Jacques-Henri Bronckart et Olivier Masset-Depasse évoquent Duelles et le cinéma belge

De gauche à droite: Jacques-Henri Bronckart et Olivier Masset-Depasse répondent aux questions des spectateurs (fournie)
De gauche à droite: Jacques-Henri Bronckart et Olivier Masset-Depasse répondent aux questions des spectateurs (fournie)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Jacques-Henri Bronckart et Olivier Masset-Depasse évoquent Duelles et le cinéma belge

  • Depuis plus de vingt ans, Jacques-Henri Bronckart défend des cinéastes talentueux qui incarnent le cinéma d’aujourd’hui et de demain
  • Duelles, d’Olivier Masset-Depasse, a remporté neuf prix lors de la cérémonie des Magritte du cinéma 2020

Dubaï:  Jacques-Henri Bronckart fonde en 1999 Versus Production, qui joue aujourd’hui un rôle majeur dans le cinéma belge et qui est devenu un solide partenaire des coproductions internationales. Depuis plus de vingt ans, il défend des cinéastes talentueux qui incarnent le cinéma d’aujourd’hui et de demain.

Olivier Masset-Depasse est un réalisateur belge. Son film Duelles a remporté neuf prix lors de la cérémonie des Magritte du cinéma 2020, dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario.

Dans un entretien accordé à Arab News en français, ces deux personnalités nous parlent du cinéma belge, de la dynamique de l’industrie cinématographique, et surtout de Duelles, le long métrage de Masset-Depasse projeté à Dubaï dans le cadre du Festival du film belge.

Jacques-Henri Bronckart et Olivier Masset-Depasse (de gauche à droite), discutent avec le public (fournie)
Jacques-Henri Bronckart et Olivier Masset-Depasse (de gauche à droite), discutent avec le public (fournie)

«Un thriller psychologique»

«Je voulais faire un thriller psychologique et travailler le bad side de l’instinct maternel», confie Olivier Masset-Depasse. Dans ce film, qui est une adaptation d’un livre de Barbara Abel, le réalisateur s’attaque aux grandes références. Il se tient à distance du style «Les Experts: Miami» pour se concentrer sur l’histoire humaine. Marqué depuis son enfance par le style hitchcockien, il trouve dans les années soixante le cadre idéal. Il se focalise sur les personnages et entend demeurer «dans un conte, moral ou amoral».

Le film raconte l’histoire de deux personnages, Alice (Veerle Baetens) et Céline (Anne Coesens), qui perdent la raison après un événement tragique. Des desperate housewives coincées dans leur statut de femmes des années soixante.

«Âge d’or»

«Les années soixante, c’est plus glamour, c’est un âge d’or: une époque où tout est beau. Raconter une histoire aussi noire dans un décor aussi flamboyant crée un contraste qui permet d’aller plus loin dans la mise en scène, de faire un film plus stylisé: du pur cinéma», indique Jacques-Henri Bronckart.

Dans la tradition d’un cinéma belge influencé par une tendance documentaire et sociale, Olivier Masset-Depasse montre son talent et joue avec tous les éléments, y compris la musique, pour réaliser un film envoûtant.

Remake américain

Le remake américain proposera une variation autour du même thème. Elle mettra en vedette Jessica Chastain et Anne Hathaway. Dans cette coproduction belgo-américaine, le scénario a été retravaillé avec une scénariste américaine pour souligner le caractère féministe et montrer l’emprisonnement des femmes des années soixante. Le tournage est prévu pour le mois de mai prochain.

«Le remake est une manière de se réapproprier le film, de le transposer dans sa propre histoire, sa propre culture. Une histoire universelle peut s’appliquer partout. Le background qui fait la différence, mais les visages aussi», explique Jacques-Henri Bronckart.

Industrie cinématographique belge

La Belgique, au cœur de l’Europe, reste un lieu propice pour faire du cinéma. Elle propose un accès à différentes sources de financement qui facilite les coproductions: des tax shelters (qui encouragent l’investissement dans des œuvres audiovisuelles, cinématographiques et scéniques, NDLR), des fonds régionaux, des commissions de sélection et des télévisions.

