En 2021, l'Algérie termine l'année en fanfare

L'attaquant du Qatar Akram Afif, l'attaquant algérien Yacine Brahimi et l'attaquant algérien Youcef Belaili célèbrent avec leurs médailles de bronze, d'or et d'argent respectivement lors de la finale de la Coupe arabe de la FIFA 2021 entre la Tunisie et l'Algérie au stade Al-Bayt dans la ville qatarie d'Al- Khor le 18 décembre 2021.(AFP)
L'attaquant du Qatar Akram Afif, l'attaquant algérien Yacine Brahimi et l'attaquant algérien Youcef Belaili célèbrent avec leurs médailles de bronze, d'or et d'argent respectivement lors de la finale de la Coupe arabe de la FIFA 2021 entre la Tunisie et l'Algérie au stade Al-Bayt dans la ville qatarie d'Al- Khor le 18 décembre 2021.(AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 31 décembre 2021

En 2021, l'Algérie termine l'année en fanfare

  • Des milliers d'Algériens ont investi la rue pour célébrer, par une nuit glaciale, la victoire de leur équipe à la Coupe arabe de football organisée au Qatar
  • L’ancien président Bouteflika est mort vendredi 17 septembre à l'âge de 84 ans dans sa résidence médicalisée de Zéralda, à l'ouest d'Alger, sans «rendre de comptes»

ALGER: Les Algériens ont terminé l’année 2021 en fanfare. Le 18 décembre, ce fut une véritable messe nationale: des milliers d'Algériens ont investi la rue pour célébrer, par une nuit glaciale, la victoire de leur équipe à la Coupe arabe de football organisée au Qatar.

La télévision publique a diffusé en direct la cérémonie de réception organisée par la présidence algérienne pour rendre hommage à la sélection nationale: le chef de l'État a posé en compagnie du chef de l'armée à l’occasion d’une photo de famille réalisée au Palais du peuple, à Alger, avec le précieux trophée «arabe»: une éclaircie qui a légèrement fait oublier aux Algériens les séquelles d'une année et d'un été qui marqueront à tout jamais leurs esprits.

L'émir du Qatar Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani (C) et le Président de la FIFA Gianni Infantino (R) présentent le gardien et capitaine de l'Algérie Rais M'Bolhi avec le trophée de la Coupe Arabe de la FIFA 2021 après le dernier match de football entre la Tunisie et l'Algérie à l'Al- Stade Bayt dans la ville qatarie d'Al-Khor, le 18 décembre 2021. (AFP)
L'émir du Qatar Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani (C) et le Président de la FIFA Gianni Infantino (R) présentent le gardien et capitaine de l'Algérie Rais M'Bolhi avec le trophée de la Coupe Arabe de la FIFA 2021 après le dernier match de football entre la Tunisie et l'Algérie à l'Al- Stade Bayt dans la ville qatarie d'Al-Khor, le 18 décembre 2021. (AFP)

Feux de forêt

En effet, le 11 août 2021, le peuple a vu sa cohésion nationale menacée lorsque des feux de forêt ont transformé le pays en un immense brasier. C’est à cette occasion que fut assassiné le jeune Djamel Bensmail, soupçonné, à tort, d’être l’auteur des incendies. Ce sinistre de grande ampleur a également donné lieu à un véritable ouragan politique d'accusations etd'inquisitions ainsi qu’au classement d'un mouvement d'autonomie en organisation terroriste.

Les gigantesques incendies, qui avaient débuté le 9 août, ont détruit des dizaines de milliers d’hectares de forêts dans 26 wilayas – sur les 58 que compte l’Algérie. Ils ont causé la mort d’au moins 90 personnes, parmi lesquelles 33 militaires, selon les divers bilans présentés par les autorités locales et le ministère de la Défense. Les sinistres ont déclenché une vague de solidarité dans toute l’Algérie et dans la diaspora.

