Syrie: le défi de mettre fin au recrutement militaire d'enfants

Des manifestantes demandent la libération des jeunes filles qui, selon eux, ont été enlevées alors qu'elles combattaient pour les Unités de protection du peuple kurde (YPG). (Photo, AFP)
Des manifestantes demandent la libération des jeunes filles qui, selon eux, ont été enlevées alors qu'elles combattaient pour les Unités de protection du peuple kurde (YPG). (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 16 janvier 2022

Syrie: le défi de mettre fin au recrutement militaire d'enfants

  • Le recrutement et l'utilisation d'enfants par les forces armées constituent une violation grave des droits de l'enfant et du droit international humanitaire
  • Les FDS dirigées par les Kurdes sont critiquées pour le recrutement continu de combattants mineurs malgré la promesse de 2019 de mettre fin à cette pratique

DUBAÏ: Rawan Al-Aleku rendait visite à une amie à Debrassiye, dans le nord-est de la Syrie, à l'été 2020 lorsqu'elle a été recrutée de force par les Forces démocratiques syriennes, une alliance de milices kurdes et arabes formée en 2014 pour combattre Daech. Elle n'avait que 16 ans.
Racontant l'histoire d'Al-Aleku, son proche basé au Kurdistan irakien Farhad Osso, un militant des droits de l'homme, a déclaré à Arab News que la lycéenne avait effectivement été kidnappée après que la mère de son amie l'avait emmenée au bureau de sécurité kurde local.
Al-Aleku s'est retrouvée dans un camp d'entraînement pour jeunes appelés, où elle a subi des mois d'exercices militaires exténuants et d'endoctrinement politique. Pendant tout ce temps, elle n'a eu aucun contact avec sa famille, selon Osso.

Rawan Al-Aleku, a été rendue à sa famille un an après son recrutement à l'âge de 16 ans. (Photo fournie)

Alors que les semaines se transformaient en mois, le père d'Al-Aleku, Omran, a demandé sa libération de plus en plus en colère, ce qui a finalement abouti à son arrestation.
Une fois libéré, il a publié une lettre ouverte sur Facebook réclamant la liberté de sa fille.
«Mon cas est celui d'un enlèvement, l'enlèvement d'un enfant de son domicile, de son école et de ses amis et de son enfance», a écrit Omran, s'adressant directement au commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi, qui s'était engagé un an plus tôt à mettre fin à la pratique du recrutement d'enfants.
«Ces traîtres ont kidnappé ma fille. On m'a dit que vous respectiez votre engagement, alors pourquoi appliquez-vous les règles uniquement là où vous le jugez bon ? Vous avez volé mon passé, mon présent et mon futur».

Les femmes dans les rangs du SDF ont été une source d'inspiration particulière. (Photo, AFP)

L'histoire d'Al-Aleku n'est pas isolée dans le nord-est de la Syrie. Lorsque Daech a commencé à s'emparer du territoire à l'été 2014, les FDS ont formé une alliance multiethnique qui s'est associée à la coalition dirigée par les États-Unis pour reprendre le territoire aux extrémistes. Dans le processus, des dizaines de combattants mineurs ont été entraînés dans ses rangs.
Avant le soulèvement syrien de 2011, la langue et la culture kurdes étaient réprimées par le régime du président Bashar Al- Assad.
Mais lorsque les troupes du régime ont été retirées du nord multiethnique de la Syrie pour réprimer le soulèvement ailleurs, les Kurdes ont commencé à gérer leurs propres affaires.
C'est en 2014, avec l'émergence de Daech, que les Kurdes se sont mobilisés pour défendre leurs libertés retrouvées.

Parmi les combattantes des FDS, des militants des droits humains ont découvert des cas d'adolescentes enrôlées de force. (Photo, AFP)

