Mort de l'écrivaine Maryse Condé, grande figure de la littérature francophone

L'écrivaine guadeloupéenne française Maryse Condé (Photo, AFP).
L'écrivaine guadeloupéenne française Maryse Condé (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 09 avril 2024

Mort de l'écrivaine Maryse Condé, grande figure de la littérature francophone

  • Grâce à son nouveau compagnon rencontré au Sénégal, Richard Philcox, qui deviendra son mari et traducteur, elle réalise sa vocation, l'écriture, en quittant l'Afrique en 1970
  • Sa thèse, soutenue en 1976, s'intitule «Stéréotype du noir dans la littérature antillaise Guadeloupe-Martinique»

MARSEILLES: L'écrivaine française Maryse Condé est morte dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 90 ans, après une vie de combat pour sa liberté et d'exploration des identités antillaise et noires.

Voix reconnue de la littérature francophone, elle s'est éteinte dans son sommeil à l'hôpital d'Apt, dans le sud-est de la France, a indiqué à l'AFP son mari, le Britannique Richard Philcox.

Née à Pointe-à-Pitre, en Gaudeloupe, le 11 février 1934, Maryse Condé a traité dans une trentaine de livres, principalement des fictions, l'histoire de l'Afrique et de sa diaspora, l'héritage de l'esclavage et les identités noires.

"J'ai toujours travaillé avec elle dans ses différentes maisons d'édition et j'étais profondément admiratif de son rayonnement, de son courage. Elle a donné l'envie à énormément d'écrivains de se lancer et de combattre avec elle", a déclaré à l'AFP son éditeur, Laurent Laffont.

"La Grande Dame des Lettres mondiales, Maryse Condé, tire sa révérence, nous léguant une œuvre portée par la quête d’un humanisme fondé sur les ramifications de nos identités et les fêlures de l'Histoire", a écrit l'écrivain franco-congolais Alain Mabanckou sur X.

«Aucune raison d'être fier»

Pour avoir vécu dans plusieurs pays d'Afrique (Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée et Sénégal), Maryse Condé critiquait les limites du concept de "négritude" proposé par le Martiniquais Aimé Césaire et le Sénégalais Léopold Sédar Senghor.

"Il n'y a cependant aucune raison d'être fier d'appartenir à telle ou telle race. Je remets en question le fait que la Négritude perpétue la notion que tous les noirs sont pareils. C'est une attitude totalement raciste héritée en fait des blancs qui croient que tous les nègres se ressemblent", disait-elle dans un entretien avec la revue américaine Callaloo en 1989.

Ayant toujours eu le désir d'écrire, elle n'a pu s'y consacrer véritablement qu'à l'approche de la quarantaine.

Avant cela, cette fille de la classe moyenne de Guadeloupe, qui se décrivait comme une enfant gâtée par ses parents, a traversé de nombreuses épreuves à partir de son arrivée à Paris pour ses études, en 1953.

La perte de sa mère, en 1956, à qui elle n'a pas pu dire au revoir, le racisme, l'échec de son mariage avec le Guinéen Mamadou Condé, les conditions rudimentaires dans lesquelles elle a élevé ses quatre enfants l'ont marquée.

Indépendantiste

Grâce à son nouveau compagnon rencontré au Sénégal, Richard Philcox, qui deviendra son mari et traducteur, elle réalise sa vocation, l'écriture, en quittant l'Afrique en 1970. Elle se lance aussi dans un doctorat de lettres à Paris. Sa thèse, soutenue en 1976, s'intitule "Stéréotype du noir dans la littérature antillaise Guadeloupe-Martinique".

Après des pièces de théâtre, elle obtient la consécration comme romancière grâce à "Hérémakhonon" en 1976, où la narratrice antillaise ne trouve que la désillusion en Afrique.

Son grand succès en librairie est "Ségou", fresque en deux tomes (1984 et 1985) sur le déclin de l'empire bambara, au Mali, du XVIIIe siècle jusqu'à l'arrivée des colonisateurs français.

Elle retourne ensuite vivre en Guadeloupe, où elle est milite pour l'indépendance, avant d'être recrutée par plusieurs universités américaines, pour lesquelles elle enseignera la littérature française, tout en publiant régulièrement.

