Au procès du 13-Novembre, la défense de Salah Abdeslam clôt deux semaines de plaidoiries

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a réclamé contre le Français de 32 ans la plus lourde peine du code pénal, la réclusion criminelle à perpétuité incompressible. (BENOIT PEYRUCQ/AFP)
Le parquet national antiterroriste (Pnat) a réclamé contre le Français de 32 ans la plus lourde peine du code pénal, la réclusion criminelle à perpétuité incompressible. (BENOIT PEYRUCQ/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 24 juin 2022

Au procès du 13-Novembre, la défense de Salah Abdeslam clôt deux semaines de plaidoiries

  • Le parquet national antiterroriste (Pnat) a réclamé contre le Français de 32 ans la plus lourde peine du code pénal, la réclusion criminelle à perpétuité incompressible
  • Cette sanction rarement demandée et prononcée à quatre reprises seulement rend infime la possibilité d'une libération

PARIS : Une dernière chance de convaincre la cour: au procès des attentats du 13-Novembre 2015 en France, les avocats de Salah Abdeslam ont commencé à plaider  vendredi après-midi pour le seul membre encore en vie des commandos, avec l'espoir de lui éviter la prison à vie.

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a réclamé contre le Français de 32 ans la plus lourde peine du code pénal, la réclusion criminelle à perpétuité incompressible.

Cette sanction rarement demandée et prononcée à quatre reprises seulement rend infime la possibilité d'une libération.

Le ministère public l'avait justifiée "au regard de l'immense gravité des faits", mais aussi de la personnalité du principal accusé. Il "reste convaincu de n'avoir tué personne" et a adopté "une stratégie de minimisation constante des faits, c'est dire le changement qu'il lui reste à parcourir", avait avancé le Pnat.

Le premier des avocats du Français de 32 ans à se lever demande à la cour d'aller au-delà des "certitudes" avec lesquelles beaucoup étaient arrivés au début du procès, au sujet de celui qui a gardé le silence pendant les six années d'enquête. Avant de largement s'exprimer au cours du procès.

Alors au-delà du dossier, la cour devra se poser une question après ces neuf mois d'audience, demande Me Vettes: "Est-ce qu'un jour, cet homme pourra revenir dans la société, ou est-il définitivement perdu?"

Dans le box, Salah Abdeslam, polo blanc à manches courtes et bras croisés, écoute attentivement.

Resté mutique pendant la quasi totalité de l'instruction, le "dixième homme" des commandos jihadistes qui ont fait 130 morts à Paris et et Saint-Denis, en région parisienne, n'a cessé au cours des débats d'affirmer qu'il avait "renoncé" à tuer le soir du 13 novembre, refusant "par humanité" d'actionner sa ceinture explosive.

Sans convaincre l'accusation qui a critiqué la parole sélective de l'accusé.

«Stratégie lacrymale»

"Je suis certain, quoi qu'on en dise, que ce procès n'aurait pas du tout été le même si Salah Abdeslam avait gardé le silence, et qu'il y aurait eu un profond sentiment d'échec collectif si tel avait été le cas", affirme Me Vettes.

Salah Abdeslam qui avait fièrement revendiqué, au premier jour du procès le 8 septembre, son appartenance à l'Etat islamique, avait conclu son dernier interrogatoire, mi-avril, en versant des larmes et en présentant ses excuses "à toutes les victimes".

Des larmes "spontanées et sincères", soutient son avocat. "Il n'y a pas eu de stratégie lacrymale de la défense".

Il avait également déploré en février les peines "extrêmement sévères" en matière de terrorisme. "Les personnes qui n'ont tué personne, on ne peut pas les condamner comme si on avait les têtes de l'Etat islamique, ce n'est pas possible", avait-il estimé.

"Je ne présente aucun danger pour la société", avait-il ajouté sans ciller.

"Notre propos a pour seule ambition de vous démontrer que cette peine est démesurée", dit son avocat.

