A Washington, on se passionne pour un hibou venu de l'Arctique

Un harfang des neiges rare est assis sur un mât surmonté d'un aigle près d'un drapeau américain à l'extérieur de la gare Union à Washington DC, le 13 janvier 2022.(AFP)
Un harfang des neiges rare est assis sur un mât surmonté d'un aigle près d'un drapeau américain à l'extérieur de la gare Union à Washington DC, le 13 janvier 2022.(AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

A Washington, on se passionne pour un hibou venu de l'Arctique

  • L'observation des oiseaux, « bird watching », est une activité populaire aux Etats-Unis
  • Cette fois-ci, les photographes ne sont installés ni en forêt ni sur les rives d'un lac, mais entre l'imposante façade de la gare de Washington

WASHINGTON : La nuit est tombée à Washington, mais ils sont quelques dizaines de curieux à observer, jumelles ou téléobjectif en main, une apparition extraordinaire: un somptueux rapace venu de l'Arctique, perché tout près du Capitole américain. 

Le bruit court depuis quelques jours: un harfang des neiges est en ville.

"Il est là!", s'exclame l'un des ornithologues amateurs du jour, et les trépieds galopent pour trouver un meilleur angle de vue. 

"C'est génial", s'enthousiasme Meleia Rose, emmitouflée dans un large manteau. "J'observe les oiseaux depuis longtemps, et c'est la toute première fois que je vois un harfang des neiges! Je vais l'inscrire dans ma liste".

L'observation des oiseaux ("bird watching") est une activité populaire aux Etats-Unis, et la présence depuis une semaine, au coeur de la capitale fédérale, de ce seigneur de la toundra constitue un événement pour les passionnés.

Alerte oiseau rare 

D'ici, "on peut voir le Capitole... C'est frappant, ce contraste entre la vie sauvage et la ville, particulièrement à Washington, avec tous ces monuments emblématiques", poursuit-elle, son compagnon Alex à ses côtés. Le couple s'est offert une baby-sitter pour la soirée afin de venir ici avec leur longue-vue.

Comme nombre de curieux du soir, Meleia Rose a été alertée par eBird, un réseau alimenté par des ornithologues amateurs qui signalent la présence d'oiseaux rares à la communauté - 200 millions d'observations notées en 2021 dans le monde par 290.000 passionnés.

Cette fois-ci, les photographes ne sont installés ni en forêt ni sur les rives d'un lac, mais entre l'imposante façade de la gare de Washington, Union Station, et un boulevard passant, sur ce terre-plein central peuplé de tentes de sans-abri et infesté de rats, proies de ce hibou des neiges.

Celui-ci est identifié, avec son plumage tacheté gris et blanc, comme une jeune femelle. Perchée du haut d'une statue comme en pleine toundra, elle balaie de ses yeux jaunes cerclés de blanc l'esplanade de la gare, à l'affût de tout rongeur qui pourrait finir dans ses griffes.

Un « visiteur arctique »

Parmi la foule de curieux, ces derniers jours devant Union Station, l'ambassadeur de Suisse aux Etats-Unis, Jacques Pitteloud, passionné d'ornithologie.

"Voir le harfang des neiges dans un cadre aussi improbable était un plaisir très spécial", a déclaré le diplomate à l'AFP, qui avait "depuis longtemps" le harfang des neiges sur sa "liste".

Avec leurs immenses ailes blanches, ces "oiseaux des neiges et des glaces" sont "comme des créatures d'un autre monde", s'émerveille Kevin McGowan, professeur au laboratoire d'ornithologie de l'université Cornell. 

Le harfang des neiges niche l'été dans les zones arctiques du cercle polaire et la plupart des individus migrent vers le sud pour passer l'hiver - mais s'arrêtent habituellement au niveau de la frontière Canada-Etats-Unis.

Sa présence dans une zone si méridionale, "c'est comme avoir un ours polaire dans son quartier", poursuit l'ornithologue.

Harry Potter 

"C'est un oiseau fascinant, encore plus pour les amateurs d'oiseaux dans la région de Washington, où sa présence est vraiment rare. C'est un sacré truc !", confirme à l'AFP Scott Weidensaul, co-responsable du projet SnowStorm, qui répertorie sa présence en Amérique du nord.

