Face aux tempêtes de sable et de poussière, la lassitude des Irakiens

Des personnes roulent pendant une tempête de sable dans la ville de Khalis, dans la province de Diyala en Irak, le 3 juillet 2022. (AFP).
Des personnes roulent pendant une tempête de sable dans la ville de Khalis, dans la province de Diyala en Irak, le 3 juillet 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 04 juillet 2022

Face aux tempêtes de sable et de poussière, la lassitude des Irakiens

  • Avec une dizaine de tempêtes depuis la mi-avril, l'Irak a désormais pris l'habitude de découvrir au réveil un ciel grisâtre lourd de poussière
  • Maintes fois les aéroports ont dû suspendre leurs vols pour cause de visibilité réduite

BAGDAD : Malgré les tempêtes de sable ou de poussière, le livreur Milad Mitti ne peut se payer le luxe de manquer une journée de travail. Comme l'écrasante majorité des Irakiens, il ne cache pas sa lassitude face à un phénomène ayant pris une ampleur inédite ces derniers mois.

Pour parcourir à moto les rues de Bagdad et livrer les repas aux clients, le jeune homme de 30 ans s'équipe comme il peut: des lunettes "pour la poussière" et un cache-cou gris remonté sur la bouche et le nez "pour pouvoir respirer".

Avec une dizaine de tempêtes depuis la mi-avril, l'Irak a désormais pris l'habitude de découvrir au réveil un ciel grisâtre lourd de poussière -- quand ce n'est pas un halo orangé qui enveloppe les villes du pays.

Maintes fois les aéroports ont dû suspendre leurs vols pour cause de visibilité réduite. Dimanche encore, l'aéroport international de Bagdad a interrompu pendant plusieurs heures ses opérations. Et plus de 500 personnes se sont rendues dans les hôpitaux du pays pour soigner leurs troubles respiratoires, a annoncé lundi le ministère de la Santé au lendemain de cette énième "vague de poussière".

"C'est probablement la première année que l'Irak connaît autant de tempêtes de sable", déplore M. Mitti, sur une place animée de Bagdad.

En ce premier dimanche de juillet, il doit composer avec une température de 40 degrés Celsius et une énième tempête de poussière. "On y voit très difficilement. On étouffe. Il fait chaud. Il faut boire des jus et des liquides pour se préserver", ajoute le trentenaire.

Marié, il ne peut pas manquer son travail qui lui permet de gagner environ 600 dollars par mois. "J'ai une famille, j'ai des responsabilités".

Asthme, insuffisances respiratoires

Malgré la chaleur écrasante dans une ville ultra-bétonnée, les piétons sont plus nombreux à porter un masque -- dans un pays où même le coronavirus n'avait pas suffi à généraliser son utilisation.

Sur la terrasse -déserte- d'un café, les chaises en similicuir noir sont recouvertes d'une fine pellicule de poussière. Un serveur, tablier marron noué à la taille, les essuie d'un chiffon mouillé. Il déroule un tuyau d'arrosage pour laver à grande eau le sol.

Au mois de mai, les tempêtes de sable avaient fait un mort, tandis qu'au moins 10 000 personnes ont dû se faire soigner à l'hôpital pour des troubles respiratoires.

Il s'agit principalement de personnes âgées, ou d'individus souffrant d'asthme, d'insuffisances respiratoires ou de maladies cardiaques, qui sont considérés comme les catégories les plus à risque, selon les autorités sanitaires.

"Plus les tempêtes montent en intensité, plus il y a de jours de tempêtes, comme ça a été le cas ces dernières semaines, plus il y aura des cas de suffocation", reconnaît le chef des résidents de l'hôpital al-Kindy, le médecin Seif Ali Abdel-Hamza.

"La majorité des patients souffrent de maladies chroniques, comme l'asthme ou la bronchite allergique, la majorité sont des personnes âgées", ajoute M. Abdel-Hamza.

«Laver toute la maison»

Les autorités présentent l'Irak comme l'un des cinq pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique et à la désertification, un des facteurs les plus importants derrière la multiplication des tempêtes de sable.

Durant les deux prochaines décennies, le pays devrait connaître "272 jours de poussière" par an et en 2050, le seuil des 300 jours sera atteint, selon un responsable du ministère de l'Environnement.

Parmi les mesures préconisées pour lutter contre ce phénomène, les autorités citent la création de ceintures vertes autour des villes. Mais le pays de 41 millions d'habitants souffre aussi des pénuries d'eau et de précipitations en baisse.

"Avant, il y avait une ceinture verte autour de Bagdad --si on replante, ça sera très utile", assure l'électricien Razzak Jassem, qui fustige les "manquements" des autorités et "des milliards dépensés pour des bêtises" dans un pays riche en hydrocarbures.

