Algérie 2022, l’année de l’ouverture du capital des banques publiques?

Annoncée le 5 décembre 2021 lors de la conférence nationale sur la relance industrielle, l’ouverture des capitaux de banques publiques sera entamée en 2022. Photo fournie.
Annoncée le 5 décembre 2021 lors de la conférence nationale sur la relance industrielle, l’ouverture des capitaux de banques publiques sera entamée en 2022. Photo fournie.
Short Url
Publié le Vendredi 31 décembre 2021

Algérie 2022, l’année de l’ouverture du capital des banques publiques?

  • Annoncée le 5 décembre 2021 lors de la conférence nationale sur la relance industrielle, l’ouverture des capitaux de banques publiques sera entamée en 2022
  • Le succès d’un programme de privatisation exige une base juridique solide

PARIS: La mutation du secteur bancaire et financier, tant attendue, serait-elle en phase de réalisation en Algérie? Les banques publiques, qui occupent une place importante dans le financement de l’économie nationale, connaîtront-elles une transformation, un ajustement et une régulation leur permettant de réussir la phase de privatisation dans le pays?

Annoncée le 5 décembre 2021 par le Premier ministre et ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, lors de la conférence nationale sur la relance industrielle, l’ouverture des capitaux de banques publiques sera entamée en 2022.

alger
L’ouverture des capitaux de banques publiques sera entamée en 2022. Photo fournie.

Selon les experts financiers, le processus de privatisation des banques, réalisé dans des conjonctures économiques stables, pourrait permettre l’amélioration de la performance et la réalisation des résultats nets supérieurs à ceux obtenus avant la privatisation. Pour y parvenir, les spécialistes sont unanimes: il faudrait revoir le dispositif réglementaire de la Banque d’Algérie, assouplir le dispositif réglementaire du contrôle des changes et des mouvements des capitaux pour attirer les investisseurs directs étrangers (IDE), créer des banques/bureaux de conseils juridiques et financiers, des sociétés émettrices, des commissaires aux comptes locaux, développer la FinTech. Telles sont les principales actions, préconisées par les experts financiers, à mettre en œuvre.

La privatisation dynamise la concurrence

Selon Mohamed Haichour, expert financier, membre du club d’Alger du Centre algérien de diplomatie économique et membre du conseil scientifique de la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (Cosob), la privatisation des banques permettra la hausse de la concurrence sur le marché bancaire ainsi que l’évolution et la modernisation des services bancaires. «La privatisation constitue un facteur majeur de renforcement et de modernisation des mécanismes du marché financier en réalisant une ouverture et un développement international», car, révèle-t-il, «la privatisation des banques permet d’attirer les fonds étrangers pour l’investissement sur le marché domestique, ce qui a pour conséquence de fournir des ressources réelles afin de financer le développement économique et encourager les petites épargnants à exploiter leurs épargnes sur le marché financier».

mohamed
Mohamed Haichour préconise une privatisation mixte des banques via la vente de 20 % des capitaux sur le marché boursier aux petits investisseurs et de 80 % aux investisseurs stratégiques. Phot fournie.

Ainsi, Mohamed Haichour préconise une privatisation mixte des banques via la vente de 20 % des capitaux sur le marché boursier aux petits investisseurs et de 80 % aux investisseurs stratégiques. «La privatisation joue un rôle mécanique qui permet d’accroître la capitalisation boursière et le nombre des titres négociables sur le marché boursier, elle favorise sa diversification, et elle lui donne une nouvelle dimension en établissant une nouvelle catégorie de petits investisseurs sur le marché», explique-t-il à Arab News en français.

Amélioration des performances

Interrogé sur l’apport de la privatisation des banques publiques dans l’amélioration des performances des institutions financières, l’expert financier affirme que l’impact sur les performances des banques privatisées est plus positif lorsqu’un investisseur stratégique prend le contrôle de la banque privatisée que lors de la vente des parts aux petits investisseurs sur le marché boursier. Il ajoute que «les gains de performance sont plus grands, notamment avec la participation des investisseurs étrangers, car cela permet de créer un marché concurrentiel profitable au développement du marché financier».

baqnue
Jusqu’alors sous contrôle de l’État, les professionnels du secteur financier plaident pour l’ouverture des capitaux des banques publiques. Photo fournie.

