Macron au chevet des soins d'urgence dans un centre hospitalier à Cherbourg

Le président français Emmanuel Macron s'entretient avec les médias à l'issue d'une réunion spéciale du Conseil européen au bâtiment du Conseil européen à Bruxelles, le 31 mai 2022. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron s'entretient avec les médias à l'issue d'une réunion spéciale du Conseil européen au bâtiment du Conseil européen à Bruxelles, le 31 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 31 mai 2022

Macron au chevet des soins d'urgence dans un centre hospitalier à Cherbourg

Le président français Emmanuel Macron s'entretient avec les médias à l'issue d'une réunion spéciale du Conseil européen au bâtiment du Conseil européen à Bruxelles, le 31 mai 2022. (Photo, AFP)
  • Emmanuel Macron s'entretiendra avec «tous les acteurs de la santé» (urgentistes, infirmiers, médecins généralistes, administration)
  • Sur tout le territoire, l'accès aux soins de ville devient en outre de plus en plus difficile en raison d'un manque de médecins et d'une saturation des maisons de santé

PARIS: Emmanuel Macron consacre mardi à Cherbourg le premier déplacement de terrain de son second quinquennat à l'accès aux soins d'urgence, l'une de ses priorités, face à une « crise systémique » du secteur de la santé, avec des hôpitaux engorgés et des déserts médicaux croissants. 

Dès la fin d'un sommet européen à Bruxelles dédié au soutien à l'Ukraine, le chef de l'Etat prendra le chemin du Centre hospitalier de Cherbourg où il est attendu à 16H15 avec la nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon. 

Il s'entretiendra avec « tous les acteurs de la santé » (urgentistes, infirmiers, médecins généralistes, administration) « de l'accès aux soins urgents et non programmés », tant « aux urgences hospitalières qu'en médecine de ville », a précisé l'Elysée. 

Tous les voyants sont au rouge dans les services d'urgence, déjà fortement éprouvés depuis deux ans par la pandémie de Covid-19, en raison de la pénurie de soignants. 

Fermetures de nuit, « délestages » sur d'autres hôpitaux, accès filtrés par les Samu: au moins 120 services d'urgence ont été forcés de limiter leur activité ou s'y préparent, a alerté le 20 mai l'association Samu-Urgences de France (SUdF). 

Au total, quasiment 20% des quelque 620 établissements, publics et privés, hébergeant un ou plusieurs services d'urgences sont touchés. 

Signe supplémentaire d'une crise inédite, 14 des 32 plus gros hôpitaux français (CHU et CHR) figurent sur cette liste. A Cherbourg, à moins d'une urgence vitale, seul un appel préalable au 15 peut ainsi permettre une admission à certaines heures. 

« 200 000 postes »  

Sur tout le territoire, l'accès aux soins de ville devient en outre de plus en plus difficile en raison d'un manque de médecins et d'une saturation des maisons de santé. 

Malgré le doublement du « nombre de maisons de santé pluriprofessionnelles » depuis 2017 et des « investissements sans précédent » après notamment le Ségur de la Santé, « des difficultés profondes rendent aujourd'hui ces métiers difficiles et pas assez attractifs », souligne l'Elysée. 

L'exécutif entend donc mettre l'accent sur un « plan de recrutement et de fidélisation dans tous les secteurs » de la santé. 

« Nous faisons face à une crise systémique », avertit de son côté Jacques Battistoni, président de MG France, le principal syndicat de médecins généralistes. 

« L’hôpital tient artificiellement au détriment de la santé des hospitaliers, qui partent », renchérit Nicolas Kazolias, aide-soignant à l'hôpital Tenon et membre du collectif Inter-Urgences. 

Selon Didier Birig, secrétaire fédéral de FO-Santé, les besoins sont estimés à « 200 000 postes, entre les Ehpad et les services hospitaliers ». 

En renouant avec ces déplacements de terrain, Emmanuel Macron rompt avec une longue parenthèse depuis sa réinvestiture le 7 mai, durant laquelle il a beaucoup consulté mais peu pris la parole sur les sujets nationaux. 

« Pas d'état de grâce » 

Le chef de l'Etat entend démentir ceux qui, jusque dans sa majorité, s'inquiètent d'un manque de souffle de ce début de quinquennat, à 12 jours du premier tour des législatives. 

