Londres accorde plus de temps à l'UE pour ratifier l'accord post-Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson signe l'accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l'UE, l'accord commercial sur le Brexit, au 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 30 décembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

Londres accorde plus de temps à l'UE pour ratifier l'accord post-Brexit

  • L'application provisoire du traité, entré en vigueur le 1er janvier, devait initialement s'achever le 28 février
  • «Il est décevant que l'UE n'ait pas achevé ses procédures internes dans les délais convenus», a insisté le porte-parole britannique

BRUXELLES: Le Royaume-Uni a accepté, à la demande de l'UE, de prolonger jusqu'au 30 avril la période d'application provisoire de l'accord commercial post-Brexit, afin de laisser suffisamment de temps au Parlement européen pour le ratifier, a annoncé mardi un porte-parole du gouvernement britannique. 

« Aujourd'hui, nous avons convenu de prolonger jusqu'au 30 avril le délai imparti à l'UE pour ratifier l'accord », a déclaré ce porte-parole. 

L'application provisoire du traité, entré en vigueur le 1er janvier, devait initialement s'achever le 28 février, mais le Parlement avait rapidement prévenu qu'il lui faudrait plus de temps. 

« Il est décevant que l'UE n'ait pas achevé ses procédures internes dans les délais convenus, compte tenu de l'incertitude que cela crée pour les entreprises et les citoyens des deux parties. Nous attendons de l'UE qu'elle respecte le nouveau calendrier », a insisté le porte-parole britannique. 

L'examen approfondi du texte de 1 250 pages par le Parlement européen a débuté à la mi-janvier. Les eurodéputés espèrent le voter au cours du mois de mars. 


Plan de relance Biden: la Chambre vote vendredi, incertitude au Sénat

Le président américain Joe Biden monte à bord d'Air Force One à « Joint Base Andrews » dans le Maryland le 26 février 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • La gardienne des procédures, complexes, du Sénat, Elizabeth MacDonough, a jugé que le texte ne pouvait pas inclure la hausse du salaire minimum horaire à 15 dollars
  • Joe Biden prévoit plusieurs dizaines de milliards de dollars pour l'accélération du rythme des vaccinations et le déploiement de tests

WASHINGTON: La Chambre américaine des représentants vote vendredi soir sur le plan de relance de 1 900 milliards de dollars voulu par Joe Biden, mais après un revers de procédure au Sénat, la hausse du salaire minimum réclamée par les démocrates ne figurera certainement pas dans la version finale.   

C'est une figure méconnue du Congrès qui a bousculé jeudi soir l'avancée de ce plan titanesque, que le nouveau président américain voulait au départ voir adopté dès début février.  

La gardienne des procédures, complexes, du Sénat, Elizabeth MacDonough, a jugé que le texte ne pouvait pas inclure la hausse du salaire minimum horaire à 15 dollars, inscrite dans le projet de loi.   

Si certains progressistes s'en sont indignés, appelant à outrepasser le jugement de cette « parliamentarian », une responsable non élue, Joe Biden a fait savoir dès jeudi soir qu'il le « respectait ».   

Tout en exhortant le Congrès à « avancer rapidement pour adopter le Plan de sauvetage américain ». Et en annonçant qu'il tenterait de faire avancer séparément l'augmentation du salaire fédéral minimum, actuellement à 7,25 dollars.   

Le message aux démocrates, qui contrôlent la majorité au Congrès, est clair: le temps presse pour relancer une économie américaine durement frappée par la pandémie de Covid-19.    

Agissez « rapidement afin d'adopter cette loi pour donner aux Américains le soutien et l'aide urgents dont ils ont besoin », a écrit le Bureau de la gestion et du budget à la Maison Blanche (OMB) aux parlementaires, vendredi matin.  

Dans la soirée, la Chambre votera sur le projet de loi d'origine, qui comprend la hausse du salaire minimum jusqu'à 15 dollars par heure, d'ici 2025.   

Une mesure « nécessaire », a justifié jeudi soir la présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi. « Cette disposition restera donc dans le Plan de sauvetage américain qui sera soumis au vote », dont l'heure n'a pas encore été annoncée, a-t-elle martelé.   

Dans les faits, cette décision implique une plus longue navette parlementaire.   

Compte tenu de leur majorité à la chambre basse, le plan de 1 900 milliards de dollars a de fortes chances d'y être facilement adopté. Il sera ensuite envoyé, la semaine prochaine, au Sénat, où la hausse du salaire devrait être retirée.   

S'il y est à son tour adopté, ce texte repartira à la Chambre pour un vote sur une version finale harmonisée.   

Chèques de 1 400 dollars  

Le retrait de la hausse du salaire minimum pourrait, dans les faits, faciliter l'adoption du plan de soutien. Car certains démocrates modérés étaient opposés à cette mesure.   

Or avec son infime majorité au Sénat, et l'opposition annoncée des républicains au plan Biden, le parti a impérativement besoin d'unité pour faire adopter ce projet.   

Le sénateur Bernie Sanders et d'autres démocrates progressistes étudiaient toutefois vendredi une alternative pour encourager la hausse des revenus minimum: introduire dans le vaste plan de soutien un amendement créant des pénalités fiscales pour les grandes entreprises qui payent moins qu'un « minimum vital ».   