Les Kurdes de Syrie ont été salués dans le monde entier pour leurs sacrifices, qui ont abouti à la défaite territoriale finale de Daech dans la ville de Baghuz en mars 2019.
Les femmes dans les rangs du SDF étaient une source d'inspiration particulière, décrites plus tard comme des héroïnes redoutables dans les films et même les jeux vidéo.
Le Rojava, la région autonome du nord-est de la Syrie dirigée par les Kurdes, est rapidement devenu l'épicentre de la cause kurde au sens large, enveloppée dans le zèle socialiste révolutionnaire du Parti des travailleurs du Kurdistan, ou le PKK, de la Turquie voisine.
Une fois la menace de Daech passée en Syrie, de nombreux habitants du Rojava ont commencé à exprimer des réserves sur les objectifs politiques de la principale force au sein des FDS : les Unités de protection du peuple, ou les YPG.
Les YPG font partie de la milice du Parti de l'Union démocratique, ou le PYD, un groupe nationaliste syro-kurde lié au PKK, qui a mené une guérilla vieille de plusieurs décennies contre l'État turc à la recherche de plus véritables droits politiques et culturels pour les Kurdes dans le sud-est du pays.
Selon un rapport du Conseil de l'Atlantique, pour soutenir les efforts politiques et militaires du PYD en Syrie, des Kurdes de Turquie, d'Iran et d'Irak se sont rendus en Syrie pour rejoindre les YPG.

EN BREF

Le recrutement et l'utilisation d'enfants par des forces ou des groupes armés constituent une grave violation des droits de l'enfant et du droit international humanitaire.

 

Des sources ont déclaré à Arab News que si certains Kurdes syriens étaient attirés par les idéaux du PKK, d'autres les considéraient comme des étrangers et des perturbateurs.
Alors que la demande de troupes des FDS augmentait pour repousser les attaques militantes et plus tard les incursions transfrontalières turques, d'abord à Afrin en 2018, puis dans le nord-est de la Syrie en 2019, les quotas de conscription des FDS ont commencé à accueillir de plus en plus de combattants mineurs, selon les sources.
Osso affirme que lui et d'autres militants des droits de l'homme ont documenté plus de 80 cas similaires de mineurs enrôlés de force par les FDS.

Les troupes kurdes syriennes défilent en procession devant le corps de leur camarade décédé Khalid Hajji dans la ville de Qamishli, dans le nord-est de la Syrie, le 22 avril 2021. (Photo, AFP)

Parmi ces mineurs se trouvait une jeune fille de 15 ans disparue en décembre 2021 dans la ville frontalière de Kobane.
«Ses parents ont reçu la confirmation qu'elle était là, mais le Mouvement des jeunes révolutionnaires refuse de la rendre», a confirmé Osso, faisant référence au groupe affilié au PKK qui l'a enrôlée.
«Généralement, tous les enfants qui ont été kidnappés dans le nord de la Syrie ont reçu une formation militaire et de combat et, le plus important et le plus dangereux, les enfants sont soumis à un lavage de cerveau intense, à un point tel qu'on leur dit d'oublier leurs parents et d'où ils viennent», a-t- il ajouté.
«Les idéaux du PKK sont tout ce qui compte. Les parents ne sont pas autorisés à avoir de contact avec leurs enfants pendant la durée de la formation».
Selon les analystes, au fur et à mesure que le pouvoir et l'influence des FDS augmentaient au cours de la guerre contre Daech, l'influence du PKK augmentait également. Cela avait établi une présence dans le nord-est de la Syrie à peu près au même moment.
Des milliers de ses combattants sont venus des montagnes de Qandil, dans la région du Kurdistan du nord de l'Irak, pour profiter des opportunités stratégiques qui s'ouvraient sur le flanc sud de leur ennemi mortel, la Turquie.

Mazloum a signé un engagement contre le recrutement d'enfants en 2019. (Photo fournie)

Les camarades des montagnes étaient souvent reçus à bras ouverts, les groupes locaux s'en remettant à leur discipline et à leur expérience du champ de bataille.
Des affiches placardées dans toutes les villes du Rojava représentant les «martyrs» des batailles récentes.  Les morts du PKK étaient toujours placées au sommet, tandis que les morts des FDS et des YPG apparaissaient en dessous. De nombreuses victimes n'avaient même pas l’âge de porter des armes.
Le recrutement et l'utilisation d'enfants par des groupes armés sont considérés comme une grave violation des droits de l'enfant et du droit international humanitaire.
En 2019, après avoir été critiqué pour le recrutement continu d'enfants par les factions des FDS, Abdi, lui-même un vétéran syro-kurde du PKK, a signé un engagement supervisé par l'ONU au nom de l'administration du Rojava pour mettre fin à cette pratique.