Le gouvernement d'Elisabeth Borne, à peine nommé, multiplie aussi les écueils, entre les accusations de viol portées contre le nouveau ministre des Soldarités, Damien Abad, transfuge LR, et les incidents survenus samedi en marge de la finale de la Ligue des Champions qui ont entaché l'image de la France. 

« Il n'y a pas d'état de grâce, on le savait dès le départ », a concédé mardi le député LREM Xavier Iacovelli, estimant plus difficile d'incarner la rupture avec un deuxième quinquennat. 

Emmanuel Macron, qui a aussi fait de l'école l'une de ses priorités, fera également le point jeudi à Marseille avec le nouveau ministre de l'Éducation nationale Pap Ndiaye sur l'expérimentation »école du futur » lancée dans 59 établissements de la ville. 

Cette expérimentation, initiée en septembre 2021 par le président dans le cadre d'un plan « Marseille en grand », vise à donner davantage d'autonomie aux équipes pédagogiques pour un système scolaire « plus juste et plus inclusif ». 

Ce projet suscite beaucoup d’interrogations, voire une opposition ferme sur le terrain syndical, notamment l'idée que les directeurs d'école puissent « choisir l'équipe pédagogique ». 

Le chef de l'Etat marquera aussi à cette occasion son soutien à Pap Ndiaye, historien réputé des minorités et cible d'un tir de barrage de l'extrême droite, qui le qualifie de « militant racialiste et antiflics », depuis sa nomination surprise au gouvernement. 


Electricité: des remises pour récompenser la sobriété des clients cet hiver

Cette photo d'archive prise le 28 mai 2021 montre le nouveau logo de TotalEnergies lors de sa cérémonie de dévoilement, dans une station de recharge à La Défense, en banlieue de Paris. (AFP).
Cette photo d'archive prise le 28 mai 2021 montre le nouveau logo de TotalEnergies lors de sa cérémonie de dévoilement, dans une station de recharge à La Défense, en banlieue de Paris. (AFP).
Short Url
  • Le géant des hydrocarbures TotalEnergies a ainsi annoncé mercredi une remise sur facture allant de 30 à 120 euros pour ses clients qui réduiront leur consommation d'électricité cet hiver, dans le cadre des appels à la sobriété énergétique
  • «Cette récompense, appelée Bonus Conso, est une prime allant de 30 euros à 120 euros selon la baisse de consommation qui sera réalisée par le client», a indiqué l'entreprise

PARIS : Deux des principaux fournisseurs français d'électricité, TotalEnergies et Engie, entendent récompenser la sobriété de leurs clients cet hiver, une démarche qui se rapproche de certains contrats proposés par EDF depuis plusieurs années.

Ces initiatives sont amplifiées par les craintes de tensions sur le réseau, compte tenu des problèmes d'approvisionnement en gaz et des difficultés rencontrées par le parc nucléaire français.

Le géant des hydrocarbures TotalEnergies a ainsi annoncé mercredi une remise sur facture allant de 30 à 120 euros pour ses clients qui réduiront leur consommation d'électricité cet hiver, dans le cadre des appels à la sobriété énergétique.

"Cette récompense, appelée Bonus Conso, est une prime allant de 30 euros à 120 euros selon la baisse de consommation qui sera réalisée par le client", a indiqué l'entreprise dans un communiqué.

Pour en bénéficier, les clients devront être détenteurs d'un contrat électricité avec TotalEnergies depuis novembre 2021, être équipés d'un compteur Linky et ne pas avoir changé de logement depuis l'hiver dernier. Selon l'entreprise, cela concernerait "plus de trois millions de foyers".

Concrètement, TotalEnergies comparera les données de consommation du foyer entre novembre 2022 et mars 2023 avec celles de la même période de l'année précédente, sans prendre en compte "l'effet météo", c'est-à-dire les variations de températures d'une année par rapport à l'autre.

"Le montant du bonus sera proportionnel à la baisse de consommation réalisée par le client" à la fin de l'hiver, de 30 euros pour 5% de réduction de la consommation jusqu'à 120 euros pour 20% de réduction.

Ce montant sera ensuite déduit à partir d'avril sur les factures des clients concernés.

"Cette prime vient s'ajouter aux économies réalisées par le client grâce à sa baisse de la consommation", a tenu à souligner TotalEnergies dans son communiqué.

