La répression des amiraux signe la fin du «virage eurasiste» d’Erdogan

Sur cette photo d'archive de 2017, les navires de la marine turque sont amarrés dans une base portuaire dans le détroit du Bosphore. (Photo, AP)
Short Url
Publié le Mercredi 07 avril 2021

La répression des amiraux signe la fin du «virage eurasiste» d’Erdogan

  • L'idéologie prédominante des eurasistes est originaire de l'extrême gauche turque, et prône un rapprochement de la Chine et de la Russie
  • Elle est principalement fondée sur une politique étrangère anti-occidentale couplée à un ultra-nationalisme au niveau national

ANKARA: La dernière vague d'arrestations d'anciens amiraux, qui avait signé la veille une déclaration critique à l’égard d’Ankara, a suscité un débat sur la question de savoir si la répression est le résultat du «virage eurasiste» que prend le pays.

Lundi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé 104 anciens commandants de la marine d'avoir tenté d'orchestrer un «coup d'État politique». Les amiraux auraient publié une lettre ouverte qui critique le nouveau canal artificiel de 45 kilomètres du gouvernement, appelé Kanal Istanbul, et son impact immédiat sur la Convention de Montreux de 1936, qui réglemente le trafic des navires de guerre dans le détroit d'Istanbul.

Parmi les signataires, le nom le plus notable était Cem Gurdeniz, le cerveau de la doctrine maritime maximaliste controversée de la Turquie, connue sous le nom de Blue Homeland (Patrie bleue).

Gurdeniz, qui est détenu par la police depuis lundi, est un membre bien connu de la faction eurasiste de premier plan au sein de l'armée turque. Le groupe prône une stratégie anti-occidentale ainsi que des relations plus solides avec la Russie et la Chine.

Le Dr Berk Esen, politologue de l’université Sabanci d’Istanbul, révèle que la déclaration des amiraux survient au moment décisif où l’administration Erdogan redéfinit sa position sur la scène internationale.

«Au cours des dernières années, le gouvernement turc a cherché à tisser des liens plus étroits avec des régimes autoritaires comme la Russie et le Qatar, dans le but de recueillir un appui à ses mesures révisionnistes dans l’ensemble de la région», dit-il à Arab News.

En réaction aux critiques occidentales contre la politique antidémocratique turque, Esen confie que certains responsables du gouvernement turc reçoivent l’appui d'officiers à la retraite et d'analystes appartenant à la faction eurasiste.

Depuis plusieurs années, le mouvement eurasiste a poussé les leaders turcs vers un rapprochement étroit avec la Russie et la Chine. Selon certaines rumeurs, la faction a acquis une influence considérable au sein du gouvernement, lui permettant d’orienter la politique étrangère et sécuritaire de la Turquie.

L'idéologie prédominante des eurasistes, originaires de l'extrême gauche turque, est principalement fondée sur une politique étrangère anti-occidentale couplée à un ultra-nationalisme dans la sphère nationaliste.

Ils plaident pour quitter l'OTAN et l'abandon du processus de candidature à l'UE en faveur de l'adhésion à l'Organisation de coopération de Shanghai.

Selon Esen, la politique anti-occidentale du gouvernement turc pourrait bientôt prendre fin, à en juger par les rapports d'un accord entre Ankara et l'UE.

«Pour renforcer cette tendance, Erdogan cherche à obtenir les faveurs de l'administration Biden en soutenant la récente offensive américaine contre la Russie. La déclaration des amiraux vient dans le contexte de cette situation géopolitique changeante», estime Esen.

Les derniers mouvements de troupes russes dans les zones frontalières de l'est de l'Ukraine ont provoqué la colère de l'administration Biden, conduisant le département d'État américain à exiger que Moscou explique ces «provocations» signalées.

Cependant, la Russie considère le projet du Kanal Istanbul comme une menace, car il donnerait aux membres de l'OTAN un accès libre à la mer Noire et à la péninsule de Crimée, et particulièrement au port stratégique de Sébastopol, annexé par Moscou en 2014.