Parmi les combattantes des FDS, des militants des droits humains ont découvert des cas d'adolescentes recrutées de force. (Photo, AFP)

Pour faire respecter cet engagement, le FDS a créé le Bureau de la protection de l'enfance contre les conflits armés, qui a été crédité de la démobilisation et du retour de plus de 200 enfants dans leurs familles.
Mais en novembre 2021, des dizaines de familles kurdes se sont rassemblées devant l'enceinte de l'ONU dans la ville de Qamishli, dans le nord de la Syrie, accusant les FDS de rompre leur engagement.
Répondant aux allégations, Farhad Shami, chef du centre des médias du FDS, a déclaré que les rapports sur le recrutement continu d'enfants sont inexacts et exagérés.
«Il n'y a pas d'individus enrôlés de moins de 18 ans dans les FDS», a-t-il assuré à Arab News. «La conscription respecte les lois et les règles écrites, qui stipulent clairement qu'aucun mineur n'est autorisé à s’engager».
Shami admet que le Mouvement des jeunes révolutionnaires, une faction non armée, recrute des mineurs, mais uniquement avec le consentement des parents.
«Nous, au sein du FDS, confirmons la mise en œuvre de toutes les conditions dans le cas où quelqu'un souhaiterait rejoindre nos forces, dont la plus importante est l'exigence d'âge appropriée», a-t-il éclairci.

Des combattants des FDS montent la garde alors que des personnes déplacées se préparent à monter à bord d'un bus pour rentrer chez elles au camp d'Al-Hol, dans le gouvernorat d'Al-Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, le 3 juin 2019. (Photo, AFP)

Cependant, Bassam Alahmad, co-fondateur et directeur exécutif de «Syrians for Truth and Justice» (Syriens pour la Vérité et la Justice), a déclaré à Arab News que «toutes les forces armées de toutes les factions en Syrie sont coupables» d'avoir recruté des enfants soldats.
«La seule différence est que les FDS ont signé un engagement avec l'ONU en 2019 pour mettre fin à cette pratique, contrairement aux forces du régime syrien et aux rebelles», a-t-il expliqué.
«Alors que les enfants ont été rendus à leurs parents par la suite, ce phénomène est loin d'être terminé. Il devrait y avoir zéro cas de recrutement d'enfants».
Un rapport préparé par l’organisme «Syrians for Truth and Justice» mentionne au moins 17 cas de garçons et de filles recrutés au cours des trois derniers mois de 2021, dont un seul a été renvoyé chez lui. Le sort des autres reste inconnu.
Un rapport du Réseau syrien pour les droits de l'homme indique qu'au moins 156 combattants enrôlés alors qu'ils étaient enfants restent toujours dans les rangs des FDS.  19 d’entre eux ont été enrôlés rien qu'en novembre 2021.

Les dommages durables au développement cognitif et au bien-être émotionnel des enfants qui ont servi dans des zones de combat sont bien documentés. (Photo, AFP)

Partout où des enfants ont servi dans des zones de combat, les dommages durables au développement cognitif et au bien-être émotionnel sont bien documentés.
«C'est un sujet particulièrement dense à aborder", a estimé Alahmad.
«Malheureusement, les enfants qui ont passé des mois dans des camps d'entraînement ont un besoin urgent de soutien psychologique, un service rarement fourni pour le moment».
Quand Al-Aleku a finalement été rendue à sa famille un an plus tard, son personnage avait radicalement changé, remodelé pour s'adapter aux exigences intenses du soldat et aux devoirs d'un révolutionnaire loyal.
«Elle a subi un lavage de cerveau avec les idéaux communistes du PKK et elle a été formée au maniement des armes», a soutenu Osso. «Ses parents étaient complètement désemparés».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La pluie artificielle, une solution à la question de l'eau en Arabie saoudite

L'ensemencement des nuages est considéré comme un moyen viable et respectueux de l'environnement d'augmenter l'approvisionnement en eau en Arabie saoudite à l'avenir, car le changement climatique rend la précieuse ressource encore plus rare. (Centre national saoudien de météorologie)
L'ensemencement des nuages est considéré comme un moyen viable et respectueux de l'environnement d'augmenter l'approvisionnement en eau en Arabie saoudite à l'avenir, car le changement climatique rend la précieuse ressource encore plus rare. (Centre national saoudien de météorologie)
L'ensemencement des nuages est considéré comme un moyen viable et respectueux de l'environnement d'augmenter l'approvisionnement en eau en Arabie saoudite à l'avenir, car le changement climatique rend la précieuse ressource encore plus rare. (Centre national saoudien de météorologie)
L'ensemencement des nuages est considéré comme un moyen viable et respectueux de l'environnement d'augmenter l'approvisionnement en eau en Arabie saoudite à l'avenir, car le changement climatique rend la précieuse ressource encore plus rare. (Centre national saoudien de météorologie)
Short Url
  • Les pays touchés par la sécheresse se tournent vers l'ensemencement des nuages pour compléter leur approvisionnement en eau
  • L'Arabie saoudite est devenue le deuxième pays du Golfe à adopter cette technologie de pointe

DJEDDAH: Pour répondre à la demande croissante d'eau douce en Arabie saoudite, les autorités ont lancé un projet qui modifiera la structure des nuages pour augmenter les précipitations, technique connue sous le nom «d'ensemencement des nuages».

