En Irak, des Yazidis retrouvent les camps après les combats au Sinjar

Des réfugiés Yézidis devant de leur tente au camp de Chamishko pour personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) dans la ville de Zakho, dans le nord de la région kurde autonome d'Irak, le 5 mai 2022. (Safin Hamed /AFP)
Des réfugiés Yézidis devant de leur tente au camp de Chamishko pour personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) dans la ville de Zakho, dans le nord de la région kurde autonome d'Irak, le 5 mai 2022. (Safin Hamed /AFP)
Short Url
Publié le Lundi 09 mai 2022

En Irak, des Yazidis retrouvent les camps après les combats au Sinjar

  • Les Unités de résistance du Sinjar, dont les combattants sont aussi affiliés aux ex-paramilitaires du Hachd al-Chaabi, accusent l'armée de vouloir prendre le contrôle de leur région
  • Dans cette poudrière, les Yazidis sont des victimes collatérales

ZAKHO, Irak :  Joundi Khodr Kalo est policier dans un village de la région du Sinjar. Quand des affrontements ont éclaté entre des combattants yazidis et l'armée irakienne, il a dû quitter une nouvelle fois sa terre natale, comme des milliers d'autres.

La majorité des 10.000 déplacés accueillis ces derniers jours au Kurdistan irakien, dans le nord de l'Irak, ont déjà goûté aux conditions de vie précaires des camps. Ils avaient fui une première fois Sinjar, foyer historique de la minorité yazidie, avec l'arrivée en 2014 du groupe Etat islamique (EI).

«La dernière fois, on a été déplacé par peur de l'EI. On était resté six ans dans un camp», se souvient M. Kalo, 37 ans, arrivé le 2 mai avec sa femme et ses cinq enfants dans le camp de Chamishko, près de la ville de Zakho.

Cela faisait deux ans à peine qu'il avait retrouvé son village. »Malgré les difficultés, on se débrouillait au quotidien, soupire-t-il. Mais dernièrement, la situation s'était détériorée».

Deux jours de combats d'une rare intensité ont opposé les 1er et 2 mai l'armée irakienne et les Unités de résistance du Sinjar, faction armée affiliée aux rebelles kurdes turcs Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Mais depuis longtemps, la région vit au rythme des escarmouches. «Quotidiennement on entendait les bruits des tirs et des explosions, on a eu peur pour nos familles», raconte M. Kalo.

- «Surpopulation» -

Communauté kurdophone pluricentenaire adepte d'une religion ésotérique monothéiste, la minorité yazidie a été persécutée des siècles durant en raison de ses croyances. Avant de subir de plein fouet la violence de l'EI.

Parmi les déplacés récemment arrivés au Kurdistan autonome, nombreux sont ceux qui, après avoir fui une première fois l'EI, étaient rentrés chez eux en 2020 seulement, selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Le long des allées de Chamishko, où vivent plus de 22.000 personnes, s'alignent les tentes faites de bâches épaisses. A l'intérieur, les mêmes matelas de fine mousse posés au sol, où sont assises de vieilles femmes au visage soucieux.

Près des bureaux de l'administration, des dizaines d'hommes et de femmes forment deux files devant un camion distribuant des cartons d'aides alimentaires: un kilo de sucre, du thé, du riz, de la farine, du lait. De quoi tenir une semaine.

Quelque 1.711 familles du Sinjar, soit 10.261 personnes, sont arrivées la première semaine de mai au Kurdistan, selon un responsable local. Aujourd'hui, 964 familles vivent dans des camps. Les autres ont trouvé refuge chez des proches.

«Les camps sont surpeuplés et il y a un risque d'accès limité aux services de base, à cause d'une baisse de financements humanitaires», a indiqué un porte-parole du HCR, Firas al-Khateeb.

Son agence soutient les «solutions durables» permettant aux gens de retrouver leurs maisons, dit-il. «Mais tout retour doit être volontaire, respecter la dignité humaine, et se faire dans un environnement pacifique.»

