Selma Alrachid: «Il reste encore des obstacles, mais l'autonomisation des femmes progresse»

Selma Alrachid: «Il reste encore des obstacles, mais nous avançons dans la bonne direction pour une meilleure autonomisation des femmes» Photo fournie
Short Url
Publié le Vendredi 09 avril 2021

Selma Alrachid: «Il reste encore des obstacles, mais l'autonomisation des femmes progresse»

  • L’intégration des femmes dans le monde du travail reste très faible dans la région. L’Arabie saoudite a récemment donné l’exemple, en permettant aux Saoudiennes de travailler dans n’importe quel domaine
  • Nous devons impérativement éliminer toute discrimination contre les femmes, pour accroître la productivité de la région Mena. Il faut exploiter un potentiel inexploré, nécessaire à construction économique

PARIS: Le 6 avril 2021, une édition spéciale des Rencontres économiques de l’Institut du monde arabe (IMA) a réuni pour la première fois au format digital, pendant toute une journée, des dirigeantes de premier plan venues du Maghreb, du Golfe et du Levant pour explorer les enjeux de l’empowerment féminin et partager leurs expériences, leurs success stories et leurs conseils. Arab News en français a recueilli le témoignage de Selma Alrachid, nommée sherpa au Women 20, le groupe du G20 dédié aux femmes. Elle est également depuis octobre 2019 la chef du plaidoyer d’Al-Nahda Philanthropic Society for Women, une organisation caritative saoudienne qui défend l'autonomisation et la participation des femmes dans la société.

La question de l’autonomisation des femmes ne concerne pas uniquement les sociétés arabes. Qu’en pensez-vous?

Il y a toujours eu cette idée que le monde arabe travaille très dur pour réduire les inégalités de genre entre les hommes et les femmes pour des raisons socioculturelles. La réalité est que l’environnement socio-culturel arabe n’est pas contre les femmes, et c’est important de le clarifier, parce que l’on peut penser que c’est le cas. Nos ancêtres, nos grands-mères et grands-pères avaient un grand respect pour les femmes

L’Histoire, que ce soit celle du monde arabe ou de l’islam, a démontré que les femmes ont joué un rôle fondamental dans de nombreux domaines, que ce soit en politique, dans les sciences, ou dans la culture. Il est important de faire la différence. Si nous regardons l’histoire de l’islam, elle est jalonnée de nombreuses femmes phénoménales, de féministes. Nos ancêtres ont été des femmes très puissantes, c’est un fait.

Mais il faut également souligner que les femmes ont été placées dans des rôles genrés et stéréotypés. Elles ont été souvent assignées aux soins et aux responsabilités familiales. Toutefois, c’est un problème que nous observons à l’échelle mondiale, et qui n’existe pas que dans le monde arabe. Je préférerais croire que nous n’avons pas à changer le rôle de la femme. Je pense que notre objectif n'est pas de changer le rôle des femmes, mais de réparer le système et l'environnement pour donner le choix aux femmes d'être ce qu'elles veulent être.

Vous dites que le rôle de mère n’est pas incompatible avec l’exercice des hautes fonctions?

Mon rôle de mère est très important, et j’en suis fière. Je suis une mère célibataire de trois adolescents, qui se considère comme une mère active. Je veux aussi être une femme ambitieuse avec une carrière. Je ne veux pas que l’on vienne me dire que l’on va prendre en charge mes responsabilités familiales. Nous devons corriger le système, pas corriger les femmes. Il est vital de procéder à une refonte structurelle des modes de fonctionnement actuels, afin de mettre en place des stratégies qui permettent aux femmes de jouer plusieurs rôles à la fois. Je pense que tout le monde en profitera, les femmes et les hommes.

Les femmes sont aujourd'hui diplômées de l'enseignement supérieur, mais restent très peu représentées aux postes de décision. Comment y remédier?

C’est un point crucial. Je ne peux pas parler pour tout le monde arabe parce que les réalités sont différentes partout, mais dans la région du Golfe, et plus particulièrement en Arabie saoudite, il y a plus de femmes que d’hommes dans l’enseignement supérieur. Davantage de femmes sont diplômées dans les domaines scientifiques (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques). Mais l’intégration dans le monde du travail et l’accès à des postes importants restent très faibles. La solution est d’initier des politiques dans cet objectif, en mettant en place des structures pour soutenir les femmes afin qu’elles atteignent des postes de décision. L’Arabie saoudite a donné récemment l’exemple avec une réforme permettant aux Saoudiennes de travailler dans n’importe quel domaine, ce qui n’était pas possible auparavant. Accroître la visibilité des femmes prendra néanmoins du temps.

