Après la fusion ratée, TF1 et M6 mettent en route leur « plan B»

Cette opération, annoncée en mai 2021 et qui devait permettre de réunir les première et troisième chaînes du paysage audiovisuel français pour créer un géant de la télévision, a été subitement annulée en raison des réticences de l'Autorité française de la concurrence. (Photo, AFP)
Cette opération, annoncée en mai 2021 et qui devait permettre de réunir les première et troisième chaînes du paysage audiovisuel français pour créer un géant de la télévision, a été subitement annulée en raison des réticences de l'Autorité française de la concurrence. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

Après la fusion ratée, TF1 et M6 mettent en route leur « plan B»

  • Après 18 mois de travaux et d'importants frais dépensés en vain, les deux groupes ont donc dû se résoudre à revoir leurs projets
  • Du côté de M6, propriété de l'allemand Bertelsmann via le groupe RTL, le temps presse car l'autorisation d'émettre de la chaîne expire en mai 2023

PARIS: Nouveau patron pour l'un, nouvel actionnaire pour l'autre : une semaine après l'abandon brutal de leur projet de mariage, les deux groupes de télévision TF1 et M6 s'emploient à mettre en œuvre un "plan B" face aux plateformes de streaming.

Entre les anciens fiancés redevenus concurrents, TF1, propriété du géant de la construction Bouygues, est le premier à abattre ses cartes.

Il a annoncé vendredi la nomination prochaine à sa tête de Rodolphe Belmer, 53 ans, qui a construit l'essentiel de sa carrière à la tête d'un autre poids lourd de l'audiovisuel français, Canal+.

C'est aussi une figure connue du monde de la tech et des télécoms, en tant qu'ex-dirigeant d'Eutelsat et d'Atos.

"Il va gérer la mise en place d'un plan B, la réinvention de TF1 pour faire face aux plateformes", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Libre après son départ prématuré du groupe informatique Atos durant l'été, Rodolphe Belmer est également administrateur du géant américain du streaming Netflix depuis 2018.

"Son parcours à la tête de plusieurs grands groupes français, leaders et internationaux, son expérience dans le secteur des médias et le streaming, constituent les meilleurs atouts pour relever les défis qui sont devant nous et conduire le développement du groupe TF1 sur le long terme", a salué l'actuel PDG de TF1, Gilles Pélisson, dans un communiqué.

M. Pélisson lui cédera le 27 octobre le poste de directeur général, puis la présidence du conseil d'administration le 13 février 2023, pour devenir alors "directeur général adjoint du groupe Bouygues en charge des médias et du développement", comme cela était prévu en cas de fusion réussie avec M6.

Cette opération, annoncée en mai 2021 et qui devait permettre de réunir les première et troisième chaînes du paysage audiovisuel français pour créer un géant de la télévision, a été subitement annulée en raison des réticences de l'Autorité française de la concurrence.

L'institution subordonnait son feu vert à la cession des chaînes TF1 ou M6 à un autre acteur, pour éviter la création d'un mastodonte qui aurait, selon elle, faussé notamment le marché de la publicité.

Après 18 mois de travaux et d'importants frais dépensés en vain, les deux groupes ont donc dû se résoudre à revoir leurs projets.

Ils comptaient initialement sur leurs "synergies" pour peser face à l'essor de Netflix, Amazon Prime ou Disney+, qui grignotent leur audience, projettent d'investir le marché publicitaire et achètent à prix d'or des programmes y compris sportifs.

M6 toujours à vendre

Du côté de M6, propriété de l'allemand Bertelsmann via le groupe RTL, le temps presse car l'autorisation d'émettre de la chaîne expire en mai 2023. Or, la loi française interdit tout changement de l'actionnaire principal pendant cinq ans après son renouvellement.

RTL Group, qui organise dans l'urgence un "test de marché", a rapidement confirmé être toujours vendeur de sa participation de 48,3% dans le groupe de télévision et de radios.

Selon le quotidien économique Financial Times, les candidats au rachat avaient jusqu'à vendredi pour envoyer leur offre.

"Nous avons été inondés de marques d'intérêt", a indiqué jeudi un porte-parole du groupe à l'AFP, qui temporise toutefois en assurant que RTL "n'est pas pressé de vendre".