Selon les autorités irakiennes, le calme est revenu au Sinjar. Mais la dernière poussée de fièvre illustre les tensions qui couvent dans un secteur où sont impliqués une multitude d'acteurs.

- «Personne ne rentrera» -

Les Unités de résistance du Sinjar, dont les combattants sont aussi affiliés aux ex-paramilitaires du Hachd al-Chaabi, accusent l'armée de vouloir prendre le contrôle de leur région.

L'armée souhaite, elle, faire appliquer un accord négocié par Bagdad avec le Kurdistan irakien, qui stipule le retrait des combattants yazidis et du PKK.

Des «renforts militaires» ont été dépêchés au Sinjar pour «imposer l'hégémonie de l'Etat», a annoncé le commandement conjoint des forces de sécurité irakiennes dans un communiqué le 5 mai: «Nous n'autoriserons pas la présence de groupes armés.»

Le Sinjar est aussi la cible de raids aériens sporadiques menés par la Turquie voisine contre des bases du PKK, un groupe classé «terroriste» par Ankara.

Dans cette poudrière, les Yazidis sont des victimes collatérales.

Zaïm Hassan Hamad, 65 ans, a fui Sinjar une première fois à cause «des attaques de l'EI». Aujourd'hui, avec ses enfants et ses petits-enfants, sa famille de 17 personnes se retrouve à Chamishko.

«Si on ne nous garantit pas sécurité et stabilité, cette fois-ci nous ne retournerons pas à Sinjar. On ne peut pas rentrer et à chaque fois être déplacés», lance-t-il: «Si le Hachd, le PKK et l'armée restent dans la région, les gens auront peur et personne ne rentrera.»


L’Algérie fête le 60e anniversaire de son indépendance en grande pompe

Selon les chiffres officiels, un budget de plus de 5,8 milliards de dinars (près de 38 millions d’euros) a été dégagé pour la préparation et l’organisation de cet événement. Photo fournie.
Selon les chiffres officiels, un budget de plus de 5,8 milliards de dinars (près de 38 millions d’euros) a été dégagé pour la préparation et l’organisation de cet événement. Photo fournie.
Short Url
  • Selon les chiffres officiels, un budget de plus de 5,8 milliards de dinars (près de 38 millions d’euros) a été dégagé pour la préparation et l’organisation de cet événement.

PARIS: Défilé militaire, galas, expositions et journées d’étude sont prévus dans les différentes régions du pays. Selon les chiffres officiels, un budget de plus de 5,8 milliards de dinars (près de 38 millions d’euros) a été dégagé pour la préparation et l’organisation de cet événement.

Le 1er juillet, un gala populaire intitulé «Une histoire glorieuse, une ère nouvelle» a été organisé au Stade du 5-juillet-1962 par la wilaya d’Alger. Une rencontre marquée par la présence du Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, du wali d’Alger, d’Ahmed Mabed, des élus du Parlement ainsi que de nombreux hauts cadres de l’État. L’événement, qui a rassemblé plusieurs troupes musicales et un public nombreux, a été élaboré avec la participation de la garde républicaine, de la protection civile, des scouts musulmans algériens et de l’Établissement arts et culture de la wilaya d’Alger.

alger
Pour commémorer le 60e anniversaire de son indépendance, l’Algérie va renouer avec les grandes parades militaires. Photo fournie.

Des chants patriotiques, des danses traditionnelles et folkloriques des différentes régions du pays, des représentations de cavalerie et de fantasia ainsi qu’une fanfare de l’Établissement des arts et la culture de la capitale figurent parmi les attractions proposées aux familles venues célébrer le 60e anniversaire de l’indépendance du pays.

De son côté, le ministère des Moudjahidines organise une manifestation intitulée «Ala Fachahedou» («Soyez témoins»), qui retrace l’histoire millénaire de l’Algérie sur plusieurs périodes.