Il s'est résigné aux tempêtes, même si ces épisodes compliquent et ralentissent le rythme du travail.

"Tu mets un masque, ça te gêne, tu étouffes, tu veux l'enlever. Tu le retires et c'est la poussière", lâche-t-il, lors d'une pause dans une boutique où il installe l'éclairage.

Il y a aussi les incessants nettoyages dans les foyers. "Chaque tempête terminée, il faut laver toute la maison. Tu as beau isoler, la poussière entre".

Pour l'homme de 35 ans, marié et papa de trois enfants, pas question de lever le pied.

"Tout est payant, le gouvernement ne peut rien nous apporter", ajoute-t-il. "On arrêtera de travailler quand on mourra. Tant qu'on est en vie il faut travailler", s'amuse-t-il.


Des habitants de la ville natale au Liban de l'auteur de l'attentat contre Rushdie condamnent l'attaque

Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage. (Arab News)
Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage. (Arab News)
Short Url
  • Le père de Hadi Matar, qui est séparé de sa mère, refuse de recevoir qui que ce soit au lendemain de l'attaque au couteau à New York
  • «Je ne l'ai jamais vu dans cette ville», déclare le maire de la ville de Yaroun, Ali Qassem Tuhfa

BEYROUTH : Le père de Hadi Matar, l'homme qui a poignardé le romancier Salman Rushdie aux États-Unis vendredi, refuse de parler à quiconque. Depuis qu'il a appris le crime de son fils de 24 ans, il n'a reçu aucune visite à son domicile dans la ville de Yaroun, dans le sud du Liban, pas même celle du maire de la ville.

Le maire Ali Qassem Tuhfa a déclaré à Arab News : « Les parents de Matar sont séparés depuis 10 ans. Le père est revenu à Yaroun tandis que sa famille est restée aux États-Unis. Il a relancé l'ancienne activité familiale d'élevage et s'occupe d'un petit troupeau. Il a peu ou pas de vie sociale et ne communique avec personne ».

Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. (Arab News)
Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. (Arab News)

Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. La localité se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage.

Yaroun est une ville frontalière qui a été abandonnée par de nombreux habitants pendant l'occupation israélienne du sud du Liban dans les années 1970. Certains ont également émigré avant cette période, ne laissant derrière que 500 résidents à peu près. Ce nombre augmente avec le retour temporaire des expatriés pendant l'été et d'autres vacances, les registres indiquant que 9 000 personnes sont originaires de la ville.

Des chrétiens et des musulmans vivent à Yaroun, a expliqué le maire, tout en notant que la majorité des émigrants sont partis en Australie et en Amérique du Nord et du Sud.

Samer Wehbe, un journaliste de la région, a déclaré : « Lorsque les expatriés sont progressivement rentrés, ils ont construit de belles maisons qui ressemblaient à celles dans lesquelles ils vivaient à l'étranger, donnant à la ville un aspect cossu. La majorité des habitants de la ville n'y vivent pas en permanence, mais seulement lorsqu'ils rentrent au Liban pour des vacances ou des occasions spéciales. Les affiliations politiques restent vagues, bien que la ville soit située dans une zone pro-Hezbollah, puisqu'elle est adjacente à Maroun Al-Ras, où le Hezbollah a remporté d'importantes victoires contre l'occupation israélienne. »

Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour l'agriculture et l'élevage. (Arab News)
Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour l'agriculture et l'élevage. (Arab News)

Le maire Tuhfa a déclaré que Matar était né et avait grandi aux États-Unis. « Je suis maire depuis six ans et je ne l'ai jamais vu en ville », a-t-il déclaré.

Tuhfa a expliqué : « La mère de Matar est également originaire de Yaroun, mais elle n'a aucun lien de parenté avec son mari. Elle s'appelle Silvana Firdaus. Matar a une sœur qui vit également avec sa mère aux États-Unis. »

Il a ajouté : « La nouvelle du crime de Matar a soulevé des questions dans la ville, sur ses motivations. » Son acte a même été condamné, en gardant à l'esprit que personne ne le connaît personnellement. »

Les réactions des activistes sur les plateformes de médias sociaux étaient mitigées. L'un d'eux a estimé que Matar n'est « qu'un Américain d'origine libanaise, qui souffre apparemment d'une profonde crise d'identité. »

Hadi Matar, 24 ans, au centre, écoute son avocat de la défense Nathaniel Barone, à gauche, s'adresser au juge lors de sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, NY, samedi 13 août 2022. (AP)
Hadi Matar, 24 ans, au centre, écoute son avocat de la défense Nathaniel Barone, à gauche, s'adresser au juge lors de sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, NY, samedi 13 août 2022. (AP)