Avec des précipitations moyennes sur le long terme inférieures à 100 mm par an, une population en augmentation et un secteur agricole en croissance, il existe un immense besoin d'eau douce en Arabie saoudite. C'est pourquoi le Royaume a lancé début avril la première phase d'un programme d'ensemencement des nuages visant à modifier la quantité et le type de précipitations dans le pays.

Après l'approbation de ce plan par le gouvernement saoudien, un avion a survolé le vaste plateau rocheux du Najd dans la région centrale du Royaume, où il a libéré des panaches d'iodure d'argent dans les nuages. Cela a provoqué la formation de cristaux de glace dans ces nuages, stimulant les précipitations sur les zones ciblées. Le processus a commencé dans la région de Riyad et s'étendra bientôt à d'autres zones, à Asir, Baha et Taïf.

Infographie illustrant le procédé de l'ensemencement (Arab News)
Infographie illustrant le procédé de l'ensemencement (Arab News)

«Le Royaume est considéré comme l'un des pays où les précipitations sont les plus faibles, avec une moyenne de 100 mm par an», avait affirmé Ayman Ghulam, directeur général du Centre national de météorologie, lors d'une conférence à Riyad en mars. «L'ensemencement des nuages est l'une des solutions les plus prometteuses pour l’Arabie saoudite.»

Le programme national de pluie artificielle devrait se poursuivre pendant cinq ans, afin d'augmenter les précipitations de 20 %. Il fait partie de I’Initiative verte saoudienne, lancée en mars 2021 par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, pour promouvoir le développement durable et la préservation de l'environnement, ainsi que pour sécuriser les sources d'eau naturelles dans le Royaume.

Roelof Bruintjes, qui dirige le groupe de modification du climat au National Center for Atmospheric Research des États-Unis, a affirmé que le Royaume utilisait une méthode bien établie d'ensemencement des nuages sans danger pour l'environnement.

Logo du centre national saoudien de la météorologie (fourni)
Logo du centre national saoudien de la météorologie (fourni)

Les deux agents d'ensemencement utilisés dans l'opération saoudienne sont des matériaux hygroscopiques (c'est-à-dire des substances qui ont tendance à absorber l'humidité de l'air) tels que les sels et l'iodure d'argent. Ils sont employés dans des concentrations si faibles qu'ils sont en grande partie indétectables et sont utilisés depuis près de quarante ans dans des projets d'ensemencement de nuages dans l'ouest des États-Unis, où les sécheresses sont fréquentes.

Le succès des opérations d'ensemencement des nuages, a précisé Bruintjes, dépend dans une certaine mesure des caractéristiques des nuages eux-mêmes. «Aucun nuage n'est identique à un autre», explique-t-il à Arab News.

«En Arabie saoudite, la plupart des nuages qui se forment dans la région centrale et le sud-ouest sont des types de nuages plus convectifs. De cette façon, nous utilisons principalement des cellules hygroscopiques pour créer des gouttelettes plus grosses afin qu'elles puissent plus facilement entrer en collision les unes avec les autres et retenir la pluie, afin que l’on puisse obtenir plus d'eau, qui est traitée dans le nuage jusqu'à la surface», précise-t-il. «Il s’agit principalement d’essayer d'obtenir plus d'eau des nuages pour augmenter le pourcentage d'eau que les nuages traitent descendant à la surface.»

L'ensemencement des nuages est considéré comme un moyen viable et respectueux de l'environnement d'augmenter l'approvisionnement en eau en Arabie saoudite à l'avenir, car le changement climatique rend la précieuse ressource encore plus rare. (Centre national saoudien de météorologie)
L'ensemencement des nuages est considéré comme un moyen viable et respectueux de l'environnement d'augmenter l'approvisionnement en eau en Arabie saoudite à l'avenir, car le changement climatique rend la précieuse ressource encore plus rare. (Centre national saoudien de météorologie)

L'eau couvre environ 71% de la surface de la Terre, mais la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord(Mena) ne possède que très peu de ces ressources nécessaires à la vie. Selon l'ONU, c'est la région la plus pauvre en eau au monde, avec 17 pays considérés en dessous du seuil de pauvreté en eau.

