Arabie saoudite: Des sœurs photographes amènent la plage au désert

“Night Pearl" (Perle de nuit) de Hajar est exposée dans le cadre de l'exposition photographique d'été "The Beach" à Burble, un espace du centre créatif multidisciplinaire "Inside the Space" (Photo, AN/Nada Alturki).
“Night Pearl" (Perle de nuit) de Hajar est exposée dans le cadre de l'exposition photographique d'été "The Beach" à Burble, un espace du centre créatif multidisciplinaire "Inside the Space" (Photo, AN/Nada Alturki).
“Quiet Zone" (Zone de silence) de Shatha capture la sérénité que l'on trouve en s’associant à la mer (Photo, AN/Nada Alturki).
“Quiet Zone" (Zone de silence) de Shatha capture la sérénité que l'on trouve en s’associant à la mer (Photo, AN/Nada Alturki).
Dans "Peace Point" (Point de paix), prise par Hajar, le sujet est plongé dans l'eau, dans une robe de soie qui s'écoule au gré des ondulations de la surface (Photo, AN/Nada Alturki).
Dans "Peace Point" (Point de paix), prise par Hajar, le sujet est plongé dans l'eau, dans une robe de soie qui s'écoule au gré des ondulations de la surface (Photo, AN/Nada Alturki).
Les photographies des sœurs Hajar et Shatha, réalisées avec soin, encadrent des vues apparemment banales de la mer sous un angle plus original (Photo AN/Nada Alturki).
Les photographies des sœurs Hajar et Shatha, réalisées avec soin, encadrent des vues apparemment banales de la mer sous un angle plus original (Photo AN/Nada Alturki).
Short Url
Publié le Vendredi 28 juillet 2023

Arabie saoudite: Des sœurs photographes amènent la plage au désert

  • Hajar et Shatha collaborent pour la première fois et présentent des images en noir et blanc
  • «L'art est un moyen de transmettre une image stéréotypée d'une chose spécifique sans l'expliquer», a soutenu Shatha

RIYAD: Une exposition photographique estivale, «The Beach» (la plage), présente les œuvres de deux sœurs saoudiennes.

L'exposition, qui a débuté le 26 juillet et se terminera le 31 juillet, se tient dans l'espace d'exposition «Inside the Space» de Burble, un centre de création multidisciplinaire.

Les sœurs Hajar et Shatha, qui préfèrent n'utiliser que leur nom professionnel, créent des photographies qui présentent des vues de la mer sous un angle original.

Hajar a déclaré qu'elle «allait à la plage» pour trouver l'inspiration et qu'elle cherchait des moyens de «relever de nouveaux défis» en prenant en photo les choses ordinaires et en «utilisant l'objectif de l’appareil photographique».

Grâce à l'utilisation de techniques de montage, de photographies de paysages et de photographies éditoriales, le duo expérimente ce que signifie la présence humaine dans des environnements naturels, en centrant le récit sur les îles Farasan de Jazan.

Shatha s'attaque à la photographie de paysage tandis que Hajar travaille avec des sujets pour créer des portraits éditoriaux.

Dans «Peace Point» («Point de paix»), prise par Hajar, le sujet est vu dans une étendue d'eau, vêtu d'une robe de soie qui coule avec les ondulations de la surface. Les tons gris de l'œuvre en noir et blanc brouillent les frontières, de sorte que le modèle semble émerger de la mer ou en faire partie.

L'œuvre «Remnants of Human Habits» («Vestiges de l'habitude humaine») représente le sujet debout sur le rivage, entouré de vagues qui se retirent et de rochers sculptés naturellement. Dans le coin, une brique délavée attire l'attention sur l'impact de l'homme sur le monde par le biais de l'industrialisation.

Hajar a expliqué que la styliste de mode Lulus Wadaani a soigneusement sélectionné une garde-robe qui imite la texture du paysage naturel – des volants comme la surface de la roche ou de la soie comme la fluidité de l'eau.

«Shining Shyly» («Brillant timidement») de Shatha personnifie la mer en la comparant à une personne renfermée, qui ne montre jamais pleinement au monde la lumière qu'elle détient. Lorsque la lumière atteint la crête des vagues, celles-ci commencent à scintiller. Bien que le reflet ne soit pas entièrement brillant et que l'appareil photo se trouve dans le coin le plus sombre de la photographie, les yeux sont néanmoins attirés par la brillance.

