Corée du Sud: une entreprise offre 70 000 euros à ses employés qui accueillent un bébé

Parmi les facteurs qui peuvent expliquer cette baisse de la natalité, des spécialistes évoquent notamment la culture du travail sud-coréenne, qui valorise les longues heures passées au bureau. (AFP)
Parmi les facteurs qui peuvent expliquer cette baisse de la natalité, des spécialistes évoquent notamment la culture du travail sud-coréenne, qui valorise les longues heures passées au bureau. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 12 février 2024

Corée du Sud: une entreprise offre 70 000 euros à ses employés qui accueillent un bébé

  • Avec un taux de 0,78 enfant par femme en 2022, le pays affiche le triste record du taux de fécondité le plus bas du monde
  • Une situation similaire est observée dans plusieurs pays de la région, dont le Japon et la Chine

PARIS: Pour relancer la natalité en Corée du Sud, Booyoung, un géant de la construction, annonce verser 100 000 millions de wons, soit 70 000 euros, à ses employés qui accueillent un bébé, une première en Corée du Sud.

Un rapport de l'agence publique Statistique Corée (rendu public tous les deux ans) indique que la population de Corée du Sud, d’un peu plus de 51 millions d’habitants, pourrait chuter au cours des cinquante années à venir.

Avec un taux de 0,78 enfant par femme en 2022, le pays affiche le triste record du taux de fécondité le plus bas du monde.

Si la tendance actuelle se poursuit, la population sud-coréenne sera divisée par deux d’ici à la fin du siècle.

Lee Joong-keun, le patron qui a fait fortune dans les immeubles de location, a expliqué lundi 5 février à ses salariés qu’il craint pour la survie de son entreprise. Sans relance démographique, les clients vont manquer, ainsi que la main-d'œuvre.

Le PDG sud-coréen a même remis des chèques, pour un montant total de 5 millions d’euros, à 70 salariés qui ont eu des bébés depuis 2021. Il envisage également de mettre à disposition des appartements à ses employés qui auraient trois enfants ou plus. Ils auront le choix entre la prime ou être logé gratuitement dans un appartement.

Lee Joong-keun souhaite en outre un geste de l’État pour obtenir gratuitement des terrains afin de bâtir ces logements pour les grandes familles.

Primes et politiques d’accueil migratoire

Entre primes et nouvelles politiques d’accueil migratoire, le gouvernement dépense des fortunes dans des programmes pour inciter à modifier ses comportements la «génération sampo» sud-coréenne, en référence à ces jeunes qui renoncent à trois choses: les fiançailles, le mariage et la procréation.

En début d’année, le nouveau président sud-coréen, Yoon Suk-yeol, augmentait la prime à la naissance, la faisant passer de quelque 210 euros à 500 euros par mois pendant la première année, puis 250 euros mensuels pour l’année suivante.

Cette hausse devrait se poursuivre et passer à 710 euros par mois pour la première année et 350 euros pour la seconde. En parallèle, il prévoit l’ouverture de 500 crèches publiques supplémentaires par an jusqu’en 2027. Au mois de septembre dernier, le gouvernement a déclaré avoir dépensé, en seize ans, l’équivalent de 200 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) pour inciter les familles à faire des enfants, notamment sous la forme d’allocations.

Une situation similaire est observée dans plusieurs pays de la région, dont le Japon et la Chine. Afin d’assurer la stabilité de sa population sans avoir recours à l'immigration, un pays doit avoir un taux de fécondité d'au moins 2,1 enfants par femme.

Parmi les facteurs qui peuvent expliquer cette baisse de la natalité, des spécialistes évoquent notamment la culture du travail sud-coréenne, qui valorise les longues heures passées au bureau. La durée hebdomadaire légale du travail de quarante heures, avec un plafond de douze heures supplémentaires possibles, semble incompatible avec une vie de famille pour de nombreux actifs.


