Adrien Maeght, 91 ans, l'ami des grands artistes du XXe siècle

Marchand d'art français, collectionneur, éditeur et responsable de la Fondation Maeght, Adrien Maeght, pose chez lui sous un lustre de l'artiste italien Alberto Giacometti et devant la fresque "La fresque aux oiseaux" du peintre français Georges Braque, à Saint- Paul-de-Vence, au sud-est de la France, le 3 mars 2021. Valery HACHE / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 05 mars 2021

Adrien Maeght, 91 ans, l'ami des grands artistes du XXe siècle

  • Voisin du peintre Henri Matisse qu'il filme à l'âge de 15 ans, intime du cubiste Georges Braque, proche du poète Jacques Prévert ou de l'artiste espagnol Joan Miro
  • Adrien Maeght vit sur les hauteurs de Saint-Paul-de-Vence, près de la Fondation et de son fonds exceptionnel d'art moderne d'environ 13.000 oeuvres

SAINT-PAUL-DE-VENCE, FRANCE : A 91 ans, l'ancien galeriste et imprimeur Adrien Maeght, président de la Fondation et lieu d'art précurseur créée par ses parents sur la Côte d'Azur, n'a "pas de gros regrets": il a côtoyé et soutenu les plus grands artistes du XXe siècle.

Voisin du peintre Henri Matisse (1869-1954) qu'il filme à l'âge de 15 ans, intime du cubiste Georges Braque (1882-1963), proche du poète Jacques Prévert (1900-1977) dont il fait la première exposition de collages ou de l'artiste espagnol Joan Miro (1893-1983) pour qui il imagine un procédé de lithographie géante, etc. La liste des créateurs qui ont compté dans la vie d'Adrien Maeght ou qui ont fait appel à lui ressemble au bottin des arts.

"Finalement, j'en ai connu pas mal...", souffle celui que le tout-Paris des années 1950 appelait "le petit Maeght".

Il vit sur les hauteurs de Saint-Paul-de-Vence, près de la Fondation et de son fonds exceptionnel d'art moderne d'environ 13.000 oeuvres. Quelque 130.000 visiteurs, en majorité étrangers, s'y pressaient chaque année avant l'épidémie de Covid-19.

S'il peine désormais lire - ses yeux fatiguent - Adrien Maeght garde un pied dans ce monde de l'art international où, sans être lui-même un personnage, il n'a jamais cessé d'évoluer, entre sa Côte d'Azur natale, Paris et New York.

"Les Américains ont confondu l'art et l'argent, ça fausse beaucoup de choses", déplore-t-il.

Il observe avec indulgence les galeries qui ont proliféré à Saint-Paul-de-Vence avec le tourisme de masse. "Ca ne me gêne pas. Quelqu'un qui dépense 200 euros pour acheter un tableau de la fontaine peint en série ou un coucher de soleil sur l'Esterel fait quand même un effort".

"Belles choses"

Il continue aussi de voir et recevoir "ses copains". Il accueille dans son salon, sur un canapé crème où il prend place également, sans masque malgré le Covid-19. "Je me suis fait vacciner", dit-il.

De l'extérieur, sa maison, le Mas Bernard, du nom de son frère décédé à 11 ans, a tout d'une classique propriété provençale: tuiles rondes, volets bleus et le panier du chien Fifi devant la porte.

Mais au bout de l'allée bordée de mandariniers, passée l'émouvante vue sur la mer et les collines, un indice témoigne d'un intérieur incomparable. L'échelle de la piscine est signée du sculpteur et designer suisse Diego Giacometti (1902-1985).

Dans l'entrée, peuplée "de belles choses", dit-il, un bas-relief noir en ardoise de l'artiste belge Raoul Ubac (1910-1985) tutoie une huile de l'Italien Marco Del Re (1950-2019). Une lithographie d'Alexander Calder (1898-1976) happe le regard et dans un escalier, un dessin de Miro serpente au mur.

"Je suis toujours ravi de voir ça. Le Braque surtout, un tableau considérable et, pour moi, le plus important", dit-il en désignant un immense cadre avec deux oiseaux noirs dans un bleu ciel ceint de gris.

"Le bleu, c'est de la céruse (pigment synthétique) et la céruse était interdite (à cause du plomb, ndlr). Braque voulait de la céruse et je me suis démené pour lui en trouver chez un vieux pépère qui avait fermé boutique".

"Laisser une trace"

Collectionneur, bibliophile, féru de mécanique automobile et commerçant dans l'âme comme sa mère, mais sans diplôme au grand dam de son père au génie écrasant, Adrien Maeght est propriétaire à titre personnel de centaines d'oeuvres. 

