Syrie: le défi de mettre fin au recrutement militaire d'enfants

Des manifestantes demandent la libération des jeunes filles qui, selon eux, ont été enlevées alors qu'elles combattaient pour les Unités de protection du peuple kurde (YPG). (Photo, AFP)
Des manifestantes demandent la libération des jeunes filles qui, selon eux, ont été enlevées alors qu'elles combattaient pour les Unités de protection du peuple kurde (YPG). (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 16 janvier 2022

Syrie: le défi de mettre fin au recrutement militaire d'enfants

  • Le recrutement et l'utilisation d'enfants par les forces armées constituent une violation grave des droits de l'enfant et du droit international humanitaire
  • Les FDS dirigées par les Kurdes sont critiquées pour le recrutement continu de combattants mineurs malgré la promesse de 2019 de mettre fin à cette pratique

DUBAÏ: Rawan Al-Aleku rendait visite à une amie à Debrassiye, dans le nord-est de la Syrie, à l'été 2020 lorsqu'elle a été recrutée de force par les Forces démocratiques syriennes, une alliance de milices kurdes et arabes formée en 2014 pour combattre Daech. Elle n'avait que 16 ans.
Racontant l'histoire d'Al-Aleku, son proche basé au Kurdistan irakien Farhad Osso, un militant des droits de l'homme, a déclaré à Arab News que la lycéenne avait effectivement été kidnappée après que la mère de son amie l'avait emmenée au bureau de sécurité kurde local.
Al-Aleku s'est retrouvée dans un camp d'entraînement pour jeunes appelés, où elle a subi des mois d'exercices militaires exténuants et d'endoctrinement politique. Pendant tout ce temps, elle n'a eu aucun contact avec sa famille, selon Osso.

Rawan Al-Aleku, a été rendue à sa famille un an après son recrutement à l'âge de 16 ans. (Photo fournie)

Alors que les semaines se transformaient en mois, le père d'Al-Aleku, Omran, a demandé sa libération de plus en plus en colère, ce qui a finalement abouti à son arrestation.
Une fois libéré, il a publié une lettre ouverte sur Facebook réclamant la liberté de sa fille.
«Mon cas est celui d'un enlèvement, l'enlèvement d'un enfant de son domicile, de son école et de ses amis et de son enfance», a écrit Omran, s'adressant directement au commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi, qui s'était engagé un an plus tôt à mettre fin à la pratique du recrutement d'enfants.
«Ces traîtres ont kidnappé ma fille. On m'a dit que vous respectiez votre engagement, alors pourquoi appliquez-vous les règles uniquement là où vous le jugez bon ? Vous avez volé mon passé, mon présent et mon futur».

Les femmes dans les rangs du SDF ont été une source d'inspiration particulière. (Photo, AFP)

L'histoire d'Al-Aleku n'est pas isolée dans le nord-est de la Syrie. Lorsque Daech a commencé à s'emparer du territoire à l'été 2014, les FDS ont formé une alliance multiethnique qui s'est associée à la coalition dirigée par les États-Unis pour reprendre le territoire aux extrémistes. Dans le processus, des dizaines de combattants mineurs ont été entraînés dans ses rangs.
Avant le soulèvement syrien de 2011, la langue et la culture kurdes étaient réprimées par le régime du président Bashar Al- Assad.
Mais lorsque les troupes du régime ont été retirées du nord multiethnique de la Syrie pour réprimer le soulèvement ailleurs, les Kurdes ont commencé à gérer leurs propres affaires.
C'est en 2014, avec l'émergence de Daech, que les Kurdes se sont mobilisés pour défendre leurs libertés retrouvées.

