Algérie: Amnesty tire à nouveau la sonnette d’alarme

Des manifestants anti-gouvernementaux algériens dans les rues d'Alger, le 26 mars 2021 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 08 avril 2021

Algérie: Amnesty tire à nouveau la sonnette d’alarme

  • Amnesty international affirme dans son rapport 2020/21 que les violations des droits humains en Algérie se sont aggravées pendant la pandémie de Covid-19
  • L’ONG a insisté dans son rapport annuel sur la libération inconditionnelle de tous les détenus d’opinion incarcérés depuis l’été dernier, et a fait état de cas de torture

ALGER: Une fois encore, Amnesty international pointe du doigt la situation des droits de l’homme en Algérie. L’organisation ne mâche pas ses mots: «usage excessif de la force contre les manifestants», «libertés d’expression bâillonnées», «augmentation des violences contre les femmes» et «liberté de la presse menacée». L’ONG affirme dans son rapport 2020/2021 que les violations des droits humains en Algérie se sont aggravées pendant la pandémie de Covid-19.  

Présentant ce rapport lors un point presse tenu en visioconférence, Hassina Oussedik, la directrice d’Amnesty International Algérie, a interpellé les autorités algériennes les appelant à agir rapidement pour cesser toute forme de répression. «Il est primordial d’écouter les revendications des citoyens et des citoyennes, mais surtout d’agir. Nous attendons des actes forts marquant la rupture avec les pratiques contraires à l’État de droit et violant les droits humains», a-t-elle déclaré. 

De nouvelles lois qui limitent encore davantage les libertés fondamentales  

L’intervenante a rappelé que des manifestants, des journalistes, des militants et de simples citoyens avaient été pris pour cible, alors qu’ils exerçaient pacifiquement leur droit à la liberté d’expression, notamment lors des manifestations du Hirak. 

L’ONG a d’ailleurs insisté dans son rapport sur la libération inconditionnelle de tous les détenus d’opinion incarcérés depuis l’été dernier. «Personne ne devrait être arrêté, poursuivi ou condamné pour avoir exprimé une opinion pacifiquement. Tous les détenus d’opinion doivent être libérés immédiatement et sans conditions. Les autorités algériennes doivent rompre avec leurs pratiques répressives en matière de libertés fondamentales et réformer la législation pour garantir une justice indépendante et équitable pour tous», a affirmé Hassina Oussedik. 

Selon Amnesty, les autorités algériennes ont profité de la crise sanitaire de la Covid-19 pour multiplier les arrestations de militants, de journalistes et de blogueurs qui avaient critiqué le gouvernement sur les réseaux sociaux. D’autres personnes ont également été arrêtées pour avoir participé à des manifestations pacifiques. Des dispositions du Code pénal, formulées en termes vagues, ont été invoquées pour engager des poursuites à leur encontre. 

Le 18 février 2021, le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé une grâce présidentielle en faveur des détenus du Hirak. Du 19 au 25 février 2021, 59 personnes arrêtées arbitrairement pour avoir exprimé leurs opinions ou manifesté pacifiquement, ont été libérées. «D’autres sont encore en détention uniquement pour avoir participé aux manifestations ou pour des publications sur les réseaux sociaux critiquant les autorités », note l’ONG dans son rapport.   

La conférence d’Amnesty a été l’occasion pour l’organisation d’annoncer qu’elle avait recueilli des informations sur au moins trois militants placés en détention qui auraient été torturés ou auraient subi des mauvais traitements. 

«Les autorités doivent veiller à ce que des enquêtes impartiales, indépendantes soient menées sur toutes les allégations de torture et d’autres mauvais traitements, que leurs conclusions soient rendues publiques et que les auteurs présumés de ces actes soient traduits en justice. Les autorités avaient annoncé l’ouverture d’enquêtes sur les circonstances de la mort de Mohamed Tamalt, Kamel Eddine Fekhar et Ramzi Yettou. À notre connaissance, à ce jour, aucune conclusion n’a été rendue publique», a déclaré Hassina Oussedik. 

