Menart Fair expose l'art moderne et contemporain de la région Mena à Paris

Menart Fair, la première foire internationale d’art moderne et contemporain de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), se tient du 27 au 30 mai à l’hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Photo Hakima Bedouani
Menart Fair, la première foire internationale d’art moderne et contemporain de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), se tient du 27 au 30 mai à l’hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Photo Hakima Bedouani
Short Url
Publié le Vendredi 28 mai 2021

Menart Fair expose l'art moderne et contemporain de la région Mena à Paris

  • Après le succès de Beirut Art Fair, au Liban, Laure d’Hauteville, associée à Paul de Rosen, lance Menart Fair Paris, un événement qui met à l’honneur plus de 70 artistes de la région Mena
  • Menart Fair organisée à la fois en présentiel et en ligne, expose des œuvres singulières, originales et diverses dans la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr

PARIS : Menart Fair, la première foire internationale d’art moderne et contemporain de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), se tient du 27 au 30 mai à l’hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, dans le VIIIe arrondissement de Paris.

Après dix ans de succès de Beirut Art Fair, au Liban, Laure d’Hauteville, associée à Paul de Rosen, lance Menart Fair Paris, un événement qui met à l’honneur plus de 70 artistes venus de 14 pays: Maroc, Algérie, Tunisie, Syrie, Liban, Palestine, Israël, Jordanie, Irak, Iran, Arabie saoudite, Qatar, Émirats arabes unis et Yémen. Ils seront représentés par 22 galeries d’art françaises ou du monde arabe.

menart
Menart Fair, la première foire internationale d’art moderne et contemporain de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), se tient du 27 au 30 mai à l’hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Photo Hakima Bedouani

 

Des scènes artistiques méconnues de l’Occident

Laure d’Hauteville explique à Arab News en français que l’événement fait suite à la dernière édition de Beirut Art Fair, qui s’est déroulée fin septembre 2019. Pour elle, il était impossible de l’organiser dans un pays dévasté par une grave crise économique et l’explosion du 4 août, qui a détruit une grande partie du centre-ville. «Je ne voulais pas que Beirut Art Fair meure. En raison de la situation au Liban, nous avons décidé d’aller à la rencontre du public en organisant une foire dédiée à la région Mena à Paris. En Europe, on connaît très mal les pays arabes. Souvent, on les associe au terrorisme, aux attentats et aux explosions, on ne parle que de politique», confie la fondatrice de Menart Fair. «On parle beaucoup moins de la création artistique. Pourtant, les artistes de cette région ont un talent inouï, leur créativité est très forte.»

Les artistes de cette région ont un talent inouï, leur créativité est très forte.

Laure d’Hauteville

Française qui vit dans le monde arabe depuis plus de trente ans, Laure d’Hauteville connaît parfaitement la scène artistique du monde arabe, en particulier celle des pays du Levant, mais également les spécialistes de l’art en France. Passionnée par sa culture et son histoire, elle souhaite servir de médiatrice auprès des publics français et européens, pour expliquer le contexte historique de la scène artistique arabe. Elle estime que le public français doit comprendre que l’art moderne a évolué différemment dans le monde arabe. «Dans l’Hexagone, l’art moderne s’est développé entre 1845 et 1860, alors que dans le monde arabe, il a débuté plus tard, dans les années 1950 à 1980. Il existe un décalage temporel, car nous n’avons simplement pas la même histoire», explique-t-elle. «Menart Fair souhaite témoigner du dynamisme et de l’effervescence culturelle de la région Mena. Menart Fair deviendra “une bombe d’art”», se réjouit Laure d’Hauteville.

Une effervescence culturelle dans la région Mena

Des œuvres singulières, originales et diverses sont exposées dans la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, un lieu à taille humaine, propice aux échanges entre professionnels de l’art et un public enthousiaste à l’idée de retrouver des sorties culturelles. Ce lieu intimiste permet en effet d’être proche des œuvres, et invite à la découverte des différents arts représentés: peintures, sculptures, dessins, ou encore vidéos. 

menart
Ce lieu intimiste permet en effet d’être proche des œuvres, et invite à la découverte des différents arts représentés: peintures, sculptures, dessins, ou encore vidéos. Photo Hakima Bedouani

Pour Johanna Chevalier, directrice artistique de Menart Fair, la petite foire composée de 22 galeries permettra aux visiteurs de prendre le temps d’observer les différentes œuvres. «ll est important de conceptualiser, de restituer les artistes dans le temps pour dépasser une simple lecture esthétique. Pour répondre à ces attentes, les galeries sélectionnées proposent des choix éclectiques», souligne-t-elle. «Menart Fair témoigne de la richesse de l’inspiration des artistes, et fait découvrir la diversité des cultures de cette région très riche ethniquement, que le public français et européen ne connaît pas. Notre prochaine édition devrait se dérouler à Bruxelles. De futures éditions sont prévues à Paris et dans d’autres villes européennes.»

«Menart Fair témoigne de la richesse de l’inspiration des artistes, et fait découvrir la diversité des cultures de cette région très riche ethniquement, que le public français et européen ne connaît pas.»

