EDF et Masdar ensemble pour concrétiser les ambitions photovoltaïques de l’Arabie saoudite

Une vue générale de la centrale solaire d'Uyayna, au nord de Riyad, le 29 mars 2018. Archive / FAYEZ NURELDINE / AFP
Short Url
Publié le Mardi 13 avril 2021

EDF et Masdar ensemble pour concrétiser les ambitions photovoltaïques de l’Arabie saoudite

  • La centrale solaire de Djeddah sera dotée d’une technologie photovoltaïque de pointe, avec des modules à double face fixés sur des structures orientables à axe unique qui permettront de suivre la courbe du soleil
  • Un consortium de trois sociétés (Masdar, EDF Renouvelables – deux leaders mondiaux des énergies renouvelables – et l’entreprise saoudienne Nesma) a permis le financement de ce projet

PARIS: L’Arabie saoudite vient de finaliser un nouveau projet. Il s’inscrit dans la lignée des ambitions climatiques du plan Vision 2030, qui visent à se détourner du pétrole au profit d’énergies plus propres: il s’agit de la construction d’une centrale photovoltaïque qui sera mise en service en 2022.

C’est un consortium de trois sociétés (Masdar, EDF Renouvelables – deux leaders mondiaux des énergies renouvelables – et l’entreprise saoudienne Nesma) qui a permis le financement de ce projet et a lancé la construction de cette centrale photovoltaïque, d’une envergure de 300 mégawatts, à Djeddah.

Un communiqué commun, publié par les trois sociétés française, saoudienne et émirienne, souligne que le ministère saoudien de l’Énergie a accordé la réalisation du projet de Djeddah au consortium qui avait présenté l’offre la plus compétitive: 16,24 dollars, soit 13,65 euros, par mégawattheure.

Le communiqué souligne également que le consortium a signé en janvier dernier un contrat de vente d’électricité d’une durée de vingt-cinq ans avec la Saudi Power Procurement Company, la compagnie saoudienne d’électricité.

En vertu de ce contrat, le consortium doit assurer la conception, le financement, la construction et l’exploitation de cette centrale, qui sera située à 50 kilomètres au sud-est de Djeddah.

Commentant ce nouveau projet, le directeur général de Masdar, Mohamed Jameel al-Ramahi, souligne que «l’Arabie saoudite s’affirme de plus en plus comme un acteur mondial» dans le domaine des énergies propres. Masdar, ajoute-t-il, «continuera de travailler avec le gouvernement saoudien pour piloter cette transition, notamment en l’aidant à atteindre son objectif de production de 27,3 gigawatts d’électricité renouvelable d’ici à 2024».

 

En bref

La centrale solaire de Djeddah sera dotée d’une technologie photovoltaïque de pointe, avec des modules à double face fixés sur des structures orientables à axe unique qui permettront de suivre la courbe du soleil et de maximiser la production d’électricité.

Des robots de dernière génération seront également utilisés pour nettoyer les modules.

De son côté, Bruno Bensasson, directeur exécutif du groupe EDF en charge des énergies renouvelables, déclare pour sa part que «ce projet démontre clairement notre capacité à soumettre des offres extrêmement compétitives». Il affirme par ailleurs la volonté de son groupe de poursuivre sa participation à la transition énergétique de l’Arabie saoudite.

Le président de Nesma, Faisal al-Turki, indique quant à lui que le consortium va continuer «à innover et à optimiser des projets d’énergie solaire» et que le projet de Djeddah constitue «un excellent exemple de la manière dont il exploite le mieux son savoir-faire sur le plan international, régional et local».

L’Arabie saoudite, «paradis» du photovoltaïque

Pour Pierre Terzian, le PDG de la société Pétrostrategies, située à Paris, l’un des aspect positif de ce nouveau projet réside dans le fait que le prix proposé par le consortium «est parmi les plus bas du monde».

C’est un signe très encourageant pour l’avenir, car l’Arabie saoudite possède «des ambitions très importantes» dans ce domaine, tout en se présentant comme «un paradis pour l’électricité photovoltaïque».

Ses capacités, affirme-t-il, sont illimitées ou presque, ce qui «permet d’imaginer que l’Arabie saoudite peut, en quelques années, devenir un pays exportateur d’électricité photovoltaïque».

Les Saoudiens peuvent le faire, assure Terzian, «d’autant plus qu’ils disposent à la fois du soleil et de l’espace pour devenir premier exportateur mondial dans ce domaine».