Les deux sœurs, qui exposent pour la première fois leur travail commun, ont présenté des photos en noir et blanc dans toute la galerie – une décision prise avec le commissaire de l'exposition, Mohammed Alkhabeer, fondateur de Burble.

«Tout dans la vie a deux pôles, deux extrêmes, le noir et le blanc. C'est la beauté de l'art», a expliqué Alkhabeer.

Artiste visuelle

Hajar a commencé sa carrière de photographe en 2019 et a depuis créé des images intemporelles et émouvantes basées sur l'élément de narration. Son tournant professionnel a eu lieu en 2020, lorsque son travail a été reconnu par des magazines de mode de premier plan tels que Harpers Bazaar et Vogue.

En tant qu'artiste plasticienne, elle apprécie l'expérimentation des profils de visage et des textures de tissu comme forme d'expression personnelle pour chaque sujet.

En tant qu'artiste visuelle, elle apprécie l'expérimentation des profils de visage et des textures de tissu comme forme d'expression personnelle pour chaque sujet.

«Shatha me soutient toujours et m'aide dans les grands projets. C'est la première fois que nous travaillons ensemble et nous nous sommes beaucoup aidés l'une l'autre. Bien que le processus ait été très fatigant, nous sommes ravies de présenter ce travail. Le fait de travailler ensemble a rendu les choses beaucoup plus faciles, et je suis très heureuse», a indiqué Hajar.

Shatha a évoqué auprès d’Arab News son travail avec sa sœur : «Hajar a été mon premier soutien et l'une des raisons pour lesquelles j'ai commencé à travailler dans ce domaine et à cultiver son amour. Nous avons toujours partagé des intérêts communs et l'un de nos objectifs était d'organiser une exposition d'art.»

Shatha s'est intéressée à la photographie en 2018, après avoir commencé à visiter des expositions et à prendre ses propres photos à l'aide de son téléphone. Au fur et à mesure qu'elle approfondissait ses connaissances, notamment en matière d'édition et de coloration, elle a été inspirée par les possibilités offertes par ce métier.

«Le défi était de savoir comment je pouvais à la fois éditer et maintenir la qualité des images... c'était un défi amusant. En fin de compte, plus on expérimente, plus on se développe et plus on laisse sa marque en tant que photographe», a révélé Shatha.

Elle s'inspire de la cinématographie de clips musicaux et de courts métrages, décortiquant les techniques de production, d'équipement et de montage pour perfectionner son œil.

«L'art est un moyen de transmettre une image stéréotypée d'une chose spécifique sans l'expliquer. En tant que photographes, nous devons les mélanger afin de transmettre l'identité du produit aux clients de la meilleure façon possible», a soutenu Shatha.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La beauté naturelle du parc Raghadan à Al-Baha séduit les visiteurs

Le parc Raghadan à Baha comprend une forêt avec un jardin de lavande et une zone centrale qui s'étend sur plus de 20 000 mètres carrés. (SPA)
Le parc Raghadan à Baha comprend une forêt avec un jardin de lavande et une zone centrale qui s'étend sur plus de 20 000 mètres carrés. (SPA)
Short Url

RIYAD: Avec ses vastes espaces verts, sa forêt dense et son climat doux, le parc Raghadan est l'une des destinations les plus populaires d'Al-Baha pour les touristes en quête d'activités de plein air.

Dans une interview accordée à l'Agence de presse saoudienne, Ali Al-Sawat, le maire de la région d'Al-Baha, a évoqué les projets municipaux en cours dans le parc forestier de Raghadan.

Il a déclaré : “Ces projets englobent le parc Bahjat Raghadan, qui s'étend sur une superficie d'environ 20 000 mètres carrés, avec une allée principale de 700 mètres et 18 000 mètres carrés d'espaces verts”.

--
Le parc Raghadan à Baha comprend une forêt avec un jardin de lavande et une zone centrale qui s'étend sur plus de 20 000 mètres carrés. (SPA)


“Le parc comprend également une cascade impressionnante de 30 mètres, une fontaine interactive, 156 colonnes décoratives, trois zones de jeux pour enfants, trois zones dédiées à la photographie et un pont piétonnier de 25 mètres”.

“Le site, comprenant des cafés et des restaurants, possède également une forêt avec un jardin de lavande et une zone centrale s'étendant sur plus de 20 000 mètres carrés”, a-t-il ajouté.

