Erdogan espère que les entretiens avec Poutine permettront de tourner une «nouvelle page» dans les relations entre les deux pays

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à gauche, et le président russe Vladimir Poutine avant leur rencontre au sanatorium Rus à Sochi, le 5 août 2022. (Présidence turque via AP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à gauche, et le président russe Vladimir Poutine avant leur rencontre au sanatorium Rus à Sochi, le 5 août 2022. (Présidence turque via AP)
Des véhicules militaires turcs lors d'une patrouille conjointe dans la province de Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, à la frontière avec la Turquie, le 14 juillet 2021. (AFP)
Des véhicules militaires turcs lors d'une patrouille conjointe dans la province de Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, à la frontière avec la Turquie, le 14 juillet 2021. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 05 août 2022

Erdogan espère que les entretiens avec Poutine permettront de tourner une «nouvelle page» dans les relations entre les deux pays

  • M. Erdogan a fait savoir que les réunions entre les délégations turque et russe ont été fructueuses et a indiqué qu’il discuterait de l’évolution de la situation en Syrie avec son homologue russe
  • «La Turquie a des préoccupations légitimes pour des raisons de sécurité, que nous prenons évidemment en compte», a assuré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov

ISTANBUL/MOSCOU: Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a affirmé à son homologue russe, Vladimir Poutine, qu’il souhaitait tourner une «nouvelle page» dans les relations entre Ankara et Moscou.

«Je pense que la réunion d’aujourd’hui permettra de tourner une toute nouvelle page dans les relations turco-russes», a déclaré M. Erdogan au début de ses entretiens à Sotchi, ville russe de la mer Noire.

Vendredi, M. Erdogan a fait savoir que les réunions entre les délégations turque et russe ont été fructueuses et a indiqué qu’il discuterait de l’évolution de la situation en Syrie avec son homologue russe, Vladimir Poutine, lors de sa visite en Russie.

Assis en face de M. Poutine avant leurs entretiens dans la ville de Sotchi, M. Erdogan a déclaré, dans des propos diffusés par la télévision turque, qu’il était important que la centrale nucléaire d’Akkuyu, construite par une entreprise russe dans le sud de la Turquie, soit achevée à temps.

Le Kremlin avait auparavant appelé la Turquie à ne pas «déstabiliser» la Syrie par une offensive militaire, avant une rencontre entre le président russe, Vladimir Poutine, et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan.

«La Turquie a des préoccupations légitimes pour des raisons de sécurité, que nous prenons évidemment en compte», a assuré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, aux journalistes.

«Il est très important de ne permettre aucune action qui pourrait conduire à la déstabilisation de la situation en Syrie, ou qui pourrait compromettre l’intégrité territoriale et politique de la Syrie», a-t-il ajouté.

Les présidents Poutine et Erdogan doivent s’entretenir plus tard dans la journée de vendredi dans la ville balnéaire russe de Sotchi. M. Peskov a précisé que la Syrie figurerait à l’ordre du jour.

Le président turc menace depuis plusieurs mois de lancer une opération contre les combattants kurdes dans le nord de la Syrie.

Le mois dernier, lors d’un sommet à Téhéran, M. Poutine a fait part de l’opposition de la Russie à l’offensive prévue par M. Erdogan.

La Russie et la Turquie sont deux acteurs internationaux majeurs en Syrie, pays déchiré par la guerre depuis 2011, où Moscou soutenait Damas et Ankara les groupes d’opposition.

Lors de leur entretien de vendredi, les deux dirigeants évoqueront également l’Ukraine, où Moscou mène depuis février ce qu’elle appelle une opération militaire spéciale.

La Turquie a contribué à orchestrer un accord visant à reprendre les expéditions de céréales ukrainiennes via la mer Noire à la suite d’un blocage provoqué par l’action militaire.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les jeunes Palestiniens se désintéressent de la politique, selon un sondage

Des manifestants palestiniens brandissent leur drapeau national près de la frontière entre Israël et Gaza. (AFP/Archives)
Des manifestants palestiniens brandissent leur drapeau national près de la frontière entre Israël et Gaza. (AFP/Archives)
Short Url
  • Une étude du Centre des médias et de la communication de Jérusalem révèle que les jeunes Palestiniens hésitent à adhérer à un parti politique
  • Au total, 58,5% ont déclaré qu'ils pensaient que l'AP devait être maintenue, tandis que 33% ont déclaré qu'elle devait être dissoute

