Le célèbre réalisateur égyptien optimiste pour l'avenir du cinéma saoudien

Le célèbre réalisateur égyptien Khairy Beshara a joué un rôle important dans de nombreuses vies saoudiennes, en particulier pour ceux qui ont grandi dans les années 1980 et 1990 (Une photo de Huda Bashatah)
Le célèbre réalisateur égyptien Khairy Beshara a joué un rôle important dans de nombreuses vies saoudiennes, en particulier pour ceux qui ont grandi dans les années 1980 et 1990 (Une photo de Huda Bashatah)
Short Url
Publié le Mercredi 23 décembre 2020

Le célèbre réalisateur égyptien optimiste pour l'avenir du cinéma saoudien

  • Khairy Beshara souligne que le cinéma saoudien a fait un bond avec la nouvelle génération de réalisateurs qui créent des films exceptionnels et courageux, au niveau artistique élevé
  • Khairy Beshara travaille sur un nouveau roman et un nouveau film inspirés par un Chinois analphabète qui a déménagé en Égypte en 1937

DJEDDAH: Le célèbre réalisateur égyptien Khairy Beshara a joué un rôle important dans de nombreuses vies saoudiennes, en particulier pour ceux qui ont grandi dans les années 1980 et 1990, et il ne pourrait pas être plus heureux quand il voit leur amour et leur soutien. 

Dans ses efforts pour promouvoir le cinéma dans le Royaume, le Festival international du film de la mer Rouge projette des restaurations des films préférés du réalisateur dans les salles à travers le Royaume. Khairy Beshara a été touché par le geste: «Je suis très reconnaissant au talentueux réalisateur Mahmoud Sabbagh, qui a eu l’idée de restaurer mes films.» 

Il témoigne de sa surprise de voir toutes les séances afficher complet, en particulier avec certaines projections commençant tard dans la nuit. «L'Arabie saoudite et mon public ici me sont très chers. En toute honnêteté, je suis très reconnaissant de voir huit de mes films restaurés et rediffusés pour le public, dont cinq à Djeddah, Riyad et Dhahran.» 

Les longs-métrages choisis incluent The Collar and the Bracelet, Bitter Day, Sweet Day, Ice Cream in Gleam, Abracadabra America, et Traffic Light.  

Le célèbre réalisateur a visité le Royaume pour la dernière fois il y a quinze ans, et il a remarqué l'étonnante transformation qui a eu lieu depuis. «Je ne peux rien reconnaître sauf le vieux Djeddah. Il est resté dans ma mémoire lorsque je suis allé filmer la région pour le plaisir», déclare-t-il. 

Sa visite comprenait un séminaire organisé par le festival du film intitulé «Renouveler le cinéma à travers des intrigues, des histoires et des performances», où il a parlé de sa carrière, de ses défis et de son aspiration à convaincre l'actrice égyptienne Sherihan de jouer dans l'une de ses œuvres. «La classe de maître était incroyable. J'étais en grande forme et l'ambiance était bonne. C'était spontané et des questions émanaient du public. Il y a eu des questions vraiment intéressantes de l'hôte, Antoine Khalifa. Il est intelligent et connaît parfaitement ma carrière dans son ensemble, ce qui en fait l'un de mes événements les plus réussis», précise Khairy Beshara. 

Il souligne que le cinéma saoudien a fait un bond avec la nouvelle génération de réalisateurs qui créent des films exceptionnels et courageux, au niveau artistique élevé. «Ces films sont visionnés dans des festivals internationaux et gagnent en reconnaissance, sinon en récompenses. L'industrie cinématographique est en mouvement et c'est très prometteur», déclare-t-il. «Nous n'étions pas habitués à parler de choses réelles et de luttes basées sur la réalité sociale de nos pays. En conséquence, en raison des changements sociaux et culturels en Arabie saoudite, les films présentés ont désormais le courage d’aborder des sujets qui n'ont jamais été discutés, ce qui est très positif.» 

Le réalisateur estime que des lignes directrices flexibles en matière de censure – sans toutefois éliminer complètement cette dernière – permettent un contenu qui critique et dépeint des problèmes de société. «Cela représente un grand effort de sensibiliser et d’aider à son tour les sociétés à surmonter les luttes en cours et à avancer, ce à quoi sert l'art. L'art existe pour éclairer et illuminer. Au fur et à mesure que vous élargissez les marges de créativité, vous êtes obligé de voir des résultats fructueux et étonnants», indique-t-il. 

