Kurdistan d'Irak: Un ancien étudiant tue par balle deux professeurs

La police pense que le tireur n'avait pas initialement l'intention de tuer le professeur d'ingénierie (Photo, AFP).
La police pense que le tireur n'avait pas initialement l'intention de tuer le professeur d'ingénierie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 29 juin 2022

Kurdistan d'Irak: Un ancien étudiant tue par balle deux professeurs

  • Les violences par armes à feu sont fréquentes en Irak
  • Les Assaïch, la police du Kurdistan d'Irak, ont annoncé l'arrestation du suspect

ERBIL, Irak: Deux professeurs d'université ont été tués par balle mardi à Erbil, capitale du Kurdistan d'Irak, et le suspect, un ancien étudiant qui a été interpellé, aurait agi après son renvoi, a-t-on appris auprès des autorités de la région autonome.

Tôt dans la matinée, le suspect, dont on ignore l'identité, s'est rendu au domicile d'une professeure de droit de l'université Soran. Mais "elle n'était pas à la maison" et le tireur "a ouvert le feu sur son mari", un professeur en ingénierie, mort sur le coup, a indiqué à la presse le gouverneur de la province d'Erbil, Omed Khoshnaw.

Le tireur s'est ensuite rendu sur le campus de l'université Salaheddine et "a tiré sur le doyen de la faculté de droit, Kawan Ismaël, et un gardien", a précisé M. Khoshnaw. Le doyen est décédé après son transfert à l'hôpital. Le gardien a été blessé.

Les Assaïch, la police du Kurdistan d'Irak, ont annoncé l'arrestation du suspect, précisant qu'il s'était servi d'un pistolet.

Selon le gouverneur d'Erbil, le suspect a été renvoyé pour un motif inconnu de l'université Soran par la professeure de droit dont il a assassiné le mari.

Il a ensuite tenté de s'inscrire en droit à une autre université, celle de Salaheddine, mais "son inscription a été refusée" par le doyen Kawan Ismaël, sa deuxième victime, a précisé Omed Khoshnaw.

Après avoir essuyé ce refus, le suspect a "proféré des menaces à l'encontre de M. Ismaël et a été interpellé à plusieurs reprises", a-t-il indiqué.

Les violences par armes à feu sont fréquentes en Irak, pays qui comptait 7,6 millions d'armes légères en 2017 selon le projet de recherche Small Arms Survey (SAS) de l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève. Les violences sont souvent liées à la politique ou aux disputes tribales.


Le Koweït reçoit le troisième lot d’avions de combat Eurofighter Typhoon

Les jets que le Koweït a reçus jusqu’à présent auraient effectué cent heures de vol. (Kuna)
Les jets que le Koweït a reçus jusqu’à présent auraient effectué cent heures de vol. (Kuna)
Les jets que le Koweït a reçus jusqu’à présent auraient effectué cent heures de vol. (Kuna)
Les jets que le Koweït a reçus jusqu’à présent auraient effectué cent heures de vol. (Kuna)
Les jets que le Koweït a reçus jusqu’à présent auraient effectué cent heures de vol. (Kuna)
Les jets que le Koweït a reçus jusqu’à présent auraient effectué cent heures de vol. (Kuna)
Short Url
  • Les jets, qui font partie des derniers avions de combat polyvalents, se distinguent par un système de guerre électronique et des capacités d’intervention rapide
  • Ils visent à améliorer la préparation au combat de l’armée de l’air koweïtienne

DUBAÏ: L’armée koweïtienne déclare avoir reçu deux autres avions de la tranche 3 de l’Eurofighter Typhoon. Il s’agit du troisième lot sur un total de vingt-huit avions commandés par le pays, rapporte l’agence de presse du Koweït (Kuna).

Ces jets, qui font partie des derniers avions de combat polyvalents, se distinguent par un système de guerre électronique et des capacités d’intervention rapide. Ils visent à améliorer la préparation au combat de l’armée de l’air koweïtienne, déclare l’armée de ce pays dans un communiqué.