Toutefois, la concurrence est de plus en plus importante, les coûts de production augmentent et les financements ont tendance à diminuer. Le modèle est en train de changer en raison des multiples plates-formes disponibles.

«Quand la France négocie avec les plates-formes, une partie de leur chiffre d’affaires va annuellement dans le cinéma et la production de visuels. Les Français sont toujours plus actifs en termes de lobbying. En Belgique, ce n’est pas le cas. La chose la plus importante, c’est que nous avons besoin d’être plus internationaux», souligne Jacques-Henri Bronckart.

L'entrée du pavillon Belgique à l'Expo 2020, Dubaï (fournie)
L'entrée du pavillon Belgique à l'Expo 2020, Dubaï (fournie)

Demande croissante

Pour le cofondateur de Versus Production, l’expérience qui consiste à aller au cinéma est unique et irremplaçable. Le format home streaming connaît une demande croissante. Aujourd’hui, il existe différentes manières de voir des films, et la question du choix des réalisations est importante. «Un film qui passe au cinéma, c’est un film choisi par un distributeur, qui décide de mobiliser des frais pour le commercialiser» en fonction du marché et de l’attente d’un public.

«Pour nous, le cinéma, c’est sacré. La problématique repose sur la différence d’appréciation entre une histoire qu’on retrouve sur Netflix et sa réalisation sous la forme d’un film», remarque Olivier Masset-Depasse, qui ajoute: «Il y a un croisement entre le cinéma et les plates-formes disponibles »; en outre, le spectateur s’équipe de plus en plus. La Covid a accéléré un modèle qui était déjà très installé. Mais le producteur voit toujours des opportunités et il est conscient qu’il est important de proposer un contenu de qualité: « quand on réalise un film de cinéma, on va à la rencontre d’un public.»

«Ce qui est sûr, c’est que Netflix donne l’illusion de la liberté – alors que c’est faux. Une série reste très formatée. Il n’y a que le cinéma qui reste plus ou moins libre. En tant que réalisateur, si je veux être libre, je ferai du cinéma», Olivier Masset-Depasse.

Duelles a été projeté dans le cadre du premier Festival du film belge de Dubaï en collaboration avec Awex UAE et l’Alliance française. Cet événement qui s’est déroulé pendant cinq jours a été clôturé par une table ronde au Pavillon belge de l’Expo 2020, avec la participation d’experts de l’industrie, notamment Hans Fraikin et Jérôme Tellin.


La maison Cardin se relance et veut intégrer la Fashion week à Paris

Le président de la société Pierre Cardin Rodrigo Basilicati-Cardin pose parmi des mannequins lors d'une séance photo à l'atelier de la maison de couture Cardin à Paris, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le président de la société Pierre Cardin Rodrigo Basilicati-Cardin pose parmi des mannequins lors d'une séance photo à l'atelier de la maison de couture Cardin à Paris, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • A l'heure où certaines marques du luxe présentent les collections à leur rythme, la maison Cardin souhaite intégrer la Semaine de la Mode parisienne
  • Aujourd'hui, Rodrigo Basilicati-Cardin veut faire passer le message: «on relance la marque» et profiter du poids de la Fédération

PARIS : A l'heure où certaines marques du luxe présentent les collections à leur rythme, la maison Cardin souhaite intégrer la Semaine de la Mode parisienne, un an après le décès du couturier qui avait créé, pendant un quart de siècle, en électron libre.

Premier pas dans ce sens, son neveu, Rodrigo Basilicati-Cardin, PDG de la griffe, va présenter le 28 janvier, au lendemain de la semaine de la haute couture, un défilé-hommage à Pierre Cardin décédé en décembre 2020 à 98 ans.

"Pierre voulait être libre. A l'approche de ses 80 ans, il a dit qu'il y avait plein de jeunes créateurs qui (avaient) besoin d'intégrer cette Semaine de la mode" et qu'il ne voulait pas prendre leur place, se souvient Rodrigo Basilicati-Cardin.