Jusqu’alors sous contrôle de l’État, les professionnels du secteur financier plaident pour l’ouverture des capitaux des banques publiques, laquelle sera, selon eux, très bénéfique à l’attractivité du marché financier. «La privatisation bancaire consiste dans l’amélioration de l’efficacité économique des établissements bancaires, notamment face à la forte concurrence internationale et face aux projets technologiques en matière bancaire», indique M. Haichour. «Par l’accroissement de la participation salariée et l’actionnariat populaire, la réduction du déficit budgétaire de l’État et le développement des activités financières et boursières», ajoute-t-il.

Un processus complexe

La libéralisation des banques publiques serait-elle caractérisée par un processus long et complexe à mettre en œuvre? Selon Mohamed Haichour, la privatisation des banques constitue, notamment dans les pays en voie de développement tels que l’Algérie, un processus complexe parce qu’elle dépend de la libéralisation financière qui exige des changements importants dans les règles régissant et organisant les secteurs bancaire et financier. Car, observe-t-il, «la privatisation des banques a besoin d’une organisation juridique et technique précise qui détermine les procédures de privatisation, la structure de la propriété et la participation étrangère. Cette organisation peut être la clé du succès ou de l’échec de la privatisation d’une banque.»

banque
le succès d’un programme de privatisation exige une base juridique solide qui fixe les règles et les principes permettant de réaliser les objectifs escomptés tout en conservant l’intérêt national. Photo fournie.

Pour rappel, ce processus est entamé par la levée de l’obstacle juridique, contenu dans la loi de la monnaie et de crédit (l’article 94 de l’ordonnance n°03-11 du 26 août 2003) par l’exécutif et son remplacement par l’article 159 de la loi de finances 2022, laquelle autorise l’introduction des capitaux des banques publiques à la Bourse d’Alger.

Par ailleurs, l’analyste financier ne manque pas de rappeler que «la libéralisation financière et l’augmentation de la compétition sur le secteur bancaire à la suite de privatisations, peut poser la question de l’augmentation de l’exposition au risque bancaire». Selon lui, le succès d’un programme de privatisation exige une base juridique solide qui fixe les règles et les principes permettant de réaliser les objectifs escomptés tout en conservant l’intérêt national. Parmi les dispositions qui seront mises œuvre par le gouvernement, le Premier ministre algérien a évoqué la soumission des gestionnaires à une évaluation périodique, semestrielle et annuelle pour expertiser l’efficacité du processus de gestion.

De son côté, Rostom Fadhli, gouverneur de la Banque d’Algérie (BA), a mis en avant la nécessité de réviser le système de gouvernance des banques et des institutions financières. Lors de son intervention à l’occasion de la seizième réunion du Fonds monétaire arabe (FMA), le gouverneur de la BA a plaidé pour le renforcement du principe d'autonomie et de transparence dans les conseils d'administration des banques et des institutions financières en vue d'optimiser la gestion professionnelle des finances et permettre à ces institutions de poursuivre l'action pour la réalisation des objectifs définis.

 


RDC: Sommet sur l'industrialisation de l'Afrique australe

Le président rwandais Paul Kagame, le président angolais Joao Lourenco et le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi (Photo, AFP).
Le président rwandais Paul Kagame, le président angolais Joao Lourenco et le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi (Photo, AFP).
Short Url
  • Le thème choisi était: Promouvoir l'industrialisation au moyen de l'agro-transformation
  • Dans un récent rapport, des experts de l'ONU ont affirmé que des troupes rwandaises étaient intervenues militairement à l'intérieur de la RDC

KINSHASA: Une dizaine de chefs d’État de la Communauté économique des États d'Afrique australe (SADC) ont tenu mercredi à Kinshasa un sommet sur l'industrialisation des seize pays membres de la sous-région, appelés à développer leurs propres "chaînes de valeur", a constaté une équipe de l'AFP.