RAMALLAH: Les jeunes Palestiniens ont le potentiel de jouer un rôle essentiel dans la politique, mais n'ont pas l'occasion de le faire, selon les résultats d'un récent sondage.
L’étude réalisée par le Centre des médias et de la communication de Jérusalem, a révélé que les jeunes sont réticents à adhérer à des partis politiques, bien que plus de 82% des personnes interrogées estiment qu'ils ont un rôle important à jouer.
Plus de 88% des personnes interrogées pensent qu'il était important que les jeunes deviennent membres des comités centraux et des politburos des partis et factions politiques, mais près de 69% d'entre elles ont déclaré qu'il y avait eu une baisse significative de leur participation.
Près de 75% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles croyaient en l'importance de la tenue d'élections législatives, tandis que 79% ont déclaré qu'il était essentiel d'organiser des élections présidentielles. Un peu plus de 70% des personnes ont déclaré qu'elles voteraient lors de ces élections.
Plus de 34% des personnes sondées ont indiqué que les questions économiques étaient leur principale préoccupation lorsqu'elles évaluaient les programmes des listes ou des partis électoraux, suivies par la sûreté et la sécurité (29%) et la lutte contre la corruption (14%).
Le sondage a montré que 51% des personnes interrogées soutiendraient le programme politique de l'OLP, 22% soutiendraient le Hamas et 27% n'ont pas répondu.
Près de 76% des personnes interrogées ont déclaré qu'il était essentiel d'organiser des élections pour la direction des partis et factions politiques palestiniens.
Un peu plus de 32% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles voteraient pour le candidat aux élections du CLP représentant le Fatah, dirigé par le président, Mahmoud Abbas, tandis que 13,5% opteraient pour le Hamas, dirigé par Ismail Haniyeh. Plus de 33% ont déclaré qu'ils ne voteraient pas ou qu'ils ne savaient pas pour qui voter.
Dans cette étude, 19% des personnes interrogées ont déclaré vouloir que Marwan Barghouthi soit le futur président de l'OLP, tandis que le même pourcentage a affirmé vouloir qu'il soit président de l'AP, suivi par Mohammed Dahlan avec 4,3%, Hossein al-Cheikh avec 3,6%, Mohammed Chtayyeh avec 3,3% et Mohammed Aloul avec 2,9%.
Un peu plus de 44% ont déclaré que la décision d'Abbas de nommer Hossein al-Cheikh au poste de secrétaire du comité exécutif de l'OLP n'était pas bonne et 33% ont dit qu'ils s'attendaient à ce qu'il fasse un mauvais travail.
Un peu plus de 50% des participants ont déclaré que les performances de l'AP étaient bonnes - contre plus de 68% en juin 2020 – tandis que 45% ont déclaré qu'elles étaient mauvaises.
Au total, 58,5% des personnes sondées ont souligné qu'ils pensaient que l'AP devait être maintenue, tandis que 33% ont déclaré qu'elle devait être dissoute.
Sur la question de la guerre en Ukraine, 65% des personnes interrogées ont déclaré être neutres, tandis que 17% ont déclaré avoir de la sympathie pour la Russie et 8% pour l'Ukraine. Près de 65% des personnes interrogées ont déclaré que les dirigeants palestiniens devraient adopter une position neutre sur le conflit.
Un peu plus de 42% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles pensaient que la visite du président américain, Joe Biden, dans la région n'affecterait pas les intérêts du peuple palestinien, tandis que 38% ont déclaré qu'elle serait nuisible et 13% qu'elle pourrait être bénéfique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


D'anciens responsables américains appellent à un changement de régime en Iran

La conférence de mercredi a été organisée pour examiner le programme nucléaire actuel de l'Iran (Photo, Shutterstock).
La conférence de mercredi a été organisée pour examiner le programme nucléaire actuel de l'Iran (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • Les anciens responsables se sont exprimés lors d'un événement marquant le 20e anniversaire d'une conférence qui a révélé au monde l'existence d'un programme nucléaire iranien secret
  • Alireza Jafarzadeh, du Conseil national de la résistance iranienne, a déclaré que le régime de Téhéran considère le programme nucléaire comme un moyen de garantir sa survie

WASHINGTON: Le Conseil national de la résistance iranienne aux États-Unis a exhorté mercredi les autorités américaines et l'ensemble de la communauté internationale à faire preuve de fermeté face au régime iranien et à ses démarches pour développer une arme nucléaire.

Cet appel a été lancé lors d'une conférence organisée par le Conseil à Washington. Parmi les intervenants figuraient plusieurs anciens dirigeants politiques et militaires américains qui ont appelé à soutenir un changement de régime mené par le peuple iranien.