Khairy Beshara a visité l’université Effat de Djeddah pour étudier le travail des étudiants dans le cadre de ses activités au Festival du film de la mer Rouge. Il révèle qu’il a vu des œuvres prometteuses à partir de scripts, de postproductions et de films achevés. Il ajoute qu'il est strict et honnête avec les œuvres qui, selon lui, ne sont pas à la hauteur de ses normes. «Peut-être qu’en donnant mon opinion de façon aussi dure, cela peut profiter aux jeunes qui cherchent encore leur chemin. Ce n’est pas la fin du monde quand on vous dit que vous êtes nul.» 

Pour atténuer ses propos, le réalisateur a parlé aux cinéastes novices d'Effat de certains des pires étudiants qu’il ait eus à l'université. Beaucoup sont désormais des stars majeures, dont Marwan Hamed, Ahmed Alaa Al-Deeb et Hala Lotfy. 

«Si vous échouez ou vivez une expérience infructueuse, vous apprenez. J'ai du mal à donner des conseils ouverts, car chaque expérience est différente, mais nous regardons tous des films, et ce serait insensé si vous faisiez un film terrible et que ça ne puisse pas être dit, il y a des exemples tout autour de nous dans des productions internationales ou locales.» 

Le conseil du réalisateur est d’avoir une réflexion personnelle et de se demander: «Quelle est ma lacune? Que me manque-t-il? Comment puis-je m’améliorer ? Où vais-je avec cette histoire?» 

Il travaille sur un nouveau roman et un nouveau film inspirés par un Chinois analphabète qui a déménagé en Égypte en 1937 depuis un village du Shandong, avant d’y mourir en 1994. L'homme devient l'un des plus vénérés propriétaires de ventes aux enchères d'antiquités et d'objets, tout en ouvrant également la deuxième plus importante franchise de restaurants chinois en Égypte. 

«C'est une histoire très touchante pour moi, car j'ai rencontré cet homme, et son fils est un de mes très chers amis», souligne Khairy Beshara, qui a terminé le scénario pour le film et travaille à finir le roman qui sera publié l'année prochaine. 

Khairy Beshara est né à Tanta en 1947. Il a fréquenté l'Institut supérieur égyptien du cinéma en 1976 et a obtenu une bourse de deux ans à l'Institut du cinéma en Pologne. Dans les années 1980, il a dirigé le mouvement «néoréaliste» dans les films égyptiens et introduit les films folkloriques fantastiques dans le cinéma arabe. 

Le Festival du film de la mer Rouge devait démarrer en mars, mais il a été reporté en raison de la pandémie. Il est géré par la Fondation du festival du film de la mer, la première organisation saoudienne à but non lucratif ayant pour mandat officiel de promouvoir la culture cinématographique, et de renforcer l'industrie. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com 


Le rappeur Coolio, connu pour «Gangsta's Paradise», est mort à 59 ans

"'Gangsta's Paradise' est à propos de la vie, parce qu'on vit aussi dans le paradis des gangsters", a déclaré Coolio à propos de sa chanson en 1995, invité de l'émission de radio "Howard Stern Show". (AP).
"'Gangsta's Paradise' est à propos de la vie, parce qu'on vit aussi dans le paradis des gangsters", a déclaré Coolio à propos de sa chanson en 1995, invité de l'émission de radio "Howard Stern Show". (AP).
Short Url
  • Le musicien récompensé d'un Grammy Award est mort à Los Angeles, selon Jarez Posey, ami et manager de longue date de Coolio
  • La cause de sa mort n'était pas immédiatement connue

LOS ANGELES : Coolio, rappeur américain connu pour son tube "Gangsta's Paradise" sorti en 1995, est mort, a annoncé son manager mercredi. Il avait 59 ans.

Le musicien récompensé d'un Grammy Award est mort à Los Angeles, selon Jarez Posey, ami et manager de longue date de Coolio. La cause de sa mort n'était pas immédiatement connue.

M. Posey a indiqué à TMZ, publication spécialisée dans la couverture des célébrités, que Coolio avait été trouvé inconscient dans la salle de bains d'un ami mercredi après-midi.

Né le 1er août 1963 sous le nom d'Artis Leon Ivey Jr en Pennsylvanie, l'artiste a passé la plus grande partie de sa vie à Compton, en Californie, où il a fait ses études et occupé divers emplois, notamment dans la sécurité aéroportuaire, avant de rencontrer le succès grâce au rap.

Coolio a commencé sa carrière musicale en Californie à la fin des années 1980, s'enracinant à Los Angeles en 1994 après avoir signé avec Tommy Boy Records.