Défilés sur la Grande Muraille en Chine en 2018, à Moscou en 2016, à Astana (Kazakhstan) en 2017, au Palais Bulles en Provence, résidence préférée du créateur, présentation de modèles au théâtre du Châtelet à Paris à l'occasion de la projection d'un film consacré au couturier en 2020... les évènements ne manquaient pas du vivant du styliste qui n'a jamais cessé de travailler.

Aujourd'hui, Rodrigo Basilicati-Cardin veut faire passer le message: "on relance la marque" et profiter du poids de la Fédération.

"On voudrait entrer dans la semaine de la mode, au moins une fois par an. Il nous faut la communication. Mon oncle a fait beaucoup et la communication arrivait toute seule".

"Il a dédié la dernière partie de sa vie à la créativité, pas à la distribution", souligne Rodrigo Basilicati-Cardin.

Thème spatial

Le défilé-hommage de 30 minutes, deux à trois fois plus long que les shows de la Fashion week, s'envolera au Bourget, près de Paris, au Musée de l’Air et de l’Espace, pour présenter une trentaine de modèles inédits de Cardin ainsi que des vêtements signés par le Studio de création, dans le même style graphique, coloré et minimaliste.

"On a voulu le faire sur le thème de l'espace pour évoquer les années 60 quand Pierre Cardin voulait habiller l'homme qui va sur les vaisseaux spatiaux", souligne son neveu. "Il a été le premier, avec André Courrèges à oser à faire ça, critiqué par tout le monde à l'époque".

Nommé par Pierre Cardin directeur général en 2018 puis président peu avant sa mort, M. Basilicati-Cardin, ingénieur et concepteur graphique de formation, travaillait avec son grand-oncle depuis la fin des années 1990 et participait à la création notamment des accessoires.

Un dessin sur 50 retenu

Actuellement, il remplit également les fonctions de directeur artistique, il dessine lui-même les lunettes et sélectionne les idées à développer.

"Il y a 25 ans mon oncle m'a connu comme designer, je dessinais des lampes, des meubles. Il a beaucoupé aimé une certaine simplicité, l'amour pour la courbe (...) Il m'a expliqué des choses que je faisais de façon instinctive".

Sur le téléphone, il regarde en permanence des centaines de dessins que lui envoie le studio.

"Dans un dessin sur 50, je trouve quelque chose de nouveau, je le prends, on va travailler les proportions" comme dans cette jupe "cloche fermée qui évoque un lampadaire".

S'il puise pour l'instant dans la créativité de la maison, il réfléchit toutefois à "monter un groupe de designers" venu de l'extérieur pour apporter un vent nouveau à la maison qu'il compte "rajeunir".

Il prévoit également d'organiser un évènement le 2 juillet pour les 100 ans de Pierre Cardin "qui aura peut-être lieu à Venise", ville natale du couturier.


Bao Vuong, artiste franco-vietnamien qui «fait parler la mer» en noir

L'artiste vietnamien Bao Vuong pose lors d'une séance photo à la galerie d'art A2Z à Paris, le 13 janvier 2022. (Photo, AFP)
L'artiste vietnamien Bao Vuong pose lors d'une séance photo à la galerie d'art A2Z à Paris, le 13 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • En grand format ou plus petites, une vingtaine de ses toiles sont exposées à la galerie parisienne A2Z, dédiée aux artistes contemporains en particulier asiatiques
  • Son histoire et celle de sa famille, il ne l'a découverte qu'à 27 ans, lors d'un voyage au Vietnam

PARIS : Sur ses vagues peintes en noir, à l'huile, en couches épaisses, palpite la mémoire des boat-people meurtris par la guerre: bienvenue dans l'univers de Bao Vuong, artiste franco-vietnamien qui "fait parler la mer".

En grand format ou plus petites, une vingtaine de ses toiles sont exposées à la galerie parisienne A2Z, dédiée aux artistes contemporains en particulier asiatiques. A peine présentée, la série "The crossing" (la traversée) a été vendue et les commandes affluent, s'émerveille l'artiste de 44 ans, à l'instar de ses amis galeristes, Ziwei-Léa et Anthony Phuong.

