L'armée libanaise procède à un exercice de simulation en cas de «crise nationale»

L'armée libanaise a annoncé la tenue lundi d'un exercice militaire baptisé «Lebanon Wide». (Fourni)
L'armée libanaise a annoncé la tenue lundi d'un exercice militaire baptisé «Lebanon Wide». (Fourni)
Short Url
Publié le Mardi 01 juin 2021

L'armée libanaise procède à un exercice de simulation en cas de «crise nationale»

  • L'exercice militaire intervient dans un climat de flambée des prix des produits de base et de craintes d'effondrement social
  • Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a rencontré le Premier ministre désigné, Saad Hariri, pour tenter, une nouvelle fois, de contourner les obstacles qui entravent la formation d'un gouvernement de secours

BEYROUTH: L'armée libanaise a conduit lundi des exercices militaires à grande échelle afin de tester sa capacité à faire face à une crise nationale.

L'exercice baptisé «Lebanon Wide» a rassemblé des unités de l'armée ainsi que: les Forces de sécurité intérieure; la Sûreté générale; la Sécurité de l'État; la Direction générale des douanes; la Direction générale de la défense civile; la Croix-Rouge libanaise; l'Office de secours et de travaux des nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA); le Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR), ainsi que des experts et des officiers français.

Cet exercice a permis d'évaluer la capacité des différentes unités à coordonner leurs efforts avec les forces de sécurité et les organisations non gouvernementales (ONG) locales et internationales en cas de crise nationale.

Cette initiative survient à un moment où le Liban fait face à un effondrement économique et à une colère grandissante des Libanais contraints de faire de longues queues devant les stations-service, les pharmacies et les supermarchés, sans qu'un gouvernement de secours ait été formé.

Dans une nouvelle tentative de contourner les obstacles à la formation d'un gouvernement de secours, le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a rencontré lundi le Premier ministre désigné, Saad Hariri. M. Hariri ne s'est pas exprimé à l'issue de la rencontre.

Le bureau de M. Berri a indiqué que la réunion «a duré deux heures, durant lesquelles a été abordé le problème du gouvernement». Il a également précisé que parmi les sujets abordés, il y avait eu une discussion «sur la voie de la formation du gouvernement et des étapes franchies en ce sens, et que l'atmosphère était positive».

Nabih Berri cherche en effet à jouer un rôle de médiateur auprès du président libanais, Michel Aoun, et de Saad Hariri afin qu'ils acceptent de former un gouvernement de 24 ministres, dans lequel aucune partie n'obtiendrait le «tiers de blocage».

EN BREF

- Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a rencontré le Premier ministre désigné, Saad Hariri, pour tenter, une nouvelle fois, de contourner les obstacles qui entravent la formation d'un gouvernement de secours.

- M. Hariri ne s'est pas exprimé à l'issue de la rencontre.

Le 22 octobre 2020, la majorité du Parlement libanais a chargé M. Hariri de former un nouveau gouvernement. Ce dernier a soumis à M. Aoun une proposition de 18 ministres non partisans, mais le président a rejeté ce projet et a insisté pour que M. Hariri nomme lui-même des ministres chrétiens et obtienne un tiers de blocage dans le prochain gouvernement.

Le président a exhorté le Parlement à envisager la nomination d'un Premier ministre autre que M. Hariri. Le Parlement a toutefois, le 22 mai, réitéré son engagement unanime à nommer Saad Hariri.

Rola al-Tabash, député du Courant du futur, a déclaré que «les chances de former un gouvernement sont presque égales aux risques de ne pas y parvenir».

Selon Mme Al-Tabash, «le camp dirigé par le Premier ministre désigné s'efforce de supprimer tous les obstacles, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, tandis que l'autre camp, dirigé par une obsession présidentielle, sème toutes sortes d'obstacles afin de perpétuer la déformation de la Constitution, les dissensions politiques et l'épuisement social».