Par conséquent, le groupe d'amiraux craint que le nouveau canal ne provoque la colère de la Russie, car la Turquie pourrait rompre avec la Convention de Montreux qui régit le transit des navires de guerre en temps de paix et de guerre.

La durée du séjour et le tonnage des navires de guerre des forces navales qui n’appartiennent pas à la mer Noire sont limités par la convention. Ils ne peuvent pas rester dans la région plus de 21 jours, et le poids maximal des navires est de 45 000 tonnes.

Cependant, dans un discours télévisé lundi, Erdogan déclare que le gouvernement n'envisage pas de se retirer de la convention. Et d’ajouter, «Mais si le besoin se fait sentir à l'avenir, nous pourrions réviser chaque convention afin d’aider notre pays à se développer encore et encore».

Selon Esen, bien que tous les signataires de la lettre ne souscrivent pas à la doctrine de la Patrie bleue, les amiraux craignent probablement qu'Erdogan utilise la Convention de Montreux comme monnaie d'échange avec les États-Unis, qui tentent depuis des décennies de saper l'accord de manière à avoir un accès à la mer Noire.

«Après avoir cherché une alliance implicite avec les eurasistes ces deux dernières années, Erdogan a peut-être obtenu une excuse commode pour éliminer les officiers retraités affiliés à la doctrine de la Patrie bleue pendant qu’il envisage de renforcer les liens avec les États-Unis», a souligné Esen.

Pendant ce temps-là, l’ambassade de Chine à Ankara a blâmé le maire de la capitale Mansur Yavas et le chef du "Iyi Partisi" (Le Bon Parti) Meral Aksener pour avoir écrit des messages commémorant le massacre des Ouïghours par l’armée chinoise en 1990.

«La Chine se réserve le droit de réagir proportionnellement», a tweeté l'ambassade, ajoutant: «La région autonome ouïghoure du Xinjiang fait partie intégrante du territoire chinois. Cela est un fait internationalement reconnu et incontestable».

L’opposition turque a longtemps critiqué le gouvernement pour avoir gardé le silence sur l’oppression continue des musulmans ouïghours par la Chine.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'envoyé de l'ONU sonne l’alerte d’une «guerre à grande échelle» en Palestine

Des flammes et des colonnes de fumée s’élèvent d'une tour détruite par les frappes aériennes israéliennes au milieu d’une flambée de violences dans la ville de Gaza, le 12 mai 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Tor Wennesland: «Cessez le feu immédiatement. Nous nous dirigeons vers une guerre à grande échelle. Les dirigeants de toutes les parties doivent prendre en charge la désescalade»
  • «Le coût de la guerre à Gaza est dévastateur et les gens ordinaires sont ceux qui en subissent les conséquences»

GAZA: L’envoyé de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient a mis en garde mercredi contre une «guerre à grande échelle», à moins d’un cessez-le-feu immédiat, alors que les frappes israéliennes sur la bande de Gaza multiplient radicalement le nombre de morts palestiniens.

De fortes explosions ont secoué la bande toute la journée. Alors qu’Israël pilonnait des cibles du Hamas, les forces à Gaza ont riposté en lançant des centaines de roquettes profondément à l’intérieur du territoire israélien.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré qu'au moins 56 individus ont été tués à ce jour, dont 14 enfants, cinq femmes et un homme âgé, et que plus de 335 ont été blessés.

Dans un communiqué, Tor Wennesland, Coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, ne mâche pas ses mots: «Cessez le feu immédiatement. Nous nous dirigeons vers une guerre à grande échelle. Les dirigeants de toutes les parties doivent prendre en charge la désescalade. Le coût de la guerre à Gaza est accablant, et les gens ordinaires sont ceux qui en subissent les conséquences. L'ONU travaille avec toutes les parties pour rétablir le calme. Arrêtez la violence maintenant».