Le thème choisi était: "Promouvoir l'industrialisation au moyen de l'agro-transformation, la valorisation des minéraux et du développement des chaînes de valeur régionales en vue d'atteindre la croissance économique inclusive".

"Il n'y a personne en dehors de l'Afrique qui viendra construire l'Afrique comme nous voulons qu'elle soit construite", a déclaré d'entrée de jeu le président sortant de la SADC, le Malawite Lazarus Chakwera, notant qu'Américains, Européens et Asiatiques ne consacrent que "quelques millions de dollars" à la construction d'infrastructures sur le continent.

"Pour cette raison, nous devons créer nos propres pools de ressources de développement. Nous avons déjà les ressources naturelles et minérales, qui devraient être plus que suffisantes pour financer tout projet dont nous avons besoin à travers l'Afrique", a-t-il ajouté.

"Le pillage que nous avons permis à l'Occident de mener en République démocratique du Congo est un péché dont nous devons nous repentir", a-t-il déclaré. L'heure est venue de montrer et de dire "au monde d'une seule voix que l'Afrique est ouverte aux affaires mais que l'Afrique n'est pas à vendre".

Lui succédant à la présidence tournante de la SADC, le président congolais Félix Tshisekedi a pris dans son discours l'engagement de s'investir, avec tous les États membres de la SADC, dans la construction d'infrastructures en vue de d'une industrialisation rapide de la sous-région.

Les États membres doivent "accélérer la mise en œuvre des projets pertinents et connexes" en vue d'atteindre cet objectif, en mettant à contribution les nouvelles technologies de l'information et de la communication considérées comme "instruments et catalyseurs de l'industrialisation", a-t-il dit.

Tout cela n'est possible que dans un environnement de paix, a plaidé M. Tshisekedi qui, prenant ses pairs à témoin, a de nouveau accusé le Rwanda de soutenir activement une rébellion (le "M23") dans l'est de son pays.

"Ce sommet se tient au moment où notre pays est victime d'une agression lâche et barbare de la part de son voisin le Rwanda", a-t-il déclaré.

Dans un récent rapport, des experts de l'ONU ont affirmé que des troupes rwandaises étaient intervenues militairement à l'intérieur de la RDC depuis novembre 2021. Mais Kigali continue de nier tout soutien aux rebelles du M23.

Dans sa déclaration finale du sommet de Kinshasa lue dans la soirée en direct à la télévision congolaise, la SADC a "manifesté son inquiétude et sa solidarité au sujet des événements récents liés à la sécurité dans la partie est de la RDC" et décidé "d'en faire part au secrétaire général de l'ONU en septembre prochain en marge de l'assemblée générale des Nations unies".


TikTok plus vigilant sur les contenus politiques avant les élections législatives américaines

Logo du réseau social chinois TikTok sur un écran de smartphone (Photo, AFP).
Logo du réseau social chinois TikTok sur un écran de smartphone (Photo, AFP).
Short Url
  • Les publicités à caractère politique sont proscrites sur la plateforme depuis octobre 2019
  • TikTok a créé, sur son application, une plateforme dédiée aux élections américaines, qui propose du contenu relatif aux modalités du scrutin

NEW YORK: TikTok entend se montrer plus vigilant sur la nature des contenus politiques postés sur le réseau social avant le scrutin législatif américain du 8 novembre.

Les publicités à caractère politique sont proscrites sur la plateforme depuis octobre 2019, mais certains annonceurs étaient parvenus à contourner cette interdiction en passant par des influenceurs rémunérés lors du scrutin de 2020.

Pour y remédier, TikTok va sensibiliser les créateurs directement et via le réseau social, et s'engage à retirer tout contenu mis en ligne par un créateur et payé par un annonceur politique, a indiqué, dans un message posté sur le site officiel, Eric Han, en charge de la sécurité des contenus pour les Etats-Unis.

