Les enfants détenus au camp d'Al-Hol en Syrie croupissent dans les incertitudes politiques

Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Des combattants de Daech défilent dans un cortège à Syrte, en Libye, en 2015. (Photo, AFP)
Des combattants de Daech défilent dans un cortège à Syrte, en Libye, en 2015. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Les enfants vivent et meurent dans des conditions épouvantables dans les camps syriens, ce qui les rend très vulnérables à la radicalisation face à la recrudescence potentielle du militantisme de Daesh. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 05 juin 2022

Les enfants détenus au camp d'Al-Hol en Syrie croupissent dans les incertitudes politiques

  • Les familles des combattants de Daesh détenus dans le camp d'Al-Hol sont témoins de violences pouvant causer des dommages psychologiques durables
  • Des conditions très inférieures aux normes internationales en termes d'accès à la nourriture, à l'eau, aux soins de santé et à l'éducation

IRBIL, Irak: Les femmes et les enfants détenus à Al-Hol, un camp tentaculaire de quelques 57 000 personnes dans le nord-est de la Syrie, endurent des conditions sordides et des violences quasi quotidiennes, infligées par ses nombreux détenus intransigeants qui s'accrochent encore à l'idéologie extrémiste de Daesh.

La violence est endémique à l'intérieur du camp, où l'on compte au moins 130 meurtres depuis mars 2019, selon Save the Children. Rien qu'en 2021, deux personnes par semaine en moyenne ont été tuées, souvent en toute impunité et à la vue des enfants.

L'écrasante majorité de ces attaques ont eu lieu dans le camp principal d'Al-Hol, qui abrite des citoyens syriens et irakiens. L'annexe d'Al-Hol, qui a également connu sa part d'insécurité, abrite des femmes et des enfants originaires d'au moins 60 autres pays.

«Nous fournissons des services, mais au final, il s'agit toujours d'un camp et il est donc inadéquat en tant que projet de logement», a déclaré à Arab News le Dr Alan Dahir, un responsable du Croissant-Rouge kurde, qui gère le camp.

«La plupart des enfants sont orphelins. Bien que je ne pense pas qu'ils aient été oubliés, notamment les femmes étrangères, leurs pays respectifs ne se sont pas encore manifestés pour les réclamer», a-t-il indiqué.

Imene Trabelsi, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge, qui fournit une aide de base à Al-Hol, a déclaré que les conditions de vie sont très inférieures aux normes internationales en termes d'accès à la nourriture, à l'eau, aux soins de santé et à l'éducation.

«Il y a des enfants qui ont tragiquement passé toute leur courte vie dans des camps comme Al-Hol, y étant nés et y mourant sans jamais quitter le périmètre», a déclaré Trabelsi à Arab News.

Elle a ajouté: «Des dizaines de milliers d'autres enfants passent leurs premières années, si importantes pour leur développement, dans de telles conditions, au vu et au su de la communauté internationale et de leurs propres gouvernement d'origine.»

En février dernier, un incendie a ravagé une partie du camp, faisant au moins huit morts et de nombreux gravement blessés, dont plus d'une douzaine d'enfants. En raison du climat souvent extrême et du manque d'installations, les infections des voies respiratoires et la malnutrition sont très répandues.

«Les enfants sont sans cesse exposés à des dangers et leurs droits sont souvent ignorés. Le monde ne peut continuer à détourner le regard alors que des enfants rendent leur premier et dernier souffle dans des camps ou grandissent apatrides et dans l’incertitude», a révélé Trabelsi.

EN BREF

*En février 2021, un incendie a ravagé une partie du camp d'Al-Hol, faisant au moins huit morts et de nombreux gravement blessés.

*Les gouvernements occidentaux ont été réticents à reprendre leurs citoyens, craignant les retombées politiques.

«C'est l'une des urgences les plus importantes et les plus complexes de notre époque en matière de protection de l'enfance et il est grand temps de trouver la volonté politique pour agir avant que d'autres vies ne soient perdues.»

Al-Hol a hébergé des personnes déplacées par les conflits qui ont secoué la région au fil des ans. Mais sa population a soudainement grimpé en flèche en mars 2019 après la défaite de Daesh à Baghouz, le dernier bastion territorial du groupe, dans la province orientale de Deir ez-Zor.

Des milliers de femmes et d'enfants, dont de nombreuses familles de combattants capturés ou tués, ont été transportés par camion de Baghouz à Al-Hol, dans la province voisine de Hasakah, où la plupart sont restés depuis, sous la garde des Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis.

«Je n'avais pas mangé depuis ce qui semblait être des semaines à l'époque. On nous a littéralement laissé manger de l'herbe», a confié Ayman, un jeune yézidis qui a été forcé de combattre dans les rangs de Daech à Baghouz après avoir été enlevé alors qu'il était enfant.

