Les rencontres Algérie de Business France, une opportunité pour les partenariats bilatéraux?

Michel Bisac, président de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française. (Photo fournie).
Michel Bisac, président de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mardi 29 mars 2022

Les rencontres Algérie de Business France, une opportunité pour les partenariats bilatéraux?

  • "Notre Chambre de commerce et d’industrie accompagne régulièrement des entreprises françaises en Algérie; nous travaillons à identifier les bons partenaires"
  • "La plasturgie, la santé, l’agro-industrie, le tourisme, les services, l’industrie mécanique, l’agriculture... tous ces secteurs constituent des opportunités pour les entreprises françaises"

PARIS: De nombreuses tables rondes thématiques et échanges entre opérateurs ont été programmés pour la treizième édition des Rencontres Algérie organisées par Business France.

Les experts ont abordé la question de l’attractivité du marché algérien auprès des opérateurs économiques français avec les thématiques suivantes: les clefs d’entrée sur le marché algérien, les leviers stratégiques pour accélérer la transformation de l’économie algérienne et les enjeux en matière de diversification des produits agricoles et agroalimentaires ou encore le numérique comme levier économique.

Michel Bisac, président de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française (CCIAF), qui a participé à cet événement, répond aux questions d’Arab News en français au sujet de l’évolution de l’économie algérienne et des perspectives de renforcement de la coopération économique entre l’Algérie et la France.

Considérez-vous que l'économie algérienne soit en phase de relance?

Oui, sans aucun doute, il y a aujourd’hui une volonté affichée des plus hautes autorités du pays et à leur tête, le président de la république, pour faire de 2022 l’année économique. Des dispositions ont été prises dans ce sens, notamment l’action du médiateur de la république qui a permis de débloquer plusieurs centaines de projets industriels qui souffraient de lourdeurs voire de blocages administratifs.

Le gouvernement est mobilisé pour développer l’investissement et il devrait bientôt publier le nouveau Code des investissements qui, j’en suis sûr, permettra aux entreprises algériennes et étrangères de disposer d’un cadre réglementaire structurant pour engager leurs investissements.

 

Les participants

L’événement, organisé en digital, a permis de rassembler trente-deux intervenants, algériens et français, dont: Romain Keraval, directeur de Business France Algérie; Julie Bouchard, secrétaire générale du groupe Castel Algérie; Hervé Barrere, directeur général de Danone Algérie; Amina Oumoha, directrice générale de Bureau Veritas Algérie et Mabrouk Aïb, partenaire fondateur d’AiTech.

Quels sont, selon vous, les atouts à mettre en avant pour inciter les entreprises françaises à s'installer en Algérie?

Deux atouts majeurs sont souvent mis en avant; la proximité de l’Europe (Alger est à moins d’un jour de bateau de Marseille), mais surtout, le coût du travail est largement inférieur à ce que nous pouvons trouver dans les pays occidentaux. De plus, la main-d’œuvre est globalement très bien formée et le prix de l’énergie est inférieur à celui de nombreux pays de la région.

Il y a également le marché intérieur, avec plus de quarante-quatre millions d’habitants qui ne demandent qu’à consommer des produits fabriqués localement, des produits de bonne qualité au meilleur prix. Il existe à mon avis une convergence des atouts pour que les entreprises françaises s’intéressent à l’Algérie et à la production en Algérie.

Quelles sont les conditions permettant une installation pérenne des entreprises françaises, notamment les PME sur le marché algérien?

Il faut surtout savoir écouter, comprendre et s’adapter à l’environnement réglementaire et à celui des affaires en Algérie. Chaque marché est différent, chaque pays a ses spécificités. Un investissement réussi est un investissement qui se construit dans le temps, avec de bons partenaires et dans un esprit de respect des lois. L’Algérie n’est pas plus facile ou plus compliquée que d’autres pays. C’est surtout un marché qu’il faut prendre le temps de découvrir et d’adopter.