Quant aux contenus postés spontanément par les utilisateurs non rémunérés, des algorithmes et des employés de TikTok s'assurent qu'ils ne promeuvent pas la désinformation, le harcèlement, les messages haineux et l'extrémisme violent.

Le groupe collabore également avec des organisations externes qui vérifient la fiabilité des contenus et l'alertent sur des vidéos contenant des assertions fausses ou erronées.

La filiale du groupe chinois ByteDance entend également faire acte de pédagogie et diriger les utilisateurs en quête d'informations sur le scrutin vers des sources externes qu'elle considère fiables.

TikTok a créé, sur son application, une plateforme dédiée aux élections américaines, qui propose du contenu relatif aux modalités du scrutin, à l'inscription sur les listes électorales, ainsi qu'aux candidats, et postera des estimations le soir des résultats.

Mardi, Meta avait également annoncé ses mesures prises pour faciliter l'accès à des informations pratiques vérifiées sur l'élection ainsi que pour lutter contre la désinformation et la manipulation.

Elles sont similaires à celles mises en place lors des élections de 2020, avec une équipe dédiée.

Facebook écartera notamment toute tentative de désinformation quant aux modalités du scrutin et refusera toute publicité encourageant à ne pas se rendre aux urnes ou contestant les résultats du scrutin.


Un ministre saoudien souligne la nécessité d'établir des liens commerciaux directs avec l'Ouzbékistan

Lors de son discours, Al-Faleh a ajouté que les relations entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan avaient atteint de nouveaux sommets avec la contribution d'Acwa Power. (Photo, AN)
Lors de son discours, Al-Faleh a ajouté que les relations entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan avaient atteint de nouveaux sommets avec la contribution d'Acwa Power. (Photo, AN)
Short Url
  • Khaled al-Faleh a déclaré que l'Ouzbékistan était un acteur majeur dans l'agriculture, l'immobilier, l'hôtellerie et les ressources humaines
  • L’entreprise saoudienne Acwa Power va signer un accord de 2,4 milliards de dollars avec le gouvernement ouzbek pour un projet éolien de 1 500 MW

DJEDDAH: Des relations directes d'importation et d'exportation entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan sont nécessaires, car la plupart des échanges entre les deux pays passent par la Turquie et les Émirats arabes unis (EAU), selon le ministre saoudien de l'Investissement, Khaled al-Faleh.

S’adressant au Conseil des affaires saoudo-ouzbek à Djeddah le 17 août, Al-Faleh a déclaré que l'Ouzbékistan était un acteur majeur dans l'agriculture, l'immobilier, l'hôtellerie et les ressources humaines.

«Nous voulons faire de cette relation l'une des plus importantes pour l'Arabie saoudite. Nous sommes là pour en faciliter la concrétisation», a affirmé Al-Faleh.

Au cours de son discours, le ministre saoudien de l’Investissement a ajouté que les relations entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan avaient atteint de nouveaux sommets avec la contribution d'Acwa Power. Cette entreprise signera un accord de 2,4 milliards de dollars (soit 2,35 milliards d’euros) avec le gouvernement ouzbek pour un projet éolien de 1 500 MW.

Il a ajouté que l'Ouzbékistan était un pays plein d'opportunités, et Acwa Power une entreprise à la recherche de nouveaux horizons.

Jamshid Khodjaev, vice-Premier ministre ouzbek et ministre des Investissements et du Commerce extérieur, a déclaré que l'Arabie saoudite était sur la voie de la transformation et que le Royaume était actuellement un pays très dynamique et très développé.

Il a fait l'éloge d'Acwa Power et a affirmé que l'entreprise était l'une des meilleures au monde.

Il a en outre indiqué que l'Ouzbékistan et l'Arabie saoudite étaient des partenaires solides et a précisé que le pays était attaché à bâtir une relation sur le long terme avec le Royaume.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com