Il a ajouté: «Nous n'avions rien. Je ne sais pas comment j'ai survécu. Je me suis retrouvé à Al-Hol et j'ai ensuite été secouru grâce aux efforts locaux de ceux qui recherchent les survivants yazidis.»

Lorsque les combattants de Daesh ont pris d'assaut les terres ancestrales des Yazidis à Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak, en été 2014, des milliers de femmes et d'enfants ont été enlevés et convertis de force à l'interprétation déformée de l'islam par le groupe.

Au moment où le groupe a été territorialement vaincu au début de 2019, beaucoup de ces anciens captifs étaient trop effrayés pour s'identifier comme Yazidi ou trop endoctrinés pour se séparer de leurs anciens ravisseurs à l'intérieur d'Al-Hol.

«Je m'estime chanceux», a déclaré Ayman à Arab News. «Certains de mes amis et des femmes que je connais ont refusé d'être secourus. Ils avaient subi un tel lavage de cerveau et un tel traumatisme qu'ils ont choisi de rester dans le camp, sous le radar. Je ne sais pas ce qu'ils sont devenus maintenant.»

Les organisations humanitaires appellent depuis longtemps les gouvernements à soutenir le retour sûr, volontaire et digne des familles syriennes et irakiennes d'Al-Hol dans leurs communautés, et à rapatrier les enfants des combattants étrangers et leurs mères dans leur pays d'origine.

«Je m'occupe de cette question depuis 2018, et j'ai réussi à ramener une quarantaine de personnes dans leur pays d'origine. La plupart étaient des enfants», a déclaré Peter Galbraith, un ancien diplomate américain, à Arab News.

Les gouvernements occidentaux ont été réticents à reprendre leurs citoyens, craignant les retombées politiques, les dépenses et même les risques pour la sécurité, si les autorités ne parviennent pas à poursuivre les radicaux islamistes présumés.

«Une partie du problème est que les Nations unies et d'autres ONG affirment que les pays devraient reprendre leurs citoyens, mais en réalité, personne ne le fait vraiment», a signalé Galbraith. «Cela ne sert à rien de continuer à crier à propos d’un sujet et de ne pas y parvenir.»

«Certains pays comme le Royaume-Uni, le Canada et la France, trouvent que garder leurs citoyens dans le nord-est de la Syrie est moins compliqué et moins cher. Les ramener chez eux et leur faire subir un procès, une condamnation, puis les envoyer en prison coûterait des milliers de dollars, au lieu de les garder dans le camp pour quelques centaines de dollars», a-t-il expliqué.

En conséquence, des milliers d'enfants qui se sont retrouvés dans le camp sans que ce soit de leur faute ont été effectivement abandonnés par les gouvernements occidentaux et laissés vulnérables à la violence, à la maladie et à la radicalisation.

«Les enfants finissent par payer pour les fautes de leurs parents», a précisé Galbraith. «Chaque homme et chaque femme qui a décidé de rejoindre Daesh avait la capacité d'agir d'une manière ou d'une autre. Les enfants amenés ou nés ici n'avaient pas le choix. Ils sont maintenant condamnés à une vie en prison.»

Galbraith a soutenu: «Ils risquent également d'être mariés à des enfants et d'être élevés par les femmes extrémistes radicales qui dirigent les camps. Un orphelin américain que nous avons sauvé était élevé par une femme extrémiste somalienne lorsque nous l'avons trouvé.»

Il a ajouté que «ces enfants risquent de se retrouver entre les mains de contrebandiers impitoyables, de trafiquants d'êtres humains, prêts à tout pour gagner de l'argent. Certaines femmes yazidies, après toutes leurs épreuves avec Daesh, ont fini par être livrées à la prostitution par ces trafiquants».

«Ces enfants doivent être retirés du camp et placés dans des villages ou des familles d'accueil», a-t-il insisté.

Loin d'accélérer les programmes de rapatriement, les gouvernements occidentaux ont plutôt cherché à confier le problème aux prisons contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (FDS), au système judiciaire rudimentaire de l'Irak voisin, ou aux autorités et agences d'aide kurdes à court d'argent qui gèrent Al-Hol.

Les dangers posés par l'externalisation du problème ont été amplement démontrés en janvier de cette année, lorsque les restes de Daesh ont lancé une attaque massive et hautement sophistiquée contre une prison à Hasakah où des milliers de ses anciens combattants étaient détenus sous la garde des FDS.

Selon certains rapports, 374 combattants de Daesh ont été tués au cours de l'attaque, ainsi que 77 membres du personnel pénitentiaire, 40 membres des FDS et quatre civils. Environ 400 détenus sont toujours portés disparus, ce qui indique qu'un nombre important d'entre eux se sont échappés.