La défense de Salah Abdeslam, qui a reconnu certains allers-retours en Europe pour récupérer les commandos de retour de Syrie, la location de voitures et d'appartements, ne plaidera pas l'acquittement. Mais elle devrait insister devant la cour d'assises spéciale de Paris sur ce "renoncement", qui n'a pas convaincu l'accusation, et l'amendement possible de leur client.

Depuis le début des plaidoiries de la défense le 13 juin, des avocats d'accusés contre lesquels la perpétuité à été demandée pour "complicité" - avec 30 ou 22 ans de sûreté - ont mis en garde la cour contre la tentation d'une "justice d'exception" avec des peines "d'élimination" en riposte à des crimes de masse, les pires jamais commis sur le sol français.

"La justice n'est pas une arme de la colère", a exhorté Me Marie Violleau, l'une des avocates de Mohamed Abrini, "prévu" pour le 13-Novembre mais qui avait renoncé, comme il le fera quelques mois plus tard à Bruxelles.

Avant de rendre son verdict mercredi en fin de journée, la cour donnera une dernière fois la parole aux 14 accusés jugés en leur présence - six le sont par défaut - lundi matin.


France: le festival Hellfest aux anges avec Metallica

Le guitariste Kirk Hammett du groupe américain Metallica se produit sur la scène principale du festival rock Hellfest Summer Open Air à Clisson, dans l'ouest de la France, le 26 juin 2022. (Photo : Sébastien SALOM-GOMIS / AFP)
Le guitariste Kirk Hammett du groupe américain Metallica se produit sur la scène principale du festival rock Hellfest Summer Open Air à Clisson, dans l'ouest de la France, le 26 juin 2022. (Photo : Sébastien SALOM-GOMIS / AFP)
Short Url
  • Avant que les musiciens n'arrivent sur scène, le show commence toujours par des images du film "Le bon, la brute et le truand" sur fond de sa bande originale composée par Ennio Morricone
  • Cet extrait de B.O. est précédé d'un titre d'AC/DC, choisi et diffusé par le groupe: "It's a Long Way to the Top"

CLISSON : Le Hellfest au paradis: Metallica a électrisé le festival de metal dans la nuit de dimanche à lundi, ce groupe phare adoubant l'évènement français parmi les grands rendez-vous internationaux du genre.

"Vous nous avez rendus bons", a salué le leader du quatuor californien James Hetfield en s'adressant au public (60 000 personnes dimanche soir, dont une majorité venue pour Metallica).

Après un final grandiose avec "Master of Puppets", un des incontournables, le chanteur et guitariste s'est avancé sur scène, tout sourire, pour assister au feu d'artifice ponctuant le show et une 15e édition du Hellfest exceptionnelle à plus d'un titre.

D'abord parce que le festival de Clisson --petite commune au milieu des vignobles dans l'ouest de la France-- s'est déroulé cette année sur deux weekends élargis.

Soit sept jours au total, 350 groupes programmés, 420 000 spectateurs en tout, pour faire oublier deux saisons blanches en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Un format inédit qui ne sera pas reconduit, assure le patron de l'évènement Ben Barbaud.

Ensuite, parce que c'est la première fois que le mastodonte Metallica se produisait au Hellfest. Et que le groupe --plus de quarante ans d'existence, membres quasi-sexagénaires-- a montré qu'il était encore au dessus de la mêlée. Le show des vétérans Guns N'Roses, passés la veille au Hellfest, a paru bien décousu en comparaison.

«Alors c'est ça l'enfer?»

Contrairement à un Axl Rose, leader des Guns N'Roses, avare de mots avec le public, Hetfield, charismatique, maintient le lien avec l'audience.

Ainsi, après la troisième chanson, "Enter Sandman", bijou du "Black Album" de 1991 passé dans la postérité, le chanteur lance amusé: "Bon, on a joué toutes nos chansons les plus connues, qu'est-ce qu'on va faire?"

Mais Metallica déroule ensuite d'autres classiques, comme la ballade "Nothing Else Matters", reprise en choeur par le public, seul morceau calme, survenu à la moitié d'un show de deux heures.