Le Hezbollah s'est abstenu de tout commentaire sur l'attaque contre Rushdie. Selon Reuters, un responsable a déclaré que la milice « n'avait aucune information supplémentaire sur l'attaque au couteau contre le romancier Salman Rushdie. » Le responsable a ajouté : « Nous ne savons rien sur ce sujet et nous ne ferons donc aucun commentaire. »

Néanmoins, ces derniers jours, une ancienne vidéo du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, incitant ses partisans à tuer Rushdie a circulé sur les plateformes de médias sociaux.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: l'UE «particulièrement inquiète» pour les femmes

Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté». (AFP).
Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté». (AFP).
Short Url
  • Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté»
  • «L'Union européenne s'inquiète particulièrement du destin des femmes et des filles afghanes, qui se voient privées systématiquement de leurs libertés, leurs droits et leur accès à des services de base comme l'éducation»

BRUXELLES : L'Union européenne s'est déclarée dimanche "particulièrement inquiète" devant la dégradation des conditions de vie des femmes et des filles en Afghanistan, au lendemain de la répression violente d'une manifestation de femmes à Kaboul.

Samedi, les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander "du pain, du travail et la liberté". Certaines ont été poursuivies jusque dans des magasins où elles s'étaient réfugiées et frappées.

Les talibans ont imposé des restrictions de plus en plus nombreuses vis-à-vis des femmes depuis leur retour au pouvoir il y aura un an lundi, le 15 août 2021.

"L'Union européenne s'inquiète particulièrement du destin des femmes et des filles afghanes, qui se voient privées systématiquement de leurs libertés, leurs droits et leur accès à des services de base comme l'éducation", écrit le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

"L'UE réitère que l'Afghanistan doit adhérer aux traités signés par ce pays, y compris en soutenant et en protégeant les droits économiques, sociaux, culturels, civils et politiques de tous les Afghans, et leur permettre participer pleinement et de façon égale et significative au gouvernement du pays", ajoute-t-il.

Le communiqué rappelle aussi que toute aide humanitaire à l'Afghanistan dépend du respect par les talibans des principes de bases des droits humains, "notamment les droits des femmes et des filles, des enfants, et des minorités".

Il souligne par ailleurs que "l'Afghanistan ne doit pas être une menace pour la sécurité d'un autre pays".

Les talibans ont assuré ne pas être au courant de la présence dans leur pays du chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, que les Etats-Unis ont annoncé le 2 août avoir tué à Kaboul d'un tir de drone.


Liban: les réfugiés syriens de plus en plus marginalisés

Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Short Url
  • Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir
  • Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde

BEYROUTH : Au Liban frappé depuis 2019 par une crise économique sans précédent, 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté défini par l'ONU, alors que les autorités ont levé les subventions sur l'ensemble des produits essentiels, à l'exception du blé destiné à la fabrication du pain local.

Le Liban s'efforce de maintenir le prix du blé, denrée alimentaire de base, alors que la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur entraînant une inflation galopante.

La guerre en Ukraine a compliqué la situation, Beyrouth important habituellement 80% de son blé d’Ukraine.

Aussi, l'explosion dévastatrice en août 2020 du port a rendu l'importation et le stockage d'autant plus compliqués.

Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir.

Un certain nombre de municipalités, de gouvernorats et de boulangeries semblent avoir pris officieusement plusieurs décisions discriminatoires envers les réfugiés, qu’il s’agisse de vendre des paquets de pain en priorité aux Libanais avant les Syriens, ou de forcer les Syriens et les non-Libanais à faire la queue pour acheter du pain, les Libanais bénéficiant de voies spéciales ouvertes pour leur donner la priorité.

Ces décisions ont été saluées et soutenues par un certain nombre de citoyens libanais dont la rancœur contre les réfugiés a été exacerbée par la crise et le manque, tandis que de nombreux autres se sont opposés à ces mesures qui menaceraient la sécurité des Syriens et mettraient leur vie en danger, estimant que c’est l'État qui provoque la crise.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a condamné, vendredi, "l'augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés" au Liban, particulièrement contre les réfugiés syriens.

"Le HCR a constaté une augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés conduisant à des violences localisées dans les rues, y compris contre les réfugiés", indique un communiqué de l'agence.

Lors de la cérémonie de lancement du "Plan de réponse à la crise au Liban 2022-2023", soutenu par les Nations unies, le Premier ministre libanais avait affirmé que son pays, plongé dans une crise économique sans précédent, allait expulser les réfugiés syriens du territoire libanais si la communauté internationale n’aidait pas à leur rapatriement. 

Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde.

Les autorités libanaises avaient annoncé, en juillet 2022, vouloir rapatrier 15 000 déplacés syriens par mois.