Des rapports palestiniens et israéliens indiquent que des efforts sont déployés par l'Égypte, l'ONU et un grand nombre de pays afin de rétablir le calme et revenir à l'accord de cessez-le-feu.

Le carnage a été déclenché par les agitations du week-end dans l'enceinte de la mosquée d’Al-Aqsa de Jérusalem, lieu sacré tant pour les musulmans que pour les juifs.

Les opérations militaires se sont intensifiées ces derniers jours, suscitant des appels internationaux à la fin de la violence.

Mercredi, Israël a pris pour cible un certain nombre de bâtiments et de maisons du gouvernement du Hamas, des voitures privées et même des parcelles agricoles. Des sites d'entraînement militaire appartenant au mouvement et au Jihad islamique ont également été touchés.

Les bombardements se sont intensifiés après la destruction de deux tours résidentielles dans la ville de Gaza, et les Brigades d’Al-Qassam, la branche militaire du Hamas, ont riposté en tirant un barrage de roquettes sur Tel Aviv et Beer Sheva. Le commandant de la brigade de Gaza, Basem Issa, ainsi que d'autres auraient été tués au cours des frappes.

Le Jihad islamique a annoncé que plusieurs de ses commandants de son unité de missiles, notamment Muhammad Abu Al-Ata, sont morts lorsqu'un appartement du centre de Gaza a été touché.

Les Brigades d’Al-Qassam et les Brigades d’Al-Quds ont tiré des centaines de roquettes vers Tel Aviv et Beer Sheva, des villes éloignées de Gaza qui n'avaient pas été ciblées auparavant.

Sherine Awad, 38 ans, mère de trois enfants, confie à Arab News que la «terreur et la peur n’ont pas cessé. Après que les bâtiments aient été touchés, j'ai déménagé de mon appartement car il se trouve dans un gratte-ciel. J'ai déménagé dans la maison de mon ami avec mes enfants, mais la nuit dernière, une maison a été bombardée près de l'endroit où je me suis réfugiée.

«Cela n'est du tout une vie. Nous ne pouvons pas supporter tout cela. Les bombardements ne cessent pas et les bruits terrifiants ne cessent pas. Mes enfants sont dans un état de peur et de choc. Notre vie a entièrement basculé au moment où nous nous préparions pour la réception de l'Aïd».

Mercredi, les rues de la ville de Gaza étaient pour la plupart vides, à l'exception de certains piétons et voitures, tandis que la plupart des magasins sont restés fermés à l'exception de certaines épiceries.

Ahmed Al-Kahlout, un épicier de la rue Nasr, raconte à Arab News que le dernier jour de ramadan, les gens ont toujours besoin de provisions et que «la peur ne les empêche certainement pas d'acheter de la nourriture.

«Certes, il y a des morts, mais les gens chez eux ont besoin de se nourrir. Ce n'est pas la première fois que Gaza fait face à une telle escalade, mais cet épisode est le plus grave depuis la guerre de 2014», a-t-il affirmé.

Bien que les deux parties du conflit aient menacé de lancer de nouveaux bombardements, les Palestiniens de Gaza espèrent que la dernière série de carnages et de destruction se terminera bientôt.

«Nous souhaiterons que tout ça prenne fin. Et ça prendra sans aucun doute fin, mais quand? Personne ne le sait. Espérons que ce soit bientôt», soupire Awad.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les défenses saoudiennes interceptent 8 drones et 3 missiles balistiques lancés par les Houthis

  Les défenses aériennes de l’Arabie saoudite ont abattu jeudi trois missiles balistiques lancés depuis le Yémen. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Les combats pour la ville yéménite stratégique de Marib font rage
  • Les Houthis ignore les appels de l'ONU à un couvre feux

RIYAD: Les défenses aériennes saoudiennes ont intercepté et détruit huit drones et trois missiles balistiques ciblant l'Arabie saoudite, a déclaré jeudi la coalition arabe soutenant le gouvernement légitime du Yémen.

