Tunisie: la dissolution du Parlement ne fait pas l’unanimité à l’intérieur et inquiète à l’extérieur

Le président tunisien Kais Saied reçoit son homologue algérien en visite dans la capitale tunisienne (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied reçoit son homologue algérien en visite dans la capitale tunisienne (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 02 avril 2022

Tunisie: la dissolution du Parlement ne fait pas l’unanimité à l’intérieur et inquiète à l’extérieur

  • Le 30 mars 2022, la crise politique tunisienne a connu un nouveau rebondissement
  • Non seulement la décision qui a consisté à dissoudre l’ARP n’a pas fait l’unanimité en Tunisie, mais elle a été critiquée à l’étranger

TUNIS: Alors que plusieurs voix tunisiennes exhortent le président Kaïs Saïed à revoir son calendrier initial, dévoilé en décembre dernier pour se diriger plus rapidement vers des élections législatives, l’ONU et les États-Unis expriment leur «inquiétude» face à sa décision de dissoudre le Parlement.
 
Le 30 mars 2022, la crise politique tunisienne a connu un nouveau rebondissement. Ce jour-là, en début de soirée, Kaïs Saïed a annoncé la dissolution de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), dont il avait déjà gelé les prérogatives le 25 juillet 2021. Le chef de l’État tunisien a pris cette décision en réaction à la tenue, quelques heures plus tôt, d’une plénière virtuelle de cette instance au cours de laquelle cent vingt députés ont adopté une loi qui annule les mesures d’exception prises le 25 juillet par le président Saïed.

Ce dernier n’y a pas vu une simple provocation, mais, comme il l’a affirmé haut et fort mercredi dernier et réitéré le lendemain en recevant le chef du gouvernement, Najla Bouden, le ministre de la Justice, Leïla Jaffel, celui de la Défense nationale, Imed Memmich, et celui de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine, «une tentative putschiste ratée, un complot contre la sûreté intérieure et extérieure de l’État et une tentative misérable de porter atteinte à l’unité et à l’indépendance de l’État».

La décision de dissoudre l’ARP ne fait pas l’unanimité en Tunisie et a été critiquée à l’étranger. À l’exception de l’UGTT, qui a apporté un soutien total et sans nuance à la décision du président, les Tunisiens sont divisés sur le sujet ainsi que l'a montré un reportage de la télévision nationale diffusé dans la soirée du jeudi 31 mars.

Le professeur de droit Sghaier Zakraoui, qui s’est montré plutôt favorable au président après le 25 juillet, est aujourd’hui plus critique. Certes, à l’instar d’un bon nombre de Tunisiens, cet enseignant à la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis admet1 avoir poussé un ouf de soulagement après l’annonce de la décision de Kaïs Saïed de dissoudre l’ARP. Mais il se montre réservé sur la manière et sur les objectifs.

Sghaier Zakraoui estime d’abord qu’il «aurait dû le faire depuis le 25 juillet» et que, dans la mesure où la dissolution a été prononcée après la réunion virtuelle d’une majorité de députés de l’ARP, «elle laisse à penser qu’il s’agit d’un combat de légitimités, ce qui donne une mauvaise image de la Tunisie».

Ensuite, il s’étonne que Kaïs Saïed – qui, rappelle-t-il, refusait jusqu’à récemment de dissoudre l’ARP en arguant du fait que la Constitution ne le permettait pas –, fasse aujourd’hui appel à cette même Constitution pour mettre hors circuit le Parlement. «Il y a une contradiction entre hier et aujourd’hui», observe le juriste.

Ce dernier trouve en outre inapproprié le fait que le président fonde la dissolution sur l’article 72, qui stipule que «le président de la république est le chef de l'État, symbole de son unité», qu’«il garantit son indépendance et sa continuité» et qu’«il veille au respect de la Constitution». Car, rappelle-t-il, cet article figure parmi ceux qu’il avait suspendus au mois de septembre 2022 afin de les remplacer par un décret destiné à renforcer ses pouvoirs. «Il a enfin pris la bonne décision. En tant qu’homme de loi, je considère que la décision est bonne pour des considérations politiques et réalistes, mais il ne peut pas la justifier» de la manière dont il l’a fait.