Défi

Une démarche voisine de celle annoncée chez Engie, avec la première campagne "Mon Bonus Engie" lancée mi-octobre auprès des clients particuliers qui auront donné leur accord "pour accéder à leurs données de consommation d'électricité quotidienne et se seront déclarés intéressés pour participer à des défis journaliers les jours de tension sur le réseau électrique".

"Le défi journalier consiste à réduire de x% sa consommation d'électricité par rapport à sa consommation prévisionnelle, basée sur la consommation du client le même jour des trois dernières semaines précédentes (J-7, J-14 et J-21)", a indiqué l'opérateur.

"Entre un et trois jours avant le jour dit, on lance un défi +Mon Bonus Engie+", qui fixe un objectif de réduction de consommation compris entre 10 et 20% selon la météo et les besoins du réseau, a expliqué à l'AFP Marion Deridder-Blondel, directrice marketing particuliers chez Engie France.

La remise pourrait atteindre entre 5 et 10 euros par défi, selon elle.

Chez EDF, l'approche est un peu différente, avec l'existence depuis de nombreuses années de contrats permettant de faire des économies sur son électricité en déportant ses consommations sur certains jours (bleus ou blancs) plutôt que d'autres (rouges).

Tempo, qui a remplacé une offre effacement jour de pointe, est une option du tarif réglementé de vente, définie par les pouvoirs publics et la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et commercialisée par EDF, en plus de l'option heures pleines/heures creuses.


Création de 200 brigades de gendarmerie: Darmanin lance la consultation jeudi

Le ministre de l'Intérieur a expliqué que "chaque préfet, avec le patron de groupement de gendarmerie de son département réunira les élus locaux pour leur présenter l'état des forces et faiblesses de la sécurité sur le territoire concerné". (AFP).
Le ministre de l'Intérieur a expliqué que "chaque préfet, avec le patron de groupement de gendarmerie de son département réunira les élus locaux pour leur présenter l'état des forces et faiblesses de la sécurité sur le territoire concerné". (AFP).
Short Url
  • Gérald Darmanin précise qu'il s'agit de récréer 2 à 3 brigades de gendarmerie «par département en se concentrant sur les secteurs qui ont gagné de la population et sur ceux où les services publics ont déserté»
  • La phase de concertation s'étalera «jusque début janvier» puis l'Etat analysera les propositions en vue d'annoncer les implantations «d'ici mars-avril 2023» afin que les «premières brigades soient prêtes dès l'été prochain»

PARIS : Gérald Darmanin se rend jeudi dans le Cher pour lancer "la consultation pour l'ensemble du pays, département par département", qui doit décider de l'implantation des 200 brigades de gendarmerie supplémentaires prévue dans la loi d'orientation de la sécurité.

Dans un entretien au groupe de presse Centre France, le ministre de l'Intérieur a expliqué que "chaque préfet, avec le patron de groupement de gendarmerie de son département réunira les élus locaux pour leur présenter l'état des forces et faiblesses de la sécurité sur le territoire concerné".

"L'idée", poursuit-il, "est que les élus et notamment les maires, qui connaissent le terrain mieux que les fonctionnaires de la République, puissent réagir en exprimant leur accord ou leur désaccord sur le constat".

Gérald Darmanin précise qu'il s'agit de récréer 2 à 3 brigades de gendarmerie "par département en se concentrant sur les secteurs qui ont gagné de la population et sur ceux où les services publics ont déserté".

La phase de concertation s'étalera "jusque début janvier" puis l'Etat analysera les propositions en vue d'annoncer les implantations "d'ici mars-avril 2023" afin que les "premières brigades soient prêtes dès l'été prochain".

Quant aux locaux, le ministre explique que la création de ces brigades se fera "à moindre coût" en réinvestissant des bâtiments publics non utilisés. Il ajoute que "les élus qui le souhaitent pourront disposer de brigades itinérantes".

La création de ces 200 brigades est prévue dans le projet d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur (LOPMI) qui doit être débattue en première lecture début octobre au Sénat.


