L’art maghrébin, présent en force à la Menart Fair Paris

César Levy, directeur de la 193 Gallery. Photo Hakima Bedouani.
César Levy, directeur de la 193 Gallery. Photo Hakima Bedouani.
Short Url
Publié le Lundi 31 mai 2021

L’art maghrébin, présent en force à la Menart Fair Paris

  • La foire d’art contemporain expose aussi bien la doyenne arabe de l’art moderne, l’Algérienne Baya Mahieddine, que les talents de la jeune génération
  • Pour César Levy, directeur de 193 Gallery, de nombreux artistes talentueux de l’art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient ne sont pas assez visibles en France et en Europe

PARIS: Dynamisme, richesse, variété, influences multiples, l’art maghrébin est bien représenté à Menart Fair, la première foire d’art contemporain dédiée à la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), organisée du 27 au 30 mai à Paris.

Dans le très bel hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint Cyr, une série d’artistes sont exposés par des galeries prestigieuses comme ElMarsa Gallery, Galerie 38, la galerie Cheriff Tabet, 193 Gallery, Ayn Gallery, la galerie La La Lande, Galleria Continua, ou encore la Wadi Finan Art Gallery.

Yoriyas, Hassan Hajjaj et Ghislaine Agzenaï, représentés par 193 Gallery, une galerie d’art contemporain située dans le 3e arrondissement de Paris, font partie des artistes reconnus sur la scène artistique marocaine. Interrogé par Arabnews en français, César Levy, directeur de 193 Gallery, constate que de très nombreux artistes talentueux de l’art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient ne sont pas assez visibles en France et en Europe. «Nous faisons souvent un zoom sur les scènes de l’art contemporain, notamment sur la scène marocaine, en exposant des photographes, des peintres et des sculpteurs de différents courants de l’art marocain», explique-t-il.

Des artistes talentueux

Yoriyas, artiste photographe et performeur de Casablanca, dont le travail a été présenté dans le New York Times, le National Geographic, Vogue et The Guardian, a reçu de nombreux prix et récompenses, dont le 7e prix de la photographie africaine contemporaine et le prix «Les amis de l’Institut du monde arabe», pour la création arabe contemporaine 2019. Ses œuvres ont été exposées dans de nombreux lieux prestigieux, en particulier à la Fondation Hermès Paris, au musée d’histoire de Miami, au Festival art contemporain de Bâle, ou encore à la 1-54 Contemporary African Art Fair. 

maroc
Œuvres de Hassan Hajjaj, Maroc, 193 Gallery. Photo Hakima Bedouani

Hassan Hajjaj, qui vit et travaille entre Marrakech et Londres, évolue dans plusieurs disciplines – la photographie, la mode, la musique, le cinéma et le design –, apporte un œil critique sur la société de consommation. Ses œuvres ont intégré des collections de renom, comme celle du musée d’art du comté de Los Angeles (États-Unis), du musée des beaux-arts de Virginie (États-Unis), de l’Institut des cultures d’islam de Paris (France), du musée Victoria et Albert (Royaume-Uni), ou de la collection Barjeel (Émirats arabes unis).

Hakima Bedouani
Street Prayer, Yoriyas, Maroc, 193 Gallery. Photo Hakima Bedouani

Ghizlane Agzenaï, née à Tanger, est, quant à elle, une créatrice de grands totems colorés. Ses œuvres, imprégnées d’une philosophie de vie positive, se déclinent en différents formats, sur divers supports comme les murs, le bois, le carton, la toile, ou encore le métal. «Ghizlane Agzenaï, qui représente l’école de Casablanca, travaille sur la réinterprétation de l’art de l’abstraction géométrique, des œuvres avec formes et couleurs du Maroc, qui reflètent une philosophie positive», explique le directeur de 193 Gallery. En avril 2020, pendant le premier confinement au Maroc, elle réalise son œuvre vidéo Émerge, qu’elle projette sur un des bâtiments de Casablanca. Ghizlane Agzenaï a exposé ses créations dans de nombreux pays, en Europe et en Afrique. Entre 2018 et 2019, elle a habillé le mur Vigo Ciudade de Color, l’US Barcelona, le mur Harbor en Autriche, ou encore le mur Orberkampf, à Paris.

Représenté par la Galleria Continua, le travail de la défunte Leila Alaoui, qui explore la construction de l’identité, la diversité culturelle et la migration dans l’espace méditerranéen, est aussi exposé lors de cet événement. Son travail avait déjà été présenté sur la scène internationale, notamment à Art Dubai, à l’IMA et à la Maison européenne de la photographie (MEP), à Paris. Ses photographies ont été publiées dans de nombreux titres de presse et magazines comme le New York Times et Vogue.