Des Algériens inspectent les dégâts causés à leur domicile par les incendies de forêt dans la région d'Ait Daoud, dans le nord de l'Algérie, le 13 août 2021. (AFP)
Des Algériens inspectent les dégâts causés à leur domicile par les incendies de forêt dans la région d'Ait Daoud, dans le nord de l'Algérie, le 13 août 2021. (AFP)

Rupture des relations diplomatiques avec le Maroc 

En ce 25 août, alors que les Algériens étaient toujours sous le choc de ce désastre écologique qui a également touché la sphère politique, les autorités d'Alger ont annoncé la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc.

Les raisons de la dégradation des relations algéro-marocaines sont multiples. Alger considère comme une menace directe sur ses territoires la normalisation des relations diplomatiques entre Rabat et Tel-Aviv.

Les autorités algériennes avaient évoqué plusieurs raisons pour justifier la décision, mais l'affaire dite «Pegasus» a constitué la goutte d’eau qui a fait déborder le vase: le Maroc a eu recours, selon Alger, au logiciel israélien Pegasus pour espionner «des responsables et citoyens algériens» au mois de juillet. L’Algérie y a vu des manœuvres destinées à la déstabiliser, soulignant notamment le fait que Rabat a ouvertement soutenu le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK). Cette organisation avait été classée terroriste quelques mois auparavant, le 18 mai.

Alger a surenchéri le 22 septembre: il a annoncé la fermeture immédiate de son espace aérien à tous les avions civils et militaires marocains, ainsi qu’à tous ceux qui sont immatriculés dans le royaume chérifien.

Un Hirak suspendu 

Les Algériens ont connu en 2021 quelques hauts et beaucoup de bas, après une année 2020qui fut marquée, comme dans les autres pays du monde, par le blocus ainsi que par la stagnation politique et économique. Les Algériens ont vu dans l'arrivée des vaccins une lueur d'espoir qui leur a permis, le 22 février, de sortir dans la rue pour manifester la célébration du«retour du Hirak», réaffirmant ainsi leur attachement à l'idéal de liberté et s’attachant à rappeler que le principe du Hirak est toujours vivant.

Des Algériens se rassemblent à Kherrata, dans le nord du pays, lors de l'une des premières manifestations du Hirak, le 16 février 2021, deux ans après le début du mouvement de masse qui a balayé l'ancien homme fort Abdelaziz Bouteflika du pouvoir. (AFP)
Des Algériens se rassemblent à Kherrata, dans le nord du pays, lors de l'une des premières manifestations du Hirak, le 16 février 2021, deux ans après le début du mouvement de masse qui a balayé l'ancien homme fort Abdelaziz Bouteflika du pouvoir. (AFP)

Le pouvoir n’est pas sur la même longueur d’onde, lui qui déclarait le 9 mai 2021, par la bouche du chef de l'État, déterminé à en finir avec le mouvement populaire, la fin des manifestations. En effet, les marches ne sont plus tolérées à Alger sans la présentation au préalable d'une demande dûment motivée et qui comprenne notamment l'itinéraire que comptent emprunter les contestataires.

Décès de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika 

L’ancien président Bouteflika est mort vendredi 17 septembre à l'âge de 84 ans dans sa résidence médicalisée de Zéralda, à l'ouest d'Alger, sans «rendre de comptes». L’hommed'État est resté au pouvoir en Algérie de 1999 à 2019 – un temps record de quatre mandats – avant d'en être chassé après des manifestations massives, malgré sa volonté de briguer un nouveau quinquennat. Sous la pression de l'armée et de la rue, qui ont pris la forme d’un mouvement de contestation populaire inédit, le Hirak, Bouteflika a été contraint de quitter leposte qu'il occupait toujours malgré sa maladie. Un deuil de trois jours a été décrété et des funérailles discrètes ont été organisées.

Pénurie d’oxygène médical

La situation sanitaire a également été désastreuse pour les Algériens, qui ont vécu un été difficile à cause de la flambée des cas de contamination de la troisième vague. Cette dernièrea secoué le système sanitaire, de l'aveu même des responsables. Avec plus de 1 000 cas par jour, des centaines d'Algériens impuissants ont vu des membres de leurs familles périr dans des conditions lamentables en raison de la mauvaise gestion de ce que la presse locale a appelé la «crise d'oxygène», au mois de juillet et d'août. De leur côté, les autorités publiques ont misé sur la campagne de vaccination, et surtout sur la production locale des vaccins russe et chinois. En septembre dernier, la première usine de production a été inaugurée pour «gagner en autonomie et en sécurité sanitaire».