 

Nous devons impérativement éliminer toute discrimination contre les femmes, pour accroître la productivité de nos régions.­ 

Salam al-Rachid

Que pensez-vous de la mise en place du système des quotas?

Je soutiens les quotas, même pour un temps limité, parce que nous avons vu que cette mesure est efficace ailleurs dans le monde. Une telle politique est particulièrement utile dans les régions comme la nôtre, où les femmes ne sont pas assez représentées. Le système des quotas pourrait aider des femmes talentueuses, qui deviendront des exemples à suivre. Nous avons besoin de les préparer afin qu’elles soient performantes à leurs postes. Nous espérons qu’à l’avenir les femmes ou les hommes puissent exercer de telles fonctions, selon leurs compétences, et sans considération de genre.

Quels sont les mesures prises par l’Arabies saoudite pour une autonomisation des femmes et quels sont les obstacles qui demeurent?

Nous sommes heureux de voir que la pandémie n’a pas ralenti la réforme de l’autonomisation des femmes, car la Covid-19 les a affectées de manière disproportionnée dans le monde. Un récent rapport de la Banque mondiale a montré que l’Arabie saoudite continue de s’améliorer, même par rapport à l’année précédente, ce qui est formidable.

Il reste encore des obstacles et beaucoup de travail à faire, mais nous avançons dans la bonne direction. ll est vital de sensibiliser le grand public, les femmes elles-mêmes, et d’éduquer les employeurs. Les femmes doivent être informées de leurs droits et les employeurs formés afin de pouvoir intégrer des femmes dans leurs effectifs. Ce travail doit être accompli avec les décideurs politiques. C’est ce que je fais dans le cadre de mon travail, en étroite collaboration avec les parties prenantes à ces réformes. Nous identifions les  obstacles, afin de les corriger.

Que pouvons-nous faire en tant que femmes arabes pour améliorer notre statut dans la société?

Il faut exploiter un potentiel inexploré, nécessaire à la construction économique. Il ne s’agit pas d’être «gentil avec les femmes», c’est une nécessité absolue pour l’économie de la région Mena, car nous ne pouvons pas fonctionner avec 50% de notre capacité pour parvenir au sommet. Nous devons impérativement éliminer toute discrimination contre les femmes, pour accroître la productivité de nos régions. 

Comment y parvenir?

Trois étapes sont indispensables: s’assurer que les femmes soient des participantes actives dans la construction économique, pouvoir recueillir des données chiffrées permettant de conceptualiser l’analyse et la critique, et mettre en place des stratégies de partenariats avec les acteurs à l’échelle nationale et internationale. Je considère qu’il y a beaucoup à apprendre des pays du Maghreb et de l’Égypte. Partager les expériences avec d’autres pays du Golfe aussi, comme le Liban ou la Jordanie, est important.

Un événement comme celui organisé par l’IMA est à ce titre une très bonne opportunité de partager ces expériences. Les femmes aiment travailler ensemble, et inchallah, nous y parviendrons. 


Barrage du Nil: appel du Soudan à un sommet tripartite

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi (à droite), entouré du Premier ministre Mostafa Madbouli (à droite, derrière), s'entretenant avec le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok (à gauche) au palais présidentiel du Caire, le 11 mars 2021. (Présidence égyptienne / AFP)
Short Url
  • Le Soudan et surtout l'Egypte en aval du fleuve voient ce barrage en cours de construction comme une menace pour leurs ressources en eau et multiplient les mises en garde contre l'Ethiopie
  • Le grand barrage de la renaissance éthiopienne (GERD) est une source de tensions entre les trois pays depuis la pose de la première pierre en avril 2011

KHARTOUM : Le Premier ministre soudanais a invité ses homologues égyptien et éthiopien à un sommet tripartite pour discuter du méga-barrage sur le Nil, qui suscite de vives tensions entre les pays riverains du fleuve, a indiqué son bureau. 

Le Soudan et surtout l'Egypte en aval du fleuve voient ce barrage en cours de construction comme une menace pour leurs ressources en eau et multiplient les mises en garde contre l'Ethiopie, qui a encore affirmé la semaine dernière sa détermination à poursuivre son projet en dépit du vif contentieux.

Les pourparlers entre les trois pays accueillis début avril par le Congo, président de l’Union africaine, n’ont pas permis de parvenir à un accord sur ce contentieux.