Violence contre les femmes et féminicides  

Les crimes et les violences contre les femmes qui ont marqué l’année 2020 ne sont pas non plus passés inaperçus pour l’organisation, qui rappelle que «durant l’année 2020, la pandémie de Covid-19 a aggravé les risques déjà importants auxquels se heurtent de nombreuses femmes en Algérie».   

Le site Féminicides Algérie a recensé au moins 54 féminicides en 2020 et 14 depuis le début de l’année 2021. Au total, au moins 6 782 femmes ont été victimes de violences en 2020, selon les chiffres de la police judiciaire. Les organisations de défense des droits des femmes ont souligné que les statistiques officielles sur les cas de violences contre les femmes étaient largement en dessous de la réalité. 

Amnesty International appelle les autorités à garantir les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique, et à protéger les femmes contre toutes les formes de violences. 

L’ONG rappelle que les textes de la nouvelle Constitution apportent «quelques avancées» sur certaines questions des droits humains, notamment en matière de protection des femmes, mais qu’«elle ne garantit toujours pas l’indépendance de la justice et introduit des restrictions injustifiées des droits et libertés, en conditionnant l’exercice de la liberté d’expression au respect des valeurs religieuses et culturelles». 


Barrage du Nil: appel du Soudan à un sommet tripartite

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi (à droite), entouré du Premier ministre Mostafa Madbouli (à droite, derrière), s'entretenant avec le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok (à gauche) au palais présidentiel du Caire, le 11 mars 2021. (Présidence égyptienne / AFP)
Short Url
  • Le Soudan et surtout l'Egypte en aval du fleuve voient ce barrage en cours de construction comme une menace pour leurs ressources en eau et multiplient les mises en garde contre l'Ethiopie
  • Le grand barrage de la renaissance éthiopienne (GERD) est une source de tensions entre les trois pays depuis la pose de la première pierre en avril 2011

KHARTOUM : Le Premier ministre soudanais a invité ses homologues égyptien et éthiopien à un sommet tripartite pour discuter du méga-barrage sur le Nil, qui suscite de vives tensions entre les pays riverains du fleuve, a indiqué son bureau. 

Le Soudan et surtout l'Egypte en aval du fleuve voient ce barrage en cours de construction comme une menace pour leurs ressources en eau et multiplient les mises en garde contre l'Ethiopie, qui a encore affirmé la semaine dernière sa détermination à poursuivre son projet en dépit du vif contentieux.

Les pourparlers entre les trois pays accueillis début avril par le Congo, président de l’Union africaine, n’ont pas permis de parvenir à un accord sur ce contentieux.

"Le Premier ministre Abdallah Hamdok a invité ses homologues égyptien Moustafa Madbouli et éthiopien Abiy Ahmed à un sommet dans les 10 jours pour évaluer les négociations concernant le barrage", a indiqué le bureau du Premier ministre dans un communiqué mardi soir.

M. Hamdok a estimé qu'il était "urgent de parvenir à un accord sur cette question" et s'est dit préoccupé quant à l'avancement des travaux de construction du barrage.

Le sommet tripartite à huis clos se tiendra par vidéoconférence, selon le communiqué.

Le grand barrage de la renaissance éthiopienne (GERD) est une source de tensions entre les trois pays depuis la pose de la première pierre en avril 2011.

Le barrage est construit dans le nord-ouest de l'Ethiopie, près de la frontière avec le Soudan, sur le Nil bleu, un bras du fleuve qui fait la jonction avec le Nil blanc plus au nord à Karthoum, avant de poursuivre son cours vers l'Egypte. 

Le GERD pourrait devenir le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique avec une capacité annoncée de près de 6.500 mégawatts.