Par ailleurs, le consortium fait savoir dans un autre communiqué que le chantier du plus grand parc éolien, à Dumat al-Jandal, est à moitié achevé. À cette occasion, le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Faisal ben Salmane; le gouverneur d’Al-Jouf, Faisal ben Abdelaziz; l’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille; ainsi que des représentants du consortium Masdar, Nesma et EDF Renouvelables se sont rendus sur place pour célébrer la réalisation de la première moitié du projet.

Ce dernier, d’une capacité de 400 mégawatts, est le plus puissant du Moyen-Orient; il constitue par ailleurs la première initiative éolienne du pays.

Une fois sa construction terminée, Dumat al-Jandal produira une électricité équivalente à la consommation annuelle de 70 000 foyers saoudiens et cela permettra d’économiser chaque années 988 000 tonnes de CO2, contribuant ainsi à atteindre les objectifs de la lutte contre le changement climatique que le pays s’est fixés.


Le Pentagone retire l'entreprise chinoise Xiaomi d'une liste noire héritée de Trump

Deux femmes passent devant un magasin Xiaomi à Pékin le 15 janvier 2021. Le département américain de la Défense a accepté de retirer le fabricant de smartphones Xiaomi de sa liste noire des entreprises liées au Parti communiste chinois, selon un dossier du tribunal publié à la fin du 11 mai 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • À six jours seulement de la fin du mandat de Donald Trump, l'administration américaine avait placé sur une liste noire le fabricant chinois de smartphones
  • Les avocats du gouvernement américain indiquent qu'ils ne s'opposeront pas à la décision du juge et qu'ils retireront la classification de «société militaire communiste chinoise»

WASHINGTON: Le Pentagone a accepté de retirer le fabricant chinois de téléphones Xiaomi d'une liste noire sur laquelle l'avait placé l'administration Trump, renonçant à faire appel d'une décision en ce sens d'un juge fédéral américain, selon un document de justice consulté mercredi.

À six jours seulement de la fin du mandat de Donald Trump, l'administration américaine avait placé sur une liste noire le fabricant chinois de smartphones Xiaomi, mais également la populaire plateforme de vidéos TikTok et le géant pétrolier CNOOC, les accusant de liens avec l'armée chinoise.

Dans son recours déposé en janvier pour contester et faire annuler son placement sur cette liste noire, le fabricant de téléphones avait dénoncé une décision «incorrecte», et qui «prive la société d'une procédure régulière». 

Le 15 mars, un juge fédéral de Washington avait jugé que le ministère américain de la Défense et le Trésor, qui avaient placé l'entreprise chinoise sur cette liste noire, n'avaient «pas montré que les intérêts de sécurité nationale en jeu ici étaient impérieux».

Dans un document présenté mardi à la justice, les avocats du gouvernement américains indiquent qu'ils ne s'opposeront pas à la décision du juge et qu'ils retireront la classification de «société militaire communiste chinoise» qui avait été attribuée à Xiaomi par le gouvernement américain.

L'action Xiaomi progressait de 11,3% à 3,45 dollars à New York après cette annonce.

Xiaomi, qui a dépassé Apple en devenant en 2020 le troisième fabricant mondial de smartphones, était l'une des neuf entreprises chinoises à figurer sur cette liste noire, ultime concrétisation de quatre ans de tensions diplomatiques entre Pékin et Washington sous la présidence de Donald Trump.


Suez-Veolia: accord attendu pour acter un douloureux rapprochement

Des syndicats membres de Suez manifestent contre l'offre publique d'achat de Veolia le 29 septembre 2020 à La Défense, à l'ouest de Paris, devant la société énergétique française Engie, maison mère de Suez (Photo, AFP)
Short Url
  • Les deux groupes, engagés dans une bataille épique autour de l'OPA de l'un sur l'autre, ont signé un armistice le 11 avril, se donnant jusqu'au 14 mai, ce vendredi, pour formaliser leur accord
  • Les candidats à l'achat du «nouveau Suez» ont présenté mardi leur offre, «engageante et chiffrée», au conseil d'administration du groupe

PARIS: Après 150 ans de rivalité et huit mois de guerre, les deux géants français de l'eau et des déchets doivent formaliser leur mariage d'ici vendredi, pour donner naissance à un Veolia augmenté et un Suez ramené pour l'essentiel à ses activités hexagonales.  

Les deux groupes, engagés dans une bataille épique autour de l'OPA de l'un sur l'autre, ont signé un armistice le 11 avril, se donnant jusqu'au 14 mai, ce vendredi, pour formaliser leur accord.  

Au coeur du contrat, Veolia absorbera une bonne part de Suez, pour devenir un « champion » du secteur pesant 37 milliards d'euros.  