L'Ukraine affirme avoir détruit un navire de guerre russe en mer Noire

Un militaire de la Garde maritime du Service national des frontières de l'Ukraine ajuste son casque lors de l'inspection d'un navire de charge à la recherche d'articles et de substances interdits avant d'entrer dans un port de la partie nord-ouest de la mer Noire, le 18 décembre 2023. Photo d'illustration. (AFP).
Un militaire de la Garde maritime du Service national des frontières de l'Ukraine ajuste son casque lors de l'inspection d'un navire de charge à la recherche d'articles et de substances interdits avant d'entrer dans un port de la partie nord-ouest de la mer Noire, le 18 décembre 2023. Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Les forces ukrainiennes ont affirmé mardi avoir détruit un patrouilleur de guerre russe, près du détroit de Kertch en Mer Noire
  • Le porte-parole du GUR, Andriy Yusov, a déclaré que le navire avait déjà été touché lors d'une précédente attaque mais qu'il "a été détruit c'est certain cette fois"

KIEV: Les forces ukrainiennes ont affirmé mardi avoir détruit un patrouilleur de guerre russe, près du détroit de Kertch en Mer Noire.

"A la suite de l'attaque de drones maritimes Magura V5, le navire russe Projet 22160 +Sergei Kotov+ a subi des dommages à l'arrière, à tribord et à bâbord", a précisé le département du renseignement militaire ukrainien (GUR) sur Telegram.

Le porte-parole du GUR, Andriy Yusov, a déclaré que le navire avait déjà été touché lors d'une précédente attaque mais qu'il "a été détruit c'est certain cette fois", lors d'une attaque dans la nuit de lundi à mardi.

"En ce qui concerne l'équipage, la situation est en train d'être clarifiée. Il y a des morts et des blessés. Cependant, il est probable qu'une partie de l'équipage ait réussi à évacuer", a-t-il précisé.

Le ministère russe de la Défense n'a pas fait jusque-là de commentaire sur une attaque de drone naval en mer Noire.

En deux ans de guerre, les forces de Kiev ont réussi à faire battre en retraite la puissante flotte russe en mer Noire à l'aide de missiles et de drones maritimes.

Selon l'armée ukrainienne, environ un tiers des navires militaires russes ont été "mis hors d'état de nuire" dans cette zone.


L'UE veut muscler sa défense deux ans après l'invasion russe de l'Ukraine

Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent (Photo, AFP).
Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent (Photo, AFP).
Short Url
  • «La menace d'une guerre n'est peut-être pas imminente mais elle n'est pas impossible», a plaidé la semaine dernière Ursula von der Leyen
  • La guerre en Ukraine a contraint Bruxelles à innover et la stratégie européenne de défense, que doit présenter mardi le commissaire européen Thierry Breton

BRUXELLES: Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent. Bruxelles propose mardi de financer une partie des achats d'armes décidés en commun par les 27, comme cela a déjà été fait pour les munitions.

"La menace d'une guerre n'est peut-être pas imminente mais elle n'est pas impossible", a plaidé la semaine dernière à Strasbourg la présidente de l'exécutif européen Ursula von der Leyen, appelant les Européens à se "réveiller de toute urgence".

Il est donc essentiel, a-t-elle insisté, de "reconstruire (...) et de moderniser les forces armées des 27", après des décennies de coupes budgétaires dans le sillage de la fin de l'Union soviétique au début des années 1990.

La guerre en Ukraine a contraint Bruxelles à innover et la stratégie européenne de défense, que doit présenter mardi le commissaire européen Thierry Breton, s'inspire de certains des mécanismes mis en place dans l'urgence, dont le programme Asap d'achats de munitions.

Ce programme va permettre, selon Thierry Breton, de porter à deux millions d'obus la capacité annuelle de production européenne en 2025, contre moins du quart de ce nombre avant l'invasion russe de l'Ukraine déclenchée le 24 février 2022.

"Nous le faisons dans les munitions d'artillerie, nous devons désormais le faire sur l'ensemble des équipements nécessaires à notre sécurité", a plaidé l'ancien ministre français.

La Commission européenne propose donc de favoriser les acquisitions en commun d'armes, produites dans l'Union européenne. Car depuis l'invasion de février 2022, près de 70% des armements achetés par les Européens pour aider Kiev proviennent des Etats-Unis, a souligné un responsable européen sous couvert d'anonymat.