Pour mémoire, Leila Alaoui, mandatée en janvier 2016 par Amnesty International pour réaliser un travail au Burkina Faso, a été victime des attaques terroristes d’Ouagadougou. Elle a succombé à ses blessures trois jours plus tard.

La doyenne arabe de l’art moderne

L’Algérienne Baya Mahieddine (1931-1998), doyenne de l’art moderne, dont les œuvres sont exposées actuellement à Sharjah, est la première artiste arabe à avoir été reconnue, et dont les œuvres ont été exposées dans de grands musées français, à Marseille, Paris, Arles ou Lyon, dans les années 1960 à 1990. Elle avait été repérée par Aimé Maeght, qui avait organisé sa première exposition en 1947 dans sa galerie parisienne. Elle avait alors 16 ans. «Ses nombreuses œuvres représentent des femmes, des poissons et des oiseaux, et sont inspirées par des symboles et des ornements de ses origines arabo-berbères», affirme Lilia ben Salah, directrice d’ElMarsa Gallery, la galerie qui la représente à Menart Fair. «Nous sommes très contents d’être physiquement à Paris pour présenter une sélection d’œuvres de cinq artistes de différentes périodes du XXe et XXIe siècles», ajoute-t-elle.

Œuvres de Baya Mahieddine, Algérie, ElMarsa Gallery
Œuvres de Baya Mahieddine, Algérie, ElMarsa Gallery. Photo Hakima Bedouani

ElMarsa Gallery représente d’autres artistes maghrébins, comme Mahjoub ben Bella, Gouider Triki et Atef Maatallah. Mahjoub ben Bella (1946-2020), diplômé des Beaux-arts d’Alger et de Paris, s’est installé à Tourcoing, dans le nord de la France. «L’artiste possède son propre langage pictural. Son travail est caractérisé par cette double influence maghrébine, berbère et arabo-musulmane, à travers la calligraphie arabe traditionnelle, avec ses signes et ses symboles, mêlée à une technique de peinture européenne», explique Lilia ben Salah. Car, estime la galeriste, «beaucoup d’artistes maghrébins sont marqués par leurs vies, leurs parcours en Europe, surtout par la France, notamment dans la deuxième moitié du XXᵉ siècle». «Ces mêmes artistes ont su également garder leurs racines et cultures d’origines, qu’ils continuent de représenter d’une manière moderne et unique», observe-t-elle.

Œuvres de Mahjoub ben Bella, Algérie, ElMarsa Gallery
Œuvres de Mahjoub ben Bella, Algérie, ElMarsa Gallery. Photo Hakima Bedouani

Devant l’œuvre de Gouider Triki, un peintre-graveur tunisien, Lilia ben Saleh fait savoir que cet artiste prolifique, qui s’est retiré du monde de l’art, mais pas de l’art, s’inspire des contes populaires, des traditions folkloriques, et de l’art africain. «Ses œuvres parlent à nos inconscients collectifs. Même si les représentations de couleurs vives et chatoyantes sont typiques, ses œuvres, elles, sont universelles», raconte-t-elle.

Œuvres de Gouider Triki, Tunisie, ElMarsa Gallery
Œuvres de Gouider Triki, Tunisie, ElMarsa Gallery. Photo Hakima Bedouani

La jeune génération n’est pas en reste. Atef Maatallah, un artiste tunisien qui réalise des dessins sur papier et des mosaïques, lauréat du premier prix lors des foires artistiques à Paris, crée des œuvres avec une approche personnelle. «Il part d’une histoire personnelle, voire intime, pour écrire une histoire avec un grand H», explique la directrice d’ElMarsa Gallery. Dans l’œuvre présentée à la Menart Fair, il évoque sa ville natale d’El Fahs, qui accueille un site archéologique romain situé non loin de Tunis, un lieu qui représente son univers, son environnement lorsqu’il était enfant». Comme l’indiquent les organisateurs, les artistes maghrébins puisent aussi leur inspiration de leur environnement, de leur histoire, de la culture populaire, et de lieux de vies comme les souks.


Malgré l'orage, les «Eurocks» confiants en l'avenir

Les festivités ont repris samedi (Photo, Instagram @eurocksensolo).
Les festivités ont repris samedi (Photo, Instagram @eurocksensolo).
Short Url
  • «C'était une édition très particulière»
  • Les soirées des samedi et dimanche ont affiché complet avec 60.000 festivaliers au total

BELFORT: Après une édition meurtrie par un très violent orage jeudi qui a fait sept blessés et entraîné l'annulation de deux des quatre soirées de concerts, les organisateurs des Eurockéennes ont affirmé dimanche regarder vers l'avenir avec "de nombreuses raisons d'espérer".

"C'était une édition très particulière", a déclaré dimanche soir le président du festival, Matthieu Pigasse, lors d'une conférence de presse sur le site des Eurockéennes.

