Zola Djenane, la calligraphie berbère et la pierre comme inspiration

L’artiste Zola Djenane (Photo, fournie).
Short Url
Publié le Mardi 06 avril 2021

Zola Djenane, la calligraphie berbère et la pierre comme inspiration

  • Les œuvres exposées à la galerie Ifru design rappellent celles des gravures ancestrales rupestres gravées sur les parois rocheuses du Tassili
  • «L’art raconte l’histoire de l’humanité»

PARIS: Zola Djenane manifeste son intérêt pour l’art dès son plus jeune âge. Durant des années, elle dessine des portraits et constitue un dossier artistique qu’elle présente, après ses études secondaires, à l’école des Beaux-Arts. Recrutée dans cette institution, elle suit une formation complète aux techniques artistiques. Avec une touche d’humour, elle se définit comme une harraga («sans-papiers») des Beaux-Arts.

Invitée par la galeriste Amel Bara Kasmi, l’artiste peintre, designer et décoratrice d’intérieur, expose ses tableaux du 25 mars au 14 avril 2021, à la galerie Ifru Design à Télemly, sur les hauteurs d’Alger, connu pour être le quartier des galeries d’arts, des antiquaires et de l’école des Beaux-Arts d’Alger.

Les œuvres exposées rappellent celles des gravures ancestrales rupestres gravées sur les parois rocheuses du Tassili, dans l’extrême Sud du pays (Photo, fournie).

Les œuvres exposées à la galerie Ifru design, dominées par des couleurs ocre, les couleurs de la terre, rappellent celles des gravures ancestrales rupestres gravées sur les parois rocheuses du Tassili, dans l’extrême Sud du pays. Élaborés en relief, les tableaux sont réalisés avec une seule palette et des techniques mixtes, associant plusieurs matériaux comme la peinture à l’huile, le sable, les épices et les pierres.

Interrogée par Arab News en français, Zola Djenane explique que ses œuvres sont inspirées de la calligraphie berbère. «J’utilise le tifinagh, les lettres de l’alphabet amazighe; des lettres tout en nuances, qui ne sont pas figées», nous explique-t-elle. «On remarque la dynamique et le mouvement», ajoute-t-elle, «car, en créant, je modifie la lettre en symbole, en y intégrant un caractère abstrait, comme cela, chaque lettre raconte une histoire, une émotion, un souvenir». Concernant les couleurs dominantes de ses créations, elle répond: «Vous savez, les artistes peuvent utiliser les mêmes couleurs, mais ils réalisent, à chaque fois, un tableau différent, une œuvre différente.»

Son inspiration: les Aurès et la culture ancestrale amazighe

Elle puise son inspiration de la région des Aurès, la terre de ses origines. Bien qu’elle soit née à Alger, la capitale, l’artiste explique que ses repères viennent aussi des régions de N’gaous, Arris, Tazoult et Batna, dans l’est du pays, mais aussi des montagnes de la Kabylie et de l’extrême Sud.

Élaborés en relief, les tableaux sont réalisés avec une seule palette et des techniques mixtes (Photo, fournie).

Adepte de l’escalade et championne d’Algérie d’alpinisme dans la catégorie seniors dames, Zola Djenane est passionnée par la nature et les montagnes. Elle peint aussi sur la pierre. «Je passe beaucoup de temps en montagne, je suis très sensible à cette matière, aux roches et aux pierres qui s’effritent sur les parois des montagnes lorsque j’escalade», nous confie-t-elle. «Ces pierres effritées me marquent, je les rapporte et je leur donne une seconde vie en les intégrant dans la création de mes tableaux car je suis sensible à la sauvegarde de la nature et à la préservation de nos montagnes.» Pour elle, les deux arts majeurs sont la peinture et l’escalade. «Mes deux passions me permettent de m’évader, de m’élever, de créer et de réaliser mes rêves», ajoute-t-elle.

Une artiste au cœur d’or

Zola Djenane a participé à de nombreuses expositions organisées, entre autres, par les institutions publiques – dont la première a été organisée à la maison de culture Kateb Yacine, à Sidi Bel Abbès –, et à des expositions privées, notamment dans des hôtels étoilés. Elle a aussi créé une galerie d’art, nommée «Le Garage», où elle expose désormais ses œuvres et organise aussi des évènements dont des défilés historiques.

La galerie Ifru Design où les oeuvres sont exposées (Photo, fournie).

