Sommet à Riyad des leaders de l’investissement durable

Le Future Investment Initiative Institute examinera les investissements durables dans la reprise postpandémique, ainsi que le rôle des marchés émergents comme l’Arabie saoudite (Photo: Shutterstock)
Short Url
Publié le Jeudi 15 avril 2021

Sommet à Riyad des leaders de l’investissement durable

  • L’investissement durable a récemment pris son essor dans le contexte de la pandémie
  • Des signes montrent que les principes ESG commencent à se répandre parmi les investisseurs régionaux, en particulier chez la jeune génération

DUBAÏ: Les experts dans la réflexion sur l’investissement durable se réuniront virtuellement jeudi à Riyad pour étudier l’un des sujets les plus brûlants du monde de la finance: le passage aux références environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) des grands investisseurs mondiaux. 

L’événement, sous les auspices du Future Investment Initiative (FII) Institute, concentrera l’attention sur les investissements durables dans la reprise postpandémique et le rôle des marchés émergents comme l’Arabie saoudite, dans la nouvelle philosophie de l’investissement. 

L’investissement ESG a récemment pris de l’essor, attirant des centaines de milliards de dollars dans des fonds qui s’engagent à prendre en compte des considérations plus larges au moment de décider où placer l’argent, plutôt que de simples retours en espèces. 

Richard Attias, directeur général du FII Institute, a déclaré: «Bien que l’ESG ait fait ses preuves, il reste encore beaucoup à faire pour s’assurer que nous l’utilisons dans son plein potentiel. Le faible niveau d’intégration et de participation des marchés émergents à l’élaboration des cadres de l’investissement ESG est contre-productif pour la durabilité mondiale.» 

«Peut-être que la tâche la plus difficile – celle que nous aborderons lors de cet événement –, est de savoir comment nous nous efforçons de penser au-delà de l’investissement ESG en tant qu’outil de gestion des risques, et de le déployer pour créer un avenir vraiment durable», a-t-il ajouté. 

Bien que l’investissement durable soit préconisé en tant que concept depuis de nombreuses années, il a récemment pris son essor dans le contexte de la pandémie de Covid-19, qui a persuadé de nombreux grands investisseurs traditionnels de revoir leurs critères de base. 

Le plus récemment converti à ce nouveau concept a été Larry Fink, patron du géant de la gestion d’actifs BlackRock, qui a promis de diriger les fonds vers les secteurs ESG et de les éloigner des domaines d’investissement traditionnels, en particulier pour ce qui impacte le changement climatique. 

«Les risques que représente le changement climatique pour le monde de la finance ne peuvent plus être ignorés», a écrit Fink dans sa lettre annuelle aux directeurs généraux mondiaux. 

De nombreux gestionnaires de placements semblent être d’accord avec le patron de BlackRock. Les chiffres de Refinitiv, le fournisseur de données, montrent que les flux vers les fonds ESG ont totalisé environ 562,6 milliards de SR, soit 150 milliards de dollars (1 dollar = 0,84 euro), pour le seul dernier trimestre de 2020, soit le double de la même période en 2019, avant la pandémie. 

Mais, selon de récentes recherches, les flux d’investissement mondiaux ne sont pas égaux. Les plus gros actifs des fonds d’investissement ESG, et de loin, se trouvent en Europe, avec un total de 1 340 milliards de dollars, selon les analystes du secteur financier. Cela en comparaison de seulement 236 milliards de dollars aux États-Unis, et d’un maigre total de 65 milliards de dollars dans le reste du monde, dont le Moyen-Orient. 

«L’événement donnera des informations sur la manière de stimuler la participation des marchés émergents aux investissements ESG, et approfondira également le rôle des ESG dans les entreprises, l’investissement de détail et la politique monétaire, dans la poursuite de l’objectif d’un monde durable», a précisé le FII Institute. 

Yasir al-Rumayyan, gouverneur du Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite, qui a intégré les principes ESG dans ses 400 milliards de dollars d’investissements mondiaux, s’adressera notamment aux délégués.  

Ces derniers écouteront également Bandar Hajjar, président de la Banque islamique de développement, et Noel Quinn, directeur général de HSBC, qui a récemment décidé de cesser d’investir dans les actifs houillers, ainsi que des cadres supérieurs d’institutions financières de premier plan en Asie et en Afrique. 

Malgré la tendance des investissements à croissance rapide dans certaines régions du monde, il existe des points de désaccord au niveau mondial sur ce qui constitue des normes ESG équitables. 

Khalid Abdallah al-Hussan, PDG de la Bourse saoudienne (Tadawul), a récemment déclaré: «Il existe plusieurs normes appliquées dans le monde, et une méthode appliquée dans un pays ne convient pas nécessairement à un autre. Les agences doivent tenir compte des critères locaux lors de l’évaluation des ESG dans les marchés émergents.» 