Dans ce contexte de crise économique, les prix des denrées alimentaires telles que le bœuf et le poulet ont connu une flambée, entraînant ainsi une crise auprès des consommateurs.

Seuls huit produits alimentaires continuent d'être subventionnés par l'État, alors que plus de cent produits alimentaires de base étaient autrefois subventionnés.

liban
Le Liban affronte un effondrement économique dans un contexte de colère grandissante au sein de la population en raison de la flambée des prix des produits de base et de la crise des devises étrangères. (Archive/AFP)

Lundi, une source financière a confié à Arab News que «le gouvernement intérimaire ne veut pas endosser la responsabilité de la levée des subventions sur les produits alimentaires de base, par crainte des répercussions sécuritaires et sociales».

La décision incombe au gouvernement et à la Banque du Liban, soit la banque centrale du Liban, a ajouté la source. «Face à la réticence du gouvernement à avaler ce poison, la banque centrale a toutefois ralenti l'approvisionnement en dollars frais des commerçants et des importateurs – un approvisionnement indispensable pour les importations – afin de s'aligner sur le taux de change officiel de 1 500 livres libanaises pour un dollar (1 dollar = 0,82 euro), engendrant la crise du carburant et des médicaments qui a surgi dernièrement.»

L'Observatoire de la crise relevant de l'université américaine de Beyrouth affirme que le gouvernement «s'abstient d'engager des politiques et des programmes visant à remédier à la crise économique, financière et humaine, à l’exception de la décision de renoncer à payer les eurobonds en mars 2020». La source financière a en outre averti que le secteur du pain «sera affecté par la suppression des subventions aux carburants» du fait de cet imbroglio.

Le juge d'instruction de Beyrouth, Assaad Bayram, a par ailleurs clôturé lundi l'interrogatoire de l'avocat Rami Alleik pour diffamation de l'autorité judiciaire et menaces à l'encontre du procureur général près la Cour de cassation, le juge Ghassan Oweidat.

Le juge Bayram a ordonné «d'empêcher Me Alleik d'exercer la profession d'avocat et de se présenter dans les palais de justice pendant deux mois, et de lui imposer une amende plutôt que de l'arrêter».

Cette décision fait suite aux actions entreprises par Rami Alleik au sein d'un groupe d'activistes qui soutient le Courant patriotique libre (CPL).

Le CPL a en outre soutenu la juge Ghada Aoun lorsqu'elle a fait irruption dans la société de transfert de fonds Mecattaf – en infraction à une décision judiciaire lui interdisant de traiter un dossier portant sur des infractions en matière d'exportation de devises, sur lequel elle enquêtait.

Me Alleik a entamé une grève de la faim pour dénoncer son arrestation, la qualifiant de «violation de l'immunité que lui confère son statut de juriste».

Il se dit «victime de violations manifestes de la Constitution et de la charte des droits de l'homme, et prisonnier d’opinion». De nombreux avocats qui soutiennent Rami Alleik se sont rassemblés devant le bureau du juge Bayram, dans le Palais de justice de Beyrouth, afin d’exprimer leur opposition au traitement qu'il subit.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Des habitants de la ville natale au Liban de l'auteur de l'attentat contre Rushdie condamnent l'attaque

Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage. (Arab News)
Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage. (Arab News)
Short Url
  • Le père de Hadi Matar, qui est séparé de sa mère, refuse de recevoir qui que ce soit au lendemain de l'attaque au couteau à New York
  • «Je ne l'ai jamais vu dans cette ville», déclare le maire de la ville de Yaroun, Ali Qassem Tuhfa

BEYROUTH : Le père de Hadi Matar, l'homme qui a poignardé le romancier Salman Rushdie aux États-Unis vendredi, refuse de parler à quiconque. Depuis qu'il a appris le crime de son fils de 24 ans, il n'a reçu aucune visite à son domicile dans la ville de Yaroun, dans le sud du Liban, pas même celle du maire de la ville.