L’universitaire estime que le président aurait pu se baser sur «la légitimité populaire» pour justifier la dissolution de l’ARP. Selon lui, s’il a eu recours à l’article 72 de la Constitution, c’est dans le seul but de rendre l’opération plus acceptable à l’étranger.

Surtout, Sghaier Zakraoui est à l’unisson de la plupart des personnalités qui ont exprimé des réserves au sujet de ce qui se passera après la dissolution du Parlement. Car, pour lui, il faut qu’il y ait un après, en l’occurrence la révision par le chef de l’État du calendrier qu’il avait annoncé à la mi-décembre 2021 et qui prévoit notamment un référendum le 25 juillet prochain sur les réformes politiques à introduire ainsi que des élections le 17 décembre 2022.

«Le président doit abréger la période d’exception instaurée le 25 juillet dernier, car plus rien ne justifie le calendrier initial. Il faut aller rapidement vers un dialogue national, réviser le code électoral, amender la Constitution pour instaurer un régime présidentiel et organiser des élections pour entrer dans une phase de stabilité politique», recommande Sghaier Zakraoui.

Cette demande, l’universitaire n’est pas le seul à la formuler. Elle est aussi portée par Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL), une formation donnée régulièrement vainqueur par les sondages des prochaines élections législatives. D’après elle, les mesures prises par le président après le 25 juillet 2021 «n’ont plus de raison d’être».

L’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) ne dit pas autre chose lorsqu’elle rappelle jeudi 31 mars par l’intermédiaire de l’un de ses membres, Farouk Bouaskar, que «la loi oblige le président à prendre un décret convoquant des élections législatives anticipées dans les quatre-vingt-dix jours». Mais le membre de l’Isie ajoute aussitôt qu’il ne voit pas d’indication d’une organisation des élections durant cette période.

Plus inquiétant pour le président, sa décision a également été critiquée à l’étranger. Jeudi dernier, l’ONU s’est ainsi déclarée «préoccupée par la décision du président tunisien […] de dissoudre le Parlement».

Les États-Unis ont, les premiers, exprimé le même sentiment par le biais de Ned Price, porte-parole du département d’État américain. Dans un communiqué, ils se sont déclarés «profondément préoccupés par la décision unilatérale du président tunisien» et par les informations qui font état de l’intention des autorités tunisiennes de «prendre des mesures légales contre des députés».

Les Américains rappellent aussi avoir régulièrement expliqué aux responsables tunisiens que «toute opération de réforme politique doit être transparente, englober tout le monde, en coordination avec les diverses formations politiques, les organisations syndicales et la société civile».

Jamais depuis le 25 juillet 2021 les États-Unis n’ont été aussi sévères à l’égard du président tunisien. Et c’est là probablement le véritable but recherché par les opposants à Kaïs Saïed menés par le mouvement islamiste Ennahdha à travers l’organisation de la réunion virtuelle du Parlement.


L’Égypte et Oman conviennent de créer un fonds d’investissement commun

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Short Url
  • Les deux pays ont signé des accords dans plusieurs secteurs, notamment l’environnement et l’éducation
  • Les accords ont été conclus lors de la visite officielle du président égyptien, El-Sissi, à Oman

LE CAIRE: Le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq, se sont mis d’accord sur une étude visant à créer un fonds d’investissement commun entre leurs deux pays, axé sur les projets réalisables dans différents secteur vitaux.

Dans une déclaration commune publiée mardi, les deux dirigeants ont confirmé, lors de la visite officielle du président égyptien à Oman, que toutes les autorités compétentes discuteraient des possibilités d’investissement dans des domaines comprenant l’énergie et les énergies renouvelables, l’industrie, les soins de santé et les produits pharmaceutiques.