Cet incident n'est que le dernier en date d'une série d'attaques et de tentatives d'évasion dans des camps et des prisons de la région, qui laissent penser que Daesh pourrait faire une réapparition dans une zone où il était considéré comme une force épuisée.

Pendant ce temps, les enfants d'Al-Hol deviennent rapidement des adultes, radicalisés par leurs mères et leurs pairs, et rancuniers des mauvais traitements qu'ils ont subis. Si l'on ne s'occupe pas d'urgence de leur situation et si l'on ne répond pas correctement à leurs besoins psychologiques, les groupes d'aide mettent en garde contre des dommages extrêmes et durables.

«Les enfants ne peuvent pas continuer à vivre dans des conditions aussi pénibles», a signalé Sonia Khush, directrice de l'intervention Save the Children en Syrie, dans un récent communiqué.

Khush a averti que «le niveau de violence qu'ils subissent quotidiennement à Al-Hol est effroyable. L'insécurité dans le camp doit être traitée efficacement sans ajouter plus de stress et de peur à la vie de ces enfants. Ils ont besoin de toute urgence d'un soutien psychosocial plus important pour faire face à leurs expériences».

«Mais la seule solution durable à cette situation est d’aider les enfants et leurs familles pour qu'ils puissent quitter le camp de manière sûre et volontaire», a-t-elle soutenu.

Khush a admis: «Ce n'est pas un endroit où les enfants peuvent grandir.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie célèbre en grande pompe le 60e anniversaire de son indépendance

Pour commémorer le 60e anniversaire de son indépendance, l’Algérie va renouer avec les grandes parades militaires. Photo fournie.
Pour commémorer le 60e anniversaire de son indépendance, l’Algérie va renouer avec les grandes parades militaires. Photo fournie.
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet
  • Plusieurs hôtes étrangers, parmi lesquels les présidents palestinien Mahmoud Abbas, tunisien Kais Saied et nigérien Mohamed Bazoum, assistent à ce défilé militaire

ALGER: L'Algérie célèbre mardi en grande pompe, avec notamment une parade militaire d'ampleur inédite, le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Après avoir déposé une gerbe au Sanctuaire des Martyrs à Alger, le président Abdelmadjid Tebboune débout dans une voiture au toit ouvrant en compagnie du chef d'Etat major de l'armée, le général Saïd Chanegriha, a passé en revue des unités de plusieurs services de sécurité avant de donner le coup d'envoi du défilé militaire.

Soixante salves
En même temps, des canons ont tiré soixante salves pour marquer l'occasion.

Plusieurs hôtes étrangers, parmi lesquels les présidents palestinien Mahmoud Abbas, tunisien Kais Saied et nigérien Mohamed Bazoum, assistent à ce défilé militaire.

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.

Mais 60 ans après la fin de la colonisation, les plaies restent vives en Algérie alors que la

France exclut toute "repentance" ou "excuses", bien que le président français Emmanuel Macron s'efforce depuis son élection d'apaiser les mémoires avec une série de gestes symboliques.

En mars, M. Tebboune avait déclaré que le dossier mémoriel devrait être abordé d'une manière "équitable", ajoutant que les "crimes" de la colonisation française ne sauraient être frappés de prescription.

La relation bilatérale semblait avoir atteint son plus bas niveau en octobre lorsque M. Macron avait affirmé que l'Algérie s'était construite après son indépendance sur "une rente mémorielle", entretenue par "le système politico-militaire", suscitant l'ire d'Alger.

Mais les relations se sont progressivement réchauffées ces derniers mois et M. Macron et M. Tebboune ont exprimé leur volonté de les "approfondir" lors d'un entretien téléphonique le 18 juin.

«Amnistie»

Lundi soir, la présidence française a annoncé qu'Emmanuel Macron avait adressé une lettre à son homologue algérien à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance, dans laquelle il appelle au "renforcement des liens déjà forts" entre les deux pays.

"Il y réitère, en outre, son engagement à poursuivre sa démarche de reconnaissance de la vérité et de réconciliation des mémoires des peuples algérien et français", ajoute l'Elysée qui précise qu'une gerbe sera déposée mardi en son nom au Mémorial national de la guerre d'Algérie, à Paris, en hommage aux victimes du massacre d’Européens à Oran, le 5 juillet 1962.

Sur le plan intérieur, le pouvoir a mis à profit l'anniversaire pour tenter d'alléger les crispations, trois ans après avoir été ébranlé par les manifestations prodémocratie du Hirak.

M. Tebboune a en effet lancé en mai une initiative pour briser l'immobilisme politique en recevant à tour de rôle plusieurs dirigeants de partis politiques, y compris de l'opposition, et des responsables d'organisations syndicales et patronales.