Cette question est particulièrement pertinente dans le golfe Arabique, où la majeure partie des investissements est comprise dans des actifs liés au pétrole et au gaz, qui ont été attaqués par des activistes des ESG avec des appels à se désengager des investissements qualifiés ade «combustibles fossiles». 

Il y a toutefois des signes que les nouveaux principes d’investissements commencent à se répandre parmi les investisseurs régionaux, en particulier ceux de la jeune génération. 

Une enquête récente de la Barclays Private Bank a révélé que près de 60% des investisseurs des family offices (sociétés de gestion de biens familiaux) arabes se dirigeaient vers des directions d’investissement plus durables, souvent en raison des préoccupations des plus jeunes membres de la famille. 

«Les conclusions du rapport montrent que 76% des personnes du Moyen-Orient qui ont participé au sondage affirment que l’investissement responsable est important pour leur famille», a précisé Rahim Daya, responsable de la banque privée pour le Moyen-Orient. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Le Pentagone retire l'entreprise chinoise Xiaomi d'une liste noire héritée de Trump

Deux femmes passent devant un magasin Xiaomi à Pékin le 15 janvier 2021. Le département américain de la Défense a accepté de retirer le fabricant de smartphones Xiaomi de sa liste noire des entreprises liées au Parti communiste chinois, selon un dossier du tribunal publié à la fin du 11 mai 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • À six jours seulement de la fin du mandat de Donald Trump, l'administration américaine avait placé sur une liste noire le fabricant chinois de smartphones
  • Les avocats du gouvernement américain indiquent qu'ils ne s'opposeront pas à la décision du juge et qu'ils retireront la classification de «société militaire communiste chinoise»

WASHINGTON: Le Pentagone a accepté de retirer le fabricant chinois de téléphones Xiaomi d'une liste noire sur laquelle l'avait placé l'administration Trump, renonçant à faire appel d'une décision en ce sens d'un juge fédéral américain, selon un document de justice consulté mercredi.

À six jours seulement de la fin du mandat de Donald Trump, l'administration américaine avait placé sur une liste noire le fabricant chinois de smartphones Xiaomi, mais également la populaire plateforme de vidéos TikTok et le géant pétrolier CNOOC, les accusant de liens avec l'armée chinoise.

Dans son recours déposé en janvier pour contester et faire annuler son placement sur cette liste noire, le fabricant de téléphones avait dénoncé une décision «incorrecte», et qui «prive la société d'une procédure régulière». 

Le 15 mars, un juge fédéral de Washington avait jugé que le ministère américain de la Défense et le Trésor, qui avaient placé l'entreprise chinoise sur cette liste noire, n'avaient «pas montré que les intérêts de sécurité nationale en jeu ici étaient impérieux».

Dans un document présenté mardi à la justice, les avocats du gouvernement américains indiquent qu'ils ne s'opposeront pas à la décision du juge et qu'ils retireront la classification de «société militaire communiste chinoise» qui avait été attribuée à Xiaomi par le gouvernement américain.

L'action Xiaomi progressait de 11,3% à 3,45 dollars à New York après cette annonce.

Xiaomi, qui a dépassé Apple en devenant en 2020 le troisième fabricant mondial de smartphones, était l'une des neuf entreprises chinoises à figurer sur cette liste noire, ultime concrétisation de quatre ans de tensions diplomatiques entre Pékin et Washington sous la présidence de Donald Trump.


Suez-Veolia: accord attendu pour acter un douloureux rapprochement

Des syndicats membres de Suez manifestent contre l'offre publique d'achat de Veolia le 29 septembre 2020 à La Défense, à l'ouest de Paris, devant la société énergétique française Engie, maison mère de Suez (Photo, AFP)
Short Url
  • Les deux groupes, engagés dans une bataille épique autour de l'OPA de l'un sur l'autre, ont signé un armistice le 11 avril, se donnant jusqu'au 14 mai, ce vendredi, pour formaliser leur accord
  • Les candidats à l'achat du «nouveau Suez» ont présenté mardi leur offre, «engageante et chiffrée», au conseil d'administration du groupe

PARIS: Après 150 ans de rivalité et huit mois de guerre, les deux géants français de l'eau et des déchets doivent formaliser leur mariage d'ici vendredi, pour donner naissance à un Veolia augmenté et un Suez ramené pour l'essentiel à ses activités hexagonales.  

Les deux groupes, engagés dans une bataille épique autour de l'OPA de l'un sur l'autre, ont signé un armistice le 11 avril, se donnant jusqu'au 14 mai, ce vendredi, pour formaliser leur accord.  