De 1995 à 2005, elle dirige le Centre d'études francophones de l'université de Columbia à New York. Elle devient alors une figure intellectuelle aux Etats-Unis, pays qu'elle quitte définitivement en 2013, pour passer sa retraite dans un village du Luberon, Gordes, dans le sud-est de la France.

Son œuvre en a fait l'une des prétendantes au prix Nobel de littérature, qu'elle n'obtiendra pas. En 2018, on lui décerne à Stockholm le "nouveau prix de littérature", remis cette année-là par une "Nouvelle Académie" qui prend la place de l'Académie suédoise, engluée dans un scandale de violences sexuelles non dénoncées.

 


Un musicien indépendant saoudien prend le chemin le moins fréquenté

SOVL représente visuellement le thème "Too Much Is Not Enough" sur la pochette de l'album avec l'image de l'artiste versant de l'eau dans une mer déjà grande et abondante. (Fournie)
SOVL représente visuellement le thème "Too Much Is Not Enough" sur la pochette de l'album avec l'image de l'artiste versant de l'eau dans une mer déjà grande et abondante. (Fournie)
Short Url
  • L'artiste SOVL parle des défis et des joies de la création musicale indépendante
  • La rockstar saoudienne, âgée de 22 ans, a présenté son premier album "Too Much Is Not Enough" en décembre dernier. Cet album représente un saut artistique audacieux, car SOVL, producteur, auteur-compositeur et chanteur, s'est aventuré dans le domaine capt

RIYADH : Alors que la scène musicale se diversifie en Arabie saoudite, du rock psychédélique à la danse électronique, le jeune artiste SOVL apporte une nouvelle saveur au mélange.

SOVL est un musicien indépendant autodidacte qui s'est mis en quête de créer un album de premier ordre, conforme aux normes de l'industrie, qui refléterait son art personnel et serait porteur d'une histoire significative. Il a créé un mélange distinct de rock alternatif, moderne et indie, tous ancrés dans l'ADN de la musique à guitares.

"En tant que musicien indépendant, le processus est plus difficile que pour un musicien signé par un label. Mais j'essaie de tirer parti de ce que j'ai", a-t-il déclaré.

SOVL représente visuellement le thème "Too Much Is Not Enough" sur la pochette de l'album avec l'image de l'artiste versant de l'eau dans une mer déjà grande et abondante. (Fournie)
SOVL représente visuellement le thème "Too Much Is Not Enough" sur la pochette de l'album avec l'image de l'artiste versant de l'eau dans une mer déjà grande et abondante. (Fournie)

La rockstar saoudienne, âgée de 22 ans, a présenté son premier album "Too Much Is Not Enough" en décembre dernier. Cet album représente un saut artistique audacieux, car SOVL, producteur, auteur-compositeur et chanteur, s'est aventuré dans le domaine captivant de la narration d'une histoire complète à travers sa musique.

Cet album de 10 titres est une odyssée émotionnelle. Ouvertes à l'interprétation, les chansons deviennent une toile sur laquelle l'auditeur peint ses propres sentiments.

Dans un monde où la recherche du "trop" occupe souvent le devant de la scène, "Too Much Is Not Enough" offre un message qui résonne avec tous : dans la recherche de tout, nous ne devons pas oublier de préserver la partie la plus essentielle de notre être - nous-mêmes.

Nous croyons fermement qu'il est possible d'écrire et d'enregistrer de la musique depuis sa propre chambre et que cela peut rendre le produit final plus authentique, en présentant votre art exactement comme vous l'avez imaginé.

Mais avant l'arrivée de l'ensemble de son œuvre, son parcours n'a été qu'incessant.

"Lorsque j'ai mis la main sur ma première guitare électrique en 2019, j'ai adopté une approche différente de l'apprentissage de l'instrument", explique-t-il. Sa technique était plus improvisée qu'autre chose : il plaçait ses doigts là où ils se posaient ou grattait ce qui lui semblait bon jusqu'à ce qu'il commence à apprendre les bases de la théorie des accords de guitare.

SOVL, artiste musicien saoudien
SOVL, artiste musicien saoudien

Il a ensuite commencé à enregistrer sa musique sur le logiciel GarageBand, facile à utiliser pour les débutants, avant de passer au logiciel Logic Pro et d'expérimenter différents sons.

