Jean-Noël Baléo: «Le français, une langue d’avenir pour les jeunes»

Entretien avec Jean-Noël Baléo, à la tête de la direction régionale Moyen-Orient de l’Agence universitaire de la francophonie (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 05 mai 2021

Jean-Noël Baléo: «Le français, une langue d’avenir pour les jeunes»

  • L’impact de la crise sanitaire a frappé de plein fouet les institutions d’enseignement supérieur de la région du Golfe
  • L’AUF accompagne ses universités membres, via des formations de formateurs, pour intégrer le numérique dans les pratiques pédagogiques

BEYROUTH: Ingénieur de formation, ancien directeur de l’Institut français d’Irak et conseiller de coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France à Bagdad, Jean-Noël Baléo dirige depuis le 1er septembre 2020 la direction régionale Moyen-Orient de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), premier réseau universitaire au monde – plus de 1 007 établissements universitaires et de recherche dans 119 pays. Également titulaire d’un doctorat en sciences de l’École des mines de Paris, il compte à son actif trente années d’expérience professionnelle au cours desquelles il a occupé plusieurs postes à responsabilité dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche puis dans la coopération internationale et la diplomatie.

Arab News en français l’a rencontré à Beyrouth où il s’est confié sur les défis auxquels fait face l’enseignement supérieur dans la région – notamment avec la pandémie de Covid-19 – et a réaffirmé l’engagement et la volonté de l’AUF de consolider les domaines dans lesquels elle intervient tels que la formation, la recherche, le développement durable et l’entrepreneuriat.

En septembre 2020, vous avez été nommé à la tête de la direction régionale Moyen-Orient de l’AUF, qui regroupe à elle seule 89 universités ou centres de recherche dans 16 pays du Moyen-Orient. Quelle est la stratégie mise en place en priorité pour votre mandat?

Les universités du Moyen-Orient sont confrontées à de nouveaux défis, dans un environnement marqué par des chocs externes, à commencer par la crise sanitaire. Au Moyen-Orient, l’AUF concentre l’accompagnement de ses établissements membres autour de plusieurs orientations stratégiques:

- développer les capacités d’expertise et d’innovation par la recherche et répondre aux enjeux économiques et sociaux prioritaires de la région;

- épauler les universités dans leurs efforts de résilience face aux crises auxquelles elles sont confrontées, notamment dans la nécessité de réseautage et de coopération internationale;

- transformer les méthodes d’enseignement par l’innovation pédagogique, notamment par le recours à l’outil numérique;

- mettre en place une démarche entrepreneuriale et d’insertion professionnelle des étudiants, en lien avec le monde socioprofessionnel;

- mettre en place une démarche en faveur de la qualité;

- soutenir l’usage de la langue française et la francophonie scientifique.

L’AUF, qui affirme avec force son positionnement en faveur du développement des sociétés, entend se déployer sur l’ensemble du cycle éducatif d’une part, et comme partenaire de l’élaboration de politiques publiques d’autre part. Elle est elle-même opérateur de programmes ou de projets à impact national financés par des bailleurs nationaux ou multilatéraux.

Envisagez-vous un développement du réseau dans la région Moyen-Orient et Golfe?

Le nombre de membres de l’AUF au Moyen-Orient est important avec 89 établissements dont 24 au Liban, 19 en Égypte, 11 en Iran, mais seulement 3 dans le Golfe. Il est clair que cette présence insuffisante de l’AUF dans le Golfe ne reflète pas l’intérêt stratégique de cette région. Aussi, l’AUF a décidé de porter ses efforts pour développer une offre de services et étoffer son portefeuille de projets dans le Golfe. Un effort très significatif est également conduit pour que l’AUF s’investisse davantage en Égypte.

Aujourd’hui, l’expansion de la Covid-19 pousse de nombreux établissements universitaires à aller vers les enseignements en ligne. Quelle est la position de l’AUF – notamment dans la région qui connaît de nombreuses disparités – à ce sujet?