Après deux éditions annulées pour cause de Covid, cette 32e édition devait signer le grand retour des "Eurocks", sacrées en mars 2020 "meilleur festival" au monde aux Arthur Awards.

Mais jeudi, avant même le premier concert, un violent orage s'est abattu sur la presqu'île du Malsaucy, au pied des Vosges, où se tient le festival belfortain.

Des tentes du camping se sont envolées, des arbres ont été arrachés et une tour métallique portant du matériel électrique est tombée sur des festivaliers, faisant sept blessés, dont un grave.

"Cet épisode météorologique d'une violence rare, imprévu et imprévisible, nous a conduits à annuler les soirées de jeudi et vendredi, c'est-à-dire à peu près deux tiers des 54 concerts prévus sur l'ensemble festival", a rappelé M. Pigasse. Stromae, le duo Bob Sinclar et Pedro Winter, Nick Cave ou encore Clara Luciani n'ont ainsi pas pu se produire.

"La reprise du festival était difficile parce qu'un coup de vent de cette ampleur nécessite de vérifier la sécurité des structures", a relevé le préfet du Territoire de Belfort, Raphaël Sodini, saluant le "remarquable esprit de responsabilité" de l'équipe d'organisation.

Les festivités ont repris samedi avec une "incroyable énergie, aussi bien au niveau du public que des artistes", a constaté le programmateur Kem Lalot. "Izïa a tout donné, les Last Train ont fait un concert fantastique, Meute à remplacé au pied levé Foals sur la grande scène, et ce soir on finit en apothéose avec Muse".

Le groupe Britannique, qui sortira son nouvel album "Will of the people" en août, avait fait sa première grande scène européenne aux "Eurocks" en 2001.

Les soirées des samedi et dimanche ont affiché complet avec 60.000 festivaliers au total.

"On a de nombreuses raisons d'espérer et d'être confiants en l'avenir: la première ce sont les festivaliers, venus en nombre après l'annulation, et la deuxième c'est la force du collectif des Eurocks, le sens des responsabilités et le sang froid dont a fait preuve l'équipe", selon Matthieu Pigasse.

Après trois années difficiles, le directeur du festival, Jean-Paul Roland, entend regarder vers l'avenir. Pour l'année prochaine, les Eurockéennes tenteront de mettre en place des "mécanismes de mutualisation" entre plusieurs festivals, "pour mutualiser les équipes techniques", alors que la main d'oeuvre se raréfie.

Par ailleurs, les organisateurs on l'intention de renouveler dès septembre les "Résidences secondaires", mini-festival qui a accueilli 5.000 spectateurs, testé en 2021.


Première victoire de Sainz en F1, au terme d'un GP de Grande-Bretagne fou

Carlos Sainz Jr. de Ferrari célèbre sa victoire sur le podium avec Sergio Perez de Red Bull, deuxième, et Lewis Hamilton, troisième de Mercedes (Photo, Reuters).
Carlos Sainz Jr. de Ferrari célèbre sa victoire sur le podium avec Sergio Perez de Red Bull, deuxième, et Lewis Hamilton, troisième de Mercedes (Photo, Reuters).
Short Url
  • Sainz offre à la Scuderia sa première victoire depuis le GP d'Australie début avril
  • «C'est incroyable, première victoire en course 150 courses plus tard, avec Ferrari et à Silverston»

SILVERSTONE, Royaume-Uni: La Grande-Bretagne aura servi son lot de "premières" à Carlos Sainz: auteur la veille de la première pole position de sa carrière en Formule 1, l'Espagnol a remporté dimanche son premier Grand Prix, au terme d'une course mouvementée marquée dès le départ par un spectaculaire accident sans gravité.

"C'est incroyable, première victoire en course 150 courses plus tard, avec Ferrari et à Silverstone", a réagi le pilote Ferrari de 27 ans, qui s'impose devant le Mexicain Sergio Pérez (Red Bull), tombé à la 16e place en début de course après un accrochage, et le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes).

Sainz offre à la Scuderia sa première victoire depuis le GP d'Australie début avril.

L'autre Ferrari, celle du Monégasque Charles Leclerc, un temps aux commandes de la course, termine au pied du podium, victime de la stratégie de son équipe.

Contrairement à Sainz ou à Hamilton, Leclerc n'a pas été appelé à changer de pneus lors d'un drapeau jaune à quelque dix tours de la fin. Ses pneus durs usés lui ont fait perdre l'avantage sur la concurrence.

Loin derrière, le Néerlandais Max Verstappen, toujours leader au championnat à l'issue de la course mais en difficulté au volant de sa Red Bull, termine à une modeste 7e place après avoir lutté contre l'Allemand Mick Schumacher (Haas), qui, huitième, marque ses premiers points en F1.

Luttes en série

Sur le mythique tracé de Silverstone, où plus de 400.000 spectateurs étaient attendus ce week-end, le spectacle a tenu ses promesses. Et même plus.