La situation est aggravée par une croissance démographique rapide, des infrastructures insuffisantes et la surexploitation de ressources limitées. L'agriculture représente à elle seule 80 % environ de la consommation d'eau dans la région Mena, selon la Banque mondiale.


La Turquie capture le nouveau chef de Daesh lors d’un raid à Istanbul

Selon des experts en sécurité, la Turquie tient à monter la barre contre ses alliés de l'Otan afin de montrer son engagement dans les efforts de lutte contre le terrorisme (Photo, AFP/Archives).
Selon des experts en sécurité, la Turquie tient à monter la barre contre ses alliés de l'Otan afin de montrer son engagement dans les efforts de lutte contre le terrorisme (Photo, AFP/Archives).
Short Url
  • Ankara s'aligne sur les priorités de sécurité occidentales pour rappeler aux alliés de l'Otan les menaces terroristes communes, déclare un analyste à Arab News
  • Selon Clarke, le gouvernement turc devrait être incité à agir plus sévèrement contre Daesh, mais il reste à craindre un retour de bâton, notamment des attaques terroristes en Turquie

ANKARA: La Turquie a capturé le nouveau chef du groupe militant Daesh lors d'un raid à Istanbul, ont affirmé les médias locaux jeudi.

Le site d'information dissident turc Oda TV a affirmé qu'Abu Al-Hasan al-Hashimi al-Qurayshi a été capturé lors d'une opération dirigée par le chef de la police d'Istanbul, Zafer Aktas, après des jours de surveillance et de préparation, bien qu'aucune déclaration officielle n'ait encore été faite.

Selon la presse turque, le président Recep Tayyip Erdogan devrait dévoiler les détails de l'opération dans les prochains jours.

L'ancien chef de Daesh, Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi, a été tué dans le nord-ouest de la Syrie le 3 février, par les forces américaines.

Ces derniers mois, la police turque a systématiquement mené des raids contre les cellules de Daesh dans tout le pays. Au début du mois de mai, un kamikaze potentiel prétendument lié au groupe a été arrêté à Urfa, à la frontière syrienne, tandis que trois autres personnes ont été arrêtées la même semaine à Bursa.

Jeudi, un autre membre de Daesh a été abattu par la police alors qu'il aurait tenté de se faire exploser devant le département de la police dans la province de Gaziantep, dans le sud-est du pays.

Les experts mentionnent qu’Ankara pourrait tirer profit de cette dernière opération pour influencer ses alliés de l'Otan, en leur prouvant son engagement dans la lutte contre le terrorisme.

------------------------------

«Ce n'est pas une coïncidence si Ankara a prétendument capturé la figure de proue de Daesh au sein des débats en cours sur l'élargissement de l'Otan et des accusations de la Turquie contre certains pays nordiques concernant leur soutien présumé aux groupes terroristes.»

  Soner Cagaptay, analyste

--------------------------------

Soner Cagaptay, directeur du programme de recherche sur la Turquie à l'Institut de Washington, estime que le moment choisi pour l'opération à Istanbul est révélateur.

«Ce n'est pas une coïncidence si Ankara a prétendument capturé la figure de proue de Daesh au sein des débats en cours sur l'élargissement de l'Otan et des accusations de la Turquie contre certains pays nordiques concernant leur soutien présumé aux groupes terroristes», a-t-il déclaré à Arab News.

Selon Cagaptay, la Turquie s'aligne sur les priorités occidentales en matière de sécurité et tente de rappeler à ses alliés de l'Otan qu'elle les aide à lutter contre les menaces terroristes communes.

La Turquie fait également partie de la grande coalition internationale de pays qui a passé des années à combattre Daesh.

Lors de la dernière réunion ministérielle de la coalition qui s'est tenue dans la ville marocaine de Marrakech, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a également fait part des préoccupations d’Ankara, affirmant que la lutte contre Daesh ne peut être gagnée avec l'aide d'autres groupes terroristes.

Cette déclaration a largement été interprétée comme une référence aux groupes kurdes tels que les Unités de protection du peuple, ou YPG, qui ont reçu un certain soutien de la Suède, qui a demandé de rejoindre l'Otan, ce à quoi la Turquie s'oppose.