Parmi les combattantes des FDS, des militants des droits humains ont découvert des cas d'adolescentes enrôlées de force. (Photo, AFP)

Les Kurdes de Syrie ont été salués dans le monde entier pour leurs sacrifices, qui ont abouti à la défaite territoriale finale de Daech dans la ville de Baghuz en mars 2019.
Les femmes dans les rangs du SDF étaient une source d'inspiration particulière, décrites plus tard comme des héroïnes redoutables dans les films et même les jeux vidéo.
Le Rojava, la région autonome du nord-est de la Syrie dirigée par les Kurdes, est rapidement devenu l'épicentre de la cause kurde au sens large, enveloppée dans le zèle socialiste révolutionnaire du Parti des travailleurs du Kurdistan, ou le PKK, de la Turquie voisine.
Une fois la menace de Daech passée en Syrie, de nombreux habitants du Rojava ont commencé à exprimer des réserves sur les objectifs politiques de la principale force au sein des FDS : les Unités de protection du peuple, ou les YPG.
Les YPG font partie de la milice du Parti de l'Union démocratique, ou le PYD, un groupe nationaliste syro-kurde lié au PKK, qui a mené une guérilla vieille de plusieurs décennies contre l'État turc à la recherche de plus véritables droits politiques et culturels pour les Kurdes dans le sud-est du pays.
Selon un rapport du Conseil de l'Atlantique, pour soutenir les efforts politiques et militaires du PYD en Syrie, des Kurdes de Turquie, d'Iran et d'Irak se sont rendus en Syrie pour rejoindre les YPG.

EN BREF

Le recrutement et l'utilisation d'enfants par des forces ou des groupes armés constituent une grave violation des droits de l'enfant et du droit international humanitaire.

 

Des sources ont déclaré à Arab News que si certains Kurdes syriens étaient attirés par les idéaux du PKK, d'autres les considéraient comme des étrangers et des perturbateurs.
Alors que la demande de troupes des FDS augmentait pour repousser les attaques militantes et plus tard les incursions transfrontalières turques, d'abord à Afrin en 2018, puis dans le nord-est de la Syrie en 2019, les quotas de conscription des FDS ont commencé à accueillir de plus en plus de combattants mineurs, selon les sources.
Osso affirme que lui et d'autres militants des droits de l'homme ont documenté plus de 80 cas similaires de mineurs enrôlés de force par les FDS.

Les troupes kurdes syriennes défilent en procession devant le corps de leur camarade décédé Khalid Hajji dans la ville de Qamishli, dans le nord-est de la Syrie, le 22 avril 2021. (Photo, AFP)

Parmi ces mineurs se trouvait une jeune fille de 15 ans disparue en décembre 2021 dans la ville frontalière de Kobane.
«Ses parents ont reçu la confirmation qu'elle était là, mais le Mouvement des jeunes révolutionnaires refuse de la rendre», a confirmé Osso, faisant référence au groupe affilié au PKK qui l'a enrôlée.
«Généralement, tous les enfants qui ont été kidnappés dans le nord de la Syrie ont reçu une formation militaire et de combat et, le plus important et le plus dangereux, les enfants sont soumis à un lavage de cerveau intense, à un point tel qu'on leur dit d'oublier leurs parents et d'où ils viennent», a-t- il ajouté.
«Les idéaux du PKK sont tout ce qui compte. Les parents ne sont pas autorisés à avoir de contact avec leurs enfants pendant la durée de la formation».
Selon les analystes, au fur et à mesure que le pouvoir et l'influence des FDS augmentaient au cours de la guerre contre Daech, l'influence du PKK augmentait également. Cela avait établi une présence dans le nord-est de la Syrie à peu près au même moment.
Des milliers de ses combattants sont venus des montagnes de Qandil, dans la région du Kurdistan du nord de l'Irak, pour profiter des opportunités stratégiques qui s'ouvraient sur le flanc sud de leur ennemi mortel, la Turquie.

Mazloum a signé un engagement contre le recrutement d'enfants en 2019. (Photo fournie)

Les camarades des montagnes étaient souvent reçus à bras ouverts, les groupes locaux s'en remettant à leur discipline et à leur expérience du champ de bataille.
Des affiches placardées dans toutes les villes du Rojava représentant les «martyrs» des batailles récentes.  Les morts du PKK étaient toujours placées au sommet, tandis que les morts des FDS et des YPG apparaissaient en dessous. De nombreuses victimes n'avaient même pas l’âge de porter des armes.
Le recrutement et l'utilisation d'enfants par des groupes armés sont considérés comme une grave violation des droits de l'enfant et du droit international humanitaire.
En 2019, après avoir été critiqué pour le recrutement continu d'enfants par les factions des FDS, Abdi, lui-même un vétéran syro-kurde du PKK, a signé un engagement supervisé par l'ONU au nom de l'administration du Rojava pour mettre fin à cette pratique.

