes rwandaises étaient intervenues militairement à l'intérieur de la RDC depuis novembre 2021. Mais Kigali continue de nier tout soutien aux rebelles du M23.

Dans sa déclaration finale du sommet de Kinshasa lue dans la soirée en direct à la télévision congolaise, la SADC a "manifesté son inquiétude et sa solidarité au sujet des événements récents liés à la sécurité dans la partie est de la RDC" et décidé "d'en faire part au secrétaire général de l'ONU en septembre prochain en marge de l'assemblée générale des Nations unies".


TikTok plus vigilant sur les contenus politiques avant les élections législatives américaines

Logo du réseau social chinois TikTok sur un écran de smartphone (Photo, AFP).
Logo du réseau social chinois TikTok sur un écran de smartphone (Photo, AFP).
Short Url
  • Les publicités à caractère politique sont proscrites sur la plateforme depuis octobre 2019
  • TikTok a créé, sur son application, une plateforme dédiée aux élections américaines, qui propose du contenu relatif aux modalités du scrutin

NEW YORK: TikTok entend se montrer plus vigilant sur la nature des contenus politiques postés sur le réseau social avant le scrutin législatif américain du 8 novembre.

Les publicités à caractère politique sont proscrites sur la plateforme depuis octobre 2019, mais certains annonceurs étaient parvenus à contourner cette interdiction en passant par des influenceurs rémunérés lors du scrutin de 2020.

Pour y remédier, TikTok va sensibiliser les créateurs directement et via le réseau social, et s'engage à retirer tout contenu mis en ligne par un créateur et payé par un annonceur politique, a indiqué, dans un message posté sur le site officiel, Eric Han, en charge de la sécurité des contenus pour les Etats-Unis.

Quant aux contenus postés spontanément par les utilisateurs non rémunérés, des algorithmes et des employés de TikTok s'assurent qu'ils ne promeuvent pas la désinformation, le harcèlement, les messages haineux et l'extrémisme violent.

Le groupe collabore également avec des organisations externes qui vérifient la fiabilité des contenus et l'alertent sur des vidéos contenant des assertions fausses ou erronées.

La filiale du groupe chinois ByteDance entend également faire acte de pédagogie et diriger les utilisateurs en quête d'informations sur le scrutin vers des sources externes qu'elle considère fiables.

TikTok a créé, sur son application, une plateforme dédiée aux élections américaines, qui propose du contenu relatif aux modalités du scrutin, à l'inscription sur les listes électorales, ainsi qu'aux candidats, et postera des estimations le soir des résultats.

Mardi, Meta avait également annoncé ses mesures prises pour faciliter l'accès à des informations pratiques vérifiées sur l'élection ainsi que pour lutter contre la désinformation et la manipulation.

Elles sont similaires à celles mises en place lors des élections de 2020, avec une équipe dédiée.

Facebook écartera notamment toute tentative de désinformation quant aux modalités du scrutin et refusera toute publicité encourageant à ne pas se rendre aux urnes ou contestant les résultats du scrutin.


Un ministre saoudien souligne la nécessité d'établir des liens commerciaux directs avec l'Ouzbékistan

Lors de son discours, Al-Faleh a ajouté que les relations entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan avaient atteint de nouveaux sommets avec la contribution d'Acwa Power. (Photo, AN)
Lors de son discours, Al-Faleh a ajouté que les relations entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan avaient atteint de nouveaux sommets avec la contribution d'Acwa Power. (Photo, AN)
Short Url
  • Khaled al-Faleh a déclaré que l'Ouzbékistan était un acteur majeur dans l'agriculture, l'immobilier, l'hôtellerie et les ressources humaines
  • L’entreprise saoudienne Acwa Power va signer un accord de 2,4 milliards de dollars avec le gouvernement ouzbek pour un projet éolien de 1 500 MW

DJEDDAH: Des relations directes d'importation et d'exportation entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan sont nécessaires, car la plupart des échanges entre les deux pays passent par la Turquie et les Émirats arabes unis (EAU), selon le ministre saoudien de l'Investissement, Khaled al-Faleh.

S’adressant au Conseil des affaires saoudo-ouzbek à Djeddah le 17 août, Al-Faleh a déclaré que l'Ouzbékistan était un acteur majeur dans l'agriculture, l'immobilier, l'hôtellerie et les ressources humaines.

«Nous voulons faire de cette relation l'une des plus importantes pour l'Arabie saoudite. Nous sommes là pour en faciliter la concrétisation», a affirmé Al-Faleh.

Au cours de son discours, le ministre saoudien de l’Investissement a ajouté que les relations entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan avaient atteint de nouveaux sommets avec la contribution d'Acwa Power. Cette entreprise signera un accord de 2,4 milliards de dollars (soit 2,35 milliards d’euros) avec le gouvernement ouzbek pour un projet éolien de 1 500 MW.

Il a ajouté que l'Ouzbékistan était un pays plein d'opportunités, et Acwa Power une entreprise à la recherche de nouveaux horizons.

Jamshid Khodjaev, vice-Premier ministre ouzbek et ministre des Investissements et du Commerce extérieur, a déclaré que l'Arabie saoudite était sur la voie de la transformation et que le Royaume était actuellement un pays très dynamique et très développé.

Il a fait l'éloge d'Acwa Power et a affirmé que l'entreprise était l'une des meilleures au monde.

Il a en outre indiqué que l'Ouzbékistan et l'Arabie saoudite étaient des partenaires solides et a précisé que le pays était attaché à bâtir une relation sur le long terme avec le Royaume.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com