Un autre clou dans le cercueil d'un État palestinien

Une photo prise depuis la périphérie de la ville palestinienne de Naplouse montre une vue de l'avant-poste de la colonie juive de Havat Gilad. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 25 avril 2021

Un autre clou dans le cercueil d'un État palestinien

  • La prise de contrôle de trois nouveaux bâtiments par des colons juifs est un nouveau coup dur aux espoirs d'une solution à deux Etats
  • Depuis sa création, la loi israélienne a établi le deux poids deux mesures en matière de terres et de propriétés pour les Juifs d'une part et les Palestiniens de l'autre

Au milieu d'une pandémie, des tensions croissantes avec l'Iran, et le Premier ministre israélien partageant son temps entre son procès pour corruption et ses tentatives de former un gouvernement, des dizaines de colons israéliens s'emparent de maisons dans un quartier palestinien de Jérusalem-Est en plein milieu de la nuit, accompagnés des forces de sécurité armées ; ce qui n'a guère fait la une des journaux.

Cependant, la prise de contrôle par des colons appartenant à l'organisation radicale Ateret Cohanim de trois bâtiments à Batan Al-Hawa, Silwan, qui abrite 10 000 Palestiniens, n'était qu'une autre pièce insérée dans le puzzle d'une occupation qui vise à détruire tout ce qui lui reste de chances pour une solution pacifique, juste et équitable au conflit israélo-palestinien.

L'Israël qui a marqué la semaine dernière le 73e anniversaire de son indépendance est plus à droite, religieux, nationaliste et messianique que jamais. Et, pour les Palestiniens qui à cette même période de l'année commémorent leur Nakba, la catastrophe de la perte de leurs maisons et dans de nombreux cas de leur liberté et de leur vie, les colons juifs qui s'infiltrent dans leurs quartiers ne sont qu'une autre preuve que leur détresse est loin d'être finie.

Ateret Cohanim est l'une des organisations de colons religieux vétérans qui, depuis les années 1980, a concentré ses efforts et ses ressources, notamment en employant des moyens très discutables, pour évacuer les Palestiniens de là où ils vivent depuis des générations et les remplacer par des colons juifs. Dans un cas, toujours enveloppé de mystère et de suspicion, Ateret Cohanim a acheté un hôtel historique à la Porte de Jaffa, qui a été géré par la même famille palestinienne pendant des générations dans le but de les expulser et de contrôler cette entrée stratégiquement précieuse du quartier chrétien de la vieille ville.

Lors d'une visite à Batan Al-Hawa il y a plus d'un an, je me suis souvenu de ce que j'ai vu être perpétré par des colons juifs partageant les mêmes idées au cœur d'Hébron, lorsqu'ils ont revendiqué des maisons qui appartenaient à des Juifs avant 1948 et, en exploitant un système juridique qui, de par sa nature même, est biaisé envers les Juifs d'Israël, installés au cœur de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est occupées. Dans les deux endroits, ce type d'occupation rampante conduit au harcèlement quotidien et éventuellement à l'expulsion des Palestiniens. Par la suite, les colons fortifient leurs bâtiments et bénéficient de la protection 24 heures sur 24 par les forces de sécurité israéliennes, qui à ce stade ont limité la liberté de mouvement des Palestiniens qui continuent d’y vivre, avec l’affirmation absurde qu’ils constituent une menace pour la sécurité. Avec le temps, cette situation devient permanente, compromettant les droits fondamentaux des Palestiniens avec le soutien actif d'éléments au sein du gouvernement israélien qui sympathisent avec l'objectif idéologique de rendre les Palestiniens aussi mal à l'aise que possible dans leurs propres maisons.

Depuis sa création, la loi israélienne a établi le deux poids deux mesures en matière de terres et de propriétés pour les Juifs d'une part et les Palestiniens de l'autre.

Au lendemain de la guerre de 1948, les terres et les biens des Palestiniens qui avaient quitté ou avaient été contraints de fuir ont été confisqués par l'État au profit exclusif de la population juive, tandis que ceux qui y vivaient auparavant n'étaient pas autorisés à rentrer, indépendamment du fait qu’ils vivaient encore en tant que citoyens de l'État nouvellement fondé ou en dehors de celui-ci.