Au cours de la visite d’El-Sissi, l’Égypte et Oman ont signé deux accords, six protocoles d’accord, trois programmes exécutifs et des lettres de coopération en matière de promotion de la concurrence, de lutte contre les monopoles, de promotion des investissements, de développement des exportations, d’établissement et de gestion des zones industrielles et de protection de l’environnement, en plus de la reconnaissance mutuelle des certificats de qualification maritime pour les navigateurs.

Les gouvernements des deux pays ont également signé un accord de coopération dans le domaine du transport maritime et des ports, ainsi qu’un accord de coopération entre l’université Sultan Qaboos et l’Institut national égyptien de recherche astronomique et géophysique.

El-Sissi a affirmé «la volonté de l’Égypte, au cours de la période à venir, de développer des relations de coopération économique et commerciale avec la communauté d’affaires et les entreprises omanaises, et de développer des investissements conjoints, afin de contribuer à soutenir le développement économique pour maximiser les intérêts mutuels et l’utilisation optimale des opportunités disponibles».

Lors de sa rencontre avec les représentants de la communauté des affaires et des chefs de grandes entreprises à Oman, avec la participation de plusieurs hauts responsables et représentants omanais, il a souligné que «le bond qualitatif que l’Égypte a connu récemment dans les divers secteurs de développement reflète la forte volonté de l’État, avec ses composantes gouvernementales et populaires, de réaliser un développement durable, ce qui aura des répercussions positives sur le renforcement des relations bilatérales entre l’Égypte et le Sultanat d’Oman en ouvrant des portes pour maximiser les investissements omanais existants dans divers secteurs».

«Les relations fraternelles distinguées entre les deux pays frères sont le véritable parapluie pour soutenir les efforts visant à développer la coopération conjointe dans divers domaines économiques grâce à la disponibilité de la volonté politique nécessaire», a déclaré El-Sissi.

Le dirigeant égyptien a également discuté des différentes opportunités en Égypte, au premier rang desquelles l’axe de développement de la zone du canal de Suez, qui comprend un certain nombre de zones industrielles et logistiques majeures, et qui offre des possibilités prometteuses pour les entreprises omanaises souhaitant bénéficier de l’emplacement stratégique de l’Égypte.

El-Sissi est arrivé à Oman lundi et une cérémonie de réception officielle a été organisée en son honneur.

Les discussions entre les deux dirigeants ont été tenues au palais Al-Alam dans la capitale omanaise, Mascate, et ont réuni des délégations des deux pays.

El-Sissi a affirmé la «fierté de l’Égypte pour la profondeur et la force des relations stratégiques avec le Sultanat d’Oman», et son désir de «renforcer et de diversifier les cadres de la coopération bilatérale conjointe, et d’explorer les mécanismes pour les pousser vers des horizons plus larges dans plusieurs domaines politiques, sécuritaires, économiques et commerciaux».

Il a de même salué «le niveau existant de coordination et d’unité des vues entre les deux pays frères sur les questions d’intérêt commun», ainsi que le «consensus omano-égyptien sur toutes les questions régionales et internationales».

L’ambassadeur Bassam Radi, porte-parole officiel de la présidence de la République, a déclaré qu’El-Sissi et le sultan Haitham ont eu une session élargie d’entretiens, au cours de laquelle le sultan a salué les «liens fraternels étroits et historiques qui unissent les deux pays».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Cinq morts dans une explosion à Aden ciblant un responsable de la sécurité

L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un bombe artisanale placée dans une voiture a explosé au passage d’un véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, dans le quartier de Khormaksar à Aden
  • Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules

AL-MUKALLA: Au moins cinq personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées mercredi quand une explosion a ciblé un responsable de la sécurité dans la ville d’Aden, dans le sud du Yémen, capitale provisoire du pays et siège de son gouvernement, selon une source de sécurité locale et des habitants.