Ces enchères sont susceptibles d'attirer de nombreuses offres, notamment des candidats malheureux en mai 2021, parmi lesquels les milliardaires Vincent Bolloré, à la tête de Vivendi, Xavier Niel ou Daniel Kretinsky, ou des acteurs européens comme le milliardaire italien Silvio Berlusconi via le groupe MediaForEurope.

De source proche du dossier, un "groupement" composé du producteur audiovisuel Stéphane Courbit, du financier Marc Ladreit de Lacharrière et de Rodolphe Saadé, le patron de l'armateur CMA-CGM, va aussi se positionner.

Face à ces perspectives, le titre M6 bondissait de plus de 9% vendredi à 12h30 à la Bourse de Paris, portant la valorisation du groupe à plus de 1,8 milliard d'euros.


France : gaz lacrymogènes pour empêcher des manifestants d'arriver à l'ambassade d'Iran

Des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran. (Photo, AFP)
Des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Des manifestants ont tenté de franchir les barrages de police et jeté des projectiles sur les agents», a annoncé dans un communiqué la police britannique, qui a fait état de cinq arrestations
  • La préfecture de police de Paris a fait état de «4 000 personnes» rassemblées place d'Iéna

PARIS: La police française a utilisé dimanche des gaz lacrymogènes pour empêcher des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran d'atteindre l'ambassade de la République islamique, selon des journalistes. 

Cette deuxième manifestation consécutive en deux jours à Paris pour dénoncer la mort en détention de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée à Téhéran le 13 septembre par la police des moeurs pour "port de vêtements inappropriés", a coïncidé avec un autre rassemblement tendu à Londres près de l'ambassade d'Iran. 

"Des manifestants ont tenté de franchir les barrages de police et jeté des projectiles sur les agents", a annoncé dans un communiqué la police britannique, qui a fait état de cinq arrestations. 

Parti de la place du Trocadéro, le cortège parisien s'est dirigé vers l'ambassade d'Iran au son de slogans tels que "femme, vie, liberté !", en écho à ceux des manifestants en Iran, ou encore "France, ça suffit le silence". 

Les participants reprochent notamment au président français Emmanuel Macron d'avoir serré la main de son homologue iranien Ebrahim Raïssi lors de leur rencontre le 20 septembre en marge de l'assemblée générale des Nations unies à New York, portant notamment sur une relance de l'accord international sur le programme nucléaire de Téhéran. 

A l'approche de l'ambassade, près du siège du Conseil économique, social et environnemental (CESE), les policiers ont fait usage à plusieurs reprises de gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants qui tentaient de franchir leur cordon interdisant l'accès à la représentation diplomatique de la République islamique. 

La préfecture de police de Paris a fait état de "4 000 personnes" rassemblées place d'Iéna. A plusieurs reprises, des groupes ont tenté de forcer le barrage mis en place par les forces de l’ordre qui ont eu recours à des "moyens d’intervention intermédiaires" (gaz lacrymogènes) pour les repousser, selon la préfecture de police. 

Une personne a été interpellée pour "outrage et rébellion" et un policier a été légèrement blessé, a ajouté la préfecture. 

"Au vu de ce qui se passe actuellement, nous Iraniens, nous sommes vraiment mobilisés, nous devons réagir étant donné que nous sommes loin de notre patrie, notre pays", a déclaré à l'AFP une manifestante franco-iranienne qui n'a souhaité s'identifier que par son prénom, Nina. 

Au moins 41 personnes ont été tuées et des centaines arrêtées en Iran depuis l'annonce le 16 septembre du décès de Mahsa Amini, selon le dernier bilan officiel. 


Reconnaissance faciale, caméras: plainte de La Quadrature du net contre l'Intérieur

Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)". (AFP).
Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)". (AFP).
Short Url
  • Cette fois, l'association de défense des libertés numériques veut s'attaquer à ce qu'elle appelle les «quatre piliers» d'un «système de surveillance de masse»
  • Ces 4 piliers sont :  la «vidéosurveillance», la «détection automatisée des comportements», le «fichage» et la «reconnaissance faciale»

PARIS : L'association La Quadrature du net a annoncé dimanche avoir déposé une plainte collective contre le ministère de l'Intérieur pour dénoncer l'utilisation de la reconnaissance faciale, le fichage et la vidéosurveillance.