La place centrale s'étend sur 8 000 mètres carrés et est reliée au jardin, qui occupe environ 5 000 mètres carrés. Une allée de 500 mètres, recouverte de pierres naturelles et agrémentée de cascades, lui est adjacente.

Le projet est éclairé par environ 270 poteaux d'éclairage décoratifs et comprend des statues, des parterres de fleurs, des aires de repos, des ponts en bois et des kiosques.

Le maire souhaite la bienvenue aux touristes et aux visiteurs, les invitant à profiter de l'atmosphère, des vues imprenables, des vallées et de la végétation luxuriante du site.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Malala appelle le Pakistan à arrêter d'expulser les Afghans, très inquiète pour les filles

La lauréate pakistanaise du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai pose pour un portrait lors d’un entretien avec l’AFP à Londres le 12 juillet 2024(AFP)
La lauréate pakistanaise du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai pose pour un portrait lors d’un entretien avec l’AFP à Londres le 12 juillet 2024(AFP)
Short Url
  • "Il est très inquiétant que le Pakistan force les réfugiés afghans à retourner en Afghanistan. Je suis très inquiète pour les femmes et les filles", a déclaré vendredi cette femme de 27 ans,
  • Début juillet, les Nations unies et les talibans ont entamé des pourparlers à Doha, au Qatar, pour la première fois depuis leur retour au pouvoir.

LONDRES : La prix Nobel de la paix, la Pakistanaise Malala Yousafzai, appelle le Pakistan, dans une interview à l'AFP, à abandonner sa politique d'expulsion des Afghans sans papiers, afin notamment de protéger les femmes et les filles face aux talibans.

"Il est très inquiétant que le Pakistan force les réfugiés afghans à retourner en Afghanistan. Je suis très inquiète pour les femmes et les filles", a déclaré vendredi cette femme de 27 ans, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2014 pour son combat pour le droit des filles à l'éducation.

Malala avait 15 ans quand, le 9 octobre 2012, des membres du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), ont fait irruption dans le car la ramenant de l'école et lui ont tiré une balle dans la tête pour avoir osé faire campagne en faveur de la scolarisation des filles dans sa vallée de Swat (nord-ouest).

Soignée en urgence au Royaume-Uni, elle est devenue un symbole mondial de résistance à l'extrémisme religieux et la porte-voix des filles privées d'instruction, puis en 2014 la plus jeune prix Nobel de la Paix de l'histoire.

Bien qu'il ait prolongé d'un an l'autorisation de séjour des réfugiés afghans au Pakistan, le gouvernement pakistanais a prévenu cette semaine qu'il continuerait à expulser les sans-papiers.

Plus de 600.000 Afghans ont déjà fui le Pakistan voisin depuis qu'Islamabad a ordonné l'an dernier aux sans-papiers de partir sous peine d'être arrêtés.

Des défenseurs des droits humains ont prévenu que certaines personnes renvoyées en Afghanistan risquaient d'être persécutées par les talibans.

Depuis son retour au pouvoir en août 2021, le gouvernement taliban, à l'interprétation austère de l'islam, n'a eu de cesse de réduire les droits des Afghanes. Les écoles secondaires et les universités ont fermé leurs portes aux femmes, tout comme les parcs, salles de sport et hammams.

"Beaucoup de ces filles au Pakistan étudiaient, elles étaient à l'école, ces femmes travaillaient", a expliqué Malala.

"J'espère que le Pakistan reviendra sur sa politique et qu'il protégera les filles et les femmes, notamment en raison de l'avenir sombre qui les attend en Afghanistan", a-t-elle ajouté.

"Je ne peux pas croire que je vis dans une époque où les filles sont privées d'éducation depuis plus de trois ans", a-t-elle déclaré. C'est une situation "choquante".

Le Fonds Malala fait campagne pour que les Nations unies élargissent leur définition des crimes contre l'humanité afin d'y inclure l'"apartheid entre les sexes", expression utilisée par les Nations unies pour décrire la situation en Afghanistan.

- "Protéger" les enfants à Gaza -

Début juillet, les Nations unies et les talibans ont entamé des pourparlers à Doha, au Qatar, pour la première fois depuis leur retour au pouvoir.

Mais les talibans ont posé leurs conditions: les discussions se sont tenues en l'absence de femmes.

"Les dirigeants internationaux doivent comprendre que lorsqu'ils s'assoient avec les talibans et qu'ils excluent les femmes et les jeunes filles, ils rendent service aux talibans", a dénoncé Malala.