Parmi les combattantes des FDS, des militants des droits humains ont découvert des cas d'adolescentes recrutées de force. (Photo, AFP)

Pour faire respecter cet engagement, le FDS a créé le Bureau de la protection de l'enfance contre les conflits armés, qui a été crédité de la démobilisation et du retour de plus de 200 enfants dans leurs familles.
Mais en novembre 2021, des dizaines de familles kurdes se sont rassemblées devant l'enceinte de l'ONU dans la ville de Qamishli, dans le nord de la Syrie, accusant les FDS de rompre leur engagement.
Répondant aux allégations, Farhad Shami, chef du centre des médias du FDS, a déclaré que les rapports sur le recrutement continu d'enfants sont inexacts et exagérés.
«Il n'y a pas d'individus enrôlés de moins de 18 ans dans les FDS», a-t-il assuré à Arab News. «La conscription respecte les lois et les règles écrites, qui stipulent clairement qu'aucun mineur n'est autorisé à s’engager».
Shami admet que le Mouvement des jeunes révolutionnaires, une faction non armée, recrute des mineurs, mais uniquement avec le consentement des parents.
«Nous, au sein du FDS, confirmons la mise en œuvre de toutes les conditions dans le cas où quelqu'un souhaiterait rejoindre nos forces, dont la plus importante est l'exigence d'âge appropriée», a-t-il éclairci.

Des combattants des FDS montent la garde alors que des personnes déplacées se préparent à monter à bord d'un bus pour rentrer chez elles au camp d'Al-Hol, dans le gouvernorat d'Al-Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, le 3 juin 2019. (Photo, AFP)

Cependant, Bassam Alahmad, co-fondateur et directeur exécutif de «Syrians for Truth and Justice» (Syriens pour la Vérité et la Justice), a déclaré à Arab News que «toutes les forces armées de toutes les factions en Syrie sont coupables» d'avoir recruté des enfants soldats.
«La seule différence est que les FDS ont signé un engagement avec l'ONU en 2019 pour mettre fin à cette pratique, contrairement aux forces du régime syrien et aux rebelles», a-t-il expliqué.
«Alors que les enfants ont été rendus à leurs parents par la suite, ce phénomène est loin d'être terminé. Il devrait y avoir zéro cas de recrutement d'enfants».
Un rapport préparé par l’organisme «Syrians for Truth and Justice» mentionne au moins 17 cas de garçons et de filles recrutés au cours des trois derniers mois de 2021, dont un seul a été renvoyé chez lui. Le sort des autres reste inconnu.
Un rapport du Réseau syrien pour les droits de l'homme indique qu'au moins 156 combattants enrôlés alors qu'ils étaient enfants restent toujours dans les rangs des FDS.  19 d’entre eux ont été enrôlés rien qu'en novembre 2021.

Les dommages durables au développement cognitif et au bien-être émotionnel des enfants qui ont servi dans des zones de combat sont bien documentés. (Photo, AFP)

Partout où des enfants ont servi dans des zones de combat, les dommages durables au développement cognitif et au bien-être émotionnel sont bien documentés.
«C'est un sujet particulièrement dense à aborder", a estimé Alahmad.
«Malheureusement, les enfants qui ont passé des mois dans des camps d'entraînement ont un besoin urgent de soutien psychologique, un service rarement fourni pour le moment».
Quand Al-Aleku a finalement été rendue à sa famille un an plus tard, son personnage avait radicalement changé, remodelé pour s'adapter aux exigences intenses du soldat et aux devoirs d'un révolutionnaire loyal.
«Elle a subi un lavage de cerveau avec les idéaux communistes du PKK et elle a été formée au maniement des armes», a soutenu Osso. «Ses parents étaient complètement désemparés».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des habitants de la ville natale au Liban de l'auteur de l'attentat contre Rushdie condamnent l'attaque

Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage. (Arab News)
Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage. (Arab News)
Short Url
  • Le père de Hadi Matar, qui est séparé de sa mère, refuse de recevoir qui que ce soit au lendemain de l'attaque au couteau à New York
  • «Je ne l'ai jamais vu dans cette ville», déclare le maire de la ville de Yaroun, Ali Qassem Tuhfa

BEYROUTH : Le père de Hadi Matar, l'homme qui a poignardé le romancier Salman Rushdie aux États-Unis vendredi, refuse de parler à quiconque. Depuis qu'il a appris le crime de son fils de 24 ans, il n'a reçu aucune visite à son domicile dans la ville de Yaroun, dans le sud du Liban, pas même celle du maire de la ville.