Les tensions avec la France

À l’heure où le peuple algérien renoue sans relâche avec le message révolutionnaire du 1er novembre 1954, le passé colonial continue de générer des tensions et des incompréhensions entre Alger et Paris. 

L'année 2021 aura été trop chargée pour les deux pays: la crise est apparue vers la fin du mois de septembre lorsque la France a durci les conditions d’octroi des visas aux ressortissants algériens. Une décision qui ne fut pas du tout du goût de l’Algérie.

Peu de temps après, le journal Le Monde a publié un article dans lequel il rapporte le «dialogue inédit» entre Emmanuel Macron et les petits-enfants de harkis. Il affirme que l’Algérie s’est construite après son indépendance, en 1962, sur «une rente mémorielle» entretenue par «le système politico-militaire».

L’Algérie réagit immédiatement. Elle exprime dans un communiqué son «rejet de toute ingérence dans ses affaires intérieures» et qualifie la situation «engendrée par ces propos irresponsables» de «particulièrement inadmissible». Ces déclarations sur la politique intérieure de l’Algérie ont particulièrement dégradé les relations franco-algériennes, compliquant davantage la situation au point de mettre en péril la résolution d’un conflit historique.

À la fin du mois de décembre, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, arrive à Alger. Cette visite intervient le mercredi 8 décembre après plusieurs semaines de rupture diplomatique entre Paris et Alger. Elle se veut un appel à «une relation apaisée».

Paris ouvre les archives judiciaires françaises relatives à la guerre d’Algérie avec quinze ans d’avance sur le calendrier légal. Une décision saluée par les historiens de l'Hexagone, et vue par Alger comme une énième manipulation, même si les historiens algériens ne cessent d'appeler les autorités à simplifier l’accès aux archives nationales, considérées par beaucoup d'observateurs comme «une bombe à retardement».

La démarche mémorielle d’Emmanuel Macron apparaît comme une arme à double tranchant ou, du moins, comme un écran de fumée.


Le roi de Bahreïn et le président égyptien inaugurent officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn

Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Short Url
  • Le terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile à Bahreïn
  • La construction du terminal a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020

DUBAÏ: Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, ont inauguré le nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi.

En présence du prince Salmane ben Hamad al-Khalifa, le prince héritier et Premier ministre, le roi Hamad et Al-Sissi ont été accueillis par le président du Conseil d’administration de l’aéroport, Kamal ben Ahmad ben Mohammed, le ministre des Transports et des Télécommunications, Mohammed ben Thamer al-Kaabi, et de hauts responsables.

Le nouveau terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile dans le royaume et représente un saut qualitatif dans le domaine des services et des installations aéroportuaires, a révélé Mohammed.

Il a ajouté que le projet a été mis en œuvre dans une période record qui est considérée comme la plus rapide dans la construction d’aéroports dans le monde.

La construction a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020.

«Nous avons investi dans les compétences et les cadres nationaux pendant la période de mise en œuvre, et nous sommes fiers aujourd’hui que ce soient eux qui exploitent et entretiennent l’aéroport», a-t-il indiqué.

Mohammed s’est engagé à ne ménager aucun effort pour continuer à améliorer le statut du royaume au niveau régional et international.

Le roi et Al-Sissi ont dévoilé une plaque commémorative, inaugurant ainsi officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn.

Le roi Hamad, Al-Sissi et le prince Salmane ont visité le bâtiment du hall des départs et ont été informés de ses diverses installations.

Le roi s’est réjoui de la participation d’Al-Sissi à l’inauguration du nouvel aéroport international de Bahreïn, qui confirme la profondeur des solides relations entre le Bahreïn et l’Égypte.

Il a affirmé que le nouvel aéroport international de Bahreïn consolidera le statut du royaume en tant que centre pionnier du secteur de l’aviation régionale et internationale, tout en soutenant l’économie nationale.