Le deal prévoit aussi qu'il cède assez d'actifs pour maintenir un Suez indépendant, représentant 6,9 milliards d'euros, soit moins de la moitié du groupe actuel, concentré sur la France, et qui sera repris par de nouveaux actionnaires.  

Depuis un mois les discussions se poursuivent donc pour consolider, préciser, mettre en forme. « Ça avance bien, on est dans le calendrier prévu », dit-on de part et d'autre.  

Etape nécessaire, les candidats à l'achat du « nouveau Suez » ont présenté mardi leur offre, « engageante et chiffrée », au conseil d'administration du groupe.  

Les fonds français Meridiam et américain GIP et la Caisse des dépôts se sont entendus sur 40% chacun pour les deux premiers, et 20% pour la CDC. La direction de Suez vise dans un deuxième temps 10% de salariés actionnaires.  

Selon Suez, leur offre inclut des éléments sur le prix d'achat et le financement. Ce prix n'a pas été dévoilé, mais devait être « en cohérence » avec le montant proposé par Veolia pour l'ensemble de Suez, rappelle-t-on.  

D'autres points restaient à graver, en particulier l'assurance que ces actionnaires gardent ce nouvel actif au moins dix ans, notamment un sujet délicat pour GIP. S'ajoute l'engagement sur l'emploi à quatre ans. Selon une source proche du dossier, ces points sont « conformes à l'accord du 11 avril ».  

« La réalité s'impose »   

Le périmètre des deux futurs groupes, lui, est globalement connu depuis l'accord trouvé à l'hôtel Bristol: Veolia acquiert des « actifs stratégiques » aux Etats-Unis, Amérique latine, Moyen Orient, Espagne, Australie, Royaume Uni; Suez garde, outre la France, des actifs en Italie, Maroc, Inde, Chine.  

Sauf surprise, le tout doit être approuvé d'ici vendredi par les conseils d'administration de Suez et de Veolia, a priori sans poignée de mains en public.  

« Nous nous sommes déjà serré la main le 11 avril au soir! » dit le PDG de Veolia, Antoine Frérot. « Au-delà des symboles (...) c'est l'accord des deux conseils d'administration qui permet de sceller concrètement l'accord ».  

Ce calme, apparent, tranche avec la tempête des derniers mois qui a vu Suez tout tenter pour échapper à l'OPA.  

Le groupe, pris de court par l'annonce fin août des intentions de son rival, n'aura pas réussi à obtenir une contre-offre avant que Veolia rachète 29,9% de ses parts auprès d'Engie, dès octobre. Depuis l'affaire s'était muée en guerre juridique, financière, médiatique...  

Jusqu'à ce que les deux rivaux en arrivent à cette négociation éclair, sous les auspices de l'ex-patron historique de Suez, Gérard Mestrallet, via le cabinet de médiation Equanim.  

Craignaient-ils de laisser des plumes dans un duel toujours plus féroce, à l'approche notamment de l'assemblée générale des actionnaires de Suez?  

« Nous nous sommes battus avec la claire détermination d'y échapper (au raid de Veolia, ndlr). A un moment, la réalité s'impose », a expliqué le directeur général de Suez, Bertrand Camus, saluant tout de même pour le futur Suez « un bon équilibre entre une base française forte et une projection à l'international ».  

L'affaire n'est pas finie pour autant.  

Veolia espère cet été l'aval des autorités de la concurrence, pour voir aboutir son OPA au troisième trimestre, avec cession simultanée des actifs du « nouveau Suez » à son actionnariat.  

Viendra le temps de « l'intégration équitable des équipes de Suez, qui compte tenu du projet industriel et de la culture commune et des métiers partagés, devrait parfaitement se dérouler », assure Antoine Frérot.  

Du côté de Suez, la direction devrait, entre autres, continuer à rencontrer clients et salariés, et les futurs actionnaires préciser leur stratégie.  

Au lendemain du 11 avril, l'intersyndicale avait exprimé un sentiment de « trahison ». Trois syndicats revendiquant la majorité ont réclamé 11% d'actionnariat salarié afin de protéger le nouveau Suez de futures OPA hostiles.


Après le piratage d'un oléoduc, la peur d'une pénurie dans les stations-service américaines

«Les gens regardent les infos et prennent peur», raconte le gérant d'une station Exxon à Raleigh. «Ils remplissent des bidons d'essence.» (Photo, AFP)
Short Url
  • Colonial Pipeline, qui transporte près de 45% des carburants consommés sur la côte est du pays, s'active à rétablir l'essentiel de ses activités
  • La ministre de l'Energie Jennifer Granholm a assuré mardi qu'il n'y avait «pas de raison de faire des réserves de carburant»

NEW YORK: La peur d'une pénurie d'essence après l'attaque informatique d'un important réseau d'oléoducs aux Etats-Unis a provoqué mardi de longues files d'attentes dans certaines stations d'essence, poussant les autorités à prendre des mesures d'urgence pour faciliter l'approvisionnement et éviter la panique.