L'Ethiopie affirme que le barrage est vital pour répondre aux besoins en énergie de ses 110 millions d'habitants.


Turquie: Erdogan prisonnier de son alliance avec le nationaliste Bahçeli

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) en compagnie du chef du parti MHP Devlet Bahçeli (Photo, AFP).
Short Url
  • Durcissement contre l'opposition prokurde, politique étrangère plus musclée : Bahçeli n'est pas membre du gouvernement mais son influence est considérable
  • Face à l'érosion de sa popularité sur fond de difficultés économiques, Erdogan pourrait plus que jamais avoir besoin du soutien du MHP et de Bahçeli

ANKARA:  Faiseur de roi de la politique turque pour certains, décideur des questions sécuritaires pour d'autres, Devlet Bahçeli est, pour de nombreux observateurs, l'éminence grise qui tire les ficelles du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

Durcissement contre l'opposition prokurde, politique étrangère plus musclée : Bahçeli n'est pas membre du gouvernement et son Parti d'action nationaliste (MHP) n'a récolté que 11% aux dernières élections en 2018, mais son influence est considérable.

Et face à l'érosion de sa popularité sur fond de difficultés économiques, Erdogan pourrait plus que jamais avoir besoin du soutien du MHP et de Bahçeli pour avoir une chance de briguer un troisième mandat présidentiel.

Agé de 73 ans, ce politicien à la voix rugueuse, qui aime se poser en « homme du peuple », demeure pour beaucoup un mystère malgré sa présence à la tête du MHP depuis 1997. 

Ses critiques reprochent à Erdogan d'avoir viré plus à droite en cédant au chantage aux votes de Bahçeli, quitte à lui accorder des faveurs impopulaires.

Lorsque la pandémie de coronavirus a pris de l'ampleur l'an dernier, Bahçeli a ainsi obtenu la libération d'un baron de la mafia proche de lui, dans le cadre d'une amnistie pour certains détenus.

Depuis 2016, « la position de Bahçeli a donné le ton des politiques de l'AKP (Parti de la Justice et du développement, islamo-conservateur, au pouvoir) », estime Idris Sahin, un ancien cadre de l'AKP qui est désormais le vice-président du parti d'opposition DEVA.

Questions sécuritaires

Le MHP ne s'est pas vu attribuer de ministères au sein du gouvernement, mais l'influent ministre de l'Intérieur, Süleyman Soylu, est un des favoris des cadres du parti.

Lorsque Soylu a voulu démissionner l'année dernière face aux critiques contre sa gestion du premier confinement partiel du pays, Bahçeli et le MHP ont volé à son secours. 

Erdogan a rejeté sa démission et Soylu est sorti renforcé de cet épisode.

L'influence de Bahçeli était encore à l'œuvre lorsqu'un procureur a présenté en mars dernier à la Cour constitutionnelle une demande d'interdiction du parti prokurde HDP.

Le leader nationaliste a mené une campagne pour cette interdiction et l'ouverture de la procédure a été annoncée la veille du congrès du MHP, des opposants y voyant un « cadeau » de Erdogan à son partenaire nationaliste.

Le MHP agit comme un nouveau « conseil de sécurité nationale », estime le politologue Burak Bilgehan Özpek, en référence à une puissante institution qui prenait autrefois les décisions sécuritaires et de défense en Turquie.

« Le MHP définit le cadre de la politique de la sécurité nationale. Bahçeli décide qui sera désigné comme ‘terroriste’ », affirme le chercheur. 

Boulet ?

Pourtant, l'AKP, issu de l'Islam politique et le MHP, ancré dans l'extrême droite, divergent sur plusieurs points et il arrive à Bahçeli de pas avoir le dernier mot.

Il a ainsi défendu le retour d'une prestation de serment nationaliste dans les écoles, supprimée par Erdogan en 2013, sans succès.