Grandes parades militaires
Pour commémorer le 60e anniversaire de son indépendance, l’Algérie va renouer avec les grandes parades militaires. La capitale, qui n’a pas connu un tel événement depuis trente-trois ans, termine les préparatifs organisés par l’Armée populaire nationale (ANP) dans domaines aérien, terrestre et maritime.

alger
La capitale, qui n’a pas connu un tel événement depuis trente-trois ans, termine les préparatifs organisés par l’Armée populaire nationale (ANP) dans domaines aérien, terrestre et maritime. Photo fournie.

Sous la supervision du président de la République, chef suprême des forces armées et ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune, de nombreuses armes de défense seront présentées, comme le système de défense antiaérienne S300PMU2, les missiles balistiques Iskander-E, les véhicules blindés de soutien logistique Terminator, les sous-marins Kilo – surnommés «trous noirs» – ainsi que divers avions et hélicoptères militaires.

«La parade militaire est porteuse de deux messages. Le premier consiste à établir une cohésion autour de l’armée nationale, l’autre à démontrer les capacités de l’ANP dans la défense de notre territoire. C’est une question qui relève de la souveraineté nationale, si chère à notre peuple», nous confie Malika, non sans fierté.

Le défilé, qui aura lieu sur la route nationale 11, qui jouxte la Grande Mosquée d’Alger et le front de mer de la capitale, sera retransmis en direct sur toutes les chaînes algériennes.

La question mémorielle
Soixante ans après l’indépendance, la question mémorielle est plus que jamais d’actualité. Lors de la commémoration des massacres du 8 mai 1945, le président Abdelmadjid Tebboune avait déclaré que la responsabilité de l’État algérien envers son capital historique représentait l’un des fondements qui forgent l’identité algérienne. Il avait ajouté qu’il était impératif de traiter le dossier mémoriel «en toute probité et avec objectivité».

alger

«Nous nous attendons à ce que la France reconnaisse ses crimes commis en Algérie durant les cent trente-deux ans où elle a occupé ce pays, essayant de changer le peuple algérien par un peuple européen», a indiqué de son côté Salah Goudjil, président du Conseil de la nation (Sénat) au journal algérien L’Expression dans un article publié le 4 juillet 2022 – la veille de la commémoration de ce 60e anniversaire.


Les Tunisiens sont toujours très attachés au Hajj

Une photo prise le 4 juillet 2022 montre une vue générale de la Kaaba (C) à la Grande Mosquée, dans la ville sainte de La Mecque. Rania SANJAR / AFP
Une photo prise le 4 juillet 2022 montre une vue générale de la Kaaba (C) à la Grande Mosquée, dans la ville sainte de La Mecque. Rania SANJAR / AFP
Short Url
  • 219 000 Tunisiens se sont inscrits cette année au pèlerinage de la Mecque
  • La pandémie impacte cette reprise en obligeant les autorités à imposer des mesures de sécurité sanitaires

TUNIS: Deux cent dix-neuf mille Tunisiens se sont inscrits cette année au pèlerinage de la Mecque. À l’instar des autres pays musulmans, la Tunisie renoue cette année avec le Hajj, le pèlerinage à La Mecque, l’un des cinq piliers de l’islam, après une pause forcée de deux ans imposée par la pandémie de Covid-19. Cette année, le Hajj a commencé durant la troisième semaine de juin et culminera le 9 juillet, jour de l’Aïd el-Kebir, marqué par le sacrifice du mouton.

Toutefois, la pandémie est loin d’être terminée, et elle impacte cette reprise en obligeant les autorités à imposer des mesures de sécurité sanitaires (attestation de vaccination et test PCR négatif datant de moins de soixante-douze heures) et, surtout, à réduire le nombre de pèlerins. Alors qu’on en enregistrait près de 2,5 millions de pèlerins avant la pandémie, ils ne seront qu’un million cette année.

Traditionnellement difficile en raison d’une demande toujours plus importante, l’organisation du Hajj a été rendue encore plus compliquée cette année pour les autorités, comme l’a souligné le ministre des Affaires religieuses, Brahim Chaïbi, lors d’une interview sur la télévision nationale Wataniya 1. «Dans le passé, la préparation du Hajj s’étalait sur des mois. On commençait les préparatifs en décembre pour un pèlerinage en août. Cette année, nous avons eu les informations sur les modalités d’organisation le 9 avril, et nous avons publié notre note d’orientation le 11 avril. Les préparatifs ont commencé en juin et les gens vont effectuer le pèlerinage le même mois», rappelle le ministre.