Rattraper le retard

Le but est de rattraper le retard et de rendre l'industrie européenne aussi compétitive que sa rivale américaine. Bruxelles va donc proposer aux 27 un "mécanisme européen" de ventes d'armes proche du modèle américain.

Elle suggère ainsi la création d'un "catalogue unique" après avoir constaté que les Etats membres ne savent pas vraiment qui fait quoi dans l'Europe de la défense, fait valoir ce responsable européen.

Autre problème, les Etats-Unis disposent d'une réserve stratégique d'armements leur permettant de répondre à une demande urgente. En clair, ils fabriquent un peu plus que ce que le contrat d'armement prévoit afin de constituer ce stock mobilisable très rapidement si nécessaire et sans appel d'offres.

L'idée est qu'à terme les Européens fassent la même chose en se regroupant à cinq ou six pour constituer une réserve dans un équipement spécifique, afin de rendre les industriels européens aussi réactifs que leurs rivaux américains.

Ensuite, il faut donner de la visibilité aux industriels européens en favorisant des commandes fermes sur le long terme, a encore expliqué ce responsable européen.

L'idée serait de reproduire ce qui a été fait pendant la Covid avec les vaccins, c'est-à-dire un contrat-cadre, par lequel la Commission avance l'argent, permettant aux Etats membres de relancer leur industrie afin de répondre à ce contrat, selon ce même responsable.

A plus long terme, la Commission veut aussi participer au lancement de grands projets européens de défense dans des domaines comme le cyber, l'espace et la protection des fonds marins après les sabotages de gazoducs en mer Baltique en septembre 2022.

Cet ensemble de "décisions audacieuses", selon Mme von der Leyen, va rendre nécessaire une "ambition budgétaire adéquate", a prévenu Thierry Breton, qui la chiffre à environ 100 milliards d'euros.

Certains Etats membres, dont la France, suggèrent de lancer un emprunt européen au même titre que celui mis en œuvre face à la menace de la Covid. Mais pour d'autres Etats, comme l'Allemagne, c'est loin d'être indispensable.

Pour contourner cet écueil, Mme von der Leyen suggère d'utiliser les bénéfices exceptionnels tirés des avoirs russes gelés en Europe, soit une somme pouvant atteindre 50 milliards d'euros, selon l'envoyé spécial de la Grèce pour l'Ukraine, Spiros Lampridis.


Shehbaz Sharif prête serment comme Premier ministre du Pakistan, mettant fin à des semaines d'agitation politique

Sur cette photo prise et diffusée par la Maison du Président du Pakistan le 4 mars 2024, le président pakistanais Arif Alvi (2R) fait prêter serment au nouveau Premier ministre Shehbaz Sharif (2L) à la Maison du Président à Islamabad. (Fourni)
Sur cette photo prise et diffusée par la Maison du Président du Pakistan le 4 mars 2024, le président pakistanais Arif Alvi (2R) fait prêter serment au nouveau Premier ministre Shehbaz Sharif (2L) à la Maison du Président à Islamabad. (Fourni)
Short Url
  • C'est le deuxième mandat de Sharif, qui a déjà occupé le poste de Premier ministre entre avril 2022 et août 2023
  • Le nouveau gouvernement est confronté à une série de défis politiques, économiques et sécuritaires complexes

ISLAMABAD: Le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, a été investi pour un deuxième mandat lundi, prenant ainsi la direction d'un pays agité de 241 millions d'habitants, confronté à d'énormes défis politiques, économiques et sécuritaires. À 72 ans, Sharif a officiellement pris ses fonctions lors d'une cérémonie de prestation de serment au bureau présidentiel dans la capitale, Islamabad. 

Dimanche, Sharif, candidat de la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N) et des alliés de sa coalition, a remporté une victoire confortable face à Omar Ayoub Khan, candidat du parti Sunni Ittehad Council, soutenu par le parti Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI) de l'ancien Premier ministre emprisonné, Imran Khan. 

Son élection intervient trois semaines après que les élections générales du 8 février ont donné lieu à une Assemblée nationale divisée, déclenchant des semaines de manifestations des partis de l'opposition en raison d'allégations de fraude électorale et de manipulation des votes.