Et Hetfield de demander: "Qui voit Metallica pour la première fois?". Devant la clameur en guise de réponse, il rebondit: "Alors bienvenue dans la famille, j'espère que vous avez fait vos devoirs et que vous connaissez les anciens albums".

Le refrain chanté par le public sur "Seek & Destroy", tiré du premier album "Kill'em all" (1983), prouve que les chansons de Metallica traversent bien l'épreuve du temps.

"Alors c'est ça l'enfer?", s'interroge encore au micro Hetfield, en référence au nom du festival ("Hellfest", "Fête de l'enfer" en anglais). Et d'ajouter: "Rien à voir avec l'enfer là-dedans", en pointant son index sur sa tempe. L'artiste n'a jamais caché ses tourments intérieurs ni les séances sur le divan du psy.

B.O. d'Ennio Morricone

Le show des Américains s'avère intense mais d'une sobriété scénique bienvenue au regard du groupe qui les a précédés: les Suédois de Sabaton avaient pour décor un char entouré de sacs de sable.

Metallica ne sombre pas dans la surenchère et reste sur ses basiques: l'art du solo et les ongles noirs du guitariste Kirk Hammett, le jeu accroupi du bassiste Robert Trujillo ou Lars Ulrich, batteur qui se lève après un hit, comme un boxeur après un K.O. infligé de sa frappe lourde.

Et, avant que les musiciens n'arrivent sur scène, le show commence toujours par des images du film "Le bon, la brute et le truand" sur fond de sa bande originale composée par Ennio Morricone. Dans le documentaire "Ennio" (sortie au cinéma le 6 juillet), signé Giuseppe Tornatore ("Cinema Paradiso") et consacré à ce compositeur italien de génie, Hetfield explique d'ailleurs que Morricone est une source d'inspiration. Preuve que Metallica a toujours vu plus loin que le metal.

Cet extrait de B.O. est précédé d'un titre d'AC/DC, choisi et diffusé par le groupe: "It's a Long Way to the Top". "C'est un long chemin jusqu'au sommet": Mais Metallica y est bien installé.


Procès des attentats du 13-Novembre: les peines requises contre les 20 accusés

Croquis d'audience de l'avocat de Salah Abdeslam Martin Vettes, le 24 juin 2022. (AFP).
Croquis d'audience de l'avocat de Salah Abdeslam Martin Vettes, le 24 juin 2022. (AFP).
Short Url
  • Le parquet national antiterroriste (Pnat) a requis le 10 juin des peines allant de cinq ans d'emprisonnement à la perpétuité incompressible
  • Voici le détail des peines réclamées

PARIS: Le parquet national antiterroriste (Pnat) a requis le 10 juin des peines allant de cinq ans d'emprisonnement à la perpétuité incompressible à l'encontre des vingt accusés jugés au procès des attentats du 13 novembre 2015.

Voici le détail des peines réclamées.

Salah Abdeslam 

La perpétuité incompressible a été requise à l'encontre du Français de 32 ans, "10e homme" des commandos qui ont fait 130 morts à Paris et à Saint-Denis.

Le ministère public a réclamé cette sanction rarissime, qui rend infime la possibilité d'un aménagement de peine, "au regard de l'immense gravité des faits". A l'audience, Salah Abdeslam avait assuré avoir "renoncé" à déclencher sa ceinture explosive le soir des attaques.

Mohamed Abrini 

L'accusation a demandé la réclusion criminelle à perpétuité avec une peine de sûreté de vingt-deux ans contre l'"homme au chapeau", qui avait pris la fuite lors des attentats de Bruxelles en mars 2016.

A l'audience, Mohamed Abrini --qui avait pris part aux préparatifs des attaques parisiennes-- a reconnu qu'il était "prévu" qu'il y participe aussi mais il a affirmé avoir renoncé bien avant le 13-Novembre.

Sofien Ayari et Osama Krayem 

Contre Sofien Ayari, Tunisien de 28 ans, et Osama Krayem, Suédois de 29 ans, l'accusation a requis la perpétuité assortie d'une période de sûreté de trente ans.

