Séisme en Afghanistan: les secouristes s'activent dans des conditions difficiles

Des villageois, aidés par des secouristes, examinent l'étendue des dégats dans la province de Paktika, en Afghanistan (Photo, AFP).
Des villageois, aidés par des secouristes, examinent l'étendue des dégats dans la province de Paktika, en Afghanistan (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 24 juin 2022

Séisme en Afghanistan: les secouristes s'activent dans des conditions difficiles

  • Le tremblement de terre, d'une magnitude de 5,9, est survenu aux premières heures de mercredi cette région rurale pauvre et difficile d'accès, frontalière du Pakistan
  • Déjà aux prises avec une crise économique et humanitaire, l'Afghanistan est frappé par une nouvelle tragédie, qui constitue un lourd défi pour les talibans, au pouvoir depuis la mi-août

SHARAN: Les sauveteurs tentaient désespérément jeudi de venir en aide aux victimes du séisme qui a fait au moins un millier de morts dans le sud-est de l'Afghanistan, mais leurs efforts étaient entravés par le manque de moyens, le terrain montagneux et les pluies abondantes.

Le tremblement de terre, d'une magnitude de 5,9, est survenu aux premières heures de mercredi dans cette région rurale pauvre et difficile d'accès, frontalière du Pakistan.

Déjà aux prises avec une crise économique et humanitaire, l'Afghanistan est frappé par une nouvelle tragédie, qui constitue un lourd défi pour les talibans, au pouvoir depuis la mi-août 2021.

Il s'agit du séisme le plus meurtrier qu'ait connu l'Afghanistan en plus de deux décennies.

Au moins un millier de personnes ont péri et 1.500 ont été blessées dans la seule province de Paktika, la plus affectée, avaient indiqué mercredi les autorités, qui continuent à craindre que le bilan ne s'élève.

"Actuellement, le bilan est le même, mais il y a des chances qu'il augmente", a déclaré jeudi soir à l'AFP le porte-parole adjoint du gouvernement, Bilal Karimi.

"J'étais réveillé quand le tremblement de terre s'est produit (...) Quand je suis sorti de ma maison, tout était silencieux, parce que les gens étaient ensevelis sous leurs maisons", a raconté jeudi à l'AFP Zaitullah Ghurziwal, un habitant du district de Bermal, à Paktika.

"Il n'y a pas de couvertures, pas de tentes, pas d'abris (...). Nous avons besoin de nourriture et d'eau. Tout notre système de distribution d'eau est détruit. Tout est dévasté, les maisons sont détruites. Les gens ne peuvent que retirer des morts (des décombres) et les enterrer", a-t-il ajouté.

Manque de moyens 

"Il est difficile d'accéder aux sites touchés" d'autant que "la zone a été frappée la nuit dernière par des inondations causées par de fortes pluies", a souligné le chef du service de l'Information et de la Culture de la province de Paktika, Mohammad Amin Huzaifa.

Ces pluies ont provoqué des glissements de terrain qui ralentissent les secours et ont endommagé les lignes téléphoniques et électriques.

Le gouvernement taliban a fait appel à l'armée, mais il n'a que peu de moyens.

Ses ressources financières sont très limitées, après le gel de milliards de dollars d'avoirs détenus à l'étranger et l'arrêt brutal de l'aide internationale occidentale, qui portait le pays à bout de bras depuis vingt ans et ne revient plus qu'au compte-gouttes depuis le retour au pouvoir des islamistes.

L'Afghanistan ne dispose que d'un nombre très limité d'hélicoptères et d'avions.

L'ONU, qui a souligné qu'au moins 2.000 maisons avaient été détruites - chacune étant habitée selon elle par au moins sept ou huit personnes -, a aussi mis en exergue le manque d'engins de déblaiement.

Des images montrent des gens déblayant à mains nues les débris des maisons à la recherche de corps.

Le gouvernement taliban a dit faire au mieux de ses capacités et appelé à l'aide la communauté internationale - qui a refusé de le reconnaître jusqu'ici - et les organisations humanitaires.

Mais l'aide internationale est difficile à mobiliser, les ONG et agences onusiennes étant moins présentes sur place que par le passé depuis le retour au pouvoir des talibans.

 Aide d'urgence 

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a tout de même assuré que l'ONU était "pleinement mobilisée" pour aider l'Afghanistan.

L'ONG Save the Children a jeudi estimé que plus de 118.000 enfants étaient touchés par la catastrophe. "Beaucoup d'enfants n'ont très probablement maintenant plus accès à de l'eau potable, de la nourriture et un endroit sûr où dormir", a-t-elle déclaré.