Ils ont également affirmé que l'administration du président, Joe Biden, commet une grave erreur en négociant avec les autorités iraniennes une éventuelle relance du plan d'action global commun (JCPOA) de 2015, également connu sous le nom d'accord sur le nucléaire iranien, sans faire jouer la puissance de la capacité militaire américaine à frapper les installations nucléaires iraniennes. Les États-Unis, sous la présidence de Donald Trump, se sont retirés unilatéralement du JCPOA en 2018.

La conférence de mercredi a été organisée pour examiner le programme nucléaire actuel de l'Iran à l'occasion du 20e anniversaire de la conférence de presse du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) à Washington, qui a révélé au monde l'existence d'un programme nucléaire iranien secret dans les installations nucléaires de Natanz et d'Arak.

Parmi les intervenants figuraient John Bolton, ancien conseiller à la sécurité nationale et ambassadeur des États-Unis, le général Chuck Wald, ancien commandant adjoint du commandement américain en Europe; Robert Joseph, ancien sous-secrétaire d'État chargé du contrôle des armements et de la sécurité internationale; Joe Lieberman, ancien sénateur; Olli Heinonen, ancien directeur général adjoint de l'Agence internationale de l'énergie atomique; et Alireza Jafarzadeh, directeur adjoint du bureau du CNRI à Washington.

Jafarzadeh a signalé que les Iraniens n'abandonneront jamais leurs ambitions nucléaires car ils considèrent ce programme comme un moyen de garantir la survie du régime et de dissuader toute attaque étrangère ou intervention militaire potentielle. Il a exhorté le gouvernement américain à soutenir le peuple iranien dans sa volonté de changement à Téhéran.

«La solution est un changement de régime par le peuple iranien et le remplacement de ce régime par une république démocratique», a-t-il souligné.

Pour Bolton, le régime iranien a menti pendant vingt ans au sujet de son programme nucléaire. Il n'y aura ni paix ni sécurité s'il reste au pouvoir, a-t-il ajouté.

«Le peuple iranien demeure la clé, puisqu’il qui constitue une menace pour le régime», a estimé Bolton.

Wald a signalé que les États-Unis et Israël ont beaucoup planifié au cours des vingt dernières années au cas où il serait décidé que les sites nucléaires iraniens doivent être attaqués.

Il a souligné que toutes les négociations précédentes et actuelles avec le régime n'ont pas réussi à stopper son programme nucléaire et a avisé que Washington doit faire comprendre à Téhéran qu'il a la capacité militaire et la volonté politique de frapper les installations nucléaires.

«Le Corps des gardiens de la révolution islamique doit rester sur la liste des organisations terroristes étrangères du gouvernement américain, et la question des missiles balistiques iraniens doit être mise sur la table des négociations», a-t-il insisté.

S'opposant au cycle actuel de négociations avec l'Iran, Joseph a indiqué que Téhéran a intensifié son programme nucléaire tout en construisant des missiles balistiques, qu'il apporte un soutien aux groupes terroristes et qu'il a mené une répression du peuple iranien depuis la signature de l'accord nucléaire de 2015.

«La clé ici est le peuple iranien», a-t-il affirmé. «C'est la plus grande menace pour le gouvernement. Au minimum, nous ne devrions pas nous mettre en travers du chemin d’un peuple qui cherche la démocratie, la dignité humaine fondamentale et les droits de l'homme.»

Joseph a ajouté que lorsque l'Iran envisage son programme d'armes nucléaires, il pense au sort de l'ancien président libyen Mouammar Kadhafi, qui a renoncé au programme nucléaire de son pays et «huit ans plus tard, il est mort dans un fossé».

Il a ajouté que le compte à rebours de l'Iran – terme désignant le temps nécessaire pour produire suffisamment de matière fissile afin de développer une arme nucléaire – peut désormais être mesuré en semaines.

«Selon moi, l'Iran est un État doté d'armes nucléaires virtuelles», a-t-il soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Interview: L'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan ont «des visions claires et similaires du progrès»

Furqat Sidiqov, vice-ministre ouzbek des Affaires étrangères (Photo, Sultan Baajajah).
Furqat Sidiqov, vice-ministre ouzbek des Affaires étrangères (Photo, Sultan Baajajah).
Short Url
  • La Vision 2030 de l’Arabie saoudite et la feuille de route du «nouvel Ouzbékistan» présentent de nombreuses similitudes, selon Furqat Sidiqov
  • Sidiqov s'est entretenu avec Arab News à Djeddah avant la visite d'état du président, Shavkat Mirziyoyev, en Arabie saoudite

DJEDDAH: Selon Furqat Sidiqov, vice-ministre ouzbek des Affaires étrangères, il existe des parallèles frappants entre le programme de réformes Vision 2030 de l'Arabie saoudite et le plan de transformation du gouvernement ouzbek, le Nouvel Ouzbékistan.