Dans sa doudoune noire, Edward Eder est en train de préparer son immense appareil photo pour ce "visiteur arctique". Déjà présent la veille, le retraité de 71 ans a remarqué que la communauté des observateurs d'oiseaux "a probablement grandi encore davantage durant la pandémie, parce que c'est un hobby où l'on peut maintenir la distanciation sociale, tracer son propre chemin..."

Avec leurs parents qui pointent le doigt vers la statue-perchoir, une poignée d'enfants tentent, eux aussi, d'apercevoir un oiseau qu'il ont peut-être vu dans Harry Potter: la "chouette" Hedwige, fidèle compagnon de l'apprenti sorcier, est un harfang des neiges.

 


Somalie: le porte-parole du gouvernement blessé lors d'une attaque des shebab

Des soldats du gouvernement regardent la scène de l'attentat suicide à la bombe à Mogadiscio le 16 janvier 2022.(AFP)
Des soldats du gouvernement regardent la scène de l'attentat suicide à la bombe à Mogadiscio le 16 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • L'attaque de dimanche a eu lieu alors que la Somalie doit reprendre son processus électoral
  • Il a échappé à plusieurs attaques contre des hôtels où il résidait, dont une en 2019 qui avait touché un grand hôtel et avait été suivie d'un siège de près de 22 heures

MOGADISCIO : Le porte-parole du gouvernement somalien a été blessé dimanche dans une attaque-suicide des shebab contre sa voiture à Mogadiscio, ont affirmé les services du Premier ministre et la police de ce pays instable, où les élections maintes fois retardées devaient reprendre ce week-end.

"Le porte-parole du gouvernement fédéral somalien a été blessé dans une attaque terroriste, ses blessures ne sont pas graves et nous lui souhaitons un prompt rétablissement", a déclaré le bureau du Premier ministre dans un bref communiqué.

Selon une source policière et des témoins, l'assaillant a tenté de s'accrocher à la voiture du porte-parole Mohamed Ibrahim Moalimuu avant de faire exploser sa bombe, détruisant partiellement le véhicule. 

"Un kamikaze a sauté sur le véhicule transportant le porte-parole du gouvernement Mohamed Ibrahim qui a eu de la chance de survivre et d'avoir des blessures légères", a affirmé Mohamed Farah, un policier présent sur le lieu de l'attaque.

"Deux autres personnes ont été blessées par l'explosion", a-t-il ajouté. 

Des témoins ont confirmé que l'assaillant, qui est décédé, s'était appuyé sur la voiture avant qu'une forte explosion ne retentisse.

L'attaque a été revendiquée par les shebab.

Porte-parole du gouvernement et conseiller du Premier ministre depuis plus d'un an, M. Moalimuu est un ancien journaliste de la BBC et ancien secrétaire général de l'Union nationale des journalistes somaliens (UNSOJ). 

Il a échappé à plusieurs attaques contre des hôtels où il résidait, dont une en 2019 qui avait touché un grand hôtel et avait été suivie d'un siège de près de 22 heures. 

Tensions politiques 

L'attaque de dimanche a eu lieu alors que la Somalie doit reprendre son processus électoral, enlisé depuis un an, sur fond de tensions entre le président Mohamed Abdullahi Mohamed, plus connu sous le surnom de Farmajo, et le Premier ministre Mohamed Hussein Roble. 

Président depuis 2017, Farmajo a vu son mandat expirer le 8 février 2021 en ayant failli à organiser des élections. L'annonce mi-avril de la prolongation de son mandat pour deux ans avait provoqué des affrontements armés à Mogadiscio.

Dans un geste d'apaisement, le chef de l'Etat avait chargé le Premier ministre d'organiser les élections. Mais dans les mois qui ont suivi, les accrochages entre les deux hommes se sont intensifiés, faisant craindre que leur différend ne dégénère en violences généralisées.

En décembre, Farmajo a suspendu M. Roble. Celui-ci a aussitôt accusé le président de "tentative de coup d'Etat" et défié son autorité, tandis que l'opposition appelait Farmajo à démissionner.

Il y a une semaine, M. Roble et les dirigeants régionaux ont conclu un accord pour achever les élections parlementaires d'ici au 25 février. Farmajo a affirmé son soutien à cet accord.