En outre, le roi a félicité le président et les membres du Conseil d’administration de la Bahrain Airport Company parce que l’aéroport international de Bahreïn a été nommé «Meilleur nouvel aéroport du monde» lors de la cérémonie des Skytrax 2022 World Airport Awards qui s’est tenue au Passenger Terminal EXPO en France.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


«L’Arabie saoudite ouverte au dialogue interconfessionnel pour combattre l’intolérance religieuse»

L’ambassadrice Deborah Lipstadt, envoyée spéciale des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme (Photo fournie).
L’ambassadrice Deborah Lipstadt, envoyée spéciale des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme (Photo fournie).
Short Url
  • L’historienne et spécialiste de l’Holocauste «encouragé» par l’ouverture du Royaume au dialogue interreligieux
  • Le conflit israélo-palestinien est à l’origine de malentendus et d’animosité entre juifs et musulmans

RIYAD: L’ambassadrice Deborah Lipstadt, envoyée spéciale des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme, a déclaré à Arab News que l’ouverture et l’honnêteté lorsqu’on aborde des sujets importants tels que l’antisémitisme ou la haine des musulmans est la façon dont le changement peut se produire.

Confrontée à plusieurs reprises à l’antisémitisme dans le monde réel, elle est peut-être plus connue pour le procès en diffamation intenté contre elle, au Royaume-Uni, par le négationniste David Irving. Lipstadt a gagné le procès en 2000, le juge décrivant Irving comme un «polémiste néo-nazi» tenant un discours «raciste et antisémite».

La visite de Lipstadt intervient avant le voyage du président américain, Joe Biden, dans le Royaume le mois prochain et à un moment où les relations américano-saoudiennes connaissent «des turbulences», comme l’a noté le prince Turki al-Faisal dans une interview précédente sur «Frankly Speaking», l’émission de radio d’Arab News, en décrivant la relation fluctuante mais stratégique.

Le 24 mai, la vice-présidente, Kamala Harris, a prêté serment à l’historien et professeur de l’université Emory en tant qu’envoyée spéciale. À peine un mois plus tard, elle a effectué son premier voyage international dans le Royaume, déclarant aux médias que l’«Arabie saoudite est un pays très important dans le Golfe et il a montré sa volonté et son ouverture à m’accueillir».

En marge d’une table ronde organisée au siège d’Arab News à Riyad, elle a fait remarquer comment «la représentation du Juif, qui dans les années précédentes, les décennies même, le Juif était diabolisé. On parlait du Juif dans un langage désobligeant et cela a eu un impact en dehors du Royaume dans le reste du monde musulman». Elle a ajouté qu’elle a observé le changement de notion et a été «exceptionnellement encouragée» en rencontrant des personnes qui reconnaissent la nécessité d’un changement.

Lipstadt dans les coulisses d’une table-ronde au siège d’Arab News à Riyad (Photo, AN/Basheer Saleh).

«C’est la première étape: Reconnaître ses propres défauts, que l’on soit un individu, une communauté, une famille ou une nation, et dire que “nous voulons changer”. Seule une personne peut faire cela. Et j’en ai vu un aperçu ici (en Arabie saoudite) et je trouve cela très encourageant», a indiqué Lipstadt.

Depuis des années, le dialogue interconfessionnel est encouragé avec les différents groupes religieux, les érudits et les dirigeants. Un dialogue ouvert est un moyen de reconnaître et d’aller à la racine du problème, comme l’a dit Lipstadt lors de la table ronde, et de comprendre comment «les préjugés fonctionnent, comment fonctionne la haine des juifs ou l’antisémitisme. Et plus important encore, la manière dont la haine d’un groupe se transforme en haine d’un autre groupe, que les mêmes principes de fonctionnement dans chaque préjugé, qu’il s’agisse de racisme, d’antisémitisme, de haine des musulmans, quel qu’il soit, fonctionnent de la même manière».

