Afghanistan: le séisme après des bombardements, la double peine des rescapés

Des volontaires transportent l'aide reçue de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour les personnes touchées par le récent séisme dans le village Afghan-Dubaï, dans l'est de la province de Khost, le 26 juin 2022. (Photo, AFP)
Des volontaires transportent l'aide reçue de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour les personnes touchées par le récent séisme dans le village Afghan-Dubaï, dans l'est de la province de Khost, le 26 juin 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 27 juin 2022

Afghanistan: le séisme après des bombardements, la double peine des rescapés

Des volontaires transportent l'aide reçue de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour les personnes touchées par le récent séisme dans le village Afghan-Dubaï, dans l'est de la province de Khost, le 26 juin 2022. (Photo, AFP)
  • Afghan-Dubaï, dans l'est de la province de Khost, a été l'un des villages visés. Gul Nayeb Khan, 30 ans, et sa famille élargie habitent là
  • «Mon cœur souffre tellement. Nous sommes confrontés à tous les malheurs qu'on puisse imaginer. Je pense que j'aurais aimé être parmi les morts, il n'y a pas d'autre moyen», pour échapper à cette malédiction, se lamente Gul

AFGHANISTAN: « J'aurais aimé être parmi les morts »: déjà victimes de bombardements pakistanais il y a deux mois, des habitants de l'est de l'Afghanistan vivent un nouveau cauchemar après avoir été frappés par le séisme. 

Mi-avril, dans le district frontalier de Spera, des hélicoptères pakistanais ont bombardé des villages, tuant une cinquantaine de personnes. 

Le Pakistan affirme que des groupes armés, comme le Tehreek-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais, mènent des attaques depuis le sol afghan, à travers la frontière notoirement poreuse. 

Afghan-Dubaï, dans l'est de la province de Khost, a été l'un des villages visés. Gul Nayeb Khan, 30 ans, et sa famille élargie habitent là. 

Son père, ses sœurs, ses oncles et leurs femmes... Pas moins de 28 membres de sa famille élargie ont été tués dans les frappes pakistanaises. 

L'armée pakistanaise n'a pas confirmé avoir mené ces attaques. Mais Islamabad a demandé aux talibans au pouvoir en Afghanistan, avec lesquels les tensions se sont accrues depuis leur prise du pouvoir en août, de prendre des « mesures sévères » contre les militants qui visent son propre territoire. 

Les talibans afghans, qui sont un groupe distinct du TTP mais en partagent l'idéologie, ont insisté sur le fait que toutes les victimes des bombardements étaient des civils innocents. 

Dans la famille de Gul Nayeb Khan, ceux qui ont été blessés commençaient à peine à rebâtir leurs maisons détruites quand le séisme est survenu. 

« Des membres de ma famille sont morts (lors des bombardements), et maintenant, alors que nous reconstruisions notre maison, elle a été détruite par le tremblement de terre » du 22 juin, qui a fait plus d'un millier de morts,  se lamente-t-il en retenant ses larmes. 

« Mon cœur souffre »  

« Mon cœur souffre tellement. Nous sommes confrontés à tous les malheurs qu'on puisse imaginer. Je pense que j'aurais aimé être parmi les morts, il n'y a pas d'autre moyen », pour échapper à cette malédiction, ajoute-t-il. 

Il est venu pour obtenir de l'aide d'urgence distribuée par l'Organisation internationale des migrations (OIM). 

Dans la localité d'Afghan-Dubaï - nom donné à une époque où le commerce de pignons de pins était florissant dans cette région montagneuse couverte de conifères, et comparé à celui du pétrole -, la distribution de l'aide d'urgence est organisée par un comité local ad-hoc et strictement encadrée par des talibans armés. 

Elle se déroule au sommet d'une petite colline au centre du village, sur un espace grand comme un terrain de basket-ball. 

L'aire de distribution est délimitée par des cordes et ceux qui tentent de les franchir sans en avoir le droit risquent des coups de bâtons ou de ceinture distribués par les talibans. 

Gul Nayeb Khan n'a pas eu le droit d'avoir son lot, car son nom n'était pas inscrit sur la liste. 

Hazrat Omar, 25 ans, espère y avoir droit. Il habite près d'Afghan-Dubaï et six personnes de sa famille sont mortes dans le séisme. 

« Il était minuit, nous avons entendu un grand bruit, le toit de notre maison s'est effondré. Comme c'est une zone frontalière, nous avons pensé que le Pakistan bombardait nos maisons comme il l'a fait dernièrement », témoigne-il. 

« La vie est très dure »  

Dans la queue de ceux qui ont été enregistrés et vont recevoir une tente et un kit d'aide, Sharifullah Khan tient bien son petit ticket donné par l'OIM et aussi un papier d'identité. 

Il a fui le Waziristan, au Pakistan, quand l'armée d'Islamabad a lancé au milieu des années 2010 des opérations contre le TTP. 

