A New York, l'art moderne afro-américain sort de la marginalité

Des visiteurs regardent une peinture de 1930 de Nola Hatterman intitulée "Louis Richard Drenthe/On the Terrace" lors d'une avant-première de presse de l'exposition "The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism" au Metropolitan Museum of Art à New York City, le 20 février 2024. (Photo Angela Weiss AFP)
Des visiteurs regardent une peinture de 1930 de Nola Hatterman intitulée "Louis Richard Drenthe/On the Terrace" lors d'une avant-première de presse de l'exposition "The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism" au Metropolitan Museum of Art à New York City, le 20 février 2024. (Photo Angela Weiss AFP)
Short Url
Publié le Samedi 24 février 2024

A New York, l'art moderne afro-américain sort de la marginalité

  • A partir de dimanche, l'un des musées les plus prestigieux du monde présente 160 pièces d'art moderne provenant d'universités afro-américaines, centres d'art et fondations, pour l'exposition «The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism»
  • Parmi les artistes mis à l'honneur figurent Charles Alston, Miguel Covarrubias, Aaron Douglas, Meta Warrick Fuller, William H. Johnson, Archibald Motley, Winold Reiss, Augusta Savage, James Van Der Zee et Laura Wheeler Waring

NEW YORK : Peintures, sculptures et oeuvres littéraires afro-américaines: le Metropolitan Museum of Art (Met) de New York fait sortir de la marginalité le mouvement artistique «Harlem Renaissance» né de la Grande migration de millions de personnes noires du sud vers le nord des Etats-Unis au début du XXe siècle.

A partir de dimanche, l'un des musées les plus prestigieux du monde présente 160 pièces d'art moderne provenant d'universités afro-américaines, centres d'art et fondations, pour l'exposition «The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism», déjà annoncée par le Met l'été dernier par simple communiqué.

Ce musée grandiose adossé à Central Park a présenté cette semaine à la presse un panorama complet du premier mouvement international d'art moderne fondé par des artistes afro-américains, censé représenter «la vie quotidienne moderne de nouveaux quartiers noirs comme Harlem à New York et South Side à Chicago dans les années 1920-1940».

«The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism» est «une ouverture et un élargissement de l'histoire de l'art et de ses récits», a expliqué à l'AFP le directeur du Met, l'Autrichien Max Hollein.

L'entre-deux-guerres aux Etats-Unis a marqué les premières décennies de la Grande migration afro-américaine (qui s'étend de 1910 à 1970 selon des historiens) où quelque six millions de personnes ont quitté des Etats du sud soumis à la ségrégation raciale vers des métropoles du nord -- New York, Chicago, Philadelphie -- du centre et de l'ouest censées offrir liberté, égalité et de meilleures conditions de vie.

- «Sujet noir moderne» -

«Grâce à des portraits, des scènes de la vie urbaine et nocturne, par des artistes majeurs de l'époque, cette exposition met en exergue le rôle central du mouvement +Harlem Renaissance+ pour façonner le sujet noir moderne et même l'art moderne du début du XXe siècle», avait expliqué M. Hollein en août.

Parmi les artistes mis à l'honneur figurent Charles Alston, Miguel Covarrubias, Aaron Douglas, Meta Warrick Fuller, William H. Johnson, Archibald Motley, Winold Reiss, Augusta

Savage, James Van Der Zee et Laura Wheeler Waring.

Une partie de l'exposition met en regard des peintures d'artistes afro-américains expatriés un temps en Europe avec des portraits d'Africains réalisés par les Européens Henri Matisse, Edvard Munch, Pablo Picasso, Germaine Casse, Kees Van Dongen, Jacob Epstein et Ronald Moody.

M. Hollein espère ainsi démarginaliser et rehausser le statut de «Harlem Renaissance», un mouvement ni structuré dans le temps, ni cantonné à Harlem, quartier multiculturel et populaire du nord de Manhattan.

«Cette exposition est un des moyens de changer cela», pense l'historien de l'art.

Au-delà de New York et de l'entre-deux-guerres, le Met honore le peintre Motley (1891-1981) de Chicago, le poète Langston Hughes (1901-1967) qui écrivit jusqu'à sa mort, ou le peintre Jacob Lawrence, réputé à l'étranger, et qui travailla jusqu'à son décès en 2000.

- Descendants afro-américains -

Le mécène de l'exposition, Darren Walker, président de la Fondation Ford, s'est aussi réjoui que des descendants d'artistes afro-américains «aient préservé des oeuvres dont ils connaissaient la valeur à une époque où elles n'en avaient pas» encore.

A l'instar de Madeline Murphy Rabb, qui a eu du mal à réprimer ses larmes en admirant la toile «Girl With Pomegranate» (1940) de sa grande-tante Laura Wheeler Waring.

«J'ai oeuvré durant des décennies pour que ma grande-tante soit reconnue comme elle le méritait», témoigne-t-elle auprès de l'AFP.