« L'alliance du peuple », le nom de la coalition informelle regroupant le MHP et l'AKP, n'a été possible qu'après un changement d'avis de Bahçeli à propos du régime présidentiel, cher à Erdogan, auquel il était initialement opposé.

La Turquie est passée en 2018 à ce régime présidentiel qui donne des pouvoirs très élargis à Erdogan.

Selon le chercheur Berk Esen, le soutien du MHP au nouveau système a permis à ses partisans d'entrer massivement dans la fonction publique.

Des experts et des diplomates occidentaux se demandent toutefois si Bahçeli est un partenaire de poids ou un boulet pour Erdogan.

Après avoir écarté ses précédents alliés, y compris des libéraux pro-occidentaux, il ne reste que des ultranationalistes autour de lui.

Quoi qu'il en soit, pour Esen, le président turc a toujours le dernier mot.

« Je ne pense pas qu'il puisse être forcé de prendre des mesures qu'il ne souhaite pas », affirme-t-il.

Özpek estime lui aussi que Erdogan garde la main. 

Bahçeli « ne peut jouer ce rôle que si Erdogan lui permet de le faire », dit-il. « Il peut endosser le rôle du conseil de sécurité nationale car Erdogan en tire un profit. Cela l'arrange de ne pas l'arrêter. »


Moscou soutient les droits du Caire sur l'eau du Nil

Le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov assistent à une réunion au Caire, en Égypte, le 12 avril 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Lavrov affirme que la Russie est impatiente de trouver une solution qui convienne à l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie
  • El-Sissi avertit que l'absence de solution commune affecterait sans aucun doute la sécurité et la stabilité de la région

LE CAIRE: Le ministre russe des Affaires étrangères en visite, Sergueï Lavrov, a affirmé au président égyptien Abdel Fattah El-Sissi que Moscou s’opposerait à toute ingérence dans les droits historiques de l’Égypte sur l’eau du Nil.

L’Éthiopie est en train de construire le grand barrage de la Renaissance éthiopienne sur le principal affluent du Nil. L’Égypte et le Soudan considèrent le projet comme une menace majeure s’il est rempli et exploité sans un accord juridiquement contraignant.

Lors d’une réunion avec le président égyptien lundi, Lavrov a souligné la position ferme de la Russie rejetant toute ingérence dans les droits historiques de l’Égypte sur l’eau du Nil, et a rejeté toutes les actions unilatérales à cet égard.

Il a également salué les efforts déployés par l’Égypte pour résoudre le problème.

Lavrov affirme que la Russie est impatiente de trouver une solution qui convienne à toutes les parties, l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie, sur le remplissage et l'exploitation du barrage par le biais des négociations.

El-Sissi insiste que ne pas trouver de solution à ce problème affecterait sans aucun doute la sécurité et la stabilité de la région dans son intégralité.

El-Sissi a également discuté des efforts égyptiens pour soutenir le nouveau gouvernement intérimaire en Libye lors de divers forums bilatéraux, régionaux et internationaux, soulignant la nécessité de débarrasser la Libye des mercenaires.

L'ingérence étrangère illégale dans les affaires libyennes ne fait qu’alimenter la crise, dit-il.

De son côté, Lavrov a souligné le rôle du Caire, en particulier les efforts personnels du président égyptien, dans la préparation d’une voie politique en Libye.

Ceci caractérise le rôle de l’Égypte dans la sécurité et la stabilité régionales, ajoutant que la Russie cherche toujours à poursuivre la coopération et la coordination avec le Caire sur la question.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a informé Lavrov des récentes consultations sur le barrage tenues à Kinshasa en présence des ministres des Affaires étrangères de l'Égypte, du Soudan et de l'Éthiopie.

Shoukry assure que la communication se poursuivra avec la Russie dans ce dossier en sa qualité de membre actif du Conseil de sécurité de l'ONU, ainsi qu’en raison de ses capacités diplomatiques et de son impact sur la scène internationale.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com