Une bombe artisanale placée dans une voiture a explosé lorsque le véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, a traversé le quartier de Khormaksar, tuant cinq personnes – quatre civils et un garde du corps – et en blessant sept autres, a déclaré une source de sécurité par téléphone à Arab News.

Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules qui passaient dans la rue.

Al-Sayed est connu pour avoir dirigé les troupes qui ont purgé la province de Lahj d’Al-Qaïda, de Daech et d’autres groupes armés en 2016 et a également commandé les troupes qui ont combattu les Houthis à Aden en 2015.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais les responsables locaux accusent les groupes terroristes d’être à l’origine de telles attaques.

L’explosion de mercredi à Aden est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années.

Ce mois-ci, un journaliste yéménite a été brûlé vif à Aden lorsqu’une bombe artisanale a explosé dans son véhicule.

En mai, le commandant des opérations conjointes de la 4e région militaire basée à Aden a échappé à la mort après qu’une explosion a touché son 4x4 armé dans le quartier de Mualla à Aden.

En novembre, une journaliste enceinte a été tuée lorsqu’une explosion a soufflé son véhicule à Aden.

Le dernier attentat dans la ville est survenu un jour après que le gouverneur d’Aden, Ahmad Hamed Lamlis, a déclaré à un groupe de responsable des Nations unies basés au Yémen que la ville était «sûre» pour accueillir leurs bureaux.

Lors d’une réunion avec Diego Zorella, coordinateur résident adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires au Yémen, Lamlis s’est engagé à protéger les délégations de l’ONU qui se rendent ou s’installent à Aden, les incitant à intensifier leurs opérations humanitaires dans la ville.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi de Bahreïn et le président égyptien inaugurent officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn

Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Short Url
  • Le terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile à Bahreïn
  • La construction du terminal a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020

DUBAÏ: Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, ont inauguré le nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi.

En présence du prince Salmane ben Hamad al-Khalifa, le prince héritier et Premier ministre, le roi Hamad et Al-Sissi ont été accueillis par le président du Conseil d’administration de l’aéroport, Kamal ben Ahmad ben Mohammed, le ministre des Transports et des Télécommunications, Mohammed ben Thamer al-Kaabi, et de hauts responsables.

Le nouveau terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile dans le royaume et représente un saut qualitatif dans le domaine des services et des installations aéroportuaires, a révélé Mohammed.

Il a ajouté que le projet a été mis en œuvre dans une période record qui est considérée comme la plus rapide dans la construction d’aéroports dans le monde.

La construction a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020.

«Nous avons investi dans les compétences et les cadres nationaux pendant la période de mise en œuvre, et nous sommes fiers aujourd’hui que ce soient eux qui exploitent et entretiennent l’aéroport», a-t-il indiqué.

Mohammed s’est engagé à ne ménager aucun effort pour continuer à améliorer le statut du royaume au niveau régional et international.

Le roi et Al-Sissi ont dévoilé une plaque commémorative, inaugurant ainsi officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn.

Le roi Hamad, Al-Sissi et le prince Salmane ont visité le bâtiment du hall des départs et ont été informés de ses diverses installations.

Le roi s’est réjoui de la participation d’Al-Sissi à l’inauguration du nouvel aéroport international de Bahreïn, qui confirme la profondeur des solides relations entre le Bahreïn et l’Égypte.

Il a affirmé que le nouvel aéroport international de Bahreïn consolidera le statut du royaume en tant que centre pionnier du secteur de l’aviation régionale et internationale, tout en soutenant l’économie nationale.

En outre, le roi a félicité le président et les membres du Conseil d’administration de la Bahrain Airport Company parce que l’aéroport international de Bahreïn a été nommé «Meilleur nouvel aéroport du monde» lors de la cérémonie des Skytrax 2022 World Airport Awards qui s’est tenue au Passenger Terminal EXPO en France.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com