Notre Chambre de commerce et d’industrie accompagne régulièrement des entreprises françaises en Algérie. Nous travaillons à vulgariser le contexte réglementaire, mais aussi à identifier les bons partenaires. C’est un élément essentiel pour un investissement durable.

 

Les thématiques abordées

business france

Selon Christophe Lecourtier, son directeur, l’enjeu pour Business France est de mettre l’accent sur les solutions françaises de nature à répondre aux besoins et aux intérêts des opérateurs algériens dans des domaines tels que les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, les industries agroalimentaires, les solutions pour l’élevage, la santé et l’industrie. Il souligne que le contexte actuel de la guerre en Ukraine devrait inciter les partenaires des deux côtés de la méditerranée à partager les enjeux, confronter les expertises et anticiper les évolutions du marché.

Quels sont les secteurs porteurs permettant de nouer des partenariats gagnant-gagnant entre les entreprises algériennes et françaises, notamment à travers la stratégie France Relance?

La plasturgie, la santé, l’agro-industrie, le tourisme, les services, l’industrie mécanique, l’agriculture... mais aussi la sous-traitance – notamment dans les métiers du digital –, tous ces secteurs constituent des opportunités pour les entreprises françaises. De nombreuses choses restent à faire avec des entreprises algériennes qui recherchent aujourd’hui des partenaires capables de partager un savoir-faire, une expertise et pourquoi pas des marchés à l’exportation.

L’une de nos missions est justement de promouvoir ces opportunités. En ce moment, nous accueillons une dizaine d’entreprises françaises dans le secteur des dispositifs médicaux. Ces entreprises recherchent des partenaires commerciaux et industriels locaux. Plus de cent cinquante entreprises algériennes ont souhaité être mises en relation avec ces entreprises françaises. N’est-ce pas là la preuve d’une vitalité des entreprises algériennes et d’un intérêt de celles-ci pour un partenariat avec leurs homologues françaises?

Nous y croyons et nous y travaillons!


USA: baisse marquée des stocks de pétrole, la consommation d'essence ralentit

Des réservoirs de stockage de pétrole brut sont vus sur une photo aérienne du centre pétrolier de Cushing, dans l'Oklahoma, aux États-Unis, le 21 avril 2020. (REUTERS).
Des réservoirs de stockage de pétrole brut sont vus sur une photo aérienne du centre pétrolier de Cushing, dans l'Oklahoma, aux États-Unis, le 21 avril 2020. (REUTERS).
Short Url
  • Durant la semaine achevée le 24 juin, les stocks commerciaux d'or noir ont reculé de 2,7 millions de barils en net, alors que les analystes ne les voyaient diminuer que de 950 000 barils
  • Le mouvement est d'autant plus inattendu que les réserves stratégiques de brut ont de nouveau enregistré une forte contraction (-6,9 millions de barils)

NEW YORK : Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont baissé nettement plus que prévu la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), qui ont également montré un ralentissement de la consommation d'essence.

Durant la semaine achevée le 24 juin, les stocks commerciaux d'or noir ont reculé de 2,7 millions de barils en net, alors que les analystes ne les voyaient diminuer que de 950 000 barils.

Le mouvement est d'autant plus inattendu que les réserves stratégiques de brut ont de nouveau enregistré une forte contraction (-6,9 millions de barils).

Au total, les stocks américains de pétrole ont fondu de près de 10 millions de barils sur une semaine.

A cause d'un problème technique, l'EIA n'avait pas publié de rapport hebdomadaire la semaine dernière. Sur les deux semaines écoulées depuis le dernier état des stocks, les réserves ont reculé de 16,9 millions de barils.

Les réserves commerciales, que le gouvernement Biden a décidé d'utiliser massivement pour tenter de soulager les cours du pétrole, sont actuellement au plus bas depuis 36 ans.