En effet, l’impact de la crise sanitaire très suivie par l’AUF, pour n’évoquer que celle-ci, a frappé de plein fouet les institutions d’enseignement supérieur de la région. La fermeture des universités et l’obligation de mettre en place des enseignements à distance ont été un choc brutal et un bouleversement pour la grande majorité des établissements du Moyen-Orient, qui n’y étaient pas forcément tous préparés. L’obligation est devenue aiguë, avec la crise sanitaire, d’engager une mutation partielle du tout présentiel vers une partie d’enseignement à distance. La place de l’usage du numérique dans les pratiques pédagogiques est ainsi devenue stratégique. Enfin, la région du Moyen-Orient est insérée dans un contexte mondial de l’enseignement supérieur dans lequel la tendance de fond est à l’introduction de cursus hybrides.

Dans ce contexte, l’AUF accompagne ses universités membres, via des formations de formateurs, pour intégrer le numérique dans les pratiques pédagogiques, renforcer les compétences, et favoriser l’innovation et la qualité dans le domaine des technologies éducatives. L’AUF, positionnée de longue date avec son expertise dans le domaine du numérique, son réseau de campus numériques francophones et ses initiatives en formations ouvertes et à distance, est également opérateur de grands projets au Moyen-Orient. Ces derniers visent à engager la transition des universités vers l’usage pédagogique du numérique, sur des bases rationnelles, efficaces et éprouvées, afin de permettre à nos membres bénéficiaires d’assurer une continuité pédagogique via un enseignement en ligne de qualité.

Quels sont, à votre avis, les défis auxquels fait face la francophonie d’aujourd’hui globalement? Et dans le monde arabe en particulier?

Les défis auxquels doit faire face la francophonie sont nombreux, et en particulier dans la région. L’usage de la langue française est parfois perçu comme en recul, ici dans notre région, alors même que le français, cinquième langue mondiale avec plus de 300 millions de locuteurs en grande majorité de moins de 30 ans, seule langue parlée avec l’anglais sur tous les continents et deuxième apprise dans le monde après l’anglais, connaît une dynamique remarquable. C’est donc une langue d’avenir pour les jeunes, notamment en Afrique, et un premier choix évident de seconde langue de référence dans de très nombreux pays non francophones.

Aujourd’hui, le français, tout en conservant ses atouts spécifiques linguistiques et culturels, s’affirme comme une langue utilitaire, une langue de l’employabilité et de l’emploi, des échanges économiques et de la mobilité internationale. Les jeunes de la région qui la choisissent l’ont bien compris.

Un message à notre lectorat – notamment aux étudiants – francophone dans le monde arabe?

Je dirai aux étudiants de la région qu’après les avoir écoutés à l’aide de la consultation mondiale qu’elle a organisée courant 2020, l’AUF s’apprête à renouveler son offre et son interaction précisément avec le public étudiant. Cela se fera par la mise à jour technologique de ses Campus numériques francophones (CNF) et la mise en place de nouveaux espaces d’accueil qui leur seront ouverts, les Centres d’employabilité francophones (CEF), notamment destinés à favoriser l’insertion professionnelle et soutenir des initiatives d’entrepreneuriat étudiant. Et pour conclure, je leur rappelle l’intérêt majeur du plurilinguisme et du français comme outil d’employabilité internationale et d’ouverture sur le monde.


Washington accuse les Houthis d'avoir raté « une occasion majeure » pour la paix au Yémen

L'émissaire des Nations unies Martin Griffiths a été dépêché dans la région afin de tenter d'arracher un cessez le feu au Yémen, un pays qui connaît la pire crise humanitaire dans le monde selon l'ONU. (Photo, AFP)
Short Url
  • La milice soutenue par l’Iran a refusé d’accueillir l'émissaire de l’ONU Martin Griffiths qui porte « un accord équitable sur la table qui peut apporter un soulagement immédiat aux Yéménites »
  • « En contradiction avec leurs déclarations sur la situation humanitaire au Yémen, les Houthis l'aggravent en continuant d'attaquer Marib », a déploré la diplomatie américaine

WASHINGTON : Les Etats-Unis ont accusé vendredi les milices Houthis d'avoir « laissé passer une occasion majeure » d'aller vers une résolution du conflit au Yémen en refusant une rencontre avec l'émissaire des Nations unies Martin Griffiths à Oman.