Les jets que le Koweït a reçus jusqu’à présent auraient effectué cent heures de vol, ajoute le communiqué.

Une cérémonie a eu lieu à la base aérienne d’Ali al-Salem al-Sabah pour saluer l’atterrissage de l’avion, selon l’agence Kuna.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Faezeh Hachemi, fille de l'ancien président Rafsandjani, arrêtée pour «incitation aux émeutes»

«Les autorités veulent transmettre que les protestations sont des émeutes, alors qu’elles ne sont que des manifestations», a déclaré Hashemi dans un enregistrement audio obtenu par Radio Farda (Photo, AFP).
«Les autorités veulent transmettre que les protestations sont des émeutes, alors qu’elles ne sont que des manifestations», a déclaré Hashemi dans un enregistrement audio obtenu par Radio Farda (Photo, AFP).
Short Url
  • Avant son arrestation, Faezeh Hachemi a accusé le gouvernement iranien d’avoir qualifié les protestations d’«émeutes» dans le seul but de les réprimer
  • Les proches de Mahsa Amini ont affirmé que les coups qui lui ont été infligés par la police des mœurs, dont un violent coup à la tête, ont causé sa mort

DUBAÏ: La fille de l'ancien président iranien, Akbar Hachemi Rafsandjani, a été arrêtée à Téhéran par les forces de sécurité pour «incitation aux émeutes» déclenchées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, alors qu'elle était en garde à vue.
Avant son arrestation par les forces de l’ordre iraniennes, Faezeh Hachemi a accusé le gouvernement iranien d’avoir qualifié les protestations d’«émeutes» et de «sédition» dans le seul but de les réprimer, rapporte Radio Farda.
Mahsa Amini, une jeune Kurde, se rendait à Téhéran avec sa famille pour rendre visite à des proches lorsqu'elle a été abordée par la célèbre police des mœurs pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire strict de l'Iran – notamment le port du hijab – et a finalement été arrêtée.
Les proches de Mahsa Amini ont pour leur part affirmé que les coups qui lui ont été infligés par la police des mœurs, dont un violent coup à la tête, ont causé sa mort.
«Les autorités veulent que les protestations soient considérées comme des émeutes, alors qu’elles ne sont que des manifestations», a déclaré Faezeh Hachemi dans un enregistrement audio obtenu par Radio Farda.
«Ceux qui ont vu les manifestations savent très bien que si les jeunes mettent le feu à des poubelles, c'est parce que les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes pour les neutraliser; et quand ces mêmes jeunes s’attaquent à un membre des forces de sécurité, c'est parce qu'ils ont été attaqués et qu'ils se défendent», souligne-t-elle.
Dans le même temps, des centaines d’académies iraniennes ont publié une lettre ouverte exhortant les communautés féministes à se joindre à elles pour construire une solidarité transnationale avec les femmes et les groupes marginalisés en Iran.
La lettre a été signée par des universitaires, y compris en Europe, aux États-Unis, au Canada et en Australie. Dans cette lettre ouverte, les signataires affirment que la mort de Mahsa Amini «fait partie des nombreux autres meurtres d'État commis systématiquement et délibérément par le régime iranien d'apartheid de genre».
«Cette révolte à l'échelle du pays est non seulement contre le meurtre brutal de Mahsa mais aussi contre l'essence du régime islamique», indique la lettre. «La demande est forte et claire: la fin d'un régime théocratique dont la violence multiforme contre les corps marginalisés se manifeste dans la mort de Mahsa», conclut la lettre ouverte.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: le Parlement échoue à élire un nouveau président de la République

Le président du Parlement libanais, Nabih Berri (en haut), ouvre la première session d'élection d'un nouveau président à Beyrouth, le 29 septembre 2022. (AFP).
Le président du Parlement libanais, Nabih Berri (en haut), ouvre la première session d'élection d'un nouveau président à Beyrouth, le 29 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Les profondes divisions au sein de l'Assemblée font craindre que le Liban ne se retrouve à nouveau sans président pendant des mois, après l'expiration du mandat de M. Aoun fin octobre, ce qui minerait davantage la confiance des créanciers
  • Avant la séance de jeudi, la présence d'un nombre suffisant de députés pour le vote était incertaine, mais le quorum a finalement été atteint. Un total de 122 députés sur 128 ont voté, dont 68 qui ont glissé un bulletin blanc

