Syrie: premiers vaccins anti-Covid attendus d'ici mars à Idleb

Le 30 septembre 2020, des travailleurs désinfectent un halway dans une zone de quarantaine faisant partie d'un centre de traitement communautaire pour les patients atteints de coronavirus dans la ville syrienne d'Ariha, dans la province du nord-ouest d'Idlib (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

Syrie: premiers vaccins anti-Covid attendus d'ici mars à Idleb

  • La région d'Idleb et ses environs vont recevoir 336 000 doses du vaccin, «couvrant environ 4% de la population totale du Nord-Ouest»
  • Dans une Syrie morcelée par la guerre, les autorités locales dans les territoires insurgés du Nord-Ouest avaient réclamé l'inscription de leurs régions au programme Covax

BEYROUTH: Le Nord-Ouest de la Syrie, dominé par des jihadistes et des rebelles, doit recevoir d'ici mars les premières doses du vaccin anti-Covid AstraZeneca, a assuré mardi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), une initiative intervenant dans le cadre du programme mondial de vaccination Covax. 

La région d'Idleb et ses environs vont recevoir 336 000 doses du vaccin, « couvrant environ 4% de la population totale du Nord-Ouest », a indiqué le bureau de l'OMS en charge de la Syrie. 

Quelque « 35-40% des vaccins seront disponibles au cours du premier trimestre et 60-65% au deuxième trimestre », précise l'organisation. 

Environ 120 000 doses du vaccin AstraZeneca devraient arriver d'ici mars dans le secteur, a indiqué un porte-parole de la Direction de la Santé locale. 

« Elles couvriront 60 000 personnes » parmi le personnel médical, les personnes âgées et les malades souffrant de maladies chroniques, a précisé le porte-parole Imad Zahran. 

Dans une Syrie morcelée par la guerre, les autorités locales dans les territoires insurgés du Nord-Ouest avaient réclamé l'inscription de leurs régions au programme Covax, mis en place par l'OMS pour distribuer les vaccins anti-Covid aux pays défavorisés. 

Quelque 4 millions de personnes vivent dans le Nord-Ouest syrien, selon l'ONU. La région a officiellement enregistré 21 136 cas de Covid-19, dont 408 décès. 

Elle englobe le bastion d'Idleb, dominé par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, mais aussi des petites poches insurgées à la frontière turque, gérées par des rebelles pro-Ankara. 

De son côté, le gouvernement à Damas a adhéré au programme Covax en janvier, autorisant par ailleurs lundi l'utilisation sur son territoire du vaccin de l'allié russe, Spoutnik V. 

Le régime a été accusé par le passé d'empêcher l'arrivée d'aides vitales à des bastions de l'opposition qui échappent à son contrôle. 

Début février, l'ONG Human Rights Watch avait plaidé pour une distribution « équitable » des vaccins, rappelant que « le gouvernement syrien ne s'est jamais gêné pour entraver l'accès aux soins médicaux ». 

Les zones kurdes en particulier, dans le Nord-Est, sont à la merci du régime, ne bénéficiant plus du dispositif d'aides transfrontalières parrainé par l'ONU qui permettait autrefois d'y faire entrer plus librement des aides internationales. 

« Des discussions sont en cours avec l'OMS pour se fournir en vaccins anti-Covid », a assuré un responsable local kurde. 


L’Arabie saoudite « rejette complètement » le rapport US sur le meurtre de Khashoggi

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a déclaré qu'il avait suivi le rapport soumis au Congrès concernant le meurtre odieux du citoyen saoudien Jamal Khashoggi. (Le ministère saoudien des Affaires étrangères)
Short Url
  • Le ministère des Affaires étrangères du Royaume affirme avoir suivi le rapport soumis au Congrès US concernant « le meurtre odieux du citoyen saoudien »
  • Le ministère rappelle que les autorités du Royaume ont pris toutes les mesures possibles pour condamner les coupables, et que « ces condamnations avaient été bien accueillies par la famille du défunt »

JEDDAH: L'Arabie saoudite a rejeté vendredi les conclusions d'un rapport du Congrès américain sur le meurtre de Jamal Khashoggi.

Le journaliste saoudien a été assassiné le 2 octobre 2018 au consulat du Royaume à Istanbul. Khashoggi s’était rendu au consulat pour remplir les papiers relatifs à son divorce.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu'il suivait le rapport soumis au Congrès américain « concernant le meurtre odieux du citoyen saoudien Jamal Khashoggi » et « constate que le gouvernement du Royaume rejette complètement l'évaluation négative, fausse et inacceptable dans le rapport concernant les leaders du Royaume, et se rend compte que le rapport contenait des informations et des résultats tout à fait inexactes ».

Avant d’ajouter : « Le ministère réitère ce qui avait été précédemment annoncé par les autorités compétentes du Royaume, à savoir qu’il s’agissait d’un crime odieux et d’une violation flagrante des lois et des valeurs du Royaume. Ce crime a été commis par un groupe d'individus qui ont violé toutes les réglementations et les autorités pertinentes des agences où ils étaient employés »

Le ministère a en outre indiqué que les autorités du Royaume « ont pris toutes les mesures possibles au sein de notre système juridique pour garantir que ces personnes fassent l'objet d'enquêtes appropriées et que justice soit rendue. Il a souligné qu'ils avaient été reconnus coupables et condamnés par des tribunaux saoudiens et que « ces condamnations avaient été bien accueillies par la famille de Jamal Khashoggi ».