Dans un communiqué annoncé sur Twitter, la Coalition a déclaré que les drones et les missiles avaient été lancés par la milice houthie soutenue par l'Iran au Yémen.

Les nouvelles attaques sont survenues alors que les combats pour la ville stratégique du Yémen de Marib se poursuivaient et malgré les appels de l’ONU aux Houthis pour qu’ils cessent la violence.


Israël cible les commandants du Hamas alors que le nombre de civils morts à Gaza augmente

Dans la ville de Gaza, les gens ont passé au crible les débris après qu'une frappe aérienne israélienne a détruit un bâtiment de 12 étages près de la côte (Photo, AFP)
Short Url
  • Le dernier bilan fait état de 67 morts à Gaza, dont 17 enfants, et près de 400 blessés
  • Plus de 1500 roquettes ont été tirées depuis Gaza selon un décompte de l’armée israélienne

TEL AVIV: De violents échanges de tirs de roquettes et de frappes aériennes, ainsi que des émeutes dans des villes mixtes judéo-arabes, ont alimenté les craintes mercredi selon lesquelles la violence meurtrière entre Israël et les Palestiniens pourrait dégénérer en «guerre à grande échelle».

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a promis de nouvelles attaques contre le Hamas et d’autres groupes militants islamistes à Gaza pour apporter «un calme total et à long terme» avant d’envisager un cessez-le-feu.

«Ce n'est que le début», a averti le Premier ministre Benjamin Netanyahu. «Nous leur livrerons des coups dont ils n’ont pas rêvé.»

Les militants de Gaza ont lancé plus de 1 500 roquettes depuis lundi, a déclaré l’armée israélienne, qui a mené des centaines de frappes aériennes contre des groupes islamistes dans l’enclave côtière surpeuplée de Gaza.

Les hostilités les plus intenses depuis sept ans ont tué au moins 67 morts à Gaza, dont 17 enfants, et près de 400 blessés, et six en Israël, dont un soldat israélien et un ressortissant indien.

Trois Palestiniens ont été tués dans des affrontements en Cisjordanie. Et au moins 230 Palestiniens et 100 Israéliens ont été blessés.

Un soldat israélien a été tué mercredi lorsque des militants palestiniens à Gaza ont tiré un missile antichar près de la frontière, a déclaré l'armée, au milieu de tirs de roquettes et de frappes aériennes.

Alors que les puissances mondiales ont exprimé leur inquiétude croissante face à la crise, l'envoyé de l'ONU au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a averti que «nous nous dirigeons vers une guerre à grande échelle».

Le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu une autre réunion d’urgence sans se mettre d’accord sur une déclaration commune en raison de l’opposition des États-Unis, alliés d’Israël.

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a appelé à l’arrêt immédiat de la violence en Israël et dans les territoires palestiniens occupés.

«Tout doit être fait pour empêcher un conflit plus large, qui affectera avant tout les populations civiles des deux côtés», a déclaré Borrell dans un communiqué condamnant les actions des deux côtés.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères a déclaré que la communauté internationale devait faire tout son possible pour éviter un nouveau conflit entre Israël et les Palestiniens.

«Le cycle de violence à Gaza, à Jérusalem mais aussi en Cisjordanie et dans plusieurs villes d'Israël risque de conduire à une escalade majeure», a déclaré Jean-Yves Le Drian au parlement. «Tout doit être fait pour éviter un conflit qui serait le quatrième affrontement meurtrier de ce genre au cours des 15 dernières années», a-t-il déclaré.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé à une réunion urgente du Quartet pour le Moyen-Orient afin de mettre fin à la violence.

S'exprimant aux côtés du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, M. Lavrov a déclaré: «Aujourd'hui, nous sommes parvenus à l'opinion commune que la tâche la plus urgente est de convoquer le Quartet de médiateurs internationaux - la Russie, les États-Unis, l'ONU et l'UE.»