Elle confie avoir «toujours eu pour objectif qu'un public plus large voie ce travail important» aux Etats-Unis souvent meurtris par les discriminations et le racisme et où «tant de personnes blanches et quelques noires ont des stéréotypes sur ce que les artistes noirs peignent».

«Harlem Renaissance» est aussi associé à des penseurs, écrivains, sociologues afro-américains comme William Edward Burghardt «W.E.B.» Du Bois (1868-1963) et Alain Locke (1885-1954).

Dans son livre «The New Negro» (1925), Locke s'intéressait au potentiel de la «jeune génération» noire susceptible de conduire la société vers «quelque chose proche de l'émancipation spirituelle» plutôt que des problématiques politiques classiques.

L'essayiste exhortait ainsi des peintres afro-américains à s'ouvrir aux arts visuels d'Afrique et à l'art moderne européen, rappelle la conservatrice du musée Denise Murrell.

Ainsi, William H. Johnson (1901-1970) avait émigré de sa Caroline du Sud natale vers New York avant de vivre en Tunisie, France et au Danemark.


Céline Dion se confie sur ses excès médicamenteux

La chanteuse Céline Dion (Photo, @celinedion).
La chanteuse Céline Dion (Photo, @celinedion).
Short Url
  • La Canadienne de 56 ans se bat depuis des années contre le syndrome de la personne raide (SPR), une maladie auto-immune, sans remède connu
  • Elle n'a pas pu donner de concert depuis 2020

PARIS: La chanteuse Céline Dion s'est confiée dimanche, lors d'un entretien avec TF1, sur ses excès avec "des médicaments très dangereux", avant la diffusion d'un documentaire évoquant la maladie qui l'éloigne de la scène.

La Canadienne de 56 ans se bat depuis des années contre le syndrome de la personne raide (SPR), une maladie auto-immune, sans remède connu, qui provoque douleurs aiguës, difficultés à se mouvoir et spasmes. Elle n'a pas pu donner de concert depuis 2020.

Amazon Prime Video diffusera à partir du 25 juin ce documentaire intitulé "Je suis: Céline Dion".

Quand la douleur est devenue trop forte, pour une raison qu'elle ignorait jusque fin 2022, a raconté la Québecoise à la chaîne de télévision française, "j'ai annulé beaucoup de spectacles, je me suis retrouvée à mentir, à prendre des médicaments... Peut-être je vais essayer un anti-inflammatoire, un antispasmodique ou quelque chose".

"J'ai commencé avec des petites choses, jusqu'à me rendre... avec des médicaments très dangereux, pour continuer", a-t-elle expliqué lors de cet entretien enregistré en mai à Las Vegas (Etats-Unis).

À la journaliste Anne-Claire Coudray qui lui demandait si elle avait pris "du Valium" (du diazépam, un benzodiazépine), Céline Dion a répondu: "Oui, entre autres".

"Sans avoir de diagnostic. Donc, au début, ça aidait un peu. Mais très rapidement, il fallait que les doses montent", a-t-elle poursuivi. "Et quand on est rendu dans un niveau de médication dangereux et que ça ne fonctionne plus, on a deux choix: on continue ou on arrête de respirer et c'est terminé".

"Ne vivez pas des douleurs seul. (...) Acceptez d'en parler mais aussi de consulter. Ne souffrez pas seul", a exhorté la chanteuse.

Céline Dion, dont le nom a été avancé début juin par Le Canard enchaîné pour faire partie des artistes devant se produire à l'occasion de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris le 26 juillet, a redit sa certitude de redonner des concerts un jour. "Je ne sais pas quand. Mais je vais revenir sur scène", a-t-elle affirmé.


Jessica Kahawaty, égérie de la campagne pour le parfum Charlotte Tilbury

Jessica Kahawaty, une habituée des tapis rouges à travers le monde, a été sélectionnée par Charlotte Tilbury pour être l’égérie de la dernière campagne de la marque. (Instagram)
Jessica Kahawaty, une habituée des tapis rouges à travers le monde, a été sélectionnée par Charlotte Tilbury pour être l’égérie de la dernière campagne de la marque. (Instagram)
Short Url
  • La jeune femme, qui est aussi entrepreneure, apparaît dans une vidéo publicitaire pour le parfum intitulé «Love Frequency»
  • Plus tôt cette année, Kahawaty avait collaboré avec la marque de luxe italienne Versace pour une édition spéciale ramadan

DUBAÏ: Le mannequin libano-australien Jessica Kahawaty a posé pour une campagne numérique de la marque britannique de cosmétiques de luxe Charlotte Tilbury.

La jeune femme, qui est aussi entrepreneure, apparaît dans une vidéo publicitaire pour le parfum intitulé «Love Frequency», décrit comme un parfum floral boisé musqué pour femmes et hommes.