« Il y a un accord équitable sur la table qui peut apporter un soulagement immédiat aux Yéménites », a déclaré le département d'Etat américain dans un communiqué publié au terme d'une nouvelle tournée de l'émissaire américain pour le Yémen Tim Lenderking dans la région, notamment en Arabie saoudite et à Oman.

« Les Houthis ont laissé passer une occasion majeure de démontrer leur engagement en faveur de la paix et de faire des progrès sur cette proposition en refusant de rencontrer l'envoyé spécial de l'ONU Griffiths à Mascate -- surtout à la lumière de la disponibilité affichée par le gouvernement de la République du Yémen à parvenir à un accord pour mettre fin au conflit », a-t-il ajouté.

« En contradiction avec leurs déclarations sur la situation humanitaire au Yémen, les Houthis l'aggravent en continuant d'attaquer Marib », a déploré la diplomatie américaine.

« Au moment où le consensus international et la dynamique vers une résolution sans autre délai du conflit au Yémen grandissent, toutes les parties doivent dialoguer avec l'envoyé spécial de l'ONU au sujet de la proposition qui est sur la table », a-t-elle ajouté.

L'ONU avait regretté dès mercredi le manque d'avancées dans les pourparlers de paix pour tenter de mettre un terme à la guerre dévastatrice au Yémen, à l'issue d'une semaine de tractations diplomatiques intenses dans le Golfe avec les parties au conflit pour obtenir à un cessez-le-feu.

Les Nations unies tentent de parvenir à un cessez-le-feu entre le gouvernement légitime, appuyé par l'Arabie saoudite, et les milices Houthis, soutenus par l’Iran, qui sont en guerre depuis plus de six ans, causant la pire crise humanitaire dans le monde selon l'ONU.


La visite d’Imran Khan au Royaume va concrétiser des opportunités d'intérêts mutuels

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan est reçu vendredi par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Djeddah. (Photo par Bandar Algaloud)
Short Url
  • L’énergie, l’économie et le bien-être des Pakistanais à l’étranger devraient figurer en tête de l’ordre du jour lors de la visite de Khan en Arabie saoudite
  • Les transferts de fonds depuis le Royaume sont une source importante de capitaux étrangers pour le Pakistan alors qu'il se bat pour stabiliser son économie

Le Pakistan entretient depuis longtemps des relations chaleureuses avec l'Arabie saoudite, profondément enracinées dans leur croyance et leur histoire communes ainsi que leur soutien mutuel en temps de crise. Plus de 2 millions de Pakistanais travaillent dans le Royaume, contribuant à sa prospérité et envoyant chez eux des milliards en transferts de fonds. Le commerce, quant à lui, continue de s'épanouir entre les deux nations.

Dans le but de renforcer leur coopération mutuelle, le Premier ministre pakistanais Imran Khan est arrivé vendredi en Arabie saoudite à l'invitation du prince héritier Mohammed ben Salmane pour entamer une visite officielle de trois jours, avec l'énergie, l'économie et le bien-être des Pakistanais d'outre-mer attendus en tête de l'agenda diplomatique.