Il a annoncé lundi à l'occasion de l’anniversaire de l'indépendance une amnistie aux termes de laquelle des milliers de prisonniers de droit commun ont bénéficié des remises de peines.

Une "loi spéciale" qui devrait permettre aux détenus du Hirak de bénéficier eux aussi d'une amnistie, est en cours de préparation, selon la présidence.


Tunisie: Saied défend son projet de constitution controversé

A cette date, M. Saied, après des mois de blocages politiques, avait suspendu le Parlement et limogé le gouvernement pour s'arroger les pleins pouvoirs. (AFP).
A cette date, M. Saied, après des mois de blocages politiques, avait suspendu le Parlement et limogé le gouvernement pour s'arroger les pleins pouvoirs. (AFP).
Short Url
  • Sadok Belaïd, chef de la commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution, avait remis son projet le 20 juin à M. Saied mais ce dernier a publié jeudi une version remaniée de fond en comble
  • A cette date, M. Saied, après des mois de blocages politiques, avait suspendu le Parlement et limogé le gouvernement pour s'arroger les pleins pouvoirs

TUNIS : Le président tunisien Kais Saied a défendu mardi son projet de constitution controversé face aux accusations de dérive autoritaire, après avoir été désavoué par le juriste à qui il en avait confié la rédaction.

Sadok Belaïd, chef de la commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution, avait remis son projet le 20 juin à M. Saied mais ce dernier a publié jeudi une version remaniée de fond en comble, instaurant un système présidentiel accordant de très larges pouvoirs au chef de l'Etat sans véritables garde-fous.

Dans une sortie tonitruante, M. Belaïd, juriste respecté, a affirmé dans une lettre publiée dimanche par la presse que la version de M. Saied n'avait rien à voir avec celle qu'il lui avait remise, avertissant que le projet qui sera soumis à référendum le 25 juillet pourrait "ouvrir la voie à un régime dictatorial".

Dans un message publié mardi par la présidence de la République, M. Saied s'en est défendu, affirmant que le projet de constitution publié reflétait "ce que le peuple tunisien a exprimé depuis la révolution (de 2011) jusqu'au 25 juillet 2021 lorsque elle a été remise sur le droit chemin".

A cette date, M. Saied, après des mois de blocages politiques, avait suspendu le Parlement et limogé le gouvernement pour s'arroger les pleins pouvoirs, faisant vaciller la jeune démocratie dans le pays d'où les révoltes du Printemps arabe étaient parties en 2011.

"La Constitution qui vous est proposée reflète l'esprit de la révolution et ne porte aucunement atteinte aux droits et aux libertés", a-t-il ajouté dans son message.

Il a rejeté les accusations selon lesquelles la constitution proposée ouvrait la voie à "un retour de la tyrannie", affirmant que "rien ne peut être plus loin de la réalité".

Il a enfin appelé les Tunisiens à approuver le texte lors du référendum du 25 juillet, qui coïncidera avec le 1er anniversaire de son coup de force.

"Dites 'oui' pour éviter la déchéance de l'Etat, pour que les objectifs de la révolution se réalisent et qu'on en finisse avec la misère, le terrorisme, la faim, l'injustice et la souffrance", a-t-il écrit.


Les drones du Hezbollah, risques superflus pour le Liban selon Najib Mikati et le ministre des AE

Sur cette photo prise le 3 juillet 2022, on voit la frontière entre Israël et le Liban à proximité du kibboutz de Shtula, en Israël. (AFP)
Sur cette photo prise le 3 juillet 2022, on voit la frontière entre Israël et le Liban à proximité du kibboutz de Shtula, en Israël. (AFP)
Short Url
  • «Le Liban s'oppose à toute action entreprise hors de la responsabilité de l'État et du cadre diplomatique des négociations»
  • Le Liban a été incapable de confirmer que la ligne 29 – qui comprend le champ gazier de Karish – constitue la frontière maritime du pays

BEYROUTH: Le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères du Liban ont reproché le lancement par le Hezbollah la semaine dernière de trois drones en direction d'un champ gazier israélien. Ils ont qualifié d'«inacceptable» toute ingérence dans les pourparlers menés sous l'égide des États-Unis en vue de démarquer la frontière maritime du Liban avec Israël.

Ces déclarations ont été faites après le lancement par le Hezbollah samedi dernier de drones non armés pour des missions de reconnaissance au-dessus du champ gazier contesté de Karish.

Le Liban a officiellement exprimé son «rejet de cette action entreprise hors de la responsabilité de l'État et du cadre diplomatique des négociations, à un moment où les négociations indirectes pour la démarcation des frontières maritimes sont engagées et où les efforts du médiateur américain Amos Hochstein parviennent à un stade avancé».