Le maire Ali Qassem Tuhfa a déclaré à Arab News : « Les parents de Matar sont séparés depuis 10 ans. Le père est revenu à Yaroun tandis que sa famille est restée aux États-Unis. Il a relancé l'ancienne activité familiale d'élevage et s'occupe d'un petit troupeau. Il a peu ou pas de vie sociale et ne communique avec personne ».

Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. (Arab News)
Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. (Arab News)

Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. La localité se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage.

Yaroun est une ville frontalière qui a été abandonnée par de nombreux habitants pendant l'occupation israélienne du sud du Liban dans les années 1970. Certains ont également émigré avant cette période, ne laissant derrière que 500 résidents à peu près. Ce nombre augmente avec le retour temporaire des expatriés pendant l'été et d'autres vacances, les registres indiquant que 9 000 personnes sont originaires de la ville.

Des chrétiens et des musulmans vivent à Yaroun, a expliqué le maire, tout en notant que la majorité des émigrants sont partis en Australie et en Amérique du Nord et du Sud.

Samer Wehbe, un journaliste de la région, a déclaré : « Lorsque les expatriés sont progressivement rentrés, ils ont construit de belles maisons qui ressemblaient à celles dans lesquelles ils vivaient à l'étranger, donnant à la ville un aspect cossu. La majorité des habitants de la ville n'y vivent pas en permanence, mais seulement lorsqu'ils rentrent au Liban pour des vacances ou des occasions spéciales. Les affiliations politiques restent vagues, bien que la ville soit située dans une zone pro-Hezbollah, puisqu'elle est adjacente à Maroun Al-Ras, où le Hezbollah a remporté d'importantes victoires contre l'occupation israélienne. »

Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour l'agriculture et l'élevage. (Arab News)
Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour l'agriculture et l'élevage. (Arab News)

Le maire Tuhfa a déclaré que Matar était né et avait grandi aux États-Unis. « Je suis maire depuis six ans et je ne l'ai jamais vu en ville », a-t-il déclaré.

Tuhfa a expliqué : « La mère de Matar est également originaire de Yaroun, mais elle n'a aucun lien de parenté avec son mari. Elle s'appelle Silvana Firdaus. Matar a une sœur qui vit également avec sa mère aux États-Unis. »

Il a ajouté : « La nouvelle du crime de Matar a soulevé des questions dans la ville, sur ses motivations. » Son acte a même été condamné, en gardant à l'esprit que personne ne le connaît personnellement. »

Les réactions des activistes sur les plateformes de médias sociaux étaient mitigées. L'un d'eux a estimé que Matar n'est « qu'un Américain d'origine libanaise, qui souffre apparemment d'une profonde crise d'identité. »

Hadi Matar, 24 ans, au centre, écoute son avocat de la défense Nathaniel Barone, à gauche, s'adresser au juge lors de sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, NY, samedi 13 août 2022. (AP)
Hadi Matar, 24 ans, au centre, écoute son avocat de la défense Nathaniel Barone, à gauche, s'adresser au juge lors de sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, NY, samedi 13 août 2022. (AP)

Le Hezbollah s'est abstenu de tout commentaire sur l'attaque contre Rushdie. Selon Reuters, un responsable a déclaré que la milice « n'avait aucune information supplémentaire sur l'attaque au couteau contre le romancier Salman Rushdie. » Le responsable a ajouté : « Nous ne savons rien sur ce sujet et nous ne ferons donc aucun commentaire. »

Néanmoins, ces derniers jours, une ancienne vidéo du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, incitant ses partisans à tuer Rushdie a circulé sur les plateformes de médias sociaux.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: l'UE «particulièrement inquiète» pour les femmes

Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté». (AFP).
Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté». (AFP).
Short Url
  • Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté»
  • «L'Union européenne s'inquiète particulièrement du destin des femmes et des filles afghanes, qui se voient privées systématiquement de leurs libertés, leurs droits et leur accès à des services de base comme l'éducation»

BRUXELLES : L'Union européenne s'est déclarée dimanche "particulièrement inquiète" devant la dégradation des conditions de vie des femmes et des filles en Afghanistan, au lendemain de la répression violente d'une manifestation de femmes à Kaboul.