Son single "Fantastic Voyage", extrait de son premier album studio "It Takes a Thief", s'est hissé à la troisième place du classement Billboard Hot 100.

Mais c'est avec "Gangsta's Paradise", l'année suivante, que Coolio s'est fait un nom.

Le rappeur est devenu mondialement célèbre en 1995 en sortant ce titre pour la bande originale du film "Dangerous Minds" avec Michelle Pfeiffer.

Il est devenu le meilleur single de l'année et a valu à Coolio de remporter un Grammy Award pour la meilleure performance rap solo.

Avec une mélodie reprise du titre "Pastime Paradise" de Stevie Wonder, publié en 1976 dans son album "Songs In The Key of Life", le tube s'est vendu à des millions d'exemplaires dans le monde entier, atteignant le sommet des classements de musique pop dans 16 pays.

"'Gangsta's Paradise' est à propos de la vie, parce qu'on vit aussi dans le paradis des gangsters", a déclaré Coolio à propos de sa chanson en 1995, invité de l'émission de radio "Howard Stern Show".

«C'est elle qui m'a écrit»

Dans une interview accordée plus de dix ans après à l'émission britannique "The Voice", Coolio a déclaré qu'il ne se doutait pas que la chanson allait subsister pendant tant d'années.

"Je n'ai pas écrit Gangsta's Paradise. C'est elle qui m'a écrit... C'était sa propre entité, là-bas dans le monde des esprits, qui essayait de se frayer un chemin vers le monde, et elle m'a choisi comme vaisseau", assurait-il.

"Je n'aurais jamais pensé qu'elle se diffuserait comme elle l'a fait, touchant tous les âges, les races, les genres, les pays et les générations", disait-il.

Star attachante du gangsta rap, Coolio a vu sa popularité croître grâce à des clips vidéo hauts en couleur. Il a ensuite entamé une carrière d'acteur, en décrochant notamment un rôle dans "Batman et Robin" en 1997 et en faisant plusieurs apparitions à la télévision, notamment dans la série phare des années 1990 "Une nounou d'enfer".

"Pars en paix, mon frère. #Coolio", a écrit le musicien Questlove.


Pour le 70e anniversaire de Moncler, le chorégraphe Sadeck Berrabah enchante la piazza del Duomo

Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer la performance artistique (Photo, Moncler).
Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer la performance artistique (Photo, Moncler).
Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer la performance artistique (Photo, Moncler).
Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer la performance artistique (Photo, Moncler).
Short Url
  • 700 danseurs, 200 musiciens, 100 choristes et 952 mannequins ont été mobilisés samedi soir
  • Une performance grandiose, minutieusement chorégraphiée par le franco-algérien Sadeck Berrrabah

RABAT: À l'occasion de la Fashion Week de Milan, 700 danseurs, 200 musiciens, 100 choristes et 952 mannequins ont été mobilisés samedi soir pour mettre en scène le 70e anniversaire de la marque de luxe Moncler, devant plus de 18 000 spectateurs. Ces commémorations qui dureront 70 jours ont été inaugurées à la célèbre cathédrale milanaise Piazza del Duomo.

Une performance grandiose, minutieusement chorégraphiée par le franco-algérien Sadeck Berrrabah (alias Sadeck Waff) dont les mouvements géométriques et angulaires constituent une signature de plus en plus prisée.

La ballerine Virna Toppi de la Scala de Milan ouvre le spectacle, avant que le reste des danseurs – portant des doudounes de la marque – n'occupent la place de la cathédrale. Plusieurs mois ont été nécessaires pour préparer le spectacle.

Un parcours inhabituel

De maçon à danseur professionnel, l’artiste gardois a su se faire une place à l’international. En 2015, il co-fonde le groupe Géométrie Variable avec Ammar Benbouzid, dont la première vidéo sort en mars 2017.

1
Sadeck Berrabah (Photo, sadeckberrabah.com)

Peu à peu, la signature du chorégraphe attire l’attention et en 2021, il est propulsé en finale de l’émission à succès de M6 «La France a un incroyable talent» sans passer par les phases intermédiaires.

Cette ascension fulgurante le met sous le feu des projecteurs et lui permet de collaborer avec les plus grands noms de la musique, de Chris Brown à Shakira, en passant par les Black Eyed Peas.

Mais sa réussite ne se limite pas au monde de la musique, puisqu’il est sélectionné pour chorégraphier la cérémonie de passation des Jeux Paralympiques entre Tokyo et Paris au Trocadéro, le 5 septembre 2021. 


«Pour toujours extraordinaire»

De par le monde, sous le slogan «Extraordinary Forever Campaign», Moncler entend marquer son anniversaire pendant 70 jours.