La population a besoin en priorité d'abris, en raison des pluies et du froid inhabituel en cette saison, mais aussi d'aide alimentaire et non alimentaire et d'une assistance en services d'eau, hygiène et assainissement, selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU.

Les talibans ont annoncé jeudi avoir reçu deux avions chargés d'aide venus d'Iran, et un du Qatar. Huit camions chargés de nourriture et de produits de premier secours fournis par le Pakistan voisin sont aussi arrivés dans la province de Paktika.

L'Union européenne s'était aussi dite mercredi prête à "fournir une aide d'urgence". "Profondément attristés", les Etats-Unis ont annoncé examiner leurs "options de réponse" humanitaire.

Sévèrement sous-équipé, le système de santé afghan est aussi sous forte pression. "Notre pays est pauvre et manque de ressources. C'est une crise humanitaire. C'est comme un tsunami", a déclaré à l'AFP Mohammad Yahya Wiar, le directeur de l'hôpital de Sharan, capitale de Paktika.

L'Afghanistan est fréquemment frappé par des séismes, en particulier dans la chaîne montagneuse de l'Hindu Kush, qui se trouve à la jonction des plaques tectoniques eurasienne et indienne. Ces catastrophes peuvent être particulièrement destructrices en raison de la faible résistance des maisons rurales afghanes.

Le séisme le plus meurtrier de l'histoire récente de l'Afghanistan (5.000 morts) avait eu lieu en mai 1998 dans les provinces de Takhar et Badakhshan (nord-est).


Naufrage en mer de Chine méridionale après un typhon: 12 corps repêchés

Le drame avait fait 27 disparus, selon un premier décompte établi ce week-end. (Photo, AFP)
Le drame avait fait 27 disparus, selon un premier décompte établi ce week-end. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le bateau d'ingénierie se trouvait à 160 mille marins au sud-ouest de Hong Kong (sud de la Chine) lorsqu'il a été pris samedi dans la tempête Chaba
  • Des images fournies par les autorités de Hong Kong ce week-end montraient une personne en train d'être hélitreuillée tandis que des vagues s'écrasaient sur le pont du navire à moitié submergé

PÉKIN: Douze corps ont été retrouvés après le naufrage ce week-end d'un navire, coupé en deux en mer de Chine méridionale par un typhon, ont annoncé lundi les autorités chinoises. 

Le bateau d'ingénierie se trouvait à 160 mille marins au sud-ouest de Hong Kong (sud de la Chine) lorsqu'il a été pris samedi dans la tempête Chaba. 

Le drame avait fait 27 disparus, selon un premier décompte établi ce week-end. 

« Selon le dernier bilan établi le 4 juillet à 15H30 (07H30 GMT), les équipes de sauvetage ont trouvé et repêché 12 corps de victimes présumées », a indiqué le Centre de recherche et de sauvetage maritime du Guangdong, la province chinoise qui entoure Hong Kong. 

« Les services compétents intensifient actuellement leur travail d'identification » des dépouilles, a précisé le Centre. 

Trois des 30 membres d'équipage avaient pu être secourus dès samedi et avaient été conduits à l'hôpital. 

Des images fournies par les autorités de Hong Kong ce week-end montraient une personne en train d'être hélitreuillée tandis que des vagues s'écrasaient sur le pont du navire à moitié submergé. 

Le typhon Chaba s'est formé au centre de la mer de Chine méridionale et a touché terre samedi après-midi dans le Guangdong. 

L'endroit où se trouvait le navire a enregistré des vents de 144 kilomètres par heure et des vagues atteignant dix mètres de haut, avaient indiqué les autorités. 

Un total de sept avions, 246 navires et près de 500 bateaux de pêche restent mobilisés pour retrouver les autres disparus, a indiqué lundi le Centre de recherche et de sauvetage maritime du Guangdong. 


Qu'est ce qu'un «plan Marshall»?

Des tracteurs américains venus des États-Unis, faisant partie du plan Marshall, destinés à l'agriculture française, en juin 1949 lors d'une foire agricole à Saint-Lô. (Photo, Archives, AFP)
Des tracteurs américains venus des États-Unis, faisant partie du plan Marshall, destinés à l'agriculture française, en juin 1949 lors d'une foire agricole à Saint-Lô. (Photo, Archives, AFP)
Short Url
  • L'expression «plan Marshall» est passée dans le langage courant pour désigner un programme d'aide extérieure massif, destiné à relever une région, un pays ou un secteur dévasté par un conflit, une catastrophe ou une crise
  • Ce plan de lutte contre «la famine, la pauvreté, le désespoir et le chaos» dans l'Europe ravagée par près de six ans de conflit, est adopté aux Etats-Unis sous la forme d'une loi en avril 1948

LUGANO: Le « plan Marshall », souvent invoqué lors de la conférence de Lugano sur la reconstruction de l'Ukraine, fait référence à un programme de reconstruction de l'Europe par les Etats-Unis après la Seconde Guerre mondiale. 