Johanna Chevalier

Des choix éclectiques

Selon les organisateurs, «cette première foire, organisée en présentiel et en ligne, expose des scènes artistiques parfois méconnues de collectionneurs et d’amateurs européens», et a pour objectif de «susciter un dialogue entre les différentes cultures de ces régions, aussi riches que distinctes les unes des autres».

David Daoud, artiste peintre et sculpteur franco-libanais, formé à l’École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris, notamment par le célèbre sculpteur Charles Auffret, représenté par la galerie Cheriff Tabet, expose un travail intemporel, qui parle d’exodes et de voyages. «Ce sont des œuvres qui nous interrogent avec des symboles allégoriques ou mythologiques.» Il précise qu’elles sont conçues avec des tonalités chaudes et froides. «Je créé en fonction de mon état d’âme du moment, de mon énergie et de mes sensations, avec des légendes humaines, avec les couleurs chaudes. Je donne un cœur à la toile.»

david daoud
David Daoud, artiste peintre et sculpteur franco-libanais, formé à l’École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris, notamment par le célèbre sculpteur Charles Auffret, représenté par la galerie Cheriff Tabet, expose un travail intemporel, qui parle d’exodes et de voyages. Photo Hakima Bedouani.

Mark Hachem, galeriste libanais, présent à Beyrouth, Paris et New York, présente des artistes égyptiens, libanais, irakiens et syriens. Il considère la nouvelle formule de Menart Fair «très intéressante pour attirer l’attention vers cette partie du monde». «L’idée de faire partie de cette exposition à Paris est extraordinaire, parce qu’actuellement, la scène artistique libanaise souffre en raison de problèmes politiques. C’est une chance, pour nous artistes, de pouvoir présenter leurs œuvres à Paris dans un contexte de découverte de la scène artistique moyen-orientale. Ce n’est pas si fréquent dans la capitale française», assure-t-il.

marc
Mark Hachem, galeriste libanais, présent à Beyrouth, Paris et New York, présente des artistes égyptiens, libanais, irakiens et syriens. Photo Hakima Bedouani

Mark Hachem a fait le choix d’exposer Hamed Abdalla (1917-1985), un artiste égyptien engagé, considéré par ses pairs comme précurseur de l’art moderne de la région. Issu d’un milieu modeste, dans l’Égypte des années 1950, Hamed Abdalla propose une expression artistique honnête et authentique de son pays.

«Ses œuvres mettent en scène des fellahins (“paysansʺ), des gens modestes», explique Mark Hachem. Hamed Abdalla est le premier à avoir utilisé l’alphabet arabe sous une forme anthropomorphique, une technique qui consiste à donner une forme à la calligraphie. Car, ajoute-t-il, «le mot n’est pas seulement une expression qu’on lit, on peut aussi l’observer et ressentir des émotions, avant même de lire et comprendre son sens». Il se réjouit que les grands collectionneurs s’intéressent à Hamed Abdalla. «Certains d’entre eux s’arrachent ses œuvres lors de ventes aux enchères aujourd’hui devenues rares.»   

 


Une fois, deux fois, adjugé?... Des lions du Pakistan proposés aux enchères

Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Short Url
  • Au Pakistan les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins
  • Les responsables du zoo prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions

LAHORE, Pakistan: Le zoo de Lahore, au Pakistan, va vendre aux enchères douze de ses vingt-neuf lions la semaine prochaine, afin de faire de la place pour la troupe qui ne cesse de s'agrandir.

Les félins sont désormais si nombreux au Safari Zoo de Lahore (nord-est) que les lions et les tigres ne peuvent rejoindre leurs enclos qu'à tour de rôle, explique à l'AFP le directeur adjoint du zoo, Tanvir Ahmed Janjua.

Grâce à la vente, "nous allons non seulement libérer de l'espace, mais aussi réduire nos dépenses en viande destinée à les nourrir", espère-t-il.

Les responsables du zoo, qui abrite également six tigres et deux jaguars, prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions, âgés de deux à cinq ans.

L'initiative fait bondir certains défenseurs des animaux, le Fonds mondial pour la nature (WWF) jugeant notamment que les fauves devraient être transférés vers d'autres zoos ou que les femelles devraient être stérilisées ou mises sous contraceptifs.

"Les échanges et les dons d'animaux entre zoos sont une pratique largement acceptée", assure Uzma Khan, du WWF.

"À partir du moment où une institution telle qu'un zoo fixe un prix sur une espèce sauvage, elle encourage le commerce, ce qui va à l'encontre de la préservation", argumente-t-elle.

Au Pakistan, il n'est toutefois pas rare - pour les plus aisés - de prendre comme animal de compagnie des lions, des tigres ou d'autres représentants d'espèces exotiques, vus comme des symboles extérieurs de richesse.

Leurs propriétaires publient sur les réseaux sociaux des photos et des vidéos des fauves, et les louent comme accessoires pour des films et des séances de photos.

Les responsables du zoo, qui ont fixé une réserve de 150.000 roupies (700 dollars) par lion, espèrent que chaque animal trouvera un acquéreur pour environ deux millions de roupies (environ 9.300 dollars).