"La seule solution que nous avons pour ce pays est de tenir les élections, donc moi-même ainsi que le reste des dirigeants des Etats régionaux devons prendre des mesures vigoureuses afin de tenir et de finaliser les élections dans les temps", a déclaré M. Roble samedi. 

Le Premier ministre a insisté sur le fait que, selon l'accord, le processus électoral devait "reprendre" le jour même, le 15 janvier. 

Un nouveau président a été élu samedi à la tête de la commission électorale. Dimanche, les avancées se sont limitées à la publication par l'Etat du Puntland d'une liste de dix sièges pour lesquels le vote aura lieu entre le 22 et le 25 janvier. D'autres Etats ont ces derniers jours publié une liste similaire.   

Selon le complexe système électoral somalien, les assemblées des cinq Etats du pays et des délégués investis par une myriade de clans et de sous-clans choisissent les législateurs qui, à leur tour, désignent le président.

Les élections pour la Chambre haute sont terminées dans tous les Etats, à l'exception de celui de Galmudug, et les votes ont commencé début novembre pour la chambre basse.

De nombreux observateurs estiment que la crise au sommet de l'Etat et l'impasse électorale détournent l'attention de problèmes plus importants de la Somalie, comme l'insurrection des shebab.

Ce mouvement lié à Al-Qaïda cherche à renverser le fragile gouvernement fédéral somalien, soutenu par la communauté internationale, et contrôlent de vastes territoires dans les zones rurales tout en menant des attaques jusque dans la capitale.

Lundi, ils ont revendiqué un attentat-suicide à la voiture piégée, qui a fait plus de quatre morts à Mogadiscio.


Djokovic quitte l'Australie après sa défaite judiciaire

Cette capture d'écran prise de l'AFPTV montre le Serbe Novak Djokovic (3e L) se préparant à quitter l'aéroport de Melbourne à Melbourne le 16 janvier 2022, après avoir perdu une bataille juridique sensationnelle sur son statut de vaccination contre le coronavirus.(AFP)
Cette capture d'écran prise de l'AFPTV montre le Serbe Novak Djokovic (3e L) se préparant à quitter l'aéroport de Melbourne à Melbourne le 16 janvier 2022, après avoir perdu une bataille juridique sensationnelle sur son statut de vaccination contre le coronavirus.(AFP)
Short Url
  • Escorté dans les couloirs de l'aéroport de Melbourne par la police fédérale australienne, Djokovic a pris place dans un avion à destination de Dubaï
  • Trois juges de la Cour fédérale d'Australie ont scellé dimanche le sort de "Djoko", en rejetant son recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays

MELBOURNE : Venu à Melbourne pour marquer encore plus l'histoire du tennis, Novak Djokovic a dû quitter l'Australie dimanche sans avoir disputé un seul match et après avoir perdu une bataille judiciaire qui pourrait écorner durablement son image.

Escorté dans les couloirs de l'aéroport de Melbourne par la police fédérale australienne, Djokovic a pris place dans un avion à destination de Dubaï, a constaté une journaliste de l'AFP à bord de ce vol.

Le N.1 mondial et ses entraîneurs ont quitté Melbourne à 22h51 (12h51 françaises, 11h51 GMT) et devraient arriver à Dubai lundi vers 05h00 locales, sans que l'on sache quelle sera sa destination finale.

Ce départ sans gloire, alors qu'il aspirait à un dixième titre à l'Open d'Australie et à un 21e titre en Grand Chelem, synonyme de record, est l'épilogue d'un feuilleton de onze jours mêlant politique et diplomatie sur fond d'opposition à la vaccination anti-Covid. 

Trois juges de la Cour fédérale d'Australie ont scellé dimanche le sort de "Djoko", en rejetant son recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays.

"La Cour ordonne que le recours soit rejeté aux frais du demandeur", a simplement déclaré le président de la Cour James Allsop.

"Je suis extrêmement déçu", a réagi Djokovic dans un communiqué.

"Je vais maintenant prendre du temps pour me reposer et récupérer", a souligné le joueur, dont la carrière, au moins en Australie, pourrait pâtir lourdement de ce revers, puisqu'une annulation de visa est assortie d'une interdiction de trois ans de territoire australien.