Réfugié, il s'est installé de l'autre côté de la frontière, que l'on peut voir courir sur les crêtes des montagnes, à moins de deux kilomètres de là. 

« Le Pakistan a détruit nos maisons (au Waziristan). Nous sommes venus ici en Afghanistan, et cela fait huit ans que nous n'avons pas reçu d'aide. Puis le Pakistan nous a bombardé sur le sol afghan. Cela a rendu nos enfants très instables mentalement », relate-t-il. 

« Et maintenant, après le tremblement de terre, les répliques, les enfants ne peuvent plus dormir la nuit », poursuit-il. 

Dans la nuit de dimanche à lundi, la terre a de nouveau tremblé, ont constaté des journalistes à Aghan-Dubaï. 

« La vie ici est très dure. Nous supportons toutes les difficultés. Les pays voisins et le gouvernement (afghan) devraient aider les gens de cette région (...). Les enfants vivent sans toit et sous la pluie, et personne ne s'intéresse à notre sort »,  soupire Hazrat Omar. 

Lundi matin, dès 05h00, le soleil à peine levé, des habitants des environs s'approchaient déjà du centre de distribution. 

Une ONG afghane installait des lots de sacs de farine, tapis et couvertures. Les talibans eux préparaient leurs bâtons. 


Engagements de sécurité de l'UE pour Kiev: Zelensky attendu au sommet européen de jeudi à Bruxelles

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen (à gauche) s'entretient avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors du sommet sur la paix en Ukraine, au luxueux complexe hôtelier de Burgenstock, près de Lucerne, le 16 juin 2024. (Photo, AFP)
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen (à gauche) s'entretient avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors du sommet sur la paix en Ukraine, au luxueux complexe hôtelier de Burgenstock, près de Lucerne, le 16 juin 2024. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon des responsables européens, un accord sur ces garanties de sécurité de l'UE a été approuvé par les pays membres et doit être signé jeudi
  • Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky avaient signé mi-février à l'Elysée un accord bilatéral inscrivant dans la durée le soutien français à l'Ukraine

PARIS: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky sera présent jeudi au sommet européen à Bruxelles où doit être signé un accord sur les "engagements de sécurité" de l'Union européenne à l'égard de l'Ukraine, a déclaré mardi l'Elysée.

"Le président Zelensky sera là en ouverture du Conseil européen pour la discussion sur l'Ukraine et notamment sur le sujet des engagements de sécurité", a expliqué la présidence française. Elle a rappelé que le bloc des Vingt-Sept avait ses propres "engagements de sécurité" pour aider Kiev face à la Russie, en plus des accords bilatéraux de plusieurs Etats membres, dont la France.

Selon des responsables européens, un accord sur ces garanties de sécurité de l'UE a été approuvé par les pays membres et doit être signé jeudi.

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky avaient signé mi-février à l'Elysée un accord bilatéral inscrivant dans la durée le soutien français à l'Ukraine. L'Allemagne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et de nombreux autres alliés occidentaux de Kiev ont aussi conclu leurs pactes de soutien.

La venue au sommet du dirigeant du pays en guerre interviendra aussi deux jours après l'ouverture de négociations d'adhésion entre l'UE et l'Ukraine, une étape qualifiée d'"historique" aussi bien à Kiev qu'à Bruxelles.

 

 

 


Selon un nouveau rapport, l'armée israélienne considère certains journalistes de Gaza comme des "cibles légitimes"

Les organismes de surveillance des médias ont indiqué qu'environ 30 % des 108 professionnels des médias tués depuis le 7 octobre à Gaza étaient employés par des médias affiliés ou étroitement liés au Hamas. (AFP)
Les organismes de surveillance des médias ont indiqué qu'environ 30 % des 108 professionnels des médias tués depuis le 7 octobre à Gaza étaient employés par des médias affiliés ou étroitement liés au Hamas. (AFP)
Short Url
  • Le Comité de protection des journalistes et les Reporters arabes pour le journalisme d'investigation ont indiqué qu'environ 30 % des 108 professionnels des médias tués depuis le 7 octobre à Gaza étaient employés par des médias affiliés ou étroitement liés
  • Un porte-parole de l'armée israélienne a démenti les accusations du rapport, déclarant que bien qu'il "ne vise pas des objets civils", le média "emploie des terroristes et leur donne l'apparence de journalistes".

LONDRES : Une nouvelle enquête suggère que l'armée israélienne considère certains journalistes basés à Gaza comme des "cibles légitimes".

Le Guardian, en collaboration avec l'organisation à but non lucratif Forbidden Stories, basée à Paris, a révélé que certains membres des forces armées considèrent les journalistes travaillant pour des organes contrôlés ou affiliés au Hamas comme des cibles légitimes ne bénéficiant pas des mêmes protections internationales que les civils.

Le Comité de protection des journalistes et les Reporters arabes pour le journalisme d'investigation ont indiqué qu'environ 30 % des 108 professionnels des médias tués depuis le 7 octobre à Gaza étaient employés par des médias affiliés ou étroitement liés au Hamas.