Comme sculptées au couteau à la peinture à l'huile noire, façon bas-relief, en symbiose avec un ciel lisse où surgissent parfois des nuages, les vagues de Bao Vuong appellent le visiteur à un ténébreux voyage nocturne, pourtant solaire, sur la mer: celui qu'il a vécu en 1979, bébé âgé d'un an à peine, avec sa soeur et ses parents, fuyant le Vietnam et les conséquences de la guerre.

Par un extraordinaire jeu d'ombres et de lumière, amplifié par des spots lumineux situés au-dessus des tableaux, les vagues et leurs remous donnent à voir un océan infini, étincelant, dans lequel l'observateur prend la place des exilés, à bord d'une embarcation. L'expérience hypnotise.

Survivants

Du noir profond, jaillissent l'écume et des éclats lumineux, scintillant comme des diamants, mêlés aux reflets de la lune: "cette lumière est comme un phare intérieur que chacun porte en lui et qui nous guide dans les moments les plus difficiles", dit à l'AFP l'artiste, au regard plein de douceur.

"Nous sommes tous des survivants... même si je ne l'ai pas vécu comme ma mère qui nous a maintenus hors de l'eau, ma soeur et moi, je porte en moi cette histoire", ajoute-t-il.

"Les vagues sont de plus en plus grosses, ça me permet d'avoir ce côté méditatif. Je suis en connexion avec les personnes qui ont vécu ce drame comme si elles guidaient ma main", poursuit-il, qualifiant son travail de "cathartique".

"Contrairement à beaucoup d'artistes qui représentent la mer, Bao lui donne la parole. Il réconcilie l'art et le public néophyte", dit Anthony Phuong. On pense au peintre Soulages qui fait jaillir la lumière de son "outre-noir".

«Voyage initiatique»

Son histoire et celle de sa famille, il ne l'a découverte qu'à 27 ans, lors d'un voyage au Vietnam. "Mes tantes se jetaient sur moi en pleurant parce qu'elles ne m'avaient vu que bébé. Ma mère a alors raconté son histoire pour la première fois", confie-t-il, ému. "J'ai appris vraiment d'où je venais. Ce voyage initiatique a été un déclic".

L'une de ses toiles représente le visage de sa mère dans le ciel, montagne évanescente et "allégorie de la résilience, du courage, de la ténacité".

Comme pour des milliers de réfugiés, la famille a fui de nuit. Elle a quitté le delta du Mékong avec beaucoup d'autres à bord d'une embarcation précaire.

Parquée dans un camp en Malaisie pendant une dizaine de mois après avoir subi trois attaques de pirates, elle a de nouveau été "jetée" en mer, à bord d'un bateau, "sans moteur, sans eau ni nourriture" et n'a dû son salut qu'à "un nuage au milieu du ciel bleu qui s'est mis à pleuvoir, un miracle", raconte Bao Vuong.

Récupérée par un navire humanitaire, sa famille a rejoint la France.

Le jeune homme a suivi une formation artistique à Toulon et travaillé dans plusieurs ONG, avant de retourner au Vietnam pour entamer une carrière d'artiste, puis revenir en France. Il a réalisé plusieurs performances et installations toujours en lien avec l'exil rendant hommage aux nombreux migrants morts en fuyant leur pays.

"J'apprends à rester dans le courant de la vie. Pour accepter la fin, la mort qui nous attend tous, il est bon de se dire +j'ai été cette vague et je rejoindrai l'océan+", dit-il.


La vente aux enchères d'un Caravage exceptionnel fait des vagues à Rome

Photographie prise le 15 janvier 2022 montrant l'entrée du Casino dell'Aurora di Villa Ludovisi Boncompagni, à Rome. (Photo, AFP)
Photographie prise le 15 janvier 2022 montrant l'entrée du Casino dell'Aurora di Villa Ludovisi Boncompagni, à Rome. (Photo, AFP)
Short Url
  • La résidence romaine des princes Ludovisi Boncompagni, ornée de l'unique peinture murale signée du Caravage, sera mise aux enchères mardi à Rome
  • La vente aux enchères a été décidée par un tribunal de Rome pour mettre fin aux bisbilles entre les héritiers du prince Nicolo Ludovisi Boncompagni

ROME : La résidence romaine des princes Ludovisi Boncompagni, ornée de l'unique peinture murale signée du Caravage, sera mise aux enchères mardi à Rome, au grand dam d'amoureux de l'art qui demandent à l'Etat italien de s'en porter acquéreur.