À Séoul, Londres ou encore New York, la marque présentera son histoire à travers des photographies et vidéos d’archives. Des expériences immersives alliant technologie à la mode.

Par ailleurs, la marque annonce la création de 7 NFT (jetons non fongibles) dans le but de s'introduire au métavers.


Dans une galerie londonienne, hommage en portraits à la reine Elizabeth II

Le château de Windsor se reflète sur un portrait de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne qui est affiché dans une fenêtre à Windsor, le 18 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le château de Windsor se reflète sur un portrait de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne qui est affiché dans une fenêtre à Windsor, le 18 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour la sculpter, Frances Segelman a réalisé trois séances de poses avec Elizabeth II en 2007
  • L'exposition présente également trois portraits de la reine, une peinture plutôt classique, commandée par le Palais, et deux immenses toiles

LONDRES: Filmée et photographiée sous tous les angles pendant ses 70 ans sur le trône britannique, la reine Elisabeth II a aussi souvent pris la pose devant des artistes de renom: une exposition à Londres rassemble les oeuvres de trois d'entre eux.

À l'entrée de la galerie Quantus, plus habituée à montrer les oeuvres de street artistes comme Bansky ou Stony, un buste sombre en bronze de la défunte reine accueille les visiteurs. C'est une des pièces maîtresses de la douzaine d'oeuvres rassemblées jusqu'au 12 octobre en hommage à Elizabeth II, décédée le 8 septembre dernier.

Pour la sculpter, Frances Segelman a réalisé trois séances de poses avec Elizabeth II en 2007.

"Je ne voulais pas faire son portrait, comme d'autres ont pu le faire, en déformant la réalité, pour faire sensation", raconte l'artiste à l'AFP, pour justifier sa fidélité totale aux traits de la souveraine, point commun de toutes les oeuvres présentées ici.

Son buste témoigne aussi du "fort et solide roc" qu'elle était pour le peuple britannique, et quinze ans après, elle se souvient avec nostalgie de sa rencontre avec Elizabeth II. "C'était une personne lumineuse, et très facile à approcher".

L'exposition présente également trois portraits de la reine, une peinture plutôt classique, commandée par le Palais, et deux immenses toiles présentant chacune une photographie de la reine tout sourire saturée de rose et incrustée de poussière de diamants.

Ils sont signés de l'artiste Christian Furr. "Je voulais capturer sa personnalité, sa vitalité, son humour, mais aussi son humanité, parce qu'elle paraissait d'une certaine manière ordinaire même si elle était aussi majestueuse", explique-t-il.

Quand il peint le portrait de la reine en 1995, il n'a que 28 ans, et se souvient du sentiment "d'anachronisme" qu'il a ressenti alors que le mouvement novateur des British Young artists, connu pour son usage des nouvelles matières et procédés créatifs, bouillonnait autour de lui.

Effet 3D

Ses portraits tranchent avec ceux, dans un solennel et lumineux noir et blanc, réalisés par Rob Munday, spécialiste des hologrammes qui donnent un effet 3D en associant plusieurs images d'un même sujet.

Baptisée "Equanimity", sa principale oeuvre, réalisée avec Chris Levine en 2004, est devenue l'une des images iconiques de la reine, reprise sur des timbres ou des billets de banques, ou encore à la Une de Time magazine en 2012 à l'occasion de ses 60 ans de règne.

De face le regard droit vers l'objectif, la reine y apparait vêtue de noir avec une couronne, un manteau de fourrure blanc et son inamovible collier de perles. En se déplaçant autour d'elle, le spectateur peut voir des images différentes de la monarque.

Au début des années 2000, "c'était encore une technologie très nouvelle", raconte Rob Munday, qui nécessite l'immobilité parfaite du modèle. Mais la reine "a été merveilleuse, fantastique" et "très accommodante", ajoute-t-il se souvenant de son inquiétude quant à sa réaction face à une oeuvre au rendu si "réaliste".

"Les membres de la famille royale ont cette faculté incroyable de savoir rester immobile.... Ils sont très disciplinés, mais la reine parlait constamment et je ne pouvais pas me concentrer", se souvient aussi parfaitement Frances Segelman.

"Normalement, je dis à mon modèle, 'ne bougez pas s'il vous plait', mais je ne me voyais pas dire cela à la reine", alors au début de sa deuxième séance "je lui ai dit 'Ma'am, vous n'êtes pas obligée de parler, vous pouvez juste vous détendre si vous voulez'. Mais elle a juste continué de parler", rigole-t-elle.