La deuxième difficulté rencontrée par les autorités a été l’établissement de la liste des candidats au Hajj. Le quota alloué à la Tunisie cette année est de 4 972 pèlerins, soit une baisse de 45 % par rapport à 2019. Or, 219 000 Tunisiens ont demandé à y figurer.

Les Tunisiens ont eu un mois (du 20 octobre au 21 novembre 2021) pour faire acte de candidature en s’inscrivant sur un site dédié du ministère des Affaires religieuses.
Défini tous les ans par une note d’orientation publiée avant le pèlerinage, le processus de sélection est bien rodé. Le tri est effectué par un prédicateur dans chacune des 264 délégations (l’équivalent de la sous-préfecture en France) que compte le pays.

À la différence de l’Omra, on ne peut effectuer le Hajj qu’une fois dans sa vie. Auparavant, les autorités avaient pour habitude d’accorder la priorité aux plus âgés. Mais l’Arabie saoudite ayant mis fin au pèlerinage pour les plus de 65 ans, l’âge est devenu un facteur disqualifiant.

Comme tous les ans, le prix du Hajj a été jugé par certains trop élevé et il a fait l’objet de contestations. «Le prix du pèlerinage reste élevé, mais on l’a baissé», souligne le ministre des Affaires religieuses. Les autorités ont donc dû faire un effort sur ce point, en agissant sur le seul paramètre sur lequel elles ont prise: le transport aérien. Le prix du billet d’avion a ainsi été baissé de 3 500 à 3 100 dinars (1 dinar tunisien = 0,31 euro).


Un nouveau parc lacustre dans le quartier historique de Djeddah

Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Short Url
  • Les visiteurs peuvent admirer l’architecture historique, des scènes naturelles, des événements culturels, et profiter des terrains de sport, des restaurants locaux et des souks qui mettent en valeur le patrimoine de la ville
  • Il y existe plus de quatre cent cinquante bâtiments à l’intérieur des murs historiques de la ville, dont cinquante-six ont urgemment besoin d’être restaurés

DJEDDAH: Le programme du quartier historique de Djeddah a créé un nouveau parc lacustre – le lac d’Al-Arbaeen – en tant que destination culturelle exclusive.
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux et d’améliorer la qualité de vie dans le quartier historique de la ville.

parc
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)


Des sculptures du monde entier ont été disposées dans le parc. Les visiteurs peuvent admirer l’architecture historique, des scènes naturelles, des événements culturels, et profiter des terrains de sport, des restaurants locaux et des souks qui mettent en valeur le patrimoine de la ville.
Le quartier historique de Djeddah a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) en 2014, et il présente une vision frappante de la vie dans le passé.

parc
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)

Fondé au VIIe siècle de notre ère, le quartier historique Al-Balad servait autrefois de centre d’échanges et de commerce pour Djeddah. Cependant, la plupart des anciens murs qui entouraient la ville, ainsi que le souk qui s’y trouvait, ont été altérés et finalement démolis au fil des siècles.
Lorsque les richesses du pétrole ont commencé à affluer dans l'économie saoudienne et que le pays a entamé une marche vers la modernité, de nombreuses personnes ont quitté les espaces exigus d'Al-Balad, laissant les maisons et les bâtiments les plus somptueux se délabrer lentement.
Il y a plus de quatre cent cinquante bâtiments à l’intérieur des murs historiques de la ville, dont cinquante-six ont urgemment besoin d’être restaurés.
Le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a promis de fournir cinquante millions de riyals saoudiens (13,33 millions de dollars; 1 dollar = 0,96 euro) pour soutenir la restauration de ces bâtiments, car ils constituent une part importante du patrimoine du Royaume et un site touristique majeur.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com