Samedi, les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander "du pain, du travail et la liberté". Certaines ont été poursuivies jusque dans des magasins où elles s'étaient réfugiées et frappées.

Les talibans ont imposé des restrictions de plus en plus nombreuses vis-à-vis des femmes depuis leur retour au pouvoir il y aura un an lundi, le 15 août 2021.

"L'Union européenne s'inquiète particulièrement du destin des femmes et des filles afghanes, qui se voient privées systématiquement de leurs libertés, leurs droits et leur accès à des services de base comme l'éducation", écrit le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

"L'UE réitère que l'Afghanistan doit adhérer aux traités signés par ce pays, y compris en soutenant et en protégeant les droits économiques, sociaux, culturels, civils et politiques de tous les Afghans, et leur permettre participer pleinement et de façon égale et significative au gouvernement du pays", ajoute-t-il.

Le communiqué rappelle aussi que toute aide humanitaire à l'Afghanistan dépend du respect par les talibans des principes de bases des droits humains, "notamment les droits des femmes et des filles, des enfants, et des minorités".

Il souligne par ailleurs que "l'Afghanistan ne doit pas être une menace pour la sécurité d'un autre pays".

Les talibans ont assuré ne pas être au courant de la présence dans leur pays du chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, que les Etats-Unis ont annoncé le 2 août avoir tué à Kaboul d'un tir de drone.


Liban: les réfugiés syriens de plus en plus marginalisés

Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Short Url
  • Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir
  • Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde

BEYROUTH : Au Liban frappé depuis 2019 par une crise économique sans précédent, 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté défini par l'ONU, alors que les autorités ont levé les subventions sur l'ensemble des produits essentiels, à l'exception du blé destiné à la fabrication du pain local.

Le Liban s'efforce de maintenir le prix du blé, denrée alimentaire de base, alors que la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur entraînant une inflation galopante.

La guerre en Ukraine a compliqué la situation, Beyrouth important habituellement 80% de son blé d’Ukraine.

Aussi, l'explosion dévastatrice en août 2020 du port a rendu l'importation et le stockage d'autant plus compliqués.

Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir.

Un certain nombre de municipalités, de gouvernorats et de boulangeries semblent avoir pris officieusement plusieurs décisions discriminatoires envers les réfugiés, qu’il s’agisse de vendre des paquets de pain en priorité aux Libanais avant les Syriens, ou de forcer les Syriens et les non-Libanais à faire la queue pour acheter du pain, les Libanais bénéficiant de voies spéciales ouvertes pour leur donner la priorité.

Ces décisions ont été saluées et soutenues par un certain nombre de citoyens libanais dont la rancœur contre les réfugiés a été exacerbée par la crise et le manque, tandis que de nombreux autres se sont opposés à ces mesures qui menaceraient la sécurité des Syriens et mettraient leur vie en danger, estimant que c’est l'État qui provoque la crise.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a condamné, vendredi, "l'augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés" au Liban, particulièrement contre les réfugiés syriens.

"Le HCR a constaté une augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés conduisant à des violences localisées dans les rues, y compris contre les réfugiés", indique un communiqué de l'agence.

Lors de la cérémonie de lancement du "Plan de réponse à la crise au Liban 2022-2023", soutenu par les Nations unies, le Premier ministre libanais avait affirmé que son pays, plongé dans une crise économique sans précédent, allait expulser les réfugiés syriens du territoire libanais si la communauté internationale n’aidait pas à leur rapatriement. 

Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde.

Les autorités libanaises avaient annoncé, en juillet 2022, vouloir rapatrier 15 000 déplacés syriens par mois.