Pour Matt Smith, de Kpler, cette baisse surprise des stocks est liée à la montée en régime des raffineries américaines, dont le taux d'utilisation est monté à 95%, contre 93,7% il y a deux semaines.

Autre facteur, la diminution des importations et le maintien à un niveau élevé des exportations de brut.

L'un des points marquants du rapport concerne la demande d'essence, qui a affiché des signes d'essoufflement ces deux dernières semaines, correspondant au début de la saison estivale des grands déplacements aux États-Unis.

Elle s'est inscrite en-deçà du seuil symbolique de 9 millions de barils par jour sur chacune des deux semaines.

Les analystes ont évoqué, ces dernières semaines, la possibilité d'un ralentissement de la consommation d'essence aux États-Unis, sapée par les prix records à la pompe.

Les réserves d'essence ont augmenté de 2,6 millions de barils alors que les analystes tablaient sur une légère baisse de 100.000 barils. Les réserves de kérosène et de gasoil ont aussi progressé, alors que la demande pour ces produits s'est repliée.

La demande globale de produits raffinés est néanmoins restée soutenue, à 20 millions de barils par jour, soit son niveau de la moyenne des quatre semaines précédentes.

Quant à la production américaine de brut, elle a poursuivi sa remontée, à 12,1 millions de barils par jour, contre 12 la semaine précédente. Elle se rapproche doucement des 13 millions de barils par jour que produisaient les États-Unis début mars 2020, au début de la pandémie de coronavirus.


L'Espagne a commencé à acheminer du gaz vers le Maroc

Cette photo prise le 29 mars 2022 montre un conteneur de stockage de gaz à l'usine de regazéification Enagas de Barcelone, la plus ancienne d'Europe continentale, située à la Muelle de la Energia dans le port de Barcelone. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 29 mars 2022 montre un conteneur de stockage de gaz à l'usine de regazéification Enagas de Barcelone, la plus ancienne d'Europe continentale, située à la Muelle de la Energia dans le port de Barcelone. (Photo, AFP)
Short Url
  • Alger avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid venait à acheminer du gaz algérien « vers une destination tierce», une référence implicite au Maroc
  • La réaction d'Alger sera guettée avec attention à Madrid

MADRID : L'Espagne a commencé, pour la toute première fois, à acheminer du gaz vers le Maroc à travers le Gazoduc Maghreb Europe (GME), assurant qu'il ne s'agissait pas de gaz algérien, alors que l'Algérie n'alimente plus le GME à destination de l'Espagne depuis fin octobre sur fond de crise diplomatique.

"Sur la base des relations commerciales et du bon voisinage, hier (mardi) a eu lieu le premier envoi par le gazoduc du Maghreb de GNL (gaz naturel liquéfié) préalablement acquis par le Maroc sur les marchés internationaux et débarqué dans une usine de regazéification espagnole", ont indiqué à l'AFP des sources du ministère espagnol de la Transition écologique.

L'Espagne avait annoncé en février qu'elle allait réexporter du gaz vers le Maroc via le GME, que l'Algérie n'alimente plus vers l'Espagne à travers le territoire marocain depuis fin octobre en raison d'une crise diplomatique autour du Sahara occidental.

"Un procédé de certification garantit que ce gaz (acheminé d'Espagne vers le Maroc) n'est pas d'origine algérienne", a-t-on précisé de même source à l'AFP.

Alger avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid venait à acheminer du gaz algérien "vers une destination tierce", une référence implicite au Maroc.

Enagás, gestionnaire du réseau gazier espagnol, a pour tâche de "vérifier l'origine du méthanier transportant le gaz" acheté par le Maroc et, après le déchargement de celui-ci, émet un certificat avec "les données pertinentes, "évitant ainsi que soit exporté du gaz qui n'a pas été déchargé à cette fin", précisaient les sources du ministère de la Transition écologique.

Mais le fait pour l'Espagne d'acheminer du gaz à travers ce gazoduc est tout sauf anodin dans le contexte des relations très compliquées avec l'Algérie et le Maroc. La réaction d'Alger sera donc guettée avec attention à Madrid.