«Nous croyons qu'il s'agit d'une visite très importante du Premier ministre Imran Khan en Arabie saoudite en ce qui concerne nos relations bilatérales historiques, nos relations commerciales et économiques», a déclaré à Arab News, Zahid Hafeez Chaudhri, porte-parole du bureau des affaires étrangères pakistanais.

photo
Le Premier ministre pakistanais Imran Khan et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à bord d'une calèche lors d'une cérémonie de bienvenue à Islamabad le 18 février 2019. (Photo de Bandar Algaloud /Archives)

«Les deux parties discuteront de l'économie, du commerce, des investissements et des opportunités d'emploi pour la main-d'œuvre pakistanaise en Arabie saoudite, en plus de signer plusieurs accords sur des projets liés à l'énergie et aux infrastructures».

En effet, le Royaume est une destination commerciale extrêmement importante pour le Pakistan. Les deux pays ont cherché des moyens de renforcer leur partenariat ainsi que le volume des importations et des exportations.

À l'heure actuelle, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays s'élève à 3,6 milliards de dollars, avec des importations en provenance d'Arabie saoudite d'une valeur de 3,2 milliards de dollars et des exportations vers le Royaume d'une valeur de 316,3 millions de dollars, selon la Fédération des chambres de commerce et d'industrie du Pakistan.

«Nos exportations vers l'Arabie saoudite ont augmenté cette année après que nos entreprises aient été autorisées à exporter de la viande et du bétail halal, et nous essayons de les stimuler davantage», a déclaré Shahid Ahmed Leghari, président du Conseil des affaires saoudo-pakistanais, à Arab News.

Les entreprises pakistanaises ont également commencé à exporter des épices et des vêtements vers le Royaume, a-t-il révélé, mais des améliorations peuvent encore être apportées. «Nous pouvons augmenter notre commerce bilatéral à 20 milliards de dollars par an si nous sommes autorisés à exporter du riz, des fruits, des légumes, de la farine de blé et des produits laitiers vers le Royaume», a affirmé Leghari.

La visite de Khan en Arabie saoudite aidera certainement à «ouvrir de nouvelles opportunités commerciales» aux hommes d’affaires et aux exportateurs pakistanais, a-t-il ajouté.

Avant la visite, le Conseil des ministres du Pakistan a approuvé mardi la création du Conseil suprême de coordination entre le pays et l'Arabie saoudite pour «éliminer les obstacles» qui ont ralenti les accords d'investissement signés lors de la visite du prince héritier au Pakistan en février 2019.

Lors de la visite du prince héritier en 2019, les responsables des deux pays ont signé des mémorandums d'accord importants d'une valeur de 20 milliards de dollars dans les domaines de l'énergie, de la pétrochimie, des minéraux, de l'agriculture et de la transformation des aliments.

Khan sera accompagné lors de sa visite saoudienne d'une délégation de haut niveau, qui comprend le ministre des Affaires étrangères et d'autres membres du Cabinet.

photo
Le Premier ministre pakistanais Imran Khan se promène avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à l’intérieur de la Base de l'armée de l'air pakistanaise de Nur Khan à Islamabad le 18 février 2018. (photo de Bandar Algaloud /Archives)

Il rencontrera également le Dr Yousef Al-Othaimeen, secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique; Mohammad bin Abdul Karim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale ainsi que les imams des deux saintes mosquées de La Mecque et de Médine.

Khan rencontrera également des membres de la diaspora pakistanaise à Djeddah pendant son séjour dans la ville portuaire. Le Royaume reste la plus grande source de transferts de fonds vers le Pakistan, les travailleurs pakistanais ayant renvoyé 6,6 milliards de dollars au cours de la dernière année fiscale et 5,7 milliards de dollars de juillet à mars de cette année, selon la Banque d'État du Pakistan.

Ces envois de fonds sont une source importante de capitaux étrangers pour le Pakistan alors qu'il se bat pour stabiliser son économie, paralysée par la pandémie du coronavirus.