Il s'apprête à céder un Fernand Léger pour financer l'agrandissement de la Fondation.

"Vendre un tableau c'est difficile. Il faut qu'il soit suffisamment beau pour attirer, qu'il ait une histoire et c'est compliqué: le tableau que l'on vend, on l'aime et le client qui l'achète, aussi: les deux aiment le tableau", dit-il.

"La Fondation a été créée par mes parents, et par moi un petit peu, pour laisser une trace dans l'histoire de l'art, montrer les artistes que nous avons aimés et dont les gens n'entendent plus parler ou qui n'intéressent pas les musées car ils veulent faire des événements", reprend-il.

"Jeune, il était surtout le fils d'Aimé mais il a su prendre son indépendance", témoigne à l'AFP le biographe d'Adrien Maeght, Patrice Trapier. "Très amical avec les artistes, il connaissait leurs travers, sachant les accompagner du point de vue de l'exécution technique ou de la vie quotidienne".

Dans un livre de 2019, somme d'érudition et d'anecdotes, la petite histoire des artistes croise la grande: le gigot que Picasso n'a jamais pu manger au déjeuner du samedi chez Braque, les dessous du remariage de Marc Chagall ou les bijoux de Nina Kandinsky, les conflits, les liens amicaux, quasi-familiaux avec les peintres.

Témoin, voire acteur de luttes d'héritage féroces, comme pour la succession du peintre Pierre Bonnard, Adrien Maeght, qui a déjà six arrière-petits-enfants, affirme qu'il a préparé la relève: "Je n'en parle pas parce c'est très familial mais j'espère que ça continuera".

Deux de ses quatre enfants, Isabelle, 65 ans et Jules, 52 ans, également galeristes, siègent au conseil d'administration de la Fondation, juridiquement indépendante. Mais en 2014, une de ses filles, Yoyo a jeté le trouble avec un livre règlements de comptes. "Une bataille pour la mémoire, le pouvoir et l'argent", dira Vanity Fair France. 


Oups! LEGO confond le ramadan et l’Aïd

Un bazar du Moyen-Orient construit avec des blocs Lego. (Capture d'écran, YouTube)
Short Url
  • Bien que le mois sacré soit observé chaque année depuis plus de 14 siècles, quelques entreprises le confondent encore avec Aïd Al-Fitr
  • La plupart des commentaires sur la salutation, tout en reconnaissant l'effort déployé par LEGO, soulignent qu’il reste trente jours avant l'Aïd

LONDRES: Chaque année juste avant le début du ramadan, félicitations et salutations sont échangées en quantité industrielle avec la famille, les amis, les employés, ainsi que le grand public afin de célébrer le début du mois sacré.

Certaines entreprises profitent de cette période de célébration pour diffuser des vœux du ramadan, tout en commercialisant leurs produits.

Pourtant, et bien que le mois sacré soit observé chaque année depuis plus de quatorze siècles, quelques entreprises le confondent encore avec l'Aïd Al-Fitr, la fête qui marque la fin du ramadan.

En effet, le premier jour du mois cette année, le fabricant de jouets Lego a tweeté ce qui est probablement censé être un vœu pour le ramadan. «Faites-en une célébration inoubliable avec un jeu Lego, et préparez-vous à passer des bons moments en famille.»

Jusqu'ici tout va bien, non? Eh bien pas exactement! L'image jointe au tweet contient en effet «Eid Mubarak» au lieu de «Ramadan Kareem» d’une autre salutation traditionnelle.

Le public ne semblait pas trop perturbé par cette erreur. La plupart des commentaires sur la salutation, tout en reconnaissant l'effort déployé par Lego, soulignent qu’il reste trente jours avant l'Aïd.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Festival international du film du Caire se déroulera en décembre 2021

L'actrice libanaise Nour pose sur le tapis rouge lors de la cérémonie d'ouverture de la 41ᵉ édition du Festival international du film du Caire (CIFF). AFP
Short Url
  • Le CIFF est non seulement le plus ancien et plus grand festival de films annuel de la région, mais aussi le seul au Moyen-Orient et en Afrique à être accrédité au niveau international
  • L’édition 2021, qui se déroulera du 1er au 10 décembre 2021, offrira également des prix à quinze projets cinématographiques

DUBAÏ: La 43ᵉ édition du Festival international du film du Caire (CIFF) se déroulera du 1er au 10 décembre 2021, selon une annonce faite cette semaine.