L’artiste a plusieurs casquettes. Très active dans le milieu associatif, elle organise aussi des expositions d’œuvres d’enfants à mobilité réduite ou souffrant de maladies chroniques et/ou génétiques comme la trisomie 21. «J’aime faire le bonheur de ces enfants, de leur montrer que le handicap n’empêche pas le talent, que s’ils le veulent, ils pourront, eux aussi, devenir artistes. J’ai vu, lors de ces expositions, de petites merveilles qui ont été réalisées par ces petites mains, très créatrices», se réjouit Zola Djenane.

Soutenir l’art

«C’est vital pour l’artiste de créer, les artistes puisent dans les moyens dont ils disposent pour créer, même si ces derniers sont dérisoires», souligne l’artiste peintre. Pour faire évoluer l’accès à l’art et démocratiser les disciplines, Zola Djenane appelle le ministère de la Culture à jouer son rôle pour soutenir les jeunes artistes. Elle plaide pour l’ouverture de plus d’espaces culturels, la création de cours de théâtre, notamment dans les établissements scolaires. 

«Il faudra aider tous les artistes, qu’ils soient musiciens, sculpteurs, poètes, peintres, auteurs, sans oublier les galeristes. Car c’est grâce à eux que les jeunes talents peuvent montrer leurs créations, c’est grâce à Ifru Design que j’ai pu exposer mes œuvres, et je suis ravie de cet accueil chaleureux et de l’attrait du public pour l’art», se réjouit Zola Djenane. Car, conclut-elle, «l’art raconte l’histoire de l’humanité.»


Oups! Lego confond le ramadan et l’Aïd

Un bazar du Moyen-Orient construit avec des blocs Lego. (Capture d'écran, YouTube)
Short Url
  • Bien que le mois sacré soit observé chaque année depuis plus de 14 siècles, quelques entreprises le confondent encore avec Aïd Al-Fitr
  • La plupart des commentaires sur la salutation, tout en reconnaissant l'effort déployé par LEGO, soulignent qu’il reste trente jours avant l'Aïd

LONDRES: Chaque année juste avant le début du ramadan, félicitations et salutations sont échangées en quantité industrielle avec la famille, les amis, les employés, ainsi que le grand public afin de célébrer le début du mois sacré.

Certaines entreprises profitent de cette période de célébration pour diffuser des vœux du ramadan, tout en commercialisant leurs produits.

Pourtant, et bien que le mois sacré soit observé chaque année depuis plus de quatorze siècles, quelques entreprises le confondent encore avec l'Aïd Al-Fitr, la fête qui marque la fin du ramadan.

En effet, le premier jour du mois cette année, le fabricant de jouets Lego a tweeté ce qui est probablement censé être un vœu pour le ramadan. «Faites-en une célébration inoubliable avec un jeu Lego, et préparez-vous à passer des bons moments en famille.»

Jusqu'ici tout va bien, non? Eh bien pas exactement! L'image jointe au tweet contient en effet «Eid Mubarak» au lieu de «Ramadan Kareem» d’une autre salutation traditionnelle.

Le public ne semblait pas trop perturbé par cette erreur. La plupart des commentaires sur la salutation, tout en reconnaissant l'effort déployé par Lego, soulignent qu’il reste trente jours avant l'Aïd.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Festival international du film du Caire se déroulera en décembre 2021

L'actrice libanaise Nour pose sur le tapis rouge lors de la cérémonie d'ouverture de la 41ᵉ édition du Festival international du film du Caire (CIFF). AFP
Short Url
  • Le CIFF est non seulement le plus ancien et plus grand festival de films annuel de la région, mais aussi le seul au Moyen-Orient et en Afrique à être accrédité au niveau international
  • L’édition 2021, qui se déroulera du 1er au 10 décembre 2021, offrira également des prix à quinze projets cinématographiques

DUBAÏ: La 43ᵉ édition du Festival international du film du Caire (CIFF) se déroulera du 1er au 10 décembre 2021, selon une annonce faite cette semaine.

Le producteur de cinéma égyptien Mohamed Hefzy, président du Festival international du film du Caire, s’est exprimé dans un communiqué. «Les festivals de cinéma ont trouvé un moyen de s'adapter et de survivre, agissant comme une bouée de sauvetage pour les films et les cinéastes qui ont été touchés et mis au défi par la pandémie, faisant face à des risques tels que des interruptions de production ou la fermeture de salles de cinéma partout dans le monde. Très peu de festivals ont réussi à maintenir une édition physique, et nous sommes fiers de dire que Le Caire en fait partie, avec l’objectif de réaliser une édition encore plus réussie cette année», a-t-il affirmé.