Mais les éventuels acheteurs devront, au préalable, s'enregistrer auprès des autorités locales et prouver qu'ils ont les moyens d'assurer aux félins les soins et un abri appropriés.

Collectionneurs de lions

L'année dernière, une vente aux enchères de lions n'avait pas pu avoir lieu, les acheteurs potentiels ne disposant pas des documents ou attestations nécessaires, rappelle le vétérinaire du zoo, Muhammad Rizwan Khan.

Nouman Hassan, qui s'est attiré les foudres des autorités pour avoir promené son tigre en laisse dans Lahore - la deuxième ville du pays -, prévoit en tout cas d'y participer.

"J'essaierai d'acheter deux ou trois lions, c'est sûr". La vente est aussi l'occasion de diversifier le patrimoine génétique pour des collectionneurs possédant déjà plusieurs lions, explique-t-il.

Aux quatre coins du Pakistan, les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins dispensés aux animaux.

Fin 2020, le zoo de la capitale Islamabad, qui s'était attiré des condamnations internationales pour avoir maltraité l'éléphant Kaavan, avait dû fermer ses portes. Le pachyderme obèse de 36 ans était ensuite parti vers une réserve naturelle cambodgienne.

Le Safari Zoo de Lahore, qui s'étend sur plus de 80 hectares, est toutefois considéré comme l'un des plus accueillants du pays.

Pour M. Khan, le vétérinaire, les animaux y reçoivent les meilleurs soins possibles, ce qui se reflète dans leur fécondité. "Ils connaissent une bonne vie en captivité avec nous", a-t-il déclaré.


L'équipe d'Arabie saoudite remporte l'or à la Special Olympics Unified Cup 2022

L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
Short Url
  • Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe
  • Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1

 

RIYAD : L'équipe saoudienne est entrée dans l'histoire en remportant la médaille d'or de la Special Olympics Unified Cup 2022 samedi, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1.

L'équipe saoudienne a participé pour la première fois à la Special Olympics Unified Cup, aux côtés de 22 autres équipes du monde entier, du 31 juillet au 6 août à Détroit, dans le Michigan.

Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe.

Les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Maroc faisaient partie des équipes arabes qui ont participé à la coupe.

Les autres équipes étaient le Brésil, les États-Unis, la Jamaïque, la Corée du Sud, le Nigeria, le Paraguay, la Roumanie et Singapour.

Le président du conseil d'administration de Special Olympics International, le Dr Timothy Shriver, a félicité l'équipe saoudienne pour sa médaille d'or.

Le directeur des Jeux olympiques spéciaux saoudiens, Abdulrahman Al-Quraishi, a également félicité les joueurs, le personnel technique et administratif, ainsi que les membres de la mission saoudienne pour leur performance exceptionnelle.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Un musée londonien va restituer au Nigeria des oeuvres pillées au XIXe siècle

Le musée a déclaré qu'il transférerait une collection de 72 objets au gouvernement nigérian (Photo, Twitter/@HornimanMuseum).
Le musée a déclaré qu'il transférerait une collection de 72 objets au gouvernement nigérian (Photo, Twitter/@HornimanMuseum).
Short Url
  • Le Nigeria a négocié la restitution des bronzes de Benin avec plusieurs pays européens et prévoit de construire un musée à Benin City, dans le sud de l'Etat d'Edo
  • La Grèce réclame aussi au Royaume-Uni depuis des décennies les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes, exposées au British museum de Londres

LONDRES: Soixante-douze artefacts pillés en 1897 pendant une incursion militaire britannique dans la ville de Benin City vont être restitués au Nigeria, a annoncé dimanche le musée Horniman de Londres.

Parmi ces oeuvres et objets se trouvent 12 plaques de laiton, connues sous le nom de bronzes de Benin, ou encore des objets de cérémonie en ivoire et en laiton, des objets de la vie quotidienne tels que des éventails et des paniers, ainsi qu'une clé "du palais du roi".

Cette restitution répond à une demande formulée en janvier par la Commission nationale des musées et monuments du Nigeria, dont le directeur général, le Pr Abba Tijani, a salué la décision de l'établissement londonien.

"Les preuves étaient très claires quant au fait que ces objets ont été obtenus par la force, et une consultation externe a confirmé notre point de vue qu'il était à la fois moral et approprié de rendre leur propriété au Nigeria", a déclaré Eve Salomon, présidente des administrateurs du musée.

Celui-ci va à présent discuter avec la commission nigériane du processus formel de transfert de propriété et de la possibilité que certains objets puissent rester en étant prêtés, pour être exposés ou à des fins de recherches ou d'enseignement.

Le Nigeria a négocié la restitution des bronzes de Benin avec plusieurs pays européens et prévoit de construire un musée à Benin City, dans le sud de l'Etat d'Edo, pour les y rassembler.

En novembre, la France a rendu 26 de ces pièces. Un coq en bronze et une tête de monarque ont été rendus par le Royaume-Uni au début de l'année.

Par ailleurs, la Grèce réclame aussi au Royaume-Uni depuis des décennies les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes, exposées au British museum de Londres. Celui-ci s'est dit récemment ouvert à un accord avec la Grèce pour les partager.