Colonial Pipeline, qui transporte près de 45% des carburants consommés sur la côte est du pays, s'active à rétablir l'essentiel de ses activités «d'ici la fin de la semaine».

Confirmant cet objectif, la ministre de l'Energie Jennifer Granholm a assuré mardi qu'il n'y avait «pas de raison de faire des réserves de carburant». C'est un «problème d'approvisionnement, pas une pénurie d'essence», a-t-elle martelé depuis la Maison Blanche.

Le gouvernement a pris plusieurs mesures d'urgence pour temporiser. 

Mais certains conducteurs craignent malgré tout de manquer et se dépêchent de remplir leur réservoir, en particulier dans le sud-est des Etats-Unis.

«Les gens regardent les infos et prennent peur», raconte le gérant d'une station Exxon à Raleigh, une grande ville de l'est du pays, qui n'a pas souhaité donner son nom. «Ils remplissent des bidons d'essence.»

Même si sa station été de nouveau approvisionnée il y a deux jours, ses huit pompes fonctionnent à plein et il s'attend à être à sec dans la soirée.

La ministre de l'Energie a assuré que les autorités n'auraient «aucune tolérance» pour les commerçants qui voudraient profiter de la situation en faisant grimper les prix.

Calme sur les marchés

Selon un analyste du site spécialisé dans le suivi des prix de l'essence GasBuddy, environ 8% des stations services en Virginie, 10% en Caroline du Nord et 7% en Géorgie étaient à court de carburant en fin d'après-midi.

Et le prix moyen dans le pays d'un gallon d'essence (3,79 litres) est à 2,99 dollars, «son plus haut niveau depuis 2014», affirme Patrick De Haan en rappelant que le coût d'un plein est en forte hausse depuis que l'économie américaine a commencé à rebondir. 

Les spécialistes du marché pétrolier ne s'affolent pas: le prix du contrat d'essence de référence coté à New York a bien temporairement grimpé dimanche soir, mais il est depuis redescendu sous son niveau de vendredi, avant l'annonce de la cyberattaque.

«Les informations selon lesquelles des maisons de courtage sont en train de réserver des cargaisons d'essence en provenance d'Europe maintiennent le calme» sur le marché de l'or noir, avance Phil Flynn, de Price Futures Group. 

Exemptions pour les camions

Selon la police fédérale américaine, le piratage informatique a été mené par le groupe criminel Darkside qui a utilisé un rançongiciel, ou «ransomware», un programme qui exploite des failles de sécurité pour encrypter les systèmes informatiques et exiger une rançon pour les débloquer.

Il a touché le plus grand opérateur d'oléoducs pour produits raffinés dans le pays, qui transportent de l'essence et du diesel sur plus de 8 800 km à travers les Etats-Unis, depuis les raffineries installées sur la côte du Golfe du Mexique autour de la métropole texane de Houston jusqu'au nord-est des Etats-Unis dans la région de New York.

Pour atténuer les perturbations, les autorités américaines ont autorisé dès dimanche soir les chauffeurs routiers transportant des produits raffinés à travailler plus longtemps qu'habituellement. 

Mardi, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) a «accordé une dérogation temporaire pour assurer qu'un approvisionnement adéquat en essence soit disponible dans les zones touchées».

Cette dérogation, qui permet d'assouplir temporairement la réglementation environnementale dans les zones urbaines, est valable jusqu'au 18 mai et concerne la capitale fédérale Washington, ainsi que les Etats du Maryland, de Pennsylvanie et de Virginie, détaille l'EPA.

Les gouverneurs de Géorgie, de Caroline du Nord et de Virginie ont pour leur part déclaré l'état d'urgence afin de faciliter l'approvisionnement, en levant par exemple les limites de poids pour les camions transportant du carburant. 

Le ministère des Transports envisage aussi d'éventuellement lever certaines obligations pour faciliter l'acheminement de pétrole par navire depuis le golfe du Mexique. 

Colonial Pipeline continue pour sa part à rouvrir progressivement des lignes latérales opérées manuellement, selon un communiqué diffusé mardi soir. 

Elle assure avoir écoulé l'équivalent de 967 000 barils (environ 41 millions de gallons) depuis l'interruption de ses services et a mis de côté 2 millions de barils prêts à être envoyés dans les oléoducs dès que le système aura complètement redémarré.