L'accusation a la "certitude" que ces deux "combattants aguerris" de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) devaient commettre un attentat à l'aéroport d'Amsterdam le 13 novembre 2015 mais qu'il "s'est passé quelque chose" d'imprévu.

Mohammed Amri 

Une peine de huit ans d'emprisonnement a été demandée contre le Belgo-Marocain de 33 ans qui a pris sa voiture pour aller chercher Salah Abdeslam à Paris dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, avec son coaccusé Hamza Attou.

Hamza Attou 

A l'encontre du plus jeune des accusés, l'un des trois qui comparaissent libres, le ministère public a réclamé une peine de six ans d'emprisonnement avec mandat de dépôt à effet différé. La peine demandée n'est pas aménageable et si elle est suivie par la cour, il devra l'effectuer en prison.

Ali Oulkadi 

La peine la plus basse, cinq ans d'emprisonnement, a été demandée contre le Français de 37 ans, jugé pour avoir aidé Salah Abdelsam au début de sa cavale et ne pas l'avoir dénoncé. Il comparaît sous contrôle judiciaire et la peine demandée est aménageable. Si elle est suivie, il ne retournera pas en prison.

Mohamed Bakkali

La perpétuité avec vingt-deux ans de sûreté a été requise contre cette "pièce centrale" de la cellule jihadiste, "homme de confiance" des logisticiens en chef pour lesquels il a loué planques et voitures, a dit l'accusation. Le Belgo-Marocain de 35 ans a gardé le silence au cours du procès.

Farid Kharkhach

Une peine de six ans a été demandée à l'encontre de ce Belgo-Marocain de 39 ans, jugé pour avoir confectionné de faux papiers d'identité pour la cellule jihadiste, sans savoir, jure-t-il, qu'ils serviraient à des attentats.

Yassine Atar

Neuf ans de prison avec une période de sûreté des deux tiers ont été requis contre le Belge de 35 ans, petit frère du commanditaire des attentats et "présent à des moments clefs" selon l'accusation. Il n'a cessé de clamer son innocence et se voit comme "un coupable par substitution".

Ali El Haddad Asufi

Contre le Belgo-Marocain de 37 ans, "meilleur ami depuis le lycée" du logisticien en chef des attentats Ibrahim El Bakraoui, le ministère public a demandé seize ans de réclusion avec une peine de sûreté des deux tiers. Si l'origine des armes utilisées le 13-Novembre n'a jamais pu être retracée, Ali El Haddad Asufi fait bien partie, selon l'accusation, de ceux qui ont cherché à s'en procurer.

Abdellah Chouaa 

Les magistrats du Pnat ont requis une peine de six ans d'emprisonnement avec mandat de dépôt différé contre Abdellah Chouaa, qui comparaît libre. Le Belgo-Marocain de 41 ans est jugé pour être allé récupérer Mohamed Abrini à l'aéroport à son retour de Syrie.

Adel Haddadi et Muhammad Usman 

Une peine de vingt ans de réclusion avec une période de sûreté des deux tiers a été requise contre le Pakistanais Muhammad Usman et l'Algérien Adel Haddadi, "combattants d'expérience et de confiance" qui devaient selon l'accusation commettre un attentat en France mais ils avaient été interpellés en Grèce sur leur trajet depuis la Syrie.

Oussama Atar

L'accusation a requis la perpétuité incompressible contre le Belge Oussama Atar, "cadre supérieur de la terreur" du groupe Etat islamique et commanditaire des attentats. Il est présumé mort en Syrie et jugé par défaut.

Fabien et Jean-Michel Clain

Les avocats généraux ont demandé la perpétuité avec vingt-deux ans de sûreté à l'encontre des deux Français, présumés morts en Syrie et jugés en leur absence. C'est Fabien Clain qui avait lu le communiqué de revendication de l'EI, sur fond des chants religieux de son frère Jean-Michel.