Sergei Vershinin, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a appelé Israël à arrêter «immédiatement» toutes les activités de colonisation dans les Territoires palestiniens, a rapporté l'agence de presse RIA.

Vershinin a également déclaré que Moscou a appelé au respect du «statu quo des sites sacrés de Jérusalem», a rapporté RIA.

L’envoyé spécial de la Chine pour le Moyen-Orient, Zhai Jun, a exprimé sa «profonde préoccupation» face à l’escalade des affrontements entre Palestiniens et Israël et a exhorté toutes les parties à faire preuve de retenue pour éviter de nouvelles victimes.

Lors d'une réunion avec des envoyés arabes et le représentant en chef de la Ligue arabe en Chine, Zhai a déclaré que Pékin continuerait à pousser le Conseil de sécurité de l'ONU à prendre des mesures dès que possible sur la situation à Jérusalem-Est, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Netanyahu a déclaré l'état d'urgence dans la ville mixte juive-arabe israélienne de Lod, où la police a déclaré que «des émeutes à grande échelle ont éclaté parmi certains résidents arabes», et les autorités ont par la suite imposé un couvre-feu pendant la nuit.

On craignait d'aggraver les troubles civils alors que les manifestants brandissant des drapeaux palestiniens brûlaient des voitures et des propriétés, y compris une synagogue, se heurtaient à la police israélienne et attaquaient des automobilistes juifs dans plusieurs villes juives-arabes.

Le président israélien Reuven Rivlin, dans un langage inhabituellement fort, a dénoncé ce qu’il a qualifié de «pogrom» dans lequel «une foule arabe incitée et assoiffée de sang» avait blessé des gens et attaqué des espaces juifs sacrés.

Rivlin a déclaré que les Israéliens devaient «être prêts et armés, forts et déterminés, prêts à défendre notre maison».

Des groupes palestiniens, principalement le Hamas et le Jihad islamique, ont lancé plus de 1 000 roquettes, a indiqué l’armée israélienne, dont des centaines à Tel Aviv, où les sirènes aériennes ont hurlé pendant la nuit.

Parmi ceux-ci, 850 ont frappé en Israël ou ont été interceptés par le système de défense aérienne israélien Iron Dome, tandis que les autres se sont écrasés à l'intérieur de Gaza, a indiqué l'armée.

Israël a lancé des centaines de frappes aériennes sur Gaza, la bande de deux millions de personnes sous blocus israélien que le Hamas contrôle, ciblant ce que l'armée a décrit comme des sites «terroristes».

Le Hamas a déclaré que plusieurs de ses principaux commandants avaient été tués dans des frappes israéliennes, y compris son chef militaire à Gaza, Bassem Issa. L’agence de sécurité intérieure israélienne, le Shin Beth, a également identifié trois autres principaux militants du Hamas qui, selon elle, ont été tués.

Son chef Ismail Haniyeh a menacé d'intensifier les attaques, avertissant que «si Israël veut s'intensifier, nous y sommes prêts».

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a exhorté les deux parties à «prendre du recul».

Le secrétaire d'État Antony Blinken a déclaré qu'un envoyé américain se rendrait pour rencontrer les dirigeants israéliens et palestiniens afin de rechercher «une désescalade de la violence».

Dans la ville de Gaza, les gens ont passé au crible les débris après qu'une frappe aérienne israélienne a détruit un bâtiment de 12 étages que le Hamas avait été un immeuble résidentiel. Il était également connu pour abriter les bureaux de plusieurs responsables du Hamas.

Une Israélienne a été tuée lorsque des roquettes ont frappé Rishon Letzion près de Tel Aviv. A Ashkelon, une ville proche de Gaza que le Hamas a menacé de transformer en «enfer», des roquettes tirées par des militants ont tué deux femmes mardi.

1
La fumée monte à la suite des frappes aériennes israéliennes sur la ville de Gaza le 12 mai 2021 (Photo, AFP)