S'exprimant un jour avant l'arrivée mercredi du président ouzbek, Shavkat Mirziyoyev, au Royaume pour une visite d'État – la première d'un dirigeant de ce pays depuis la visite d'Islam Karimov en 1992 – il a révélé que ces visions partagées sont de bon augure pour l'avenir de la coopération et du commerce bilatéraux.

«L'Arabie saoudite a les capacités d'atteindre les objectifs de sa Vision 2030», a affirmé Sidiqov à Arab News avant la réunion de mercredi du Conseil d'affaires saoudo-ouzbek, organisée par le consulat ouzbek à Djeddah.

Furqat Sidiqov, interviewé par Rawan Radwan d’Arab News, à Djeddah (Photo, Sultan Baajajah).

Il a ajouté que les réformes et les feuilles de route élaborées par les deux nations sont similaires et représentent des visions claires du progrès, tout comme les populations jeunes et dynamiques des deux pays.

«Les deux pays travaillent étroitement et avancent dans la coopération conjointe dans le cadre de nos stratégies», a souligné Sidiqov. «Nous suivons de près l'ambitieuse stratégie Vision 2030 du Royaume et nous soutenons sa candidature à l'Expo 2030.»

Au cours des cinq dernières années, l'Ouzbékistan a mis en œuvre une stratégie de développement national visant à faciliter sa transition vers une économie de marché, ce qui a offert un terrain fertile pour la croissance des petites et moyennes entreprises et une économie plus diversifiée, a-t-il expliqué.

Un cuisinier ouzbek prépare un plov – plus connu sous le nom de pilaf – dans un café de Tachkent (Photo, AFP).

Sidiqov a indiqué que cette stratégie fait écho à la Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui a ouvert l'économie du Royaume afin de tirer parti de nouveaux secteurs en dehors des hydrocarbures et qui encourage activement l'esprit d'entreprise, ainsi que le développement des compétences techniques et de la créativité au sein de sa jeune population.

Pendant des décennies, l'Ouzbékistan a été fortement tributaire d'une poignée d'exportations de base, dont le coton, l'or, le pétrole et le gaz. Désireux de diversifier ses sources de revenus, le pays s'est ouvert aux investissements étrangers dans l'agriculture, la sécurité alimentaire, l'énergie, les technologies de l'information et d'autres secteurs.

Mercredi, conformément à leurs visions complémentaires, l'Ouzbékistan et le Royaume ont signé plus de 10 accords d'investissement d'une valeur d’environ 11,8 milliards d’euros, dont un contrat d’une durée de vingt-cinq ans, d'une valeur de 2,36 milliards d’euros, qui a été conclu avec l’entreprise saoudienne de service ACWA Power pour la construction d'un projet d'énergie éolienne de 1 500 mégawatts en Ouzbékistan. Ce projet aidera le pays à atteindre son objectif de couvrir 40% de ses besoins en électricité par des sources renouvelables d'ici 2031.

Les délégations saoudiennes et ouzbèkes ont signé de nombreux accords concernant des entreprises du secteur privé de leurs pays respectifs (Photo, Sultan Baajajah).

Les responsables ouzbeks ont signalé qu'au cours des dernières années, les investissements saoudiens dans divers secteurs de l'économie ouzbèke ont considérablement augmenté. Il existe désormais 38 coentreprises, dont 20 impliquent des investisseurs saoudiens directs. Néanmoins, selon Sidiqov, il existe un potentiel pour une coopération commerciale encore plus étroite, notamment dans le domaine de la transformation et de la distribution alimentaires.

«Les chiffres ne reflètent pas les capacités des deux pays», a-t-il insisté. «Nous travaillons avec le Royaume pour augmenter le nombre de coentreprises.»

L’Ouzbékistan diversifie ses sources de revenus et s’est ouvert aux investissements extérieurs dans le secteur de l’agriculture, entre autres (Photo, AFP).

 «L'agriculture joue un rôle important dans le développement économique de l'Ouzbékistan et nous sommes l'un des premiers pays en matière de production alimentaire et de sécurité alimentaire et nous avons les capacités d'exporter des produits alimentaires, des fruits et légumes biologiques vers le Royaume.