Il s'agit notamment du plus grand média géré par le Hamas à Gaza, le réseau médiatique Al-Aqsa, qui emploie des centaines de personnes à travers sa chaîne de télévision, sa radio et son journal.

Le rapport, rédigé par Harry Davies, Manisha Ganguly, David Pegg, Hoda Osman, Bethan McKernan et le journaliste et réalisateur israélien primé Yuval Abraham, note que si "la programmation d'Al-Aqsa est indubitablement pro-Hamas, anti-israélienne et, parfois, antisémite ... le simple fait de travailler (pour l'organe de presse) ne fait pas de quelqu'un une cible légitime à abattre".

Janina Dill, professeur à l'université d'Oxford et experte en droit de la guerre, a déclaré : "Rendre compte de l'actualité n'est pas une participation directe aux hostilités.

"Même s'ils ont rapporté les nouvelles de manière biaisée, même s'ils ont fait de la propagande pour le Hamas, même si Israël est fondamentalement en désaccord avec la manière dont ils rapportent les nouvelles, ce n'est pas suffisant. Cela ne suffit pas."

Depuis 2019, Israël a désigné le réseau Al-Aqsa comme une organisation terroriste, le qualifiant d'"organe de propagande du Hamas et de plateforme centrale pour la diffusion de messages incitatifs par l'organisation terroriste."

Le groupe de médias est également sanctionné par les États-Unis depuis 2010.

Ses bureaux, évacués après les attaques du Hamas le 7 octobre pour éviter les représailles israéliennes, ont déjà été bombardés par Israël qui les accuse d'être utilisés à des fins militaires.

Le rapport explique comment les soldats israéliens ont bénéficié d'une "approche permissive" en matière de ciblage, les médias affiliés au Hamas ayant été informés qu'ils se trouvaient dans une "zone grise" et certains militaires israéliens estimant que "toute personne payée par le Hamas" pouvait être considérée comme une cible légitime.

"Le Hamas investit beaucoup de ressources dans ses équipes de propagande. Souvent, ils n'organisent pas d'activités s'ils n'ont pas de photographe. Ils doivent tout documenter", a déclaré un officier du renseignement militaire sous couvert d'anonymat. "Certains vous diront donc : Regardez, un Hamasnik est un Hamasnik".

Un porte-parole de l'armée israélienne a démenti les accusations du rapport, déclarant que bien qu'il "ne vise pas des objets civils", le média "emploie des terroristes et leur donne l'apparence de journalistes".

Le porte-parole a affirmé que l'armée israélienne avait tué six travailleurs d'Al-Aqsa qui étaient des membres présumés de la branche armée du Hamas, mais il n'a pas fourni de preuves à l'appui de cette affirmation.

Les experts ont prévenu que cette approche mettait Israël dans une "position troublante", car il est souvent difficile de faire la distinction entre les combattants et les civils.

De nombreuses organisations de défense de la liberté de la presse se sont inquiétées des efforts déployés par l'armée pour réduire au silence les informations critiques.

Irene Khan, rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, a déclaré qu'Israël avait "diffusé des informations erronées sur les liens entre les journalistes et les militants" et qu'il n'avait pas satisfait à la "charge de la preuve" pour faire de telles affirmations.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 


Dix enfants perdent "une ou deux jambes" en moyenne chaque jour dans la bande de Gaza (chef de l'Unrwa)

Un garçon palestinien passe devant un bâtiment détruit à la suite d'un raid des forces israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 23 mai 2024. (AFP)
Un garçon palestinien passe devant un bâtiment détruit à la suite d'un raid des forces israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 23 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • 10 enfants perdent une ou deux jambes en moyenne", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse à Genève,
  • "Dix par jour, ça veut dire environ 2.000 enfants après plus de 260 jours de cette guerre brutale" a dit M. Lazzarini.

GENEVE : Dix enfants perdent une jambe ou deux dans la bande de Gaza en moyenne tous les jours, a affirmé mardi le chef de l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) Philippe Lazzarini.

"En gros, nous avons tous les jours 10 enfants qui perdent une ou deux jambes en moyenne", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse à Genève, ajoutant que ce chiffre ne prenait pas en compte les enfants qui perdent un bras ou une main.

Il a indiqué se baser sur des chiffres de l'agence pour l'enfance de l'ONU (Unicef).

"Dix par jour, ça veut dire environ 2.000 enfants après plus de 260 jours de cette guerre brutale" a dit M. Lazzarini.

"Nous savons aussi la plupart du temps comment les amputations se déroulent dans des conditions assez horribles et parfois sans aucune sorte d'anesthésie et cela s'applique également aux enfants", a-t-il souligné.

La bande de Gaza est soumise à d'incessants bombardements et des opérations terrestres de l'armée israéliennes en représailles à l'attaque sans précédent menée par le mouvement islamiste Hamas sur le territoire israélien le 7 octobre, à partir de Gaza.