Le maire Ali Qassem Tuhfa a déclaré à Arab News : « Les parents de Matar sont séparés depuis 10 ans. Le père est revenu à Yaroun tandis que sa famille est restée aux États-Unis. Il a relancé l'ancienne activité familiale d'élevage et s'occupe d'un petit troupeau. Il a peu ou pas de vie sociale et ne communique avec personne ».

Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. (Arab News)
Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. (Arab News)

Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. La localité se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage.

Yaroun est une ville frontalière qui a été abandonnée par de nombreux habitants pendant l'occupation israélienne du sud du Liban dans les années 1970. Certains ont également émigré avant cette période, ne laissant derrière que 500 résidents à peu près. Ce nombre augmente avec le retour temporaire des expatriés pendant l'été et d'autres vacances, les registres indiquant que 9 000 personnes sont originaires de la ville.

Des chrétiens et des musulmans vivent à Yaroun, a expliqué le maire, tout en notant que la majorité des émigrants sont partis en Australie et en Amérique du Nord et du Sud.

Samer Wehbe, un journaliste de la région, a déclaré : « Lorsque les expatriés sont progressivement rentrés, ils ont construit de belles maisons qui ressemblaient à celles dans lesquelles ils vivaient à l'étranger, donnant à la ville un aspect cossu. La majorité des habitants de la ville n'y vivent pas en permanence, mais seulement lorsqu'ils rentrent au Liban pour des vacances ou des occasions spéciales. Les affiliations politiques restent vagues, bien que la ville soit située dans une zone pro-Hezbollah, puisqu'elle est adjacente à Maroun Al-Ras, où le Hezbollah a remporté d'importantes victoires contre l'occupation israélienne. »

Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour l'agriculture et l'élevage. (Arab News)
Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour l'agriculture et l'élevage. (Arab News)

Le maire Tuhfa a déclaré que Matar était né et avait grandi aux États-Unis. « Je suis maire depuis six ans et je ne l'ai jamais vu en ville », a-t-il déclaré.

Tuhfa a expliqué : « La mère de Matar est également originaire de Yaroun, mais elle n'a aucun lien de parenté avec son mari. Elle s'appelle Silvana Firdaus. Matar a une sœur qui vit également avec sa mère aux États-Unis. »

Il a ajouté : « La nouvelle du crime de Matar a soulevé des questions dans la ville, sur ses motivations. » Son acte a même été condamné, en gardant à l'esprit que personne ne le connaît personnellement. »

Les réactions des activistes sur les plateformes de médias sociaux étaient mitigées. L'un d'eux a estimé que Matar n'est « qu'un Américain d'origine libanaise, qui souffre apparemment d'une profonde crise d'identité. »

Hadi Matar, 24 ans, au centre, écoute son avocat de la défense Nathaniel Barone, à gauche, s'adresser au juge lors de sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, NY, samedi 13 août 2022. (AP)
Hadi Matar, 24 ans, au centre, écoute son avocat de la défense Nathaniel Barone, à gauche, s'adresser au juge lors de sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, NY, samedi 13 août 2022. (AP)

Le Hezbollah s'est abstenu de tout commentaire sur l'attaque contre Rushdie. Selon Reuters, un responsable a déclaré que la milice « n'avait aucune information supplémentaire sur l'attaque au couteau contre le romancier Salman Rushdie. » Le responsable a ajouté : « Nous ne savons rien sur ce sujet et nous ne ferons donc aucun commentaire. »

Néanmoins, ces derniers jours, une ancienne vidéo du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, incitant ses partisans à tuer Rushdie a circulé sur les plateformes de médias sociaux.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: l'UE «particulièrement inquiète» pour les femmes

Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté». (AFP).
Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté». (AFP).
Short Url
  • Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté»
  • «L'Union européenne s'inquiète particulièrement du destin des femmes et des filles afghanes, qui se voient privées systématiquement de leurs libertés, leurs droits et leur accès à des services de base comme l'éducation»

BRUXELLES : L'Union européenne s'est déclarée dimanche "particulièrement inquiète" devant la dégradation des conditions de vie des femmes et des filles en Afghanistan, au lendemain de la répression violente d'une manifestation de femmes à Kaboul.