Négociations avec l’Iran: Riyad veut des «actes vérifiables»

L’ambassadeur Rayed Krimly, chef de la planification politique au ministère saoudien des Affaires étrangères
Short Url
  • Les propos de l’ambassadeur Krimly étaient la première confirmation publique saoudienne que Riyad et Téhéran, qui ont coupé les ponts en 2016, tenaient des pourparlers directs
  • Le prince héritier saoudien a déjà affirmé que, même si le Royaume a un problème avec le « comportement négatif » de Téhéran, il souhaite entretenir de bonnes relations avec l’Iran

DUBAÏ : Un représentant officiel du ministère saoudien des Affaires étrangères a déclaré vendredi que les pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran visent à réduire les tensions régionales, mais a ajouté qu’il était encore trop tôt pour en juger le résultat et que Riyad souhaitait voir des « actes vérifiables ».

Les propos de l’ambassadeur Rayed Krimly, chef de la planification politique au ministère, étaient la première confirmation publique de Riyad que les rivaux, qui ont coupé les ponts en 2016, tenaient des pourparlers directs.

« En ce qui concerne les négociations actuelles entre l’Arabie saoudite et l’Iran, elles visent à étudier les moyens de réduire les tensions dans la région », indique M. Krimly à Reuters.

« Nous espérons qu’elles s’avèreront efficaces, mais il est encore trop tôt et prématuré pour tirer des conclusions définitives. Notre évaluation sera basée sur des actes vérifiables, et non sur des proclamations ».

Il a refusé de fournir des détails sur les pourparlers, mais les responsables et les sources régionaux avaient déclaré à Reuters que les discussions portaient sur le Yémen et l’accord sur le nucléaire de 2015 entre les puissances mondiales et l’Iran, auquel Riyad s’était opposé.

Le président irakien a mentionné mercredi que Bagdad avait accueilli plus d’un cycle de négociations entre l’Arabie saoudite et l’Iran, dont la rivalité s’est traduite par des conflits par procuration dans la région, notamment au Yémen.

Selon M. Krimly, la politique saoudienne avait été expliquée « très clairement » par le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui a affirmé le mois dernier que, même si le royaume musulman sunnite a un problème avec le « comportement négatif » de Téhéran, il souhaite entretenir de bonnes relations avec l’Iran chiite.

La guerre au Yémen

Les tensions entre Riyad et Téhéran se sont envenimées en raison de la guerre au Yémen, où un groupe houthi, aligné sur l’Iran, a multiplié ses attaques contre l’Arabie saoudite. Les tensions entre les deux puissances du Golfe se sont également accentuées après l’attaque, en 2019, d’installations pétrolières que Riyad a imputée à l’Iran, accusation démentie par Téhéran.

Riyad a soutenu la décision de l’ancien président américain Donald Trump en 2018 de se retirer du pacte nucléaire car il ne traitait pas du programme de missiles et du comportement régional de Téhéran. Après les sanctions ré-imposées par Trump à l’Iran, Téhéran a répondu en enfreignant plusieurs restrictions nucléaires.

Au cours des pourparlers de Vienne, les puissances mondiales tentent de convaincre les États-Unis et l’Iran de respecter à nouveau pleinement l’accord. L’Arabie saoudite, quant à elle, les a exhortés à conclure un accord plus solide.

Riyad et Téhéran ont également soutenu des parties opposées au Liban et en Syrie, où l’Iran a soutenu le président Bachar al-Assad.

Les États du Golfe ont été alarmés par l’influence croissante de l’Iran, de la Russie et de la Turquie, pays non arabes, en Syrie, notamment après la suspension de l’adhésion de la Syrie à la Ligue arabe en 2011 en raison de la répression des manifestants au début de la guerre civile.

M. Krimly a indiqué que les récents articles de presse selon lesquels le chef des services de renseignement saoudiens avait eu des entretiens à Damas étaient inexacts.

Il a souligné que la politique saoudienne à l’égard de la Syrie demeurait fondée sur le soutien au peuple syrien, en vue d’une solution politique sous l’égide des Nations unies et conforme aux résolutions du Conseil de sécurité, ainsi que de l’unité et de l’identité arabe de la Syrie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com