Au coeur du contrat, Veolia absorbera une bonne part de Suez, pour devenir un « champion » du secteur pesant 37 milliards d'euros.  

Le deal prévoit aussi qu'il cède assez d'actifs pour maintenir un Suez indépendant, représentant 6,9 milliards d'euros, soit moins de la moitié du groupe actuel, concentré sur la France, et qui sera repris par de nouveaux actionnaires.  

Depuis un mois les discussions se poursuivent donc pour consolider, préciser, mettre en forme. « Ça avance bien, on est dans le calendrier prévu », dit-on de part et d'autre.  

Etape nécessaire, les candidats à l'achat du « nouveau Suez » ont présenté mardi leur offre, « engageante et chiffrée », au conseil d'administration du groupe.  

Les fonds français Meridiam et américain GIP et la Caisse des dépôts se sont entendus sur 40% chacun pour les deux premiers, et 20% pour la CDC. La direction de Suez vise dans un deuxième temps 10% de salariés actionnaires.  

Selon Suez, leur offre inclut des éléments sur le prix d'achat et le financement. Ce prix n'a pas été dévoilé, mais devait être « en cohérence » avec le montant proposé par Veolia pour l'ensemble de Suez, rappelle-t-on.  

D'autres points restaient à graver, en particulier l'assurance que ces actionnaires gardent ce nouvel actif au moins dix ans, notamment un sujet délicat pour GIP. S'ajoute l'engagement sur l'emploi à quatre ans. Selon une source proche du dossier, ces points sont « conformes à l'accord du 11 avril ».  

« La réalité s'impose »   

Le périmètre des deux futurs groupes, lui, est globalement connu depuis l'accord trouvé à l'hôtel Bristol: Veolia acquiert des « actifs stratégiques » aux Etats-Unis, Amérique latine, Moyen Orient, Espagne, Australie, Royaume Uni; Suez garde, outre la France, des actifs en Italie, Maroc, Inde, Chine.  

Sauf surprise, le tout doit être approuvé d'ici vendredi par les conseils d'administration de Suez et de Veolia, a priori sans poignée de mains en public.  

« Nous nous sommes déjà serré la main le 11 avril au soir! » dit le PDG de Veolia, Antoine Frérot. « Au-delà des symboles (...) c'est l'accord des deux conseils d'administration qui permet de sceller concrètement l'accord ».  

Ce calme, apparent, tranche avec la tempête des derniers mois qui a vu Suez tout tenter pour échapper à l'OPA.  

Le groupe, pris de court par l'annonce fin août des intentions de son rival, n'aura pas réussi à obtenir une contre-offre avant que Veolia rachète 29,9% de ses parts auprès d'Engie, dès octobre. Depuis l'affaire s'était muée en guerre juridique, financière, médiatique...  

Jusqu'à ce que les deux rivaux en arrivent à cette négociation éclair, sous les auspices de l'ex-patron historique de Suez, Gérard Mestrallet, via le cabinet de médiation Equanim.  

Craignaient-ils de laisser des plumes dans un duel toujours plus féroce, à l'approche notamment de l'assemblée générale des actionnaires de Suez?  

« Nous nous sommes battus avec la claire détermination d'y échapper (au raid de Veolia, ndlr). A un moment, la réalité s'impose », a expliqué le directeur général de Suez, Bertrand Camus, saluant tout de même pour le futur Suez « un bon équilibre entre une base française forte et une projection à l'international ».  

L'affaire n'est pas finie pour autant.  

Veolia espère cet été l'aval des autorités de la concurrence, pour voir aboutir son OPA au troisième trimestre, avec cession simultanée des actifs du « nouveau Suez » à son actionnariat.  

Viendra le temps de « l'intégration équitable des équipes de Suez, qui compte tenu du projet industriel et de la culture commune et des métiers partagés, devrait parfaitement se dérouler », assure Antoine Frérot.  

Du côté de Suez, la direction devrait, entre autres, continuer à rencontrer clients et salariés, et les futurs actionnaires préciser leur stratégie.  

Au lendemain du 11 avril, l'intersyndicale avait exprimé un sentiment de « trahison ». Trois syndicats revendiquant la majorité ont réclamé 11% d'actionnariat salarié afin de protéger le nouveau Suez de futures OPA hostiles.


Après le piratage d'un oléoduc, la peur d'une pénurie dans les stations-service américaines

«Les gens regardent les infos et prennent peur», raconte le gérant d'une station Exxon à Raleigh. «Ils remplissent des bidons d'essence.» (Photo, AFP)
Short Url
  • Colonial Pipeline, qui transporte près de 45% des carburants consommés sur la côte est du pays, s'active à rétablir l'essentiel de ses activités
  • La ministre de l'Energie Jennifer Granholm a assuré mardi qu'il n'y avait «pas de raison de faire des réserves de carburant»

NEW YORK: La peur d'une pénurie d'essence après l'attaque informatique d'un important réseau d'oléoducs aux Etats-Unis a provoqué mardi de longues files d'attentes dans certaines stations d'essence, poussant les autorités à prendre des mesures d'urgence pour faciliter l'approvisionnement et éviter la panique.