Outre la peinture exceptionnelle, cette demeure de 2 800 m2, située en plein centre de Rome entre la célèbre via Veneto, berceau de la Dolce Vita, et la place d'Espagne, vante des fresques du Guerchin (1591-1666) et un somptueux jardin.

La presse italienne, qui n'hésite pas à parler de "la vente aux enchères du siècle", bruisse de rumeurs sur les noms des potentiels acquéreurs de ce trésor artistique et architectural, citant entre autres Bill Gates ou encore le sultan de Brunei.

Le Casino de l'Aurore, nom officiel de ce palais hors normes, est estimé dans son ensemble à 471 millions d'euros, ce qui représente un quart du budget annuel du ministère italien de la Culture.

La vente aux enchères a été décidée par un tribunal de Rome pour mettre fin aux bisbilles entre les héritiers du prince Nicolo Ludovisi Boncompagni, chef de cette antique famille de la noblesse romaine décédé en 2018.

Le litige oppose la troisième et dernière épouse du prince, Rita Jenrette Boncompagni Ludovisi, une Américaine de 72 ans haute en couleurs ayant posé pour Playboy, aux enfants nés de son premier mariage.

Beaucoup souhaiteraient profiter de cette occasion unique pour que ce joyau soit racheté par l'Etat italien, comme le demande une pétition publiée sur le site change.org, intitulée "SOS culture vendue au rabais" et qui a déjà recueilli près de 35 000 signatures.

"Le Casino de l'Aurore, c'est-à-dire ce qui reste de la Villa Ludovisi, chanté par (les écrivains) Nicolas Gogol, Henry James et Gabriele D'Annunzio comme une merveille de l'Italie (...) sera vendu aux enchères à des particuliers, alors que l'Etat aurait dû exercer son droit de préemption sur la peinture inestimable du Caravage évaluée à 350 millions d'euros", dénonce la pétition.

Un musée?

Selon les médias italiens, le ministre de la Culture Dario Franceschini a écrit courant janvier au Premier ministre Mario Draghi et à son collègue de l'Economie Daniele Franco pour les sensibiliser à l'affaire.

En vertu de la législation italienne, le gouvernement ne peut exercer son droit de préemption qu'après son acquisition effective par un particulier, dans un délai de 60 jours après la conclusion de la vente et en proposant le même prix d'achat.

L'oeuvre du Caravage (de son vrai nom Michelangelo Merisi, 1571-1610), qui daterait de 1597, se trouve au première étage de la demeure. Cette peinture à l'huile du maître du clair-obscur, mort prématurément à 38 ans, représente Jupiter, Pluton et Neptune avec au centre le globe terrestre et les signes du zodiaque.

"Il s'agit probablement d'une de ses premières œuvres (...) et elle est très intéressante parce qu'elle traite un sujet mythologique alors que le Caravage a peint quasi exclusivement des œuvres de caractère religieux", estime l'historien d'art et ex-conservateur de musée Claudio Strinati dans un entretien avec l'AFP.

Le nom du Casino de l'Aurore, né comme une dépendance de la Villa Ludovisi aujourd'hui disparue, est dû en revanche à la fresque du Guerchin représentant la déesse Aurore sur son char.

"Il s'agit d'un édifice très beau, très important, avec la présence de ces peintures très belles, donc ce serait très positif qu'il devienne un bien public et puisse accueillir un musée et des activités culturelles", juge le Pr Strinati.

La vente aux enchères, à laquelle ont été invités des milliardaires du monde entier dont la liste est tenue secrète, débutera mardi à 15H00 locales (14H00 GMT) et durera 24 heures. Le prix minimal de départ a été fixé à 353 millions d'euros. Ne seront admis à enchérir que les amateurs ayant versé 10% de l'enchère de départ.