Devant la Cour, ses avocats ont qualifié le placement en rétention de leur client et son expulsion d'"illogiques", "irrationnelles" et "déraisonnables". Sans convaincre les trois juges de la Cour fédérale qui ont rejeté le recours à l'unanimité.

 « Sentiment anti-vaccination »

Dans ses conclusions déposées samedi devant cette même Cour, le ministre de l'Immigration Alex Hawke avait soutenu que la présence en Australie de Djokovic, qui n'a jamais fait mystère de son opposition à la vaccination anticovid, était "susceptible de représenter un risque sanitaire".

Selon lui, elle encourageait "le sentiment anti-vaccination" et pouvait dissuader les Australiens de se faire injecter leur dose de rappel, alors que le variant Omicron se répand à grande vitesse dans le pays.

Novak Djokovic avait été bloqué à son arrivée en Australie le 5 janvier et placé en rétention administrative. 

Le joueur, qui a contracté le Covid-19 en décembre, espérait bénéficier d'une exemption pour entrer dans le pays sans être vacciné, mais les autorités n'avaient pas accepté cette explication.

Le gouvernement australien avait subi un humiliant revers le 10 janvier quand un juge avait bloqué l'expulsion de Djokovic, rétabli son visa et ordonné sa libération immédiate du centre de rétention au confort sommaire où il avait placé.

Mais le ministre de l'Immigration avait contre-attaqué vendredi et annulé son visa pour la deuxième fois en vertu de ses pouvoirs discrétionnaires, invoquant "des raisons sanitaires et d'ordre public".

« Grands sacrifices »

Le gouvernement australien s'est félicité dimanche de sa victoire judiciaire, en pleine campagne électorale dans un pays dont les habitants ont enduré pendant près de deux ans des restrictions anti-Covid parmi les plus strictes au monde.

"La politique ferme de protection des frontières de l'Australie nous a maintenus en sécurité pendant la pandémie", a affirmé le ministre de l'Immigration, Alex Hawke, dans un communiqué.

"Les Australiens ont fait de grands sacrifices pour en arriver là et le gouvernement Morrison est fermement décidé à protéger cette position" a-t-il ajouté. 

En Serbie, où Djokovic est considéré comme un héros national, la décision australienne a soulevé l'indignation.

"Ils se sont humiliés eux-mêmes, Djokovic peut revenir dans son pays la tête haute et regarder tout le monde droit dans les yeux", s'est emporté le président Aleksandar Vucic à propos des dirigeants australiens.

« Décision scandaleuse »

"Malgré cette décision scandaleuse, nous estimons que Novak est sorti à nouveau vainqueur", a renchéri le comité olympique serbe.

Pour l'ATP, qui gère le circuit professionnel masculin, la décision de la justice australienne "met un terme à une série d'événements profondément regrettables".

Elle a aussi rappelé que Djokovic était "l'un des plus grands champions de notre sport et son absence à l'Open d'Australie est une perte pour le tennis".

Parmi les joueurs, Vasek Pospisil, un proche de "Djoko", l'a défendu en rappelant que "Novak ne serait jamais allé en Australie s'il n'avait pas reçu du gouvernement une exemption pour entrer dans ce pays".

"Je n'aime pas qu'il se retrouve dans cette situation et je n'aime pas le fait qu'il a été placé en détention", a regretté de son côté Andy Murray, tandis que Miomir Kecmanovic, le joueur serbe que devait affronter lundi Djokovic, espère "venger le meilleur représentant (de la Serbie) qui a été empêché d'être ici".

Le fiasco australien de Djokovic fait au moins un heureux, l'Italien Salvatore Caruso (150e mondial) qui, profitant de son statut de "lucky loser" (éliminé en qualifications mais repêché grâce à ce forfait), va le remplacer dans le tableau de l'Open d'Australie et jouera lundi dans la soirée à sa place.

"C'est une situation un peu particulière d'être en ce moment le +lucky loser+ le plus célèbre de l'histoire", a-t-il constaté. 