"Le Premier ministre Abdallah Hamdok a invité ses homologues égyptien Moustafa Madbouli et éthiopien Abiy Ahmed à un sommet dans les 10 jours pour évaluer les négociations concernant le barrage", a indiqué le bureau du Premier ministre dans un communiqué mardi soir.

M. Hamdok a estimé qu'il était "urgent de parvenir à un accord sur cette question" et s'est dit préoccupé quant à l'avancement des travaux de construction du barrage.

Le sommet tripartite à huis clos se tiendra par vidéoconférence, selon le communiqué.

Le grand barrage de la renaissance éthiopienne (GERD) est une source de tensions entre les trois pays depuis la pose de la première pierre en avril 2011.

Le barrage est construit dans le nord-ouest de l'Ethiopie, près de la frontière avec le Soudan, sur le Nil bleu, un bras du fleuve qui fait la jonction avec le Nil blanc plus au nord à Karthoum, avant de poursuivre son cours vers l'Egypte. 

Le GERD pourrait devenir le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique avec une capacité annoncée de près de 6.500 mégawatts.

L'Ethiopie affirme que le barrage est vital pour répondre aux besoins en énergie de ses 110 millions d'habitants.


Turquie: Erdogan prisonnier de son alliance avec le nationaliste Bahçeli

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) en compagnie du chef du parti MHP Devlet Bahçeli (Photo, AFP).
Short Url
  • Durcissement contre l'opposition prokurde, politique étrangère plus musclée : Bahçeli n'est pas membre du gouvernement mais son influence est considérable
  • Face à l'érosion de sa popularité sur fond de difficultés économiques, Erdogan pourrait plus que jamais avoir besoin du soutien du MHP et de Bahçeli

ANKARA:  Faiseur de roi de la politique turque pour certains, décideur des questions sécuritaires pour d'autres, Devlet Bahçeli est, pour de nombreux observateurs, l'éminence grise qui tire les ficelles du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

Durcissement contre l'opposition prokurde, politique étrangère plus musclée : Bahçeli n'est pas membre du gouvernement et son Parti d'action nationaliste (MHP) n'a récolté que 11% aux dernières élections en 2018, mais son influence est considérable.

Et face à l'érosion de sa popularité sur fond de difficultés économiques, Erdogan pourrait plus que jamais avoir besoin du soutien du MHP et de Bahçeli pour avoir une chance de briguer un troisième mandat présidentiel.

Agé de 73 ans, ce politicien à la voix rugueuse, qui aime se poser en « homme du peuple », demeure pour beaucoup un mystère malgré sa présence à la tête du MHP depuis 1997. 

Ses critiques reprochent à Erdogan d'avoir viré plus à droite en cédant au chantage aux votes de Bahçeli, quitte à lui accorder des faveurs impopulaires.

Lorsque la pandémie de coronavirus a pris de l'ampleur l'an dernier, Bahçeli a ainsi obtenu la libération d'un baron de la mafia proche de lui, dans le cadre d'une amnistie pour certains détenus.

Depuis 2016, « la position de Bahçeli a donné le ton des politiques de l'AKP (Parti de la Justice et du développement, islamo-conservateur, au pouvoir) », estime Idris Sahin, un ancien cadre de l'AKP qui est désormais le vice-président du parti d'opposition DEVA.

Questions sécuritaires

Le MHP ne s'est pas vu attribuer de ministères au sein du gouvernement, mais l'influent ministre de l'Intérieur, Süleyman Soylu, est un des favoris des cadres du parti.

Lorsque Soylu a voulu démissionner l'année dernière face aux critiques contre sa gestion du premier confinement partiel du pays, Bahçeli et le MHP ont volé à son secours. 

Erdogan a rejeté sa démission et Soylu est sorti renforcé de cet épisode.

L'influence de Bahçeli était encore à l'œuvre lorsqu'un procureur a présenté en mars dernier à la Cour constitutionnelle une demande d'interdiction du parti prokurde HDP.

Le leader nationaliste a mené une campagne pour cette interdiction et l'ouverture de la procédure a été annoncée la veille du congrès du MHP, des opposants y voyant un « cadeau » de Erdogan à son partenaire nationaliste.

Le MHP agit comme un nouveau « conseil de sécurité nationale », estime le politologue Burak Bilgehan Özpek, en référence à une puissante institution qui prenait autrefois les décisions sécuritaires et de défense en Turquie.