L’édition 2021 offrira également des prix à quinze projets cinématographiques.

«L'équipe de programmation et la direction du festival sont ravies du défi que présente cette prochaine édition, et nous sommes impatients de présenter une programmation de films riche et diversifiée, ainsi qu’une sélection digne du public du festival, qui s’attend encore à davantage en termes de qualité et de surprises d’année en année», a ajouté Hefzy.

«Ces trois dernières années, nous nous sommes efforcés de réaliser toutes nos ambitions et nos plus grands succès au niveau de notre programmation, cela à travers les différentes plates-formes de soutien proposées aux professionnels par Cairo Industry Days, notamment Cairo Film Connection, qui a offert l'année dernière des prix évalués à près de 250 000 dollars (environ 210 millions d’euros) à quinze projets de qualité, très différents les uns des autres», a-t-il poursuivi dans le communiqué.

Comme pour les trois éditions précédentes, le festival comprendra également les Cairo Industry Days, axés sur le secteur, et son événement de cofinancement Cairo Film Connection.

L’édition de l’année dernière a présenté plus de 95 films provenant de plus de 40 pays.

Malgré les défis imposés par la pandémie de Covid-19 – notamment une diminution de la capacité d’accueil de 50%, en raison de la distanciation sociale –  le festival a vendu 30 000 billets, tandis que 200 invités internationaux étaient présents en 2020.

Le CIFF est non seulement le plus ancien et plus grand festival de films annuel de la région, mais aussi le seul au Moyen-Orient et en Afrique à être accrédité au niveau international.

En 2019, cet événement cinématographique est également devenu le premier festival du film arabe à signer l'engagement 5050 × 2020 pour l'égalité des sexes, s'engageant pour l’autonomisation des femmes et la transparence sur les questions de disparité entre les genres dans l'industrie cinématographique au Moyen-Orient.

Cette même année, le CIFF a obtenu le statut de festival qualificatif aux Oscars dans la catégorie courts métrages, devenant ainsi le seul festival d'Afrique du Nord à jouir de cette reconnaissance avec d’autres festivals prestigieux comme Cannes, Venise, ou Sundance.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com

 


J.K. Rowling revient avec un roman jeunesse en octobre

La romancière britannique J.K. Rowling, le 12 décembre 2019 à New York (Photo, AFP)
Short Url
  • Le titre du roman jeunesse n'est connu qu'en anglais: «The Christmas Pig», qui signifie «le cochon de Noël» 
  • La romancière britannique de 55 ans a vendu un demi-milliard d'exemplaires dans le monde des aventures du jeune sorcier Harry Potter, parues en sept tomes entre 1997 et 2007

PARIS: L'autrice de la saga romanesque « Harry Potter », J.K. Rowling, revient avec un roman jeunesse dont la sortie dans plus de 20 langues est prévue le 12 octobre, a annoncé mardi l'éditeur français Gallimard.  

Le titre n'est connu qu'en anglais: « The Christmas Pig », qui signifie « le cochon de Noël ». 

 

 

« Jack est très attaché à son cochon en peluche de petit garçon, avec lequel il partage tout depuis toujours, les bons comme les mauvais moments. Jusqu'à cette veille de Noël où se produit la catastrophe: le cochon est perdu », raconte Gallimard.  

La romancière britannique de 55 ans a vendu un demi-milliard d'exemplaires dans le monde des aventures du jeune sorcier Harry Potter, parues en sept tomes entre 1997 et 2007.  

Depuis, elle est passée à autre chose: plusieurs romans pour les adultes, et en 2020 un retour à la littérature jeunesse avec le conte « L'Ickabog ».  

« The Christmas Pig » vise un public de huit ans et plus, selon Gallimard Jeunesse.  

Il doit paraître chez Hachette Children's Group en version originale, et chez Scholastic pour l'Amérique du Nord.  

Toutes les autres grandes langues européennes verront la parution le même jour, ainsi que le chinois (Taïwan), l'hébreu, le japonais, le thaï et le turc.  

« Les lecteurs y découvriront une merveilleuse et trépidante aventure de Noël, et reconnaîtront l'art extraordinaire de J.K. Rowling », a affirmé l'éditrice Hedwige Pasquet, cité dans le communiqué.