L’Arabie saoudite affirme sa présence à la Mostra de Venise

Affiche du film Amira, du réalisateur égyptien Mohamed Diab, qui fait partie de la sélection officielle dans la catégorie «Orizzonti». Cette œuvre a bénéficié du Red Sea Fund (le «fonds mer Rouge»), qui accompagne le développement, la production et la postproduction de films arabes. (Photo fournie)
Affiche du film Amira, du réalisateur égyptien Mohamed Diab, qui fait partie de la sélection officielle dans la catégorie «Orizzonti». Cette œuvre a bénéficié du Red Sea Fund (le «fonds mer Rouge»), qui accompagne le développement, la production et la postproduction de films arabes. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 11 septembre 2021

L’Arabie saoudite affirme sa présence à la Mostra de Venise

  • L’événement phare, pour l’Arabie saoudite, est sans aucun doute la soirée de gala organisée par le RSIFF et intitulée «Celebration of Women in Cinema»
  • Le Festival de la mer Rouge apporte notamment son soutien au film Amira, du réalisateur égyptien Mohamed Diab

Cette année, l’Arabie saoudite est plus représentée que jamais à la Mostra de Venise, notamment grâce à une large délégation officielle qui compte le président du Red Sea International Film Festival (Festival international du film de la mer Rouge, ou RSIFF), Mohammed al-Turki, sa directrice générale, Shivani Pandya, le critique de cinéma Édouard Waintrop, le producteurs de films arabes et internationaux Antoine Khalife et le directeur de la programmation internationale Kaleem Aftab. Ce festival est l’occasion pour les spectateurs de faire de très nombreuses découvertes.

ut
Affiche du film Amira, du réalisateur égyptien Mohamed Diab, qui fait partie de la sélection officielle dans la catégorie «Orizzonti». Cette œuvre a bénéficié du Red Sea Fund (le «fonds mer Rouge»), qui accompagne le développement, la production et la postproduction de films arabes. (Photo fournie)

L’événement phare, pour l’Arabie saoudite, est sans aucun doute la soirée de gala organisée par le RSIFF et intitulée «Celebration of Women in Cinema» («Célébration des femmes dans le cinéma»). «Cet événement concrétise l’une des missions du festival, qui consiste à favoriser l'autonomisation des femmes et à apporter notre soutien à la future génération de femmes créatives, qu’elles soient devant ou derrière la caméra», confie Mohammed al-Turki à Arab News en français.

Cette soirée, qui s’est déroulée le 4 septembre dernier, a rencontré un franc succès. Elle rassemblait des figures du cinéma international et arabe – réunies pour la première fois grâce au RSIFF – afin de rendre hommage à leur travail. Parmi ces personnalités étaient notamment présentes les vedettes hollywoodiennes Kate Hudson, Demi Moore, Isabelle Huppert et Eiza Gonzalez, la star saoudienne Fatima al-Banawi ou encore l'actrice jordanienne Saba Moubarak. «Je tiens à préciser que la personne qui est aujourd’hui reconnue comme le précurseur du cinéma saoudien est une femme: il s’agit de la réalisatrice plusieurs fois nominée et internationalement reconnue Haifaa al-Mansour. C’est elle qui a ouvert la voie à ces incroyables réalisatrices et actrices saoudiennes», se réjouit Al-Turki.

«Par ailleurs, fidèles à la mission que nous nous sommes fixée, nous souhaitons encourager les cinéastes saoudiens: nous leur offrons l'opportunité de se faire connaître dans l'un des festivals les plus établis du monde, de présenter leurs futurs projets, de se connecter avec des studios, des maisons de production et de nouer des relations importantes avec des professionnels de l'industrie du monde entier. Ils auront également l’occasion de parfaire leurs compétences grâce aux nombreux ateliers de développement et aux différentes conférences que le festival met à leur disposition», précise Mohammed al-Turki.