Des manifestations dans toute la France pour les salaires et les retraites

Le secrétaire général du deuxième syndicat français, la CGT, Philippe Martinez a dit mardi s'attendre à une mobilisation «largement supérieure à celles de janvier et mars» (Photo, AFP).
Le secrétaire général du deuxième syndicat français, la CGT, Philippe Martinez a dit mardi s'attendre à une mobilisation «largement supérieure à celles de janvier et mars» (Photo, AFP).
Short Url
  • Au moins 200 lieux de rassemblement sont prévus partout en France pour cette première journée de mobilisation interprofessionnelle depuis la rentrée
  • Parmi les participants, des représentants syndicaux mais aussi des élus, les partis de gauche membres de la Nupes et le NPA ayant apporté leur soutien à cette journée de mobilisation, de même qu'un aréopage d'associations

Des manifestations sont prévues partout en France jeudi, à l'appel des syndicats CGT, FSU et Solidaires et d'organisations de jeunesse, pour réclamer des hausses de salaires et donner un coup de semonce sur les retraites, au moment où l'exécutif précise sa méthode pour réformer.

Au moins 200 lieux de rassemblement sont prévus partout en France pour cette première journée de mobilisation interprofessionnelle depuis la rentrée, selon Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT.

A Paris, le cortège partira à 14H00 de la place Denfert-Rochereau, en direction de Bastille. Une source policière attend 3 à 6 000 personnes dans la capitale. Elles étaient en comparaison 3 200 le 17 mars et 8 800 le 27 janvier, selon l'Intérieur.

Parmi les participants, des représentants syndicaux mais aussi des élus, les partis de gauche membres de la Nupes et le NPA ayant apporté leur soutien à cette journée de mobilisation, de même qu'un aréopage d'associations.

Le secrétaire général du deuxième syndicat français, la CGT, Philippe Martinez a dit mardi s'attendre à une mobilisation "largement supérieure à celles de janvier et mars", constatant qu'il y avait "des appels à la grève dans de nombreuses professions".

Trois syndicats sur quatre, y compris la CFDT-Cheminots, ont appelé à la grève à la SNCF. Des perturbations sont attendues sur les lignes TER, Transilien en Ile-de-France, Intercités et Ouigo mais les TGV Inoui rouleront quasiment normalement.

Du côté de la RATP, où seule la CGT appelle à la grève, la mobilisation sera modérée avec des perturbations dans les bus, les trams et le RER B, mais pas dans le métro ni le RER A.

Au mot d'ordre initial réclamant une hausse des salaires, des pensions, des bourses et des minima sociaux face à une inflation inédite (+5,9% en août), s'est ajouté le dossier des retraites.

La Première ministre, Elisabeth Borne, a annoncé jeudi à l'AFP que le gouvernement allait ouvrir un nouveau cycle de concertations en vue d'adopter un projet de loi "avant l'hiver", permettant une entrée en vigueur à l'été 2023 d'une réforme prévoyant le "report progressif de l'âge de départ de quatre mois par an, aboutissant à 65 ans en 2031".

Bloc syndical sur les retraites

La journée de mobilisation de jeudi se fera sans la CFDT, qui avait fait savoir début septembre qu'elle n'y participerait pas. "C'est entreprise par entreprise, branche par branche qu'il faut agir", avait déclaré son secrétaire général Laurent Berger.

FO, qui s'était associée à la plupart des manifestations organisées par la CGT ces derniers mois, a cette fois-ci décidé de se tenir à l'écart. Dix unions départementales FO appellent cependant à manifester, selon Fabrice Lerestif, de l'UD35.

"Tout ce que le monde du travail a pu conquérir, cela s'est toujours fait dans l'unité des organisations syndicales. Donc il faut qu'on travaille sur cette question d'unité, c'est essentiel pour gagner des choses", a commenté la semaine dernière M. Martinez.

Le leader de la CGT ne doute cependant pas que tous les syndicats se retrouvent pour combattre le projet de réforme des retraites, comme ils ont réussi à le faire sur l'assurance chômage.

"Tous les syndicats en France sont contre le fait de travailler jusqu'à 64 ou 65 ans", a redit jeudi M. Martinez sur France 2. Quant à participer aux concertations prévues par l'exécutif dès la semaine prochaine, "si c'est pour nous dire qu'on discute de l'allongement de l'âge de la retraite, on n'ira pas longtemps", a-t-il averti.

L'ensemble des organisations syndicales nationales (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires et Unsa) doivent se retrouver au siège de l'Unsa le 3 octobre. "Il pourrait y avoir une annonce de manifestation" à l'issue de cette rencontre, selon Mme Verzeletti.

Les partis de gauche prévoient de leur côté d'organiser le 16 octobre une "grande marche contre la vie chère et l'inaction climatique", sans le soutien, un temps envisagé, de la CGT.