Mais les démocrates modérés pourraient aussi s'y opposer.   

Face à l'incertitude, les grands patrons américains appellent à agir vite.  

Dans le détail, le plan Biden vise à soutenir l'économie et la lutte contre la Covid-19.   

Il prévoit plusieurs dizaines de milliards de dollars pour l'accélération du rythme des vaccinations et le déploiement de tests mais aussi 130 milliards de dollars pour aider les écoles et lycées à rouvrir malgré la pandémie.   

De nouveaux chèques d'aide d'un montant de 1.400 dollars devraient être envoyés aux Américains, selon leur niveau de revenus, et la durée de versement des allocations chômage prolongée jusqu'au 30 septembre 2021.  

Les démocrates ont promis d'adopter ces mesures avant le 14 mars, lorsque le versement d'allocations chômage prolongé dans un précédent plan d'aide cessera. 


Climat: «alerte rouge» de l'ONU sur des engagements «très loin» des enjeux

Le rapport intérimaire sur les engagements climatiques effectivement déposés dans le cadre de l'Accord de Paris "est une alerte rouge pour notre planète", insiste le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres (Photo, AFP).
Short Url
  • «En 2021, ça passe ou ça casse pour l'urgence climatique mondiale. La science est claire, pour limiter la hausse des températures à 1,5°C, nous devons réduire les émissions de 45% d'ici à 2030 par rapport à 2010» déclare Antonio Guterres
  • La planète a gagné un peu plus de 1°C pour l'instant, entraînant déjà une multiplication des événements météo extrêmes, des canicules aux tempêtes, en passant par les sécheresses et les inondations.

PARIS: Les derniers engagements climatiques déposés par les Etats signataires de l'Accord de Paris sont "très loin" des objectifs, a dénoncé vendredi l'ONU, appelant les gros pays émetteurs à passer de la parole aux actes.

"En 2021, ça passe ou ça casse pour l'urgence climatique mondiale. La science est claire, pour limiter la hausse des températures à 1,5°C, nous devons réduire les émissions de 45% d'ici à 2030 par rapport à 2010",  déclare dans un communiqué le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Mais le rapport intérimaire sur les engagements climatiques effectivement déposés dans le cadre de l'Accord de Paris "est une alerte rouge pour notre planète", insiste-t-il.

Les quelque 200 signataires du pacte climatique de 2015 qui vise à limiter le réchauffement à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle (et si possible à +1,5°C), devaient soumettre avant le 31 décembre 2020 leurs engagements révisés, appelés "contribution déterminée au niveau national" (NDC).

Mais seuls 75 pays (dont les membres de l'UE) l'ont effectivement fait, représentant seulement 30% des émissions mondiales. Selon l'ONU, l'impact combiné de ces nouvelles contributions constituerait moins de 1% de baisse des émissions d'ici à 2030 (comparé à 2010). Très loin des 45% nécessaires pour rester sous les 1,5°C comme l'ont estimé les experts climat de l'ONU (Giec).

"C'est incroyable de penser qu'alors que les nations font face à une urgence qui pourrait à terme éradiquer la vie humaine sur cette planète, et que malgré toutes les études, tous les rapports et les mises en garde des scientifiques du monde entier, de nombreux pays s'en tiennent à leur approche de statu quo", s'emporte la responsable climat de l'ONU, Patricia Espinosa, lors d'une conférence de presse.

"Les émetteurs les plus importants doivent présenter des objectifs de réductions des émissions bien plus ambitieux pour 2030 dans leurs contributions nationales bien avant la conférence climat de Glasgow (COP26) en novembre", insiste M. Guterres, alors que cette COP26 cruciale a déjà été reportée d'un an en raison de la pandémie de Covid-19.

"Choquant" 

L'ONU fera un nouveau rapport d'évaluation des NDC avant cette échéance. Beaucoup attendent d'ici là en particulier les contributions de la Chine, qui s'est engagée à la neutralité carbone d'ici à 2060 mais n'a pas déposé de nouvelle NDC, et des Etats-Unis, dont le nouveau président Joe Biden, qui a fait du climat une de ses priorités, vient de revenir dans l'accord de Paris.

La planète a gagné un peu plus de 1°C pour l'instant, entraînant déjà une multiplication des événements météo extrêmes, des canicules aux tempêtes, en passant par les sécheresses et les inondations.

Parmi les plus vulnérables à ces impacts du changement, les Etats insulaires ont dénoncé "un manque d'empressement choquant et de véritable action" des gros émetteurs. "Nous flirtons dangereusement avec la limite de 1,5°C sur laquelle le monde s'est mis d'accord. Ce sont nos petits Etats insulaires qui en paieront le prix si elle n'est pas respectée", alerte Aubrey Webson, président du groupe Aosis qui les représente, dans un communiqué.

Malgré les critiques sur les contributions combinées évaluées dans le rapport, Helen Mountford, du World Resources Institute, appelle à faire la différence entre les pays qui ont présenté "des objectifs audacieux" comme le Royaume-Uni, l'Argentine ou l'UE, "éclipsés" dans le rapport d'évaluation par ceux "qui sont à la traîne", comme le Brésil, la Russie, l'Australie ou le Mexique.