SOVL a sorti son single "What's Going On ?" en 2021, son premier lancement officiel sur la scène musicale locale en tant qu'artiste alternatif indépendant. Son son rafraîchissant ramène les auditeurs aux joyaux du rock des années 70 tels que The Who et The Clash, qui ont inspiré une grande partie de sa musique.

Il tente également d'insuffler un peu d'esprit arabe dans sa musique ; l'instrument oud apparaît dans certaines de ses chansons, dont "Ana".

Si faire de la musique est la partie la plus facile, d'autres aspects de l'industrie, comme le marketing et la distribution, peuvent être difficiles à aborder.

Une maison de disques, par exemple, s'occupe de la pochette, de la production de vidéos musicales et de la distribution de la musique. "Il aurait été beaucoup plus facile de signer avec une maison de disques pour qu'elle puisse s'occuper de tout cela", a-t-il déclaré.

Malgré les défis, SOVL a exprimé sa joie d'avoir la liberté de diriger la création : Je suis un fervent défenseur de l'approche "do-it-yourself". Je crois fermement qu'il est possible d'écrire et d'enregistrer de la musique dans sa propre chambre, ce qui rend le produit final plus authentique et permet de présenter son art exactement comme on l'imagine.

"Ne vous méprenez pas, il n'y a absolument rien de mal à signer avec une grande maison de disques", note-t-il. "C'est une opportunité fantastique pour ceux qui la saisissent. Cependant, dans un monde inondé de musique, il peut être difficile de se démarquer et de faire entendre un son unique."

Pour la pochette de son premier album, il a fait appel à ses amis. Ils ont fait un voyage impromptu d'une journée dans la province de l'Est pour la séance photo improvisée et ont fini par y tourner l'un de ses clips musicaux.

"Il faut y croire, et mes amis m'ont soutenu depuis le début", a-t-il déclaré à propos de cette expérience.

De nombreux artistes indépendants utilisent aujourd'hui des plateformes de médias sociaux comme TikTok pour promouvoir leur musique, mais SOVL estime que leur approche est un peu "cliché" pour son personnage.

Personnifiant une image plutôt mystérieuse, d'où son nom de scène anonyme, et présentant un style beaucoup plus nuancé que la pop générique, il laisse son son et ses paroles parler d'eux-mêmes.

Son album, bien que d'un genre particulier, présente une exploration d'une expérience plutôt universelle. Il raconte la bataille intérieure pour se contenter de ce que l'on a déjà. Le thème est résumé dans la pochette de l'album, qui représente l'artiste en train de verser de l'eau dans une mer déjà abondante et vaste.

Ce qui distingue SOVL, c'est sa quête permanente de diversification, non seulement des genres, mais aussi de la composition même des albums dans la nouvelle industrie musicale saoudienne. Les albums conceptuels, qui peuvent raconter une histoire plus vaste que ce qui pourrait être contenu dans une seule piste, améliorent l'expérience des auditeurs en ce qui concerne diverses notions.

SOVL tient absolument à faire et à publier de la musique qui soit le fruit de sentiments authentiques et profonds, et son nom est là pour le rappeler.

Il a déclaré : "L'album est très axé sur les paroles : "L'album est très centré sur les paroles, sur le thème, sur le son, et certains auditeurs m'ont critiqué sur ce point. Comme c'était mon premier album, (ils pensent) qu'il devrait être une vitrine de ce dont vous êtes capable, mais sur un aspect plus large.

"Avec l'Extended Edition, je vais élargir le son, expérimenter un peu, mais toujours avec les mêmes thèmes... C'est aussi pour faire avancer l'histoire.

Bien que le processus d'écriture et de production soit personnel et centré sur soi, le produit ne sera peut-être pas la tasse de thé de tout le monde, a-t-il déclaré. La sensibilité pop n'est pas le but de l'artiste, mais il comprend qu'en élargissant la portée de son travail, même légèrement, il créera une expérience plus agréable pour les auditeurs qui s'intéresseront à un rock alternatif plus psychédélique et grunge.

"Ce que j'essaie de faire ici, c'est d'amener les gens à s'intéresser à différentes couleurs de musique", a-t-il déclaré. "C'est une musique qui n'a pas encore été ciblée ici (en Arabie saoudite), mais je suis vraiment heureux d'essayer de la lancer.