Conçu par la maître parfumeuse française Anne Flipo, Love Frequency a été lancé en 2024. Ce parfum dévoile des notes de tête de poivre rose, de cœur de rose et de safran, accompagnées d’arômes tels que le musc, le bois d'ambre, le patchouli ainsi que le bois de cachemire.

Sur Instagram, Jessica Kahawaty a partagé la vidéo ensoleillée de la campagne à ses abonnés (qui sont 1,5 million) avec ces mots: «Ma fréquence d'amour résumée en un seul parfum.» On la voit se promener parmi des fleurs et de hautes herbes, tenant le flacon rose du parfum.

Campagne 

Elle a également dévoilé une nouvelle campagne pour Boss, dont elle est devenue l’égérie, partageant des clichés de style Polaroid de la séance photo avec la légende suivante: «Double B, Every Me. Parce qu'il y a plus d'une façon d'être un Boss.»

Sur ces photos, Jessica Kahawaty arborait une veste bomber marron associée à une chemise blanche impeccable et accompagnée d'un sac noir orné d'une boucle dorée imposante et d'une chaîne. Ses cheveux bruns étaient librement ondulés.

Plus tôt cette année, Kahawaty avait collaboré avec la marque de luxe italienne Versace pour une édition spéciale ramadan, quelques jours après avoir travaillé sur la campagne de ramadan de la marque CH Carolina Herrera, basée à New York.

La campagne présentait une sélection de vêtements sobres de la marque new-yorkaise qui alliait motifs distinctifs et schémas de couleurs vibrantes.

Le mannequin et restauratrice, qui a fondé le restaurant Mama Rita à Dubaï avec sa mère, a partagé une série d'images qui mettaient en avant l'édition Ramadan de Versace avec ses abonnés sur Instagram. 

Kahawaty était vêtue d'une robe rose longue avec des manches cloche dont l’encolure était ornée de perles et cristaux roses, blancs et argentés. Pour compléter le look, Kahawaty serrait un petitsac à main assorti embelli de perles roses assorties, tandis que ses volumineuses mèches brunes étaient coiffées dans un brushing typique des années 1990.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Paul McCartney revient en France en décembre, après six ans d'absence

Sir Paul McCartney visite Paul McCartney Photographs 1963-64: Eyes of the Storm au Brooklyn Museum le 29 avril 2024 à Brooklyn, New York (Photo, AFP).
Sir Paul McCartney visite Paul McCartney Photographs 1963-64: Eyes of the Storm au Brooklyn Museum le 29 avril 2024 à Brooklyn, New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Les billets seront en vente le 21 juin
  • Les ultra-fans de Paul McCartney connaissent déjà cet album

 

PARIS: "Salut la belle France !": c'est en français que Paul McCartney a annoncé lundi dans un message vidéo deux concerts les 4 et 5 décembre à Paris La Défense Arena, où il avait joué la dernière fois en France en 2018.

Après cette introduction, l'ex-Beatles, barbe de trois jours, poursuit son intervention malicieuse en anglais, envoyée en amont à la presse. "C'est Paul ici, Paul McCartney, on vient jouer en France. On a passé un super moment la dernière fois qu'on est venus, c'est toujours génial en France. Alors venez, on va faire la fête".

En novembre 2018, le bassiste gaucher et son groupe s'étaient produits devant 40.000 personnes à Paris La Défense Arena, plus grande salle fermée d'Europe, où est passée récemment Taylor Swift. Le natif de Liverpool avait promis de revenir.

"Macca", 81 ans, se produit dans le cadre de sa tournée mondiale "Got back". Un clin d'oeil à "Get back", nom originel du projet pour lequel les Beatles sont entrés en studio à Londres en janvier 1969.

Mais les bandes de cet album sont remisées au placard. Ces sessions fourniront ensuite des munitions pour "Abbey Road" (1969). Et, surtout, les pistes remaniées par le producteur Phil Spector -- connu pour son fameux effet appelé mur du son -- donneront "Let it be", ultime album paru (1970), avec un morceau intitulé "Get back".

La tournée "Got back" a été lancée aux États-Unis en 2022 puis est passée en 2023 par l'Australie, le Mexique et le Brésil. Pour ce tour de chant, "Sir Paul" et ses musiciens puisent dans le répertoire des Beatles, des Wings -- autre projet de McCartney -- et dans les albums solo de l'ex-Beatles.

Les billets seront en vente le 21 juin.

Il y a toujours une actualité autour de Paul McCartney. Vendredi, "One hand clapping", album des Wings enregistré dans les conditions du live en 1974 et jamais exhumé, a enfin été publié.

Les ultra-fans de Paul McCartney connaissent déjà cet album, dont des versions pirates ont circulé. Un DVD était paru en 2010, en bonus de la réédition de l'album des Wings "Band on the run", mais pas avec la totalité des morceaux captés.

"One hand clapping" en contient 26, 27 même en comptant le medley en solo au piano de "Macca" fusionnant "The long and winding road" et "Lady Madonna".