«En tant que Premier ministre du Pakistan, je remplirai ma mission et j'exercerai mes fonctions honnêtement, au mieux de mes capacités, fidèlement conformément à la Constitution de la République islamique du Pakistan et à la loi», a déclaré Shehbaz lors de sa prestation de serment. 

Dans son premier discours après sa victoire dimanche, Sharif a souligné les difficultés économiques du pays évaluées à 350 milliards de dollars (un euro = 0,92 euro), affirmant qu’elles nécessiteraient des «réformes radicales» pour surmonter ses défis financiers. 

«Un Pakistan doté de l’arme nucléaire peut-il survivre avec le fardeau de la dette?», s’était-il interrogé. «Il le pourra si nous décidons collectivement d'une intervention profonde et d’un changement de système. Nous devons apporter des réformes.»

Sharif, frère cadet de l'ancien Premier ministre Nawaz Sharif, a joué un rôle clé en tant que Premier ministre en maintenant une coalition de partis disparates pendant seize mois après que le Parlement a destitué Imran Khan de ses fonctions en avril 2022, et en obtenant la conclusion d’un accord de sauvetage du Fonds monétaire international (FMI) en 2023.

Shehbaz Sharif doit désormais faire face à un ensemble de crises politique, économique et sécuritaire imbriquées, tout comme lors de son précédent mandat. 

Sa priorité immédiate sera de renégocier un nouveau plan de sauvetage avec le FMI, le programme actuel expirant ce mois-ci. 

Cependant, l’adoption d’un nouveau programme impliquera de s'engager à des mesures strictes nécessaires pour la reprise économique, mais qui limitera la marge de manœuvre politique pour répondre aux préoccupations d’une population profondément frustrée et soutenir les secteurs industriels réclamant l’intervention du gouvernement pour stimuler la croissance.

L'inflation caracole à 38 % avec une dépréciation record de la monnaie nationale sous le dernier gouvernement de Sharif, principalement en raison des réformes structurelles rendues nécessaires par le programme du FMI. Le Pakistan est toujours en proie à une crise économique, avec une inflation élevée oscillant autour de 30 %, et une croissance économique ralentie à environ 2 %.

Le nouveau Premier ministre devra également faire face à une recrudescence des attaques des talibans pakistanais et d'autres groupes, notamment des séparatistes. 

Mais le défi le plus grave se situe sur le front politique.

Les candidats indépendants soutenus par Khan ont remporté le plus grand nombre de sièges, soit 93, après les élections, mais le PML-N et le Parti du peuple pakistanais (PPP) de la dynastie Bhutto sont convenus d'une alliance pour former un gouvernement de coalition. Aucun parti n'a remporté la majorité absolue.

Le parti Sunni Ittehad Council, soutenu par Khan, affirme que les élections ont été truquées contre lui et a appelé à un audit des scrutins. Réduire les tensions politiques sera donc un défi majeur pour Sharif, alors que Khan conserve un soutien populaire massif au Pakistan. En outre, une répression continue de son parti et son maintien en détention risqueraient probablement d'exacerber les tensions à un moment où la stabilité est nécessaire pour attirer les investissements étrangers afin de soutenir l'économie.

Pour l'instant, l'opposition dirigée par Khan a indiqué qu'elle «coopérerait» avec le nouveau gouvernement sur les questions d'intérêt public mais continuerait de protester contre la prétendue manipulation des résultats électoraux.

Sharif devra également gérer les relations avec l'armée toute-puissante, qui domine directement ou indirectement le Pakistan depuis son indépendance en 1947. Contrairement à son frère aîné, qui a eu des relations houleuses avec l'armée lors de ses trois mandats, le jeune Sharif est considéré comme plus acceptable et conciliant par les généraux, selon la plupart des analystes indépendants.

Pendant plusieurs années, l'armée a nié toute ingérence dans la politique du pays. Il n’en demeure pas moins qu’elle est directement intervenue par le passé pour renverser les gouvernements civils, sans compter qu’aucun Premier ministre n'a terminé un mandat complet de cinq ans depuis l'indépendance.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com