Ahmad Alkhald et Obeida Aref Dibo 

La réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de trente ans a été requise contre Ahmad Alkhald, alias du Syrien Omar Darif, artificier en chef de la cellule jihadiste, "dépêché en Belgique pour superviser la confection" des ceintures explosives.

L'accusation a également demandé la perpétuité incompressible contre Obeida Aref Dibo, autre cadre syrien des "opérations extérieures" de l'EI.

Tous deux sont présumés morts lors de frappes occidentales en Syrie.

Ahmed Dahmani 

Trente ans de réclusion avec une période de sûreté des deux tiers ont été requis contre le Belgo-Marocain de 33 ans, ami de Salah Abdeslam et accusé d'avoir aidé à la préparation des attentats. Celui qui s'était enfui le 14 novembre 2015 en Turquie y a été condamné en 2016 à dix ans de prison. Il y est toujours détenu et est jugé à Paris en son absence.

 


Les derniers mots des accusés en attendant le verdict au procès du 13-Novembre

Croquis d'audience de l'avocat de Salah Abdeslam Olivia Ronen le 24 juin 2022. (AFP).
Croquis d'audience de l'avocat de Salah Abdeslam Olivia Ronen le 24 juin 2022. (AFP).
Short Url
  • Quasiment muet durant l'instruction, Salah Abdeslam a beaucoup parlé durant l'audience
  • Pas convaincu par le "numéro d'équilibriste" de Salah Abdeslam qui a cherché systématiquement à "minimiser les faits", le parquet national antiterroriste (Pnat) a requis la réclusion criminelle à perpétuité incompressible à son encontre

PARIS: Les quatorze accusés du procès des attentats du 13 novembre 2015 en France présents devant la cour d'assises spéciale de Paris disposent d'une dernière occasion de s'exprimer lundi avant que les juges professionnels n'entament leur délibéré et ne rendent leur verdict attendu mercredi soir.

L'ultime audience de ce procès-fleuve commencé en septembre, le plus long de l'histoire judiciaire criminelle française d'après-guerre, doit commencer à 09H30 (08H30 GMT). Comme le prévoit la loi, chaque accusé sera invité à prendre la parole par le président Jean-Louis Périès.

Quasiment muet durant l'instruction, Salah Abdeslam --seul membre encore en vie des commandos ayant causé la mort de 130 personnes à Paris et à Saint-Denis tout proche le 13 novembre 2015-- a beaucoup parlé durant l'audience.

Le Français de 32 ans s'est montré ambivalent, oscillant entre arrogance en se proclamant "combattant de l'Etat islamique" au premier jour d'audience et compassion quand il a présenté, avec des larmes coulant sur ses joues, ses "condoléances et (ses) excuses à toutes les victimes". Il a expliqué avoir renoncé à actionner sa ceinture explosive dans un bar du XVIIIe arrondissement de Paris par "humanité".

"Quoi qu'on en dise, ce procès n'aurait pas du tout été le même si Salah Abdeslam avait gardé le silence. Il y aurait eu un profond sentiment d'échec si tel avait été le cas", avait fait valoir vendredi son avocat Martin Vettes lors des ultimes plaidoiries.

Pas convaincu par le "numéro d'équilibriste" de Salah Abdeslam qui a cherché systématiquement à "minimiser les faits", le parquet national antiterroriste (Pnat) a requis la réclusion criminelle à perpétuité incompressible à son encontre, la sanction la plus lourde permise par le droit français, qui rend infime la possibilité d'une libération.

Elle équivaut à une "peine de mort lente", a dénoncé l'autre avocate de Salah Abdeslam, Me Olivia Ronen.

Autre accusé contre lequel la perpétuité a été requise, avec une période de sûreté de 22 ans, Mohamed Abrini, ami d'enfance de Salah Abdeslam. Il a lui aussi beaucoup parlé durant l'audience, reconnaissant qu'il était "prévu pour le 13-Novembre", mais il est resté avare d'explications sur son renoncement.

L'audience de lundi est la dernière occasion de clarifier son rôle. "Il n'a jamais cessé de douter", avait souligné son avocate Marie Violleau la semaine dernière.