«Cette dernière opération à Istanbul permet à Ankara d'insister auprès de l'alliance occidentale qu’il est maintenant nécessaire à leur tour de comprendre les préoccupations de la Turquie en matière de terrorisme intérieur, qui comprend non seulement Daesh mais aussi d'autres groupes terroristes, notamment le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et sa branche syrienne, les YPG», a expliqué Cagaptay.

La capture annoncée d'Al-Qurayshi a également coïncidé avec la réunion du Conseil national de   sécurité, présidé par Erdogan, jeudi, au cours de laquelle les détails de l'opération imminente de la Turquie contre les militants des YPG dans le nord de la Syrie ont été discutés.  

«Les opérations menées présentement, ou qui le seront à l’avenir, afin de libérer nos frontières méridionales de la menace terroriste, ne visent en aucun cas l'intégrité territoriale et la souveraineté de nos voisins et sont nécessaires pour les besoins de notre sécurité nationale», a indiqué le communiqué final de la réunion.

Ankara estime que sa sécurité est menacée par Manbij, Ain al-Arab et le quartier de Tal Rifat à Alep, qu'elle considère comme des bases pour des groupes hostiles.

Erdogan a annoncé lundi qu'il allait lancer l'offensive dans le nord de la Syrie pour repousser les YPG et sécuriser une zone de sécurité de 30 kilomètres afin d’installer les réfugiés syriens qui vivent actuellement en Turquie.

Toutefois, une éventuelle opération militaire, après trois offensives précédentes, ne semble pas avoir reçu l'approbation des États-Unis pour le moment.

«Nous reconnaissons les préoccupations légitimes de la Turquie en matière de sécurité à la frontière sud du pays, mais toute nouvelle offensive compromettrait davantage la stabilité régionale et mettrait en danger les forces américaines et la campagne de la coalition contre Daesh», a déclaré le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, le 24 mai lors d'un point de presse.

Colin P. Clarke, directeur de recherche au Soufan Group, pense que les opérations anti-Daesh en Turquie peuvent avoir un impact considérable sur la présence du groupe dans la région.

Même lorsque Daesh détenait encore son «califat» territorial, il envoyait des agents en Turquie pour jeter les bases de réseaux de soutien financier et logistique. Ces réseaux ont été payants pour Daesh, car ils ont permis aux dirigeants d'avoir un accès constant à l'argent», a déclaré Clarke à Arab News.

Selon Clarke, le gouvernement turc devrait être incité à agir plus sévèrement contre Daesh, mais il reste à craindre un retour de bâton, notamment des attaques terroristes en Turquie.

Les membres de Daesh ont mené plusieurs attaques à travers le pays, dont au moins 10 attentats suicides, sept attentats à la bombe et quatre attaques armées, qui ont fait 315 morts et des centaines de blessés, à ce jour.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un infographiste saoudien associe des personnages célèbres aux paysages de l'Arabie saoudite

Titan du dessin d'animation japonais Attack on Titan, derrière les montagnes de la route d'Al-Shafa, à Taif. (Photo fournie)
Titan du dessin d'animation japonais Attack on Titan, derrière les montagnes de la route d'Al-Shafa, à Taif. (Photo fournie)
Short Url
  • L'un de ses endroits préférés est le quartier historique de Djeddah, mais le concepteur révèle qu'il peut laisser libre cours à son imagination dans n'importe quel endroit qu'il explore
  • Al-Ahdal indique qu'il aime les films des années 90 pour leur contenu

DJEDDAH: Imaginez voir la princesse Aurore de Disney dans le quartier historique de Djeddah, l'un des titans du dessin d'animation japonais Attack on Titan se cachant derrière les montagnes de la célèbre route d’Al-Shafa de Taif, ou des personnalités internationales apparaissant dans de vieilles ruelles. Ce ne sont là que quelques-uns des produits de l'imagination débridée de Hazem al-Ahdal.

Ce photographe et infographiste de 26 ans s'inspire à la fois de l'art visuel et de la cinématographie, fusionnant des images de personnalités mondiales et de personnages de dessins animés avec des photographies de paysages. Il utilise ainsi ses compétences en graphisme pour créer des œuvres d'art réalistes.

z
J'ai pris une photo de la vue qui s'offrait à mes yeux, puis j'ai fusionné des personnages et les ai transformés en réalité, explique Hazem al-Ahdal (Photo, fournie).