La déclaration poursuit: « Il est vraiment regrettable que ce rapport, avec ses conclusions injustifiées et inexactes, soit publié malgré que le Royaume avait clairement dénoncé ce crime odieux, et que les leaders du Royaume ont pris toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte qu'une telle tragédie ne se reproduise plus ».

« Le Royaume rejette toute mesure qui porte atteinte à ses gouvernants, à sa souveraineté et à l'indépendance de son système judiciaire ».

Le ministère a aussi réaffirmé que la relation entre le Royaume et les États-Unis est une relation d’un « partenariat solide et durable ».

Le ministère a ajouté: « Ce partenariat a prospéré pendant près de huit décennies sur la base du respect mutuel où les institutions des deux pays ont travaillé avec diligence afin d’approfondir ces liens dans tous les aspects, grâce à une coopération et des consultations accrues dans le but de renforcer la sécurité et la stabilité dans la région ainsi que dans le monde entier ».

« Nous sommes impatients de maintenir les fondations durables qui ont façonné le partenariat stratégique et durable entre le Royaume et les États-Unis ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Libye: Saleh veut voir toutes les régions représentées au gouvernement

Le président du Parlement libyen Aguila Saleh, rencontre des responsables de l'administration basée à Benghazi dans la ville de l'est de la Libye le 6 décembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre par intérim Abdel Hamid Dbeibah a affirmé jeudi soir que l'échéance pour former son gouvernement expirait vendredi
  • Le président du Parlement libyen Aguila Saleh a affirmé que «l'accord sur la réunification des postes de souveraineté sera mis en œuvre après la formation du gouvernement»

RABAT: Le président du Parlement libyen Aguila Saleh a appelé vendredi le Premier ministre par intérim Abdel Hamid Dbeibah à inclure des représentants de toutes les régions du pays dans le gouvernement de transition, afin de surmonter les « divergences ». 

M. Dbeibah a affirmé jeudi soir que l'échéance pour former son gouvernement expirait vendredi, sans préciser s'il comptait soumettre au Parlement les noms des ministres dans les délais.   

Ce gouvernement, s'il est formé, aura la lourde tâche d'unifier les institutions d'un pays déchiré par des divisions et de mener la transition jusqu'aux élections prévues le 24 décembre. 

Le Premier ministre « devrait choisir, lors de la formation de l'exécutif de transition, des personnes compétentes et intègres issues de toutes les régions du pays, pour que le consensus souhaité soit atteint », a déclaré M. Saleh lors d'une visite à Rabat. 

« Il y a des divergences, tout le monde doit participer au pouvoir pour sortir du tunnel », a-t-il ajouté, après une rencontre avec le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita.  

M. Dbeibah a été désigné Premier ministre le 5 février par 75 délégués libyens de tous bords réunis à Genève sous l'égide de l'ONU. 

S'il réussit à former un gouvernement dans les temps, il aura ensuite jusqu'au 19 mars pour obtenir la confiance du Parlement. 

Après l'échec en juin 2020 d'une offensive contre la capitale Tripoli du maréchal Haftar, homme fort de l'Est libyen, un cessez-le-feu a été conclu en octobre sous l'égide de l'ONU, suivi d'un accord pour des élections fin 2021. 

M. Saleh a par ailleurs affirmé que « l'accord sur la réunification des postes de souveraineté sera mis en œuvre après la formation du gouvernement ».  

Cet accord découle de plusieurs réunions tenues au Maroc ces derniers mois par des représentants des deux camps libyens. 

M. Dbeibah devait aussi rencontrer M. Bourita vendredi à Rabat mais n'a pu venir car « occupé par des affaires internes », selon le ministère marocain des Affaires étrangères. 

M. Bourita a indiqué lui avoir exprimé par téléphone le soutien du Maroc à la formation d'un gouvernement intérimaire « dans les délais ». 


Le roi Salmane reçoit un appel téléphonique de l'émir du Koweït

Le roi Salmane (SPA)
Short Url
  • Le prince héritier a subi une intervention chirurgicale mercredi au King Faisal Specialist Hospital Riyad
  • Il a quitté l’hôpital le jour même de l’intervention

LONDRES: Le roi Salmane d’Arabie saoudite a reçu vendredi un appel téléphonique de cheikh Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, l’émir du Koweït. 

Au cours de cet entretien téléphonique, cheikh Nawaf a félicité le roi pour le succès de la récente opération chirurgicale du prince héritier Mohammed ben Salmane, rapporte l’agence de presse saoudienne (SPA). 

Le prince héritier a subi une intervention chirurgicale mercredi au King Faisal Specialist Hospital (hôpital spécialisé du roi Faisal) de Riyad, qu’il a quitté le même jour. 

Le roi a exprimé ses remerciements à l'émir. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com