Le Festival de la mer Rouge apporte en outre son soutien au film Amira, du réalisateur égyptien Mohamed Diab, qui fait partie de la sélection officielle dans la catégorie «Orizzonti». Cette œuvre a bénéficié du Red Sea Fund (le «fonds mer Rouge»), qui accompagne le développement, la production et la postproduction de films arabes.

«Nous sommes ravis de soutenir à la fois la première mondiale d’Amira de Mohamed Diab et le cinéma arabe, qui continue de prospérer sur la scène mondiale. Nous sélectionnerons également le meilleur de la production cinématographique internationale, que nous présenterons au public saoudien à l’occasion de la 1ère édition du Red Sea Film Festival, au mois de décembre prochain», indique Mohammed al-Turki. «Nous n’avons pas vocation à n’être qu’un hub officiel du cinéma arabe; nous voulons être le cœur du cinéma arabe. Le Red Sea International Film Festival apporte son soutien au cinéma arabe et africain. Il est donc très important pour nous d’être présents ici, à la Mostra [de Venise], l’un des lieux incontournables du cinéma mondial», conclut-il.


Le rappeur Coolio, connu pour «Gangsta's Paradise», est mort à 59 ans

"'Gangsta's Paradise' est à propos de la vie, parce qu'on vit aussi dans le paradis des gangsters", a déclaré Coolio à propos de sa chanson en 1995, invité de l'émission de radio "Howard Stern Show". (AP).
"'Gangsta's Paradise' est à propos de la vie, parce qu'on vit aussi dans le paradis des gangsters", a déclaré Coolio à propos de sa chanson en 1995, invité de l'émission de radio "Howard Stern Show". (AP).
Short Url
  • Le musicien récompensé d'un Grammy Award est mort à Los Angeles, selon Jarez Posey, ami et manager de longue date de Coolio
  • La cause de sa mort n'était pas immédiatement connue

LOS ANGELES : Coolio, rappeur américain connu pour son tube "Gangsta's Paradise" sorti en 1995, est mort, a annoncé son manager mercredi. Il avait 59 ans.

Le musicien récompensé d'un Grammy Award est mort à Los Angeles, selon Jarez Posey, ami et manager de longue date de Coolio. La cause de sa mort n'était pas immédiatement connue.

M. Posey a indiqué à TMZ, publication spécialisée dans la couverture des célébrités, que Coolio avait été trouvé inconscient dans la salle de bains d'un ami mercredi après-midi.

Né le 1er août 1963 sous le nom d'Artis Leon Ivey Jr en Pennsylvanie, l'artiste a passé la plus grande partie de sa vie à Compton, en Californie, où il a fait ses études et occupé divers emplois, notamment dans la sécurité aéroportuaire, avant de rencontrer le succès grâce au rap.

Coolio a commencé sa carrière musicale en Californie à la fin des années 1980, s'enracinant à Los Angeles en 1994 après avoir signé avec Tommy Boy Records.

Son single "Fantastic Voyage", extrait de son premier album studio "It Takes a Thief", s'est hissé à la troisième place du classement Billboard Hot 100.

Mais c'est avec "Gangsta's Paradise", l'année suivante, que Coolio s'est fait un nom.

Le rappeur est devenu mondialement célèbre en 1995 en sortant ce titre pour la bande originale du film "Dangerous Minds" avec Michelle Pfeiffer.

Il est devenu le meilleur single de l'année et a valu à Coolio de remporter un Grammy Award pour la meilleure performance rap solo.

Avec une mélodie reprise du titre "Pastime Paradise" de Stevie Wonder, publié en 1976 dans son album "Songs In The Key of Life", le tube s'est vendu à des millions d'exemplaires dans le monde entier, atteignant le sommet des classements de musique pop dans 16 pays.

"'Gangsta's Paradise' est à propos de la vie, parce qu'on vit aussi dans le paradis des gangsters", a déclaré Coolio à propos de sa chanson en 1995, invité de l'émission de radio "Howard Stern Show".

«C'est elle qui m'a écrit»

Dans une interview accordée plus de dix ans après à l'émission britannique "The Voice", Coolio a déclaré qu'il ne se doutait pas que la chanson allait subsister pendant tant d'années.