 


Mali: décès de l'ex-président Keïta, associé à la descente aux enfers de son pays

L'ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta assiste à une conférence de presse conjointe à la suite de sa rencontre avec la chancelière allemande à la chancellerie de Berlin, le 11 décembre 2013. (Photo, AFP)
L'ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta assiste à une conférence de presse conjointe à la suite de sa rencontre avec la chancelière allemande à la chancellerie de Berlin, le 11 décembre 2013. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta, renversé par un coup d'Etat en 2020 et décédé dimanche à Bamako
  • Quand IBK quitte le pouvoir, il est très critiqué pour l'incapacité de l'Etat à ramener la paix dans un pays dont la majeure partie est privée de services publics ou d'école et où la classe politique est considérée comme largement corrompue

BAMAKO: L'ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta est décédé dimanche à Bamako à l'âge de 76 ans, un an et demi après avoir été renversé par les militaires qui défient aujourd'hui une partie de la communauté internationale. 

Entamée en 2013, la présidence d'IBK - comme il était couramment appelé - a largement coïncidé avec la tourmente dans laquelle le Mali est pris depuis l'année précédente.  

M. Keïta avait été renversé en août 2020 par des militaires qui, après un deuxième coup d'Etat en mai 2021, invoquent les maux accumulés pendant l'ère IBK pour projeter de continuer à diriger le pays encore plusieurs années. 

« Le président IBK est décédé ce matin à 09H00 (GMT et locales) à son domicile » dans la capitale, où il vivait retiré, à l'écart de la vie publique, a indiqué un membre de sa famille.  

Cette information a été confirmée par plusieurs membres de sa famille et de son entourage. La cause du décès n'a pas été précisée.  

Le décès est survenu « à la suite d'une longue maladie », a simplement indiqué dans un communiqué le gouvernement de transition malien, dirigé par le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga qui fut ministre d'IBK avant de devenir son opposant. 

Le gouvernement de transition a, dans ce texte signé du ministre de l'Administration territoriale, le colonel Abdoulaye Maïga, salué « la mémoire de l'illustre disparu » et annoncé que les informations sur la cérémonie funéraire « feront l'objet d'un communiqué ultérieur ». 

Le chef de la diplomatie malienne Abdoulaye Diop s'est dit « attristé d'apprendre la disparition de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta » et s'est incliné, dans un message sur Twitter, « avec une grande émotion devant sa mémoire ». 

Le président du Sénégal voisin, Macky Sall, a indiqué sur Twitter être « peiné d'apprendre le décès » de M. Keïta. L'ex-président du Niger Mahamadou Issoufou, camarade du défunt au sein de l'Internationale socialiste, a salué « un homme cultivé, un grand patriote et un panafricaniste ». 

1
Portrait de l'ex-président malien Ibrahim Boubacar Keïta, décédé dimanche à 76 ans. (Graphique, AFP)

sanctions  

La résidence de l'ancien président, située dans le sud-ouest de la capitale, était le théâtre dimanche après-midi d'un intense ballet de voitures de personnalités venues présenter leurs condoléances. Des policiers gardaient les entrées, ont constaté des journalistes de l'AFP. 

Ibrahim Boubacar Keïta avait été chassé du pouvoir après des mois de mobilisation au sein d'une population exaspérée par les violences en tous genres - jihadistes, communautaires ou crapuleuses -, par la faillite des services de l'Etat et par une corruption réputée galopante. 

Il disparaît alors que les colonels qui l'ont renversé font voeu de remédier aux maux du pays et assurent avoir besoin de plusieurs années pour y parvenir et pouvoir tenir leur promesse initiale de rendre le pouvoir aux civils. 

La junte étant revenue sur son engagement d'organiser le 27 février les scrutins présidentiels et législatifs devant ramener les civils à la tête du pays, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) ont pris le 16 janvier une batterie de mesures économiques et diplomatiques vigoureuses à l'encontre du Mali. 

Le pays est déjà plongé dans une grave crise sécuritaire et politique depuis le déclenchement d'insurrections indépendantiste et jihadiste en 2012. 

M. Keïta, qui se réclamait de la gauche, a connu une ascension fulgurante sous Alpha Oumar Konaré, premier président (1992-2002) de l'ère démocratique du Mali. Il a notamment a été son Premier ministre de 1994 à 2000. 

Prétendant malheureux à l'élection présidentielle de 2002, il avait tenu sa revanche en septembre 2013 en accédant au palais de Koulouba, siège de la présidence malienne à Bamako.  

Il sera réélu en 2018 face à Soumaïla Cissé, alors leader de l'opposition et décédé en décembre 2020 du Covid-19.