Le lien entre les colons, le gouvernement et un cadre juridique qui accorde des droits aux colons juifs et laisse les Palestiniens avec très peu de recours à la loi est un autre côté laid de l'occupation, mais aussi qui laisse les chances d'une paix et d'une coexistence futures entre les deux peuples quelque part entre minces et inexistantes.

Yossi Mekelberg

En revanche, les terres et les biens appartenant aux trusts juifs avant 1948 sont gérés par le conservateur général israélien et peuvent être revendiqués par les juifs israéliens même s'ils n'en ont pas été les propriétaires. Un rapport de l'ONG israélienne Ir-Amim a mis en évidence les stratégies d'Ateret Cohanim dans l'acquisition de terres et de propriétés à Batan Al-Hawa, qui incluent l'utilisation de méthodes discutables pour les acquérir auprès du conservateur général ou les acheter aux Palestiniens.

Que ce soit le cas du Nouvel Hôtel Impérial de la Porte de Jaffa ou d'Hébron, il existe une stratégie au-delà de l'approche d'arrogance oppressive-suprémaciste habituelle de l'occupant envers les occupés. Prendre le contrôle de cette partie de la ville, en cas de succès, constituera la plus grande unité de peuplement dans une partie palestinienne de la ville dans le bassin historique de la vieille ville, reliant avec d'autres colonies pour entourer la vieille ville, et par ce rendre une solution à deux États avec Jérusalem comme capitale d'un État palestinien impossible. Le lien entre les colons, le gouvernement et un cadre juridique qui accorde des droits aux colons juifs et laisse les Palestiniens avec très peu de recours à la loi est un autre côté laid de l'occupation, mais aussi qui laisse les chances d'une paix et d'une coexistence futures entre les deux peuples quelque part entre minces et inexistantes.

Parmi les arguments utilisés par les colons juifs pour justifier leurs empiétements toujours plus étendus et de grande ampleur à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, il y en a deux qui sont totalement fallacieux. Le premier est que les empêcher de vivre partout où ils choisissent entre le Jourdain et la mer Méditerranée constitue une discrimination à leur encontre en tant que Juifs. La seconde est que, dans tous les cas, il n’y a pas de différence entre Jérusalem-Est et n'importe où ailleurs en Israël à l'intérieur de la Ligne verte.

Pour commencer, la loi israélienne interdit aux Palestiniens de même retourner là où eux ou leurs familles vivaient avant 1948, et la plupart des Palestiniens en ont accepté le caractère pratique, même s'ils ne sont pas prêts à perdre la reconnaissance internationale de leur droit moral au retour et de leur droit au dédommagement. Il s'agit d'un double standard intolérable, qui pourrait ouvrir tout le plan de partition au débat et à la discussion. De plus, Jérusalem-Est et la Cisjordanie sont considérées par le droit international comme constituant des terres occupées, et Israël à l'intérieur de la Ligne verte a été reconnu par l'ONU. Si jamais un État palestinien indépendant devait être créé, dont la capitale est à Jérusalem-Est, n'importe qui aurait le droit de demander à y résider en vertu de la loi sur l'immigration de l'État nouvellement établi. Pour l'instant, les colons imposent leur présence par la puissance, notamment la puissance militaire illégale, de l'Etat israélien.

Trois autres bâtiments repris par des colons juifs peuvent sembler peu importants comparés au vaste réseau de colonies juives et aux centaines de milliers de colons dans les territoires occupés. Néanmoins, les Palestiniens qui vivent là-bas savent que ce n’est qu’une autre étape du plan visant à les expulser ou au moins à les soumettre aux caprices des colons, qui sont soutenus par le gouvernement israélien. Et au pire, ils ne voient aucun remède à leur situation difficile venant de la société israélienne ou de la communauté internationale.

 

Yossi Mekelberg est professeur de relations internationales et chercheur associé du programme Mena à Chatham House. Il contribue régulièrement aux médias internationaux écrits et électroniques. Twitter: @YMekelberg

 

NDLR : L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com