L'expression « plan Marshall », employée par le chancelier allemand Olaf Scholz ou le président du Conseil européen Charles Michel au sujet de l'Ukraine, est passée dans le langage courant pour désigner un programme d'aide extérieure massif, destiné à relever une région, un pays ou un secteur dévasté par un conflit, une catastrophe ou une crise. 

Depuis les années 1970, le terme « plan Marshall » a été employé à de multiples reprises, pour désigner des programmes d'aide aux pays pauvres, notamment africains, ou pour des plans de relance économiques, comme l'injection massive d'aides aux Etats-Unis après le coup d'arrêt causé par la pandémie de Covid-19 en 2020. 

L'idée de « plan Marshall » est évoquée pour la première fois le 5 juin 1947 dans un discours prononcé à l'université de Harvard par le général George C. Marshall, alors secrétaire d'Etat américain. 

Ce plan de lutte contre « la famine, la pauvreté, le désespoir et le chaos » dans l'Europe ravagée par près de six ans de conflit, est adopté aux Etats-Unis sous la forme d'une loi en avril 1948. 

Intitulé « programme de reconstruction européenne » (European Recovery Programm, ERP), il offre à tous les pays d'Europe, y compris l'URSS et les autres pays communistes, l'assistance américaine à la reconstruction matérielle et au redressement financier pour une durée de quatre ans. 

Alors que l'antagonisme soviéto-americain, qui aboutira rapidement à la guerre froide, se développe, Moscou, suivi par les pays communistes d'Europe de l'Est, rejette l'offre. 

Destiné à relancer l'économie « afin de permettre des conditions politiques et sociales nécessaires à l'existence d'institutions libres », le plan Marshall n'est accepté que par des pays d'Europe de l'Ouest (Autriche, Belgique, Danemark, Irlande, France, Grande-Bretagne, Grèce, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Suède, Suisse) et par la Turquie. 

Son démarrage au printemps 1948 coïncide avec le blocus de Berlin, épreuve de force Est-Ouest qui dure un an, et les bénéficiaires du plan sont bientôt rejoints par la nouvelle République fédérale d'Allemagne, après sa naissance en 1949. 

Un total de 13,35 milliards de dollars de l'époque (soit l'équivalent actuel d'environ 160 milliards de dollars), est injecté dans l'économie des pays aidés, à des conditions particulièrement avantageuses: 85% à titre gratuit et 15% en prêts à long terme. 

Deux organismes administrent le plan : l'Economic Cooperation Administration (ECA) et l'Organisation européenne de coopération économique (OECE). Les Américains avaient, en effet, fixé pour condition une coopération économique et un programme d'auto-assistance entre les pays bénéficiaires. 

Les résultats du plan Marshall ont été particulièrement rapides et n'ont pas profité qu'à l'Europe. Les économistes estiment que l'industrie américaine a largement bénéficié de l'expansion accélérée des marchés du Vieux continent où le dollar a rapidement supplanté la livre sterling comme principale monnaie commerciale. 


L'Ouzbékistan reconnaît 18 morts lors de troubles antigouvernementaux

Le président de l'Ouzbékistan, Chavkat Mirzioïev, avait reconnu dimanche des «victimes», parmi les civils et la police, à la suite de manifestations vendredi et samedi pour dénoncer un projet de réforme constitutionnelle. (AFP).
Le président de l'Ouzbékistan, Chavkat Mirzioïev, avait reconnu dimanche des «victimes», parmi les civils et la police, à la suite de manifestations vendredi et samedi pour dénoncer un projet de réforme constitutionnelle. (AFP).
Short Url
  • Ce nouvel épisode de violences s'ajoute à la longue liste de heurts, d'émeutes, de répressions et d'affrontements qui secouent régulièrement les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale sur lesquelles la Russie exerce une grande influence
  • Le président de l'Ouzbékistan, Chavkat Mirzioïev, avait reconnu dimanche des «victimes», parmi les civils et la police, à la suite de manifestations vendredi et samedi pour dénoncer un projet de réforme constitutionnelle

TACHKENT : Le parquet ouzbek a fait état lundi de 18 morts lors des troubles ayant opposé en fin de semaine dernière manifestants antigouvernementaux et forces de sécurité dans le nord-ouest de l'Ouzbékistan, pays où aucune opposition n'est tolérée.