«Vous ne pouvez pas adopter ce que j’appelle une approche en silo – je combats l’un, mais pas l’autre. Il faut lutter contre tous les problèmes, mais il faut aussi les prendre au sérieux. Et trop souvent, dans de nombreux pays, l’antisémitisme n’a pas été pris au sérieux. Ce que j’ai trouvé intéressant et encourageant ici en Arabie saoudite, c’est la manière dont les choses sont en train de changer», a-t-elle ajouté.


Ludovic Pouille: «La France comme start-up nation»

L'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a animé une conférence de presse sur l'attractivité économique de la France, à la résidence de France à Riyad. (Twitter, @ludovic_pouille)
L'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a animé une conférence de presse sur l'attractivité économique de la France, à la résidence de France à Riyad. (Twitter, @ludovic_pouille)
L'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a animé une conférence de presse sur l'attractivité économique de la France, à la résidence de France à Riyad. (Photo, fournie)
L'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a animé une conférence de presse sur l'attractivité économique de la France, à la résidence de France à Riyad. (Photo, fournie)
Short Url
  • Dans un contexte mondial perturbé par la Covid-19, la France reste un leader parmi les économies européennes en termes d'attractivité
  • La France crée un environnement propice aux start-ups dans le numérique afin de se développer et de gagner en compétitivité

RIYAD: L'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a animé une conférence de presse sur l'attractivité économique de la France, à la résidence de France à Riyad. En partenariat avec Business France, la conférence met en lumière l'attractivité, les perspectives économiques et l'écosystème de l'investissement en France.

Selon le rapport EY 2022 sur l'attractivité (Baromètre de l'attractivité de la France: nouveau monde, nouvelles armes), la France est le pays européen le plus attractif pour les investissements directs étrangers (IDE) en 2021.

L'écosystème de l'investissement

Les investisseurs étrangers sont de retour en Europe, avec 5 877 projets annoncés dans 44 pays. Cela constitue une ne augmentation de 5% des IDE par rapport à 2020, mais ce taux reste inférieur de 12% par rapport à celui de 2017.

Dans un contexte mondial perturbé par la Covid-19, la France reste un leader parmi les économies européennes en termes d'attractivité, avec 1 222 investissements (implantations et projets d'expansions) annoncés en 2021: une augmentation de 24% par rapport au niveau enregistré en 2020. Ce rebond est particulièrement significatif pour un pays plus touché par la pandémie que la moyenne européenne.

Ces résultats reflètent la dynamique que traduisent également les chiffres publiés dans le rapport annuel «Investissements internationaux en France» de Business France, qui soulignent non seulement une hausse de 32% des projets d'investissement par rapport à 2020, mais aussi la création ou le maintien de 45 000 emplois (+30% par rapport à 2020).

D'un point de vue régional, l'attractivité du Royaume-Uni, qui n'a augmenté que de 2%, souffre des incertitudes accrues du marché. Celles-ci sont engendrées par le Brexit, les restrictions commerciales et la pénurie de main-d'œuvre. Néanmoins, le pays s’appuie sur ses industries clés, à savoir la technologie et la finance, ainsi que sur le fait d'être un un hub pour les entreprises.

Du côté allemand, les investisseurs perçoivent les marchés comme difficiles à pénétrer, notamment dans les secteurs de l’automobile, de la chimie et du pharmaceutique. En conséquence, l’économie exportatrice voit son attractivité pour les investisseurs étrangers diminuer de 10%.

Les IDE au Moyen-Orient

«La France est l'un des principaux investisseurs étrangers en Arabie saoudite depuis une décennie. Selon la Banque centrale française, la taille de l'investissement dans le Royaume a atteint les 3 milliards d'euros en 2021, axés sur le secteur de l'énergie.

Cela représente 25% des IDE français au Moyen-Orient, suivis des Émirats arabes unis (21%) et du Qatar (12%), entre autres.

«La taille d'IDE saoudiens en France est compris entre 500 et 600 millions d'euros, ce qui représente 4,5% des IDE moyens en France.» À ce titre, l'ambassadeur de France estime qu'il existe «de fortes opportunités pour que les investissements saoudiens augmentent en France».

M. Pouille met en avant les partenariats dans le Royaume, à savoir le développement de la région d'AlUla, «un projet phare, un exemple des belles collaborations (potentielles)», ajoute-t-il.