Samedi, les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander "du pain, du travail et la liberté". Certaines ont été poursuivies jusque dans des magasins où elles s'étaient réfugiées et frappées.

Les talibans ont imposé des restrictions de plus en plus nombreuses vis-à-vis des femmes depuis leur retour au pouvoir il y aura un an lundi, le 15 août 2021.

"L'Union européenne s'inquiète particulièrement du destin des femmes et des filles afghanes, qui se voient privées systématiquement de leurs libertés, leurs droits et leur accès à des services de base comme l'éducation", écrit le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

"L'UE réitère que l'Afghanistan doit adhérer aux traités signés par ce pays, y compris en soutenant et en protégeant les droits économiques, sociaux, culturels, civils et politiques de tous les Afghans, et leur permettre participer pleinement et de façon égale et significative au gouvernement du pays", ajoute-t-il.

Le communiqué rappelle aussi que toute aide humanitaire à l'Afghanistan dépend du respect par les talibans des principes de bases des droits humains, "notamment les droits des femmes et des filles, des enfants, et des minorités".

Il souligne par ailleurs que "l'Afghanistan ne doit pas être une menace pour la sécurité d'un autre pays".

Les talibans ont assuré ne pas être au courant de la présence dans leur pays du chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, que les Etats-Unis ont annoncé le 2 août avoir tué à Kaboul d'un tir de drone.


Liban: les réfugiés syriens de plus en plus marginalisés

Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Short Url
  • Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir
  • Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde

BEYROUTH : Au Liban frappé depuis 2019 par une crise économique sans précédent, 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté défini par l'ONU, alors que les autorités ont levé les subventions sur l'ensemble des produits essentiels, à l'exception du blé destiné à la fabrication du pain local.

Le Liban s'efforce de maintenir le prix du blé, denrée alimentaire de base, alors que la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur entraînant une inflation galopante.

La guerre en Ukraine a compliqué la situation, Beyrouth important habituellement 80% de son blé d’Ukraine.

Aussi, l'explosion dévastatrice en août 2020 du port a rendu l'importation et le stockage d'autant plus compliqués.

Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir.

Un certain nombre de municipalités, de gouvernorats et de boulangeries semblent avoir pris officieusement plusieurs décisions discriminatoires envers les réfugiés, qu’il s’agisse de vendre des paquets de pain en priorité aux Libanais avant les Syriens, ou de forcer les Syriens et les non-Libanais à faire la queue pour acheter du pain, les Libanais bénéficiant de voies spéciales ouvertes pour leur donner la priorité.

Ces décisions ont été saluées et soutenues par un certain nombre de citoyens libanais dont la rancœur contre les réfugiés a été exacerbée par la crise et le manque, tandis que de nombreux autres se sont opposés à ces mesures qui menaceraient la sécurité des Syriens et mettraient leur vie en danger, estimant que c’est l'État qui provoque la crise.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a condamné, vendredi, "l'augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés" au Liban, particulièrement contre les réfugiés syriens.

"Le HCR a constaté une augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés conduisant à des violences localisées dans les rues, y compris contre les réfugiés", indique un communiqué de l'agence.

Lors de la cérémonie de lancement du "Plan de réponse à la crise au Liban 2022-2023", soutenu par les Nations unies, le Premier ministre libanais avait affirmé que son pays, plongé dans une crise économique sans précédent, allait expulser les réfugiés syriens du territoire libanais si la communauté internationale n’aidait pas à leur rapatriement. 

Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde.

Les autorités libanaises avaient annoncé, en juillet 2022, vouloir rapatrier 15 000 déplacés syriens par mois.