"Je n'ai pas écrit Gangsta's Paradise. C'est elle qui m'a écrit... C'était sa propre entité, là-bas dans le monde des esprits, qui essayait de se frayer un chemin vers le monde, et elle m'a choisi comme vaisseau", assurait-il.

"Je n'aurais jamais pensé qu'elle se diffuserait comme elle l'a fait, touchant tous les âges, les races, les genres, les pays et les générations", disait-il.

Star attachante du gangsta rap, Coolio a vu sa popularité croître grâce à des clips vidéo hauts en couleur. Il a ensuite entamé une carrière d'acteur, en décrochant notamment un rôle dans "Batman et Robin" en 1997 et en faisant plusieurs apparitions à la télévision, notamment dans la série phare des années 1990 "Une nounou d'enfer".

"Pars en paix, mon frère. #Coolio", a écrit le musicien Questlove.


Pour le 70e anniversaire de Moncler, le chorégraphe Sadeck Berrabah enchante la piazza del Duomo

Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer la performance artistique (Photo, Moncler).
Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer la performance artistique (Photo, Moncler).
Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer la performance artistique (Photo, Moncler).
Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer la performance artistique (Photo, Moncler).
Short Url
  • 700 danseurs, 200 musiciens, 100 choristes et 952 mannequins ont été mobilisés samedi soir
  • Une performance grandiose, minutieusement chorégraphiée par le franco-algérien Sadeck Berrrabah

RABAT: À l'occasion de la Fashion Week de Milan, 700 danseurs, 200 musiciens, 100 choristes et 952 mannequins ont été mobilisés samedi soir pour mettre en scène le 70e anniversaire de la marque de luxe Moncler, devant plus de 18 000 spectateurs. Ces commémorations qui dureront 70 jours ont été inaugurées à la célèbre cathédrale milanaise Piazza del Duomo.

Une performance grandiose, minutieusement chorégraphiée par le franco-algérien Sadeck Berrrabah (alias Sadeck Waff) dont les mouvements géométriques et angulaires constituent une signature de plus en plus prisée.

La ballerine Virna Toppi de la Scala de Milan ouvre le spectacle, avant que le reste des danseurs – portant des doudounes de la marque – n'occupent la place de la cathédrale. Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer le spectacle.

Un parcours inhabituel

De maçon à danseur professionnel, l’artiste gardois a su se faire une place à l’international. En 2015, il co-fonde le groupe Géométrie Variable avec Ammar Benbouzid, dont la première vidéo sort en mars 2017.

1
Sadeck Berrabah (Photo, sadeckberrabah.com)

Peu à peu, la signature du chorégraphe attire l’attention et en 2021, il est propulsé en finale de l’émission à succès de M6 «La France a un incroyable talent» sans passer par les phases intermédiaires.

Cette ascension fulgurante le met sous le feu des projecteurs et lui permet de collaborer avec les plus grands noms de la musique, de Chris Brown à Shakira, en passant par les Black Eyed Peas.

Mais sa réussite ne se limite pas au monde de la musique, puisqu’il est sélectionné pour chorégraphier la cérémonie de passation des Jeux Paralympiques entre Tokyo et Paris au Trocadéro, le 5 septembre 2021. 


«Pour toujours extraordinaire»

De par le monde, sous le slogan «Extraordinary Forever Campaign», Moncler entend marquer son anniversaire pendant 70 jours.

À Séoul, Londres ou encore New York, la marque présentera son histoire à travers des photographies et vidéos d’archives. Des expériences immersives alliant technologie à la mode.

Par ailleurs, la marque annonce la création de 7 NFT (jetons non fongibles) dans le but de s'introduire au métavers.