"La scène ici et les talents sont encore en train de développer leurs identités musicales... Si vous êtes intéressé par la musique, lancez-vous. Une fois que vous avez commencé et que vous trouvez que c'est vraiment intéressant, vous êtes peut-être doué, alors essayez d'y consacrer plus de temps", a-t-il ajouté.  

L'objectif de SOVL est de prouver, non seulement à lui-même mais aussi à ses amis et aux musiciens en herbe, que les artistes peuvent adopter une approche indépendante et réaliser leurs rêves dans le monde de la musique.

Son album est disponible dès maintenant sur toutes les plateformes de streaming les plus populaires.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 


Il y a dix ans, l'avalanche meurtrière de l'Everest changeait les conditions de vie des sherpas

Cette photo prise le 18 avril 2014 montre un hélicoptère de sauvetage népalais atterrissant au camp de base de l'Everest pendant les opérations de sauvetage suite à une avalanche qui a tué seize sherpas népalais dans la cascade de glace du Khumbu, au pied du mont Everest.
Cette photo prise le 18 avril 2014 montre un hélicoptère de sauvetage népalais atterrissant au camp de base de l'Everest pendant les opérations de sauvetage suite à une avalanche qui a tué seize sherpas népalais dans la cascade de glace du Khumbu, au pied du mont Everest.
Short Url
  • Le 18 avril 2014, un mur de neige s'est abattu sur les Népalais qui, dans l'obscurité glaciale, hissaient du matériel lourd sur la périlleuse cascade de glace du Khumbu.
  • "Le nombre de sherpas a considérablement diminué. Aujourd'hui, ce sont les entreprises qui doivent aller chercher des sherpas" et non l'inverse comme c'était le cas par le passé, ajoute Mingma G Sherpa.

KATAMANDOU : Il y a dix ans, une avalanche sur l'Everest a enseveli seize guides locaux, braquant les projecteurs sur les dangers considérables auxquels les sherpas népalais sont confrontés pour permettre à des étrangers fortunés de réaliser leurs rêves d'alpinisme.

Sans leur travail, essentiel pour tracer les voies d'escalade, fixer les cordes, réparer les échelles et transporter le lourd matériel en altitude, peu d'alpinistes pourraient atteindre le sommet le plus haut du monde.

Le 18 avril 2014, un mur de neige s'est abattu sur les Népalais qui, dans l'obscurité glaciale, hissaient du matériel lourd sur la périlleuse cascade de glace du Khumbu.

La force de l'avalanche a projeté Dawa Tashi d'une dizaine de mètres, le blessant à la cage thoracique, à l'omoplate gauche et au nez. Le jeune homme, âgé alors de 22 ans, se souvient bien de ses amis qui ont péri dans la coulée. Trois d'entre eux n'ont jamais été retrouvés.

"J'ai eu de la chance de survivre", déclare-t-il à l'AFP. "A l'hôpital, chaque fois que j'essayais de dormir, ils apparaissaient devant mes yeux".

- "Point de bascule" -

"C'était très difficile à l'époque", se souvient Nima Doma Sherpa, qui a perdu son mari Tsering Onchu de 33 ans dans l'avalanche.

"Que faire quand le principal pilier de votre foyer n'est pas là ? Les enfants étaient petits et je me demandais comment je pourrais les éduquer et comment nous pourrions subvenir à nos besoins".

Car après la catastrophe, le gouvernement népalais qui tire des revenus très conséquents de la lucrative industrie de l'alpinisme dans l'Himalaya n'avait proposé que l'équivalent de 400 dollars pour les frais d'obsèques aux familles des victimes.

Une aumône rejetée en bloc par des Népalais en colère qui ont alors déclenché un mouvement de protestation sans précédent, pour réclamer aux autorités de meilleures indemnités en cas de décès ou de blessure en montagne.

Le drame "fut un point de bascule pour les jeunes sherpas qui étaient frustrés", a déclaré Sumit Joshi, pour la société Himalayan Ascent, qui a perdu trois guides dans l'avalanche de 2014.

Depuis lors, ses équipes n'effectuent plus l'ascension à la date anniversaire.

- Améliorations mais encore insuffisantes -

Auparavant, nombre des sherpas étaient contraints de compter sur la charité des alpinistes occidentaux, bien que jouant un rôle fondamental dans le succès de cette industrie de plusieurs millions de dollars.