Le producteur de cinéma égyptien Mohamed Hefzy, président du Festival international du film du Caire, s’est exprimé dans un communiqué. «Les festivals de cinéma ont trouvé un moyen de s'adapter et de survivre, agissant comme une bouée de sauvetage pour les films et les cinéastes qui ont été touchés et mis au défi par la pandémie, faisant face à des risques tels que des interruptions de production ou la fermeture de salles de cinéma partout dans le monde. Très peu de festivals ont réussi à maintenir une édition physique, et nous sommes fiers de dire que Le Caire en fait partie, avec l’objectif de réaliser une édition encore plus réussie cette année», a-t-il affirmé.

L’édition 2021 offrira également des prix à quinze projets cinématographiques.

«L'équipe de programmation et la direction du festival sont ravies du défi que présente cette prochaine édition, et nous sommes impatients de présenter une programmation de films riche et diversifiée, ainsi qu’une sélection digne du public du festival, qui s’attend encore à davantage en termes de qualité et de surprises d’année en année», a ajouté Hefzy.

«Ces trois dernières années, nous nous sommes efforcés de réaliser toutes nos ambitions et nos plus grands succès au niveau de notre programmation, cela à travers les différentes plates-formes de soutien proposées aux professionnels par Cairo Industry Days, notamment Cairo Film Connection, qui a offert l'année dernière des prix évalués à près de 250 000 dollars (environ 210 millions d’euros) à quinze projets de qualité, très différents les uns des autres», a-t-il poursuivi dans le communiqué.

Comme pour les trois éditions précédentes, le festival comprendra également les Cairo Industry Days, axés sur le secteur, et son événement de cofinancement Cairo Film Connection.

L’édition de l’année dernière a présenté plus de 95 films provenant de plus de 40 pays.

Malgré les défis imposés par la pandémie de Covid-19 – notamment une diminution de la capacité d’accueil de 50%, en raison de la distanciation sociale –  le festival a vendu 30 000 billets, tandis que 200 invités internationaux étaient présents en 2020.

Le CIFF est non seulement le plus ancien et plus grand festival de films annuel de la région, mais aussi le seul au Moyen-Orient et en Afrique à être accrédité au niveau international.

En 2019, cet événement cinématographique est également devenu le premier festival du film arabe à signer l'engagement 5050 × 2020 pour l'égalité des sexes, s'engageant pour l’autonomisation des femmes et la transparence sur les questions de disparité entre les genres dans l'industrie cinématographique au Moyen-Orient.

Cette même année, le CIFF a obtenu le statut de festival qualificatif aux Oscars dans la catégorie courts métrages, devenant ainsi le seul festival d'Afrique du Nord à jouir de cette reconnaissance avec d’autres festivals prestigieux comme Cannes, Venise, ou Sundance.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com

 


J.K. Rowling revient avec un roman jeunesse en octobre

La romancière britannique J.K. Rowling, le 12 décembre 2019 à New York (Photo, AFP)
Short Url
  • Le titre du roman jeunesse n'est connu qu'en anglais: «The Christmas Pig», qui signifie «le cochon de Noël» 
  • La romancière britannique de 55 ans a vendu un demi-milliard d'exemplaires dans le monde des aventures du jeune sorcier Harry Potter, parues en sept tomes entre 1997 et 2007

PARIS: L'autrice de la saga romanesque « Harry Potter », J.K. Rowling, revient avec un roman jeunesse dont la sortie dans plus de 20 langues est prévue le 12 octobre, a annoncé mardi l'éditeur français Gallimard.  

Le titre n'est connu qu'en anglais: « The Christmas Pig », qui signifie « le cochon de Noël ». 

 

 

« Jack est très attaché à son cochon en peluche de petit garçon, avec lequel il partage tout depuis toujours, les bons comme les mauvais moments. Jusqu'à cette veille de Noël où se produit la catastrophe: le cochon est perdu », raconte Gallimard.  

La romancière britannique de 55 ans a vendu un demi-milliard d'exemplaires dans le monde des aventures du jeune sorcier Harry Potter, parues en sept tomes entre 1997 et 2007.  

Depuis, elle est passée à autre chose: plusieurs romans pour les adultes, et en 2020 un retour à la littérature jeunesse avec le conte « L'Ickabog ».  

« The Christmas Pig » vise un public de huit ans et plus, selon Gallimard Jeunesse.  

Il doit paraître chez Hachette Children's Group en version originale, et chez Scholastic pour l'Amérique du Nord.  

Toutes les autres grandes langues européennes verront la parution le même jour, ainsi que le chinois (Taïwan), l'hébreu, le japonais, le thaï et le turc.  

« Les lecteurs y découvriront une merveilleuse et trépidante aventure de Noël, et reconnaîtront l'art extraordinaire de J.K. Rowling », a affirmé l'éditrice Hedwige Pasquet, cité dans le communiqué.