Les perspectives sont encourageantes

Après la pandémie, c’est la guerre en Ukraine qui constitue un nouvel obstacle et engendre une régression de l’appétit d’investissement en Europe.

Les perspectives sont néanmoins encourageantes sur un horizon de trois ans: 63% des dirigeants prévoient une amélioration de l’attractivité de la France et de l’Europe d’ici 2025 (étude EY) et 50% envisagent d'augmenter leur recherche et développement (R&D) en France durant la même période.

Parmi les dirigeants interrogés (rapport EY 2022), 56% expriment leur intention d’établir ou d’étendre leurs opérations en France, une augmentation importante par rapport aux 44% enregistrés en 2021, et aux 16% en 2020.

La reconfiguration de la chaîne d'approvisionnement paraît être bénéfique pour le pays et l’attractivité du marché français – un retour vers le Made in France en particulier pour gagner en compétitivité et promouvoir les produits français à l’export.

Cette reconfiguration a entraîné une augmentation des projets industriels (+18%) et logistiques (+37%) par rapport au niveau enregistré en 2019.

L’activité industrielle en France bénéficiera par ailleurs du rapatriement d’activités dans le pays, comme le confirme 56% des dirigeants interrogés, alors que 34% expriment une volonté de régionaliser la production en Europe.

Les implantations ou les extensions sont des projets industriels à 72% des cas, et se trouvent dans des régions de moins de 50 mille habitants, alors que l'implantation de centres de R&D a lieu dans les métropoles. 

Avec Londres en premières place, choisi par 34% des dirigeants interrogés en 2022 (une régression par rapport au niveau de 2021 qui était de 43%), Paris gagne sur ce plan, avec 28% en 2022, une augmentation de 18% par rapport à 2021.

Le shift dans les modes du travail a boosté l’investissement porté vers les entreprises de services numériques (ESN).

La France crée un environnement propice aux start-ups dans le numérique afin de se développer et de gagner en compétitivité face au Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Irlande, entre autres. Ceci passe par une réglementation favorable aux IDE, les réformes avancées par le président Emmanuel Macron en termes de réduction du taux de l’impôt sur les sociétés (de 33,3% à 25%) et la création de Station F, le plus grand incubateur de start-ups au monde.

Les défis post-Covid

On retourne souvent sur les secteurs les plus touchés par la pandémie (l’automobile, l’aéronautique, etc.) et on évoque un retour au niveau d’activité de 2019. Un nombre de facteurs entravent toutefois cette transition: l’augmentation des prix des matières premières, le changement dans les préférences des consommateurs et la guerre en Ukraine.

«Avec l'évolution des préférences des consommateurs et la hausse du prix des matières premières, les industries locales devront s'adapter. La chaîne d'approvisionnement et le coût des matières premières sont un vrai problème, mais la logistique et les frais d'expéditions auront, eux aussi, un impact. Aujourd'hui, le prix du pétrole est très élevé – environ 115 dollars (1 dollar = 0,96 euro) le baril –, ce qui aura un impact sur de nombreux pays», constate M. Pouille. 

«Nous avons la responsabilité collective d'éviter une situation où, d'ici la fin de l'année et l'hiver de l'année prochaine, le monde pourrait souffrir à la fois d'une crise énergétique et d'une crise alimentaire, conduisant à l'instabilité dans de nombreux pays avec tous ses effets secondaires», ajoute-t-il.

Par ailleurs, la France et l'Europe travaillent pour stabiliser les prix et trouver une solution à la crise énergétique. Pour la crise alimentaire, le président Macron a lancé Farm, une initiative pour la collecte et la fourniture de denrées alimentaires aux pays pauvres, dans le but de lutter contre la famine dans les régions les plus vulnérables.

«Une fois les entreprises ont commencé à se redresser après la Covid, la guerre en Ukraine a commencé (…), mais les mesures que nous avons mises en place ont sauvé de nombreuses entreprises. Je suis convaincu qu'en France et en Arabie saoudite, les résultats que nous avons atteint aujourd'hui, après deux ans de Covid, continueront en 2022 et 2023», affirme M. Pouille.