BEYROUTH : Le Parlement libanais a échoué jeudi à élire un nouveau président de la République à l'issue d'un premier tour de vote, aucun consensus n'ayant encore été trouvé pour choisir le successeur au chef de l'Etat sortant, Michel Aoun, malgré une crise financière sans précédent.

Les profondes divisions au sein de l'Assemblée font craindre que le Liban ne se retrouve à nouveau sans président pendant des mois, après l'expiration du mandat de M. Aoun fin octobre, ce qui minerait davantage la confiance des créanciers.

L'élection du président sortant en 2016 avait eu lieu après une vacance de 29 mois au sommet de l'Etat, les parlementaires ayant tenté en vain, à 45 reprises, de parvenir à un consensus sur un candidat.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une profonde crise économique imputée par une grande partie de la population à la mauvaise gestion, la corruption, la négligence et l'inertie d'une classe dirigeante en place depuis des décennies. En l'espace de trois ans, la livre libanaise a perdu plus de 95% de sa valeur sur le marché noir.

Avant la séance de jeudi, la présence d'un nombre suffisant de députés pour le vote était incertaine, mais le quorum a finalement été atteint. Un total de 122 députés sur 128 ont voté, dont 68 qui ont glissé un bulletin blanc.

En vertu du système confessionnel de partage du pouvoir en vigueur, la présidence est réservée à un chrétien maronite.

Michel Moawad, député et fils du président René Moawad assassiné en 1989, a obtenu le plus grand nombre de voix jeudi, avec 36 votes. Il aurait eu besoin d'un total de 86 votes pour se faire élire au premier tour.

Plusieurs députés ont quitté la salle avant qu'un deuxième tour ne soit organisé, conduisant ainsi à levée de la séance faute de quorum.

Le chef du Parlement Nabih Berri a annoncé qu'il appellera à un deuxième tour "lorsqu'un accord sera trouvé pour élire le prochain président", un processus qui pourrait prendre des mois dans un pays où la classe politique est profondément divisée.

«Risque d'incidents»

Le Liban connaît l'une des pires crises économiques au monde depuis 1850 selon la Banque mondiale, marquée par une flambée vertigineuse des prix, une dégringolade historique de la devise nationale et de graves pénuries.

Quatre Libanais sur cinq vivent désormais en dessous du seuil de pauvreté selon l'ONU, une paupérisation inédite accélérée par une inflation à trois chiffres.

Le pays est aussi dans une impasse politique, un nouveau gouvernement se faisant toujours attendre, quatre mois après les élections législatives.

La semaine dernière, la France, l'Arabie saoudite et les Etats-Unis ont publié une déclaration commune exhortant les députés à "élire un président qui puisse unir le peuple libanais".

"S'il y a un vide politique, la crise économique s'intensifiera et le risque d'incidents est évident", a mis en garde l'analyste Karim Bitar.

En avril, le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars, échelonnée sur quatre ans mais conditionnée à la mise en oeuvre de réformes cruciales.

Parmi ces réformes, il réclame l'unification du taux de change, la réforme de la loi sur le secret bancaire, la restructuration du secteur bancaire et une loi sur le contrôle des capitaux. Le budget 2022, également exigé par le FMI, a été adopté cette semaine.

Le Liban a annoncé mercredi un nouveau taux de change officiel de 15.000 livres pour un dollar américain à partir du 1er novembre, une mesure qui constitue selon le ministère des Finances "un premier pas" vers l'unification des multiples taux de change en vigueur dans le pays.

En septembre, le ministre libanais de l'Economie, Amine Salam, avait estimé nécessaire de "promulguer au plus vite les réformes demandées, avant la présidentielle".