«Le plan consiste à faire du Royaume une station intermédiaire pour la transformation et le conditionnement des aliments, afin de les préparer à l’exportation vers d’autres pays», a-t-il ajouté.

Bien qu'ils ne partagent pas de frontière, l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan sont liés par la religion, le savoir et la culture depuis des centaines d'années. Parmi les personnages historiques qui ont voyagé et étudié dans les mondes arabe et musulman, quatre sont originaires de l'actuel Ouzbékistan: le médecin Ibn Sina, le mathématicien Mohammed ibn Moussa al-Khwarizmi, l’Imam al-Bukhari et l’Imam al-Tirmidhi.

Le site d’Itchan Kala, vieille ville fortifiée au sein de Khiva, est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO (Photo, Shutterstock).

L'échange d'idées et de cultures se poursuit à l'ère moderne grâce au développement des voyages aériens entre l'Ouzbékistan et les pays arabes, notamment l'Arabie saoudite, et à l'assouplissement des règles en matière de visa.

«Pour encourager davantage l'échange de cultures, des vols directs débuteront en octobre, via Flynas et Uzbekistan Airways, et les Saoudiens seront exemptés de visa d'entrée pour un séjour de 30 jours», a annoncé Sidiqov.

Aujourd'hui, la coopération entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan va bien au-delà des échanges commerciaux et culturels et s'étend à la sphère diplomatique, guidée par des intérêts communs en matière de sécurité et d'action humanitaire dans la région.

L’aéroport Islam Karimov de Tachkent (Photo, Shutterstock).

Au cours de l'année qui a suivi le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan après le retrait militaire américain du pays, des puissances régionales telles que l'Ouzbékistan ont cherché à s'engager auprès du nouveau gouvernement de Kaboul dans le but d’aider le peuple afghan dans cette période difficile.

«La crise humanitaire en Afghanistan fait partie des plus grandes priorités et notre gouvernement a mis en place diverses initiatives et programmes pour soutenir l'Afghanistan», a affirmé Sidiqov.

«Dans un esprit de solidarité de voisinage, nous avons veillé à ce que notre relation se base sur un soutien continu. En travaillant en étroite collaboration avec le gouvernement, nous voulons non seulement fournir une aide humanitaire, mais aussi aider le pays à offrir des opportunités d'emploi à ses jeunes et à être une passerelle pour l'Asie centrale et du Sud.»

L’Ouzbékistan joue un grand rôle dans l’aide humanitaire à l’Afghanistan (Photo, AFP).

Il a ajouté que dans la ville de Termez, dans le sud de l'Ouzbékistan, par exemple, le gouvernement a créé des centres pour aider les jeunes Afghans à recevoir une éducation et à développer leurs compétences dans le but de les préparer au marché du travail.

«Nous travaillons pour aider les programmes de reconstruction et développer son économie pour en faire un pays d'opportunités», a estimé Sidiqov. «Nos alliés nous aident et nous soutiennent dans cette entreprise.»

Le prince Faisal ben Farhane, ministre saoudien des Affaires étrangères, a participé à une conférence internationale intitulée «Central and South Asia: Regional Connectivity. Challenges and Opportunities», (Asie centrale et du Sud: connectivité régionale. Défis et opportunités) dans la capitale ouzbèke, Tashkent, en juillet de l'année dernière.

Le ministre saoudien de l’Investissement Khalid Al-Falih dirige une délégation lors d’une visite officielle en Ouzbékistan, en 2021 (Photo, Reuters).

En juillet de cette année, une délégation saoudienne a aussi participé à la conférence internationale «Afghanistan: Security and Economic Development» (Afghanistan: sécurité et développement économique), également à Tachkent, au cours de laquelle le Royaume a réaffirmé son engagement à promouvoir la coopération régionale.

En juin, l'Arabie saoudite a annoncé une subvention de 29,5 millions d’euros pour soutenir le Fonds fiduciaire humanitaire pour l'Afghanistan, qui fonctionne sous l'égide de la Banque islamique de développement en coordination avec l'Organisation de la coopération islamique, dont le Royaume et l'Ouzbékistan sont membres.

«En tant que voisin de l'Afghanistan, notre objectif principal est de permettre le passage en toute sécurité de l'aide aux personnes dans le besoin en Afghanistan», a soutenu Sidiqov.

«Nous travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement afghan pour élaborer une feuille de route en matière de sécurité alimentaire et pour offrir des possibilités d'emploi aux jeunes. Nous servons d'intermédiaire entre le monde et les talibans et, en tant que “voix de l'Asie centrale”, nous avons encouragé le gouvernement afghan à tenir ses promesses.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com