Le gouvernement algérien est très remonté contre l'Espagne depuis que l'exécutif du socialiste Pedro Sánchez a décidé, en mars, de soutenir le plan d'autonomie marocain pour le Sahara occidental, une ex-colonie espagnole, afin de mettre fin à près d'un an de crise diplomatique entre Madrid et Rabat.

En réaction à cette volte-face, Alger avait rappelé son ambassadeur en Espagne et Sonatrach, le géant algérien des hydrocarbures, n'avait pas exclu d'augmenter les prix du gaz livré à l'Espagne.

Les autorités algériennes ont également suspendu début juin un traité de coopération avec l'Espagne, tandis qu'un organisme bancaire clé en Algérie a annoncé des restrictions sur les transactions commerciales avec Madrid.

La dépendance de l'Espagne vis-à-vis du gaz algérien a été nettement réduite depuis l'arrêt du GME, mais près d'un quart du gaz importé par l'Espagne provenait toujours d'Algérie au premier trimestre, contre plus de 40% en 2021, selon le gestionnaire du réseau gazier espagnol.

Ce gaz est livré à l'Espagne par le géant algérien des hydrocarbures Sonatrach à travers le gazoduc sous-marin Medgaz qui relie directement les deux pays.


Le Royaume-Uni étend pour deux ans des droits de douane sur l'acier

La secrétaire britannique au Commerce international, Anne-Marie Trevelyan, quitte après avoir assisté à une réunion du Cabinet au 10 Downing Street à Londres le 7 juin 2022. (Photo, AFP)
La secrétaire britannique au Commerce international, Anne-Marie Trevelyan, quitte après avoir assisté à une réunion du Cabinet au 10 Downing Street à Londres le 7 juin 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le gouvernement avait annoncé une extension de droits de douane sur 10 catégories de produits en acier pour trois ans, et leur suppression sur quatre catégories
  • Cinq autres restaient à l'étude et se trouvaient par conséquent prolongées d'un an

LONDRES : Londres a étendu pour deux ans de plus des droits de douane en place sur certaines catégories de production d'acier en provenance de 15 pays, afin de protéger une industrie "cruciale" pour le Royaume-Uni, confrontée à une envolée des prix de l'énergie.

La ministre du Commerce extérieur Anne-Marie Trevelyan a déclaré devant la Chambre des représentants que "vu l'intérêt stratégique" de la sidérurgie et "les perturbations mondiales des marchés de l'énergie et des chaîne d'approvisionnement, (...) il est dans l'intérêt du Royaume-Uni de maintenir les garde-fous".

Mme Trevelyan a rappelé devant les députés qu'il y a un an, après la sortie effective de l'Union européenne, le gouvernement avait annoncé une extension de droits de douane sur 10 catégories de produits en acier pour trois ans, et leur suppression sur quatre catégories.

Cinq autres restaient à l'étude et se trouvaient par conséquent prolongées d'un an.

La ministre estime désormais que la suppression des droits de douane sur ces cinq catégories "entraînerait des dommages sérieux pour les sidérurgistes britanniques" et elle étend donc la mesure sur ces produits pour deux ans, jusqu'au 30 juin 2024, même échéance que les dix autres catégories déjà taxées depuis l'an dernier.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a prévenu dimanche que des "choix difficiles" seraient à faire pour protéger l'acier britannique face à l'acier bon marché de certains pays, au risque de violer ses obligations par rapport aux règles de l'Organisation mondial du commerce (OMC).

Le gouvernement de Boris Johnson est déjà accusé de vouloir prendre des libertés avec ses obligations internationales en matière d'échanges commerciaux entre la Grande-Bretagne et la province britannique d'Irlande du Nord. Un projet de loi est en préparation pour lui permettre de contourner le protocole nord-irlandais imposées par l'accord sur le Brexit.