Un certain nombre de pays mettent en avant la crise sans précédent de Covid-19 pour différer leur engagement climatique. Un argument qui peut parfois être compréhensible, note Mme Espinosa.

"Mais l'urgence climatique ne s'est pas arrêtée pour la pandémie et elle ne va pas disparaître parce qu'il y a une autre urgence", insiste-t-elle, appelant à saisir l'opportunité de la relance pour accélérer la transition écologique.

"Nous ne pouvons retourner aux anciennes habitudes (...) et les gros émetteurs, en particulier les pays du G20, doivent montrer la voie".


La justice britannique refuse le retour d'une jeune femme qui avait rejoint l'EI

Dans cette photo prise le 22 février 2015, Renu, la sœur aînée de la fille britannique disparue Shamima Begum, tient une photo de sa sœur alors qu'elle est interviewée par les médias dans le centre de Londres (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon ce jugement, tant que Shamima Begum sera considérée comme représentant un danger, elle ne pourra rentrer au Royaume-Uni contester la déchéance de nationalité
  • La décision de la Cour suprême a été dénoncée par les associations de défense des droits humains

LONDRES: La Cour suprême britannique a refusé vendredi le retour au Royaume-Uni de Shamima Begum, une jeune femme de 21 ans qui a rejoint le groupe jihadiste Etat islamique en Syrie, pour pouvoir contester sa déchéance de nationalité.

A l'unanimité, la haute juridiction a ainsi infirmé une décision rendue mi-juillet dans cette affaire, emblématique au Royaume-Uni de la délicate question du traitement de ses ressortissants détenus dans des camps pour jihadistes.

Selon ce jugement, tant que Shamima Begum sera considérée comme représentant un danger, elle ne pourra rentrer au Royaume-Uni contester la déchéance de nationalité. "Ce n'est pas une solution parfaite car on ne sait pas combien de temps il faudra pour que ce soit possible, mais il n'y a pas de solution parfaite", a reconnu le président de la Cour Robert Reed.

Selon le magistrat, aucun élément n'a été apporté de la part du parquet ou de la police pour déterminer s'il est "possible ou approprié de s'assurer que Mme Begum soit arrêtée à son retour et inculpée". "On ne sait pas davantage si, en cas d'arrestation et d'inculpation, si elle resterait détenue, cela relève des tribunaux", a-t-il ajouté.

Alors âgée de 15 ans, Shamima Begum, a quitté en 2015 avec deux amies le Royaume-Uni, où elle est née et a grandi, pour la Syrie. Sur place, elle a épousé un jihadiste de l'EI d'origine néerlandaise, de huit ans son aîné.

Aujourd'hui détenue par les forces démocratiques syriennes dans le camp de Roj, elle veut revenir au Royaume-Uni pour demander à récupérer sa nationalité britannique, dont elle a été déchue en 2019, les autorités invoquant la défense de la sécurité nationale, dans un pays marqué par une série d'attentats en 2017 revendiqués par l'EI.

Dans les colonnes du Times, la jeune femme avait affirmé ne rien regretter, assurant avoir mené une vie "normale" à Rakka, ex-bastion de l'EI en Syrie, et ne pas avoir été "du tout troublée" par la vision d'une tête coupée dans une poubelle.

"Dangereux précédent" 

Londres avait invoqué la possibilité pour la jeune femme de demander la nationalité du pays d'origine de ses parents, le Bangladesh. Mais Dacca avait rétorqué qu'elle n'avait jamais demandé la nationalité et a refusé de l'accueillir.

Engagée dans une complexe bataille judiciaire, Shamima Begum avait remporté mi-juillet dernier une victoire d'étape: la cour d'appel de Londres avait estimé que revenir au Royaume-Uni constituait pour elle la seule "manière juste et équitable" de contester sa déchéance de nationalité.

Mais "le droit à un procès équitable ne l'emporte pas sur toutes les autres considérations, telles que la sécurité du public", a estimé vendredi la Cour suprême.

La décision de la Cour suprême a été dénoncée par les associations de défense des droits humains.

Selon Liberty, elle crée crée un "dangereux précédent": "Le droit à un procès équitable protège chacun d'entre nous".

"On ne sert pas la sécurité nationale en sacrifiant les droits humains", a réagi Human Rights Watch.

Pour Maya Foa, directrice de l'ONG Reprieve, le Royaume-Uni devrait rapatrier les familles britanniques pour que les enfants puissent "bénéficier de la prise en charge dont ils ont besoin et que les adultes soient poursuivis quand il y a des charges".

Après avoir fui les combats dans l'est du pays, Shamima Begum s'était retrouvée en février 2019 dans un camp de réfugiés syriens où elle a accouché d'un bébé, décédé quelques semaines après sa naissance. Ses deux premiers enfants, nés lorsqu'elle se trouvait en Syrie, sont morts eux aussi.

Dans une lettre aux ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères, quatre députés conservateurs (majorité) ont estimé que le Royaume-