Lors de la dernière saison en 2023, le gouvernement népalais a gagné plus de 5 millions de dollars uniquement avec les droits d'accès à l'Everest.

En 2014, les manifestants du camp de base réclamaient surtout une amélioration des indemnités d'assurance-vie et la création d'un fonds de secours.

"Nous défendions les intérêts des alpinistes népalais, en veillant à ce qu'ils bénéficient d'un maximum d'avantages", rapporte Ang Tshering Sherpa, qui dirigeait à l'époque l'Association des alpinistes népalais.

Le montant versé par l'assurance a été augmenté de 50% pour atteindre 1,5 million de roupies népalaises (11.250 dollars) en cas de décès en montagne.

Les hélicoptères sont désormais autorisés à acheminer des fournitures vers les camps les plus élevés, ce qui réduit le nombre d'expéditions effectuées par les Népalais à travers la dangereuse cascade de glace du Khumbu.

Les entreprises népalaises ont supplanté les opérateurs étrangers pour attirer la majorité des alpinistes, et les conditions de vie se sont améliorées pour les guides des grandes entreprises.

Mais ces progrès restent insuffisants, estime le guide Mingma G Sherpa, "les politiques gouvernementales ne sont toujours pas bonnes".

- "Les épouses ne sont pas d'accord" -

Les dangers de la montagne sont tels que de nombreux guides ont quitté le secteur.

"Le nombre de sherpas a considérablement diminué. Aujourd'hui, ce sont les entreprises qui doivent aller chercher des sherpas" et non l'inverse comme c'était le cas par le passé, ajoute Mingma G Sherpa.

"Nous voulons aller grimper car nous connaissons l'environnement là-bas, mais (...) les mères et les épouses ne sont pas d'accord", confie-t-il.

Rescapé de l'avalanche de 2014, Dawa Tashi, lui, est retourné sur l'Everest en 2021. Celui qui a commencé les treks à l'âge de 11 ans, n'a pas renoncé à guider les alpinistes et se prépare à accompagner six Américains vers le sommet Mera, qui culmine à 6.461 mètres.

"Il y a eu des améliorations après la catastrophe, mais ce n'est pas suffisant", dit-il aussi.

Et d'évoquer les 11.000 dollars que chaque étranger doit payer au gouvernement pour gravir l'Everest. "Les clients seraient heureux de payer cette somme sachant qu'elle sera utilisée" pour leur équipe, estime-t-il, appelant "le gouvernement à créer un fonds de protection" des travailleurs de la montagne.


Des tours médiévales illuminées pour accueillir la flamme olympique

Une statue de Jeanne d'Arc est visible dans l'enceinte de la cathédrale catholique romaine médiévale Notre-Dame de Reims, également connue sous le nom de Notre-Dame de Reims, le 17 avril 2019 (AFP)
Une statue de Jeanne d'Arc est visible dans l'enceinte de la cathédrale catholique romaine médiévale Notre-Dame de Reims, également connue sous le nom de Notre-Dame de Reims, le 17 avril 2019 (AFP)
Short Url
  • Des tours de guet médiévales des Pyrénées-Orientales s'illumineront dans la soirée du 7 mai
  • Construites entre le XIIe et le XIVe siècle, les tours à signaux étaient des éléments défensifs destinés à alerter

PERPIGNAN : Des tours de guet médiévales des Pyrénées-Orientales s'illumineront dans la soirée du 7 mai pour annoncer l'arrivée sur les côtes françaises de la flamme olympique, a fait savoir lundi l'entreprise organisatrice de l'évènement.

La flamme olympique doit arriver à Marseille le 8 mai, après un voyage de plus de dix jours depuis Athènes à bord du trois-mâts Belem (58 mètres), construit à Nantes en 1896, l'année des premiers Jeux olympiques modernes.

Le 7 mai au soir, une quinzaine de tours à signaux médiévales des Pyrénées-Orientales, équipées de puissants projecteurs, devraient s'allumer successivement.

Ce spectacle sera visible par tous les habitants de ce département frontalier avec l'Espagne, précise l'organisateur de l'évènement, l'entreprise de fourniture d'électricité verte Llum ("lumière" en catalan).

Construites entre le XIIe et le XIVe siècle, les tours à signaux étaient des éléments défensifs destinés à alerter, à faire transiter une information d'un lieu à un autre, de jour et de nuit.