Colonial Pipeline, qui transporte près de 45% des carburants consommés sur la côte est du pays, s'active à rétablir l'essentiel de ses activités «d'ici la fin de la semaine».

Confirmant cet objectif, la ministre de l'Energie Jennifer Granholm a assuré mardi qu'il n'y avait «pas de raison de faire des réserves de carburant». C'est un «problème d'approvisionnement, pas une pénurie d'essence», a-t-elle martelé depuis la Maison Blanche.

Le gouvernement a pris plusieurs mesures d'urgence pour temporiser. 

Mais certains conducteurs craignent malgré tout de manquer et se dépêchent de remplir leur réservoir, en particulier dans le sud-est des Etats-Unis.

«Les gens regardent les infos et prennent peur», raconte le gérant d'une station Exxon à Raleigh, une grande ville de l'est du pays, qui n'a pas souhaité donner son nom. «Ils remplissent des bidons d'essence.»

Même si sa station été de nouveau approvisionnée il y a deux jours, ses huit pompes fonctionnent à plein et il s'attend à être à sec dans la soirée.

La ministre de l'Energie a assuré que les autorités n'auraient «aucune tolérance» pour les commerçants qui voudraient profiter de la situation en faisant grimper les prix.

Calme sur les marchés

Selon un analyste du site spécialisé dans le suivi des prix de l'essence GasBuddy, environ 8% des stations services en Virginie, 10% en Caroline du Nord et 7% en Géorgie étaient à court de carburant en fin d'après-midi.

Et le prix moyen dans le pays d'un gallon d'essence (3,79 litres) est à 2,99 dollars, «son plus haut niveau depuis 2014», affirme Patrick De Haan en rappelant que le coût d'un plein est en forte hausse depuis que l'économie américaine a commencé à rebondir. 

Les spécialistes du marché pétrolier ne s'affolent pas: le prix du contrat d'essence de référence coté à New York a bien temporairement grimpé dimanche soir, mais il est depuis redescendu sous son niveau de vendredi, avant l'annonce de la cyberattaque.

«Les informations selon lesquelles des maisons de courtage sont en train de réserver des cargaisons d'essence en provenance d'Europe maintiennent le calme» sur le marché de l'or noir, avance Phil Flynn, de Price Futures Group. 

Exemptions pour les camions

Selon la police fédérale américaine, le piratage informatique a été mené par le groupe criminel Darkside qui a utilisé un rançongiciel, ou «ransomware», un programme qui exploite des failles de sécurité pour encrypter les systèmes informatiques et exiger une rançon pour les débloquer.

Il a touché le plus grand opérateur d'oléoducs pour produits raffinés dans le pays, qui transportent de l'essence et du diesel sur plus de 8 800 km à travers les Etats-Unis, depuis les raffineries installées sur la côte du Golfe du Mexique autour de la métropole texane de Houston jusqu'au nord-est des Etats-Unis dans la région de New York.

Pour atténuer les perturbations, les autorités américaines ont autorisé dès dimanche soir les chauffeurs routiers transportant des produits raffinés à travailler plus longtemps qu'habituellement. 

Mardi, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) a «accordé une dérogation temporaire pour assurer qu'un approvisionnement adéquat en essence soit disponible dans les zones touchées».

Cette dérogation, qui permet d'assouplir temporairement la réglementation environnementale dans les zones urbaines, est valable jusqu'au 18 mai et concerne la capitale fédérale Washington, ainsi que les Etats du Maryland, de Pennsylvanie et de Virginie, détaille l'EPA.

Les gouverneurs de Géorgie, de Caroline du Nord et de Virginie ont pour leur part déclaré l'état d'urgence afin de faciliter l'approvisionnement, en levant par exemple les limites de poids pour les camions transportant du carburant. 

Le ministère des Transports envisage aussi d'éventuellement lever certaines obligations pour faciliter l'acheminement de pétrole par navire depuis le golfe du Mexique. 

Colonial Pipeline continue pour sa part à rouvrir progressivement des lignes latérales opérées manuellement, selon un communiqué diffusé mardi soir. 

Elle assure avoir écoulé l'équivalent de 967 000 barils (environ 41 millions de gallons) depuis l'interruption de ses services et a mis de côté 2 millions de barils prêts à être envoyés dans les oléoducs dès que le système aura complètement redémarré.