Ce nouvel épisode de violences s'ajoute à la longue liste de heurts, d'émeutes, de répressions et d'affrontements qui secouent régulièrement les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale sur lesquelles la Russie exerce une grande influence.

"Dix-huit personnes sont mortes de leurs blessures lors des troubles de masse à Noukous", a indiqué, selon l’agence Ria Novosti, Abror Mamatov, représentant du parquet, lors d’un briefing consacré à ces événements. La garde nationale ouzbèke a de son côté fait état de 243 blessés.

Le président de l'Ouzbékistan, Chavkat Mirzioïev, avait reconnu dimanche des "victimes", parmi les civils et la police, à la suite de manifestations vendredi et samedi pour dénoncer un projet de réforme constitutionnelle réduisant l'autonomie du Karakalpakistan, région pauvre du nord-ouest ouzbek dont Noukous est la capitale.

Le représentant du parquet a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "attaque contre l'ordre constitutionnel du pays".

Le déroulé des événements reste très flou, les autorités ayant coupé l'essentiel des moyens de communication durant les affrontements. Quelques vidéos ont filtré sur internet, montrant des personnes blessées et inconscientes.

Samedi, un état d’urgence d'un mois a été décrété dans la région. Parallèlement, le président ouzbek a promis de retirer les amendements constitutionnels décriés.

M. Mirzioïev a aussi accusé les organisateurs des manifestations de "se cacher derrière des slogans" politiques pour chercher à "prendre le contrôle des bâtiments officiels du gouvernement local" et pour s'emparer d'armes.

Depuis son indépendance à la chute de l'URSS, l’Ouzbékistan n'a jamais laissé émerger d'opposition.

Crise interne

Arrivé au pouvoir en 2016 à la mort de son prédécesseur Islam Karimov, Chavkat Mirzioïev, jusqu'alors Premier ministre, a mené d'importantes réformes économiques et sociales, promettant aussi de timides mesures de libéralisation politique.

Réélu l'année dernière, il a plus récemment donné un tour de vis. Le chef de l'Etat veut ainsi réformer la Constitution pour qu'elle lui permette de rester au pouvoir plus longtemps.

Les troubles de Noukous sont la crise interne la plus grave à laquelle le président Mirzioïev a été confronté jusqu'ici.

En 2005, Islam Karimov avait fait réprimer dans le sang des manifestations à Andijan (est). Des centaines de personnes y sont mortes.

Le Kremlin, allié traditionnel de Tachkent, a jugé que les évènements de Noukous  étaient "une affaire interne".

L'Union européenne, qui a encouragé des efforts de réformes ces dernières années, a appelé à une "enquête transparent et indépendante" et regretté "les pertes de vies humaines".

Elle a relevé que le président avait renoncé aux amendements controversés, tout en l'appelant à "garantir les droits humains".

Région de troubles

L'Ouzbékistan, frontalier de l'Afghanistan, est de loin le plus peuplé des pays de l'Asie centrale ex-soviétique avec quelque 35 millions d'habitants.

En janvier, c'est un autre Etat autoritaire de la région, le Kazakhstan, qui a écrasé un vaste mouvement de contestation, faisant plus de 230 morts. Ces événements avaient constitué un choc, ce pays ayant été jusqu'alors considéré comme le plus stable et le plus prospère de la région.

Les pays voisins ont aussi connu des périodes mouvementées dans le passé récent, le Tadjikistan et le Kirghizstan s'affrontant par exemple régulièrement à leur frontière commune, du fait notamment de conflits sur l'accès aux terres et à l'eau.

Les autorités tadjikes viennent aussi de mener une opération présentée comme "antiterroriste" pour neutraliser d'influentes figures locales dans la région autonome de Gorno-Badakhchan (BGAO), une vaste zone montagneuse du massif du Pamir.

Le Kirghizstan a lui connu depuis 2005 trois révolutions (2005, 2010, 2020), ainsi que de graves violences ethniques visant la minorité ouzbèke en 2010 dans le sud du pays.

La Russie soutient les pouvoirs en place dans ces pays qu'elle considère comme appartenant à son pré carré.

L'Asie centrale, au carrefour entre l'Asie du Sud, la Chine, l'Europe et la Russie, dispose de vastes ressources naturelles (hydrocarbures, minerais) qui suscitent les convoitises russes, chinoises et occidentales.