« Le MHP définit le cadre de la politique de la sécurité nationale. Bahçeli décide qui sera désigné comme ‘terroriste’ », affirme le chercheur. 

Boulet ?

Pourtant, l'AKP, issu de l'Islam politique et le MHP, ancré dans l'extrême droite, divergent sur plusieurs points et il arrive à Bahçeli de pas avoir le dernier mot.

Il a ainsi défendu le retour d'une prestation de serment nationaliste dans les écoles, supprimée par Erdogan en 2013, sans succès.

« L'alliance du peuple », le nom de la coalition informelle regroupant le MHP et l'AKP, n'a été possible qu'après un changement d'avis de Bahçeli à propos du régime présidentiel, cher à Erdogan, auquel il était initialement opposé.

La Turquie est passée en 2018 à ce régime présidentiel qui donne des pouvoirs très élargis à Erdogan.

Selon le chercheur Berk Esen, le soutien du MHP au nouveau système a permis à ses partisans d'entrer massivement dans la fonction publique.

Des experts et des diplomates occidentaux se demandent toutefois si Bahçeli est un partenaire de poids ou un boulet pour Erdogan.

Après avoir écarté ses précédents alliés, y compris des libéraux pro-occidentaux, il ne reste que des ultranationalistes autour de lui.

Quoi qu'il en soit, pour Esen, le président turc a toujours le dernier mot.

« Je ne pense pas qu'il puisse être forcé de prendre des mesures qu'il ne souhaite pas », affirme-t-il.

Özpek estime lui aussi que Erdogan garde la main. 

Bahçeli « ne peut jouer ce rôle que si Erdogan lui permet de le faire », dit-il. « Il peut endosser le rôle du conseil de sécurité nationale car Erdogan en tire un profit. Cela l'arrange de ne pas l'arrêter. »


Moscou soutient les droits du Caire sur l'eau du Nil

Le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov assistent à une réunion au Caire, en Égypte, le 12 avril 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Lavrov affirme que la Russie est impatiente de trouver une solution qui convienne à l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie
  • El-Sissi avertit que l'absence de solution commune affecterait sans aucun doute la sécurité et la stabilité de la région

LE CAIRE: Le ministre russe des Affaires étrangères en visite, Sergueï Lavrov, a affirmé au président égyptien Abdel Fattah El-Sissi que Moscou s’opposerait à toute ingérence dans les droits historiques de l’Égypte sur l’eau du Nil.

L’Éthiopie est en train de construire le grand barrage de la Renaissance éthiopienne sur le principal affluent du Nil. L’Égypte et le Soudan considèrent le projet comme une menace majeure s’il est rempli et exploité sans un accord juridiquement contraignant.

Lors d’une réunion avec le président égyptien lundi, Lavrov a souligné la position ferme de la Russie rejetant toute ingérence dans les droits historiques de l’Égypte sur l’eau du Nil, et a rejeté toutes les actions unilatérales à cet égard.

Il a également salué les efforts déployés par l’Égypte pour résoudre le problème.

Lavrov affirme que la Russie est impatiente de trouver une solution qui convienne à toutes les parties, l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie, sur le remplissage et l'exploitation du barrage par le biais des négociations.

El-Sissi insiste que ne pas trouver de solution à ce problème affecterait sans aucun doute la sécurité et la stabilité de la région dans son intégralité.

El-Sissi a également discuté des efforts égyptiens pour soutenir le nouveau gouvernement intérimaire en Libye lors de divers forums bilatéraux, régionaux et internationaux, soulignant la nécessité de débarrasser la Libye des mercenaires.

L'ingérence étrangère illégale dans les affaires libyennes ne fait qu’alimenter la crise, dit-il.

De son côté, Lavrov a souligné le rôle du Caire, en particulier les efforts personnels du président égyptien, dans la préparation d’une voie politique en Libye.

Ceci caractérise le rôle de l’Égypte dans la sécurité et la stabilité régionales, ajoutant que la Russie cherche toujours à poursuivre la coopération et la coordination avec le Caire sur la question.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a informé Lavrov des récentes consultations sur le barrage tenues à Kinshasa en présence des ministres des Affaires étrangères de l'Égypte, du Soudan et de l'Éthiopie.

Shoukry assure que la communication se poursuivra avec la Russie dans ce dossier en sa qualité de membre actif du Conseil de sécurité de l'ONU, ainsi qu’en raison de ses capacités diplomatiques et de son impact sur la scène internationale.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com