Les derniers tours de piste ont notamment vu Sergio Pérez, Lewis Hamilton et Leclerc s'offrir une belle lutte pour la deuxième place. Pérez remportant la bataille, c'est ensuite une haletante lutte pour la troisième place que se sont livrés Hamilton et Leclerc.

S'il assure "avoir tout donné", Hamilton, septuple champion du monde de la discipline, signe un triste record personnel: celui du plus grand nombre de courses disputées – 11 en l'occurrence - sans la moindre victoire. En revanche, son podium, le 13e à Silverstone - lui offre le record absolu sur un seul tracé.

A l'issue de cette manche britannique, la 10e de la saison, statu quo au championnat des pilotes pour les trois premiers: Verstappen compte 181 points au championnat et devance son coéquipier Pérez (147 points) et Leclerc (138 points).

Accident et intrusions 

Plus tôt dans l'après-midi, le Grand Prix a été interrompu seulement quelques instants après le départ en raison d'un accident impliquant plusieurs pilotes.

Sur les images diffusées par les producteurs de la F1, les monoplaces de Pierre Gasly, de George Russell (Mercedes) et de Zhou Guanyu (Alfa-Romeo) sont entrées en contact à l'approche du premier virage. La monoplace de Zhou Guanyu, percutée par celle de Russell, s'est retournée pour terminer sa course de l'autre côté des barrières de sécurité, contre les grillages séparant la piste des spectateurs.

Dans le même temps, Alexander Albon (Williams), Esteban Ocon - mais également l'Allemand Sebastian Vettel (Aston Martin) et le Japonais Yuki Tsunoda (AlphaTauri) - ont aussi été impliqués indirectement dans l'accident - la Williams ayant été envoyée contre les barrières alors que le pilote tentait de ralentir.

Si Zhou est sorti du centre médical "en bonne santé", Albon a été transporté à l'hôpital "pour des examens de précaution". George Russell (Mercedes) a également dû abandonner.

A la suite de cet accident, les autres pilotes sont rentrés dans les stands pour près d'une heure. Et si au premier départ Verstappen avait pris l'avantage sur Sainz, la reprise de la course s'est fait selon l'ordre établi lors des qualifications... au détriment donc du Batave.

Par ailleurs, alors que la course était encore neutralisée, plusieurs personnes ont "tenté" selon la Fédération internationale de l'automobile, de s'introduire sur la piste. "Ces personnes ont été immédiatement éloignées et l'affaire est maintenant traitée par les autorités locales", a indiqué la FIA.

L'opération a été revendiquée par les militants pour le climat de Just Stop Oil, un groupe qui réclame l'arrêt de l'exploration des énergies fossiles au Royaume-Uni.


Le fondateur des bijoux Dinh Van décédé à 94 ans

Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC (Photo, Twitter).
Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC (Photo, Twitter).
Short Url
  • Jean Dinh Van «était un travailleur et un grand joueur de polo, il était très brillant et très modeste à la fois»
  • La démarche de Jean Dinh Van consistait à «proposer un luxe moderne, une joaillerie à porter au quotidien»

PARIS: Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC, a annoncé à l'AFP son épouse.

Jean Dinh Van "est décédé dans la nuit à Neuilly-sur-Seine", a déclaré Marie-Françoise Dinh Van. "Il allait bien récemment, mais il y a une quinzaine de jours, il a fait une chute en arrière sur la tête qui a déclenché un hématome cérébral. Hier soir, il a fait un très, très gros AVC qui lui a été fatal", a-t-elle expliqué.

Une cérémonie sera organisée à Boulogne-Billancourt, là où il est né en 1927, vendredi 8 ou lundi 11 juillet, a indiqué Mme Dinh Van.

Le joaillier, breton d'origine vietnamienne par son père, s'était formé chez Cartier avant d'ouvrir sa première boutique à Paris en 1965, selon le site internet de la marque qui a connu la gloire dans les années 90 avant d'être cédée à un groupe d'investisseurs emmené par Eric Laporte.

Jean Dinh Van "était un travailleur et un grand joueur de polo. Il était très brillant et très modeste à la fois", selon son épouse.

"Il avait revendu il y a plus d'une vingtaine d'années son affaire, qu'il avait entièrement créée lui-même", a poursuivi Marie-Françoise Dinh Van. "Avec lui, c'était une société très confidentielle qui fabriquait à la main de façon artisanale. Maintenant, elle fabrique à l'étranger de façon tout à fait autre et industrialisée".

La démarche de Jean Dinh Van consistait à "proposer un luxe moderne, une joaillerie à porter au quotidien", précise la marque pour expliquer la renommée de son fondateur.

Celui-ci s'est inspiré de nombreux objets du quotidien (lames de rasoir, boutons de manchettes, menottes) qu'il détournait pour en faire des bijoux.