Dans une galerie londonienne, hommage en portraits à la reine Elizabeth II

Le château de Windsor se reflète sur un portrait de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne qui est affiché dans une fenêtre à Windsor, le 18 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le château de Windsor se reflète sur un portrait de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne qui est affiché dans une fenêtre à Windsor, le 18 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour la sculpter, Frances Segelman a réalisé trois séances de poses avec Elizabeth II en 2007
  • L'exposition présente également trois portraits de la reine, une peinture plutôt classique, commandée par le Palais, et deux immenses toiles

LONDRES: Filmée et photographiée sous tous les angles pendant ses 70 ans sur le trône britannique, la reine Elisabeth II a aussi souvent pris la pose devant des artistes de renom: une exposition à Londres rassemble les oeuvres de trois d'entre eux.

À l'entrée de la galerie Quantus, plus habituée à montrer les oeuvres de street artistes comme Bansky ou Stony, un buste sombre en bronze de la défunte reine accueille les visiteurs. C'est une des pièces maîtresses de la douzaine d'oeuvres rassemblées jusqu'au 12 octobre en hommage à Elizabeth II, décédée le 8 septembre dernier.

Pour la sculpter, Frances Segelman a réalisé trois séances de poses avec Elizabeth II en 2007.

"Je ne voulais pas faire son portrait, comme d'autres ont pu le faire, en déformant la réalité, pour faire sensation", raconte l'artiste à l'AFP, pour justifier sa fidélité totale aux traits de la souveraine, point commun de toutes les oeuvres présentées ici.

Son buste témoigne aussi du "fort et solide roc" qu'elle était pour le peuple britannique, et quinze ans après, elle se souvient avec nostalgie de sa rencontre avec Elizabeth II. "C'était une personne lumineuse, et très facile à approcher".

L'exposition présente également trois portraits de la reine, une peinture plutôt classique, commandée par le Palais, et deux immenses toiles présentant chacune une photographie de la reine tout sourire saturée de rose et incrustée de poussière de diamants.

Ils sont signés de l'artiste Christian Furr. "Je voulais capturer sa personnalité, sa vitalité, son humour, mais aussi son humanité, parce qu'elle paraissait d'une certaine manière ordinaire même si elle était aussi majestueuse", explique-t-il.

Quand il peint le portrait de la reine en 1995, il n'a que 28 ans, et se souvient du sentiment "d'anachronisme" qu'il a ressenti alors que le mouvement novateur des British Young artists, connu pour son usage des nouvelles matières et procédés créatifs, bouillonnait autour de lui.

Effet 3D

Ses portraits tranchent avec ceux, dans un solennel et lumineux noir et blanc, réalisés par Rob Munday, spécialiste des hologrammes qui donnent un effet 3D en associant plusieurs images d'un même sujet.

Baptisée "Equanimity", sa principale oeuvre, réalisée avec Chris Levine en 2004, est devenue l'une des images iconiques de la reine, reprise sur des timbres ou des billets de banques, ou encore à la Une de Time magazine en 2012 à l'occasion de ses 60 ans de règne.

De face le regard droit vers l'objectif, la reine y apparait vêtue de noir avec une couronne, un manteau de fourrure blanc et son inamovible collier de perles. En se déplaçant autour d'elle, le spectateur peut voir des images différentes de la monarque.

Au début des années 2000, "c'était encore une technologie très nouvelle", raconte Rob Munday, qui nécessite l'immobilité parfaite du modèle. Mais la reine "a été merveilleuse, fantastique" et "très accommodante", ajoute-t-il se souvenant de son inquiétude quant à sa réaction face à une oeuvre au rendu si "réaliste".

"Les membres de la famille royale ont cette faculté incroyable de savoir rester immobile.... Ils sont très disciplinés, mais la reine parlait constamment et je ne pouvais pas me concentrer", se souvient aussi parfaitement Frances Segelman.

"Normalement, je dis à mon modèle, 'ne bougez pas s'il vous plait', mais je ne me voyais pas dire cela à la reine", alors au début de sa deuxième séance "je lui ai dit 'Ma'am, vous n'êtes pas obligée de parler, vous pouvez juste vous détendre si vous voulez'. Mais elle a juste continué de parler", rigole-t-elle.