Elle demande "aux pays, dont le Canada et la France, qui ont une politique étrangère féministe, de condamner" les discussions de Doha.

Par ailleurs, Malala appelle à un cessez-le-feu "urgent" dans la guerre à Gaza. "Il est horrible de voir combien d'écoles ont été bombardées".

Selon les autorités de la bande de Gaza dirigée par le Hamas, 85% des établissements scolaires du territoire ne peuvent plus fonctionner.

"C'est très préoccupant, car nous savons que les enfants n'ont pas d'avenir lorsqu'ils vivent dans la guerre, lorsque leurs écoles et leurs maisons sont détruites", a déclaré Malala.

Elle appelle à soutenir l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), qui coordonne la quasi-totalité de l'aide à Gaza, et qui consacrait plus de la moitié de son budget avant la guerre à l'éducation.

Mais cette agence fait face à des problèmes de financement depuis que plusieurs pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, ont suspendu leur aide au début de l'année, en raison d'accusations israéliennes selon lesquelles des employés étaient impliqués dans l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

"J'espère que tous les pays apporteront leur aide et leur soutien, car il s'agit de personnes innocentes et de civils qui doivent être protégés", a plaidé Malala.


“ Cela a été un voyage pour moi “ déclare Kevin Costner à propos du projet

Kevin Costner, lauréat d’un Oscar, dans « Horizon : une Saga américaine » (Fournie)
Kevin Costner, lauréat d’un Oscar, dans « Horizon : une Saga américaine » (Fournie)
Short Url
  • Son dévouement a payé au Festival de Cannes, où il a reçu une ovation debout de 11 minutes. Malgré une prise de box-office internationale tiède, la deuxième partie de la saga est à l’horizon et sortira à une date indéterminée.
  • "Horizon : An American Saga" prend le temps de donner le ton à un voyage passionnant dans une époque charnière de l’histoire américaine,

LOS ANGELES : Le lauréat des Oscars Kevin Costner a présenté son projet passionné "Horizon : An American Saga" au grand écran cet été. Un travail d’amour depuis 1988, Costner a écrit, produit, financé, joué et réalisé le film.

Son dévouement a payé au Festival de Cannes, où il a reçu une ovation debout de 11 minutes. Malgré une prise de box-office internationale tiède, la deuxième partie de la saga est à l’horizon et sortira à une date indéterminée.

« Cela a été un voyage pour moi et pour les gens de me lever et d’applaudir sans s’arrêter. En gros, j’ai évité le bruit pendant un certain temps et j’ai fait marche arrière dans ma vie et j’ai pensé à mon parcours professionnel et à celui d’Horizon. Et j’étais vraiment reconnaissante à la fin de la journée d’y être restée fidèle.» Costner a parlé de la longue ovation debout à Cannes.

Costner raconte une histoire occidentale et se concentre sur les expériences des Américains autochtones pendant la colonisation. Le film explore méticuleusement une période de 12 ans au cours de laquelle les colons blancs ont empiété sur les terres autochtones. Avec une distribution diversifiée, le récit offre une riche mosaïque de perspectives sur l’exploration de nouvelles frontières.

« Nous ne faisons que jouer les déguisements et raconter une version de l’histoire. Mais, vous savez, la frontière a été fondée sur des gens qui prenaient des wagons à travers ces territoires inexplorés. On a donc un peu d’empathie pour ce qui s’est réellement passé », explique l’acteur Sam Worthington.

"Horizon : An American Saga" prend le temps de donner le ton à un voyage passionnant dans une époque charnière de l’histoire américaine, racontée avec passion et précision. Malgré son autonomie de trois heures et son rythme lent, l’actrice britannique Sienna Miller dit qu’elle a apprécié le processus. 

« Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de personnages, qu’il y avait de longues scènes et que les gens avaient de longs monologues. Mais j’aime cela », a dit Miller.

« C’était un film énorme, épique... de la taille d’un film. C’est comme des centaines d’acteurs et de bétail partout, et nous sommes dans les éléments. Mais en tant qu’acteur, il se glisse dans la scène. « Il a cette profonde relaxation quant à la façon dont il travaille », a déclaré l’actrice Abbey Lee, avec la co-star Isabelle Fuhrman, ajoutant : « Il connaît cette histoire à l’envers. Je veux dire, ça fait assez longtemps pour qu’il soit enfin sur le plateau en train de faire ça. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com