Ces plaintes collectives, au nombre de trois, ont été déposées devant la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) après que l'association a recueilli le mandat de près de 13 000 personnes via une campagne de signatures sur le site plainte.technopolice.fr.

La Quatrature du net, qui se présente comme défenseur des libertés fondamentales dans l'environnement numérique, s'est inspirée des plaintes collectives qu'elle avait déposées en 2018 contre les Gafam en s'appuyant sur le règlement général sur la protection des données (RGPD).

Ces procédures avaient abouti à de lourdes amendes contre Google et Amazon, respectivement de 50 et 746 millions d'euros.

Cette fois, l'association de défense des libertés numériques veut s'attaquer à ce qu'elle appelle les "quatre piliers" d'un "système de surveillance de masse":  "vidéosurveillance", la "détection automatisée des comportements", le "fichage" et la "reconnaissance faciale".

Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)", puis à démontrer "en quoi ces dispositifs sont illégaux car leur proportionnalité n'est jamais justifiée". L'objectif étant d'obtenir le retrait de l'ensemble des caméras déployées dans l'espace public.

La seconde plainte concerne les fichiers TAJ (Traitement automatisé des antécédents judiciaires), qui comprend "huit millions" de photos de visage.

La troisième a trait aux fichiers TES (Titres électroniques sécurisés) qui comportent les photos de tout demandeur de carte d'identité ou de passeport.

S'agissant des TAJ, l'association dénonce l'illégalité des données collectées, car "un grand nombre d'informations ne sont pas en rapport avec une procédure judiciaire, soit pas mises à jour".

Elle relève aussi que les policiers et gendarmes l'utilisent en "dehors de toute procédure judiciaire, notamment lors de contrôles d'identités".

Concernant les TES, la plainte dénonce notamment "le manquement à l'obligation de sécurité du ministre par les choix d'une architecture centralisée, malgré les risques de détournement", a expliqué la juriste.

Il s'agit pour l'association d'obtenir le retrait des photos.


Spectaculaire incendie dans un entrepôt du marché de Rungis

Des pompiers s'efforcent d'éteindre un incendie dans un bâtiment du marché de gros alimentaire "Marché international de Rungis" à Rungis, au sud de Paris, le 25 septembre 2022. (AFP).
Des pompiers s'efforcent d'éteindre un incendie dans un bâtiment du marché de gros alimentaire "Marché international de Rungis" à Rungis, au sud de Paris, le 25 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «Trente engins sont sur place et une centaine de pompiers sont mobilisés», a indiqué un porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris
  • «Le feu est presque maîtrisé, il n'y a pas de victimes et il n'y a pas de risque de propagation du feu», a-t-il ajouté

PARIS : Un spectaculaire incendie s'est déclaré dimanche en fin de matinée dans un entrepôt du marché de Rungis sans faire de victimes, selon les premiers éléments fournis par les pompiers contactés par l'AFP.

"Trente engins sont sur place et une centaine de pompiers sont mobilisés", a indiqué un porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris. "Le feu est presque maîtrisé, il n'y a pas de victimes et il n'y a pas de risque de propagation du feu", a-t-il ajouté.

"Un incendie s'est déclaré dans un entrepôt de fruits et légumes vers 12h20", a précisé sur son compte Twitter la préfecture du Val-de-Marne. Une épaisse fumée noire était visible plusieurs kilomètres à la ronde en milieu de journée au sud de Paris.

Les pompiers ont conseillé, via leur compte Twitter, d'éviter les "déplacements dans ce secteur" et de faciliter "le passage des secours".

Le marché d'intérêt national (MIN) de Rungis, le plus grand marché de gros et de produits frais au monde, s'étend sur 234 hectares. Il est situé à sept kilomètres au sud de Paris dans le Val-de-Marne.

Fin juin, un incendie s'était déclenché dans la zone industrielle du marché sans faire de blessé ni provoquer de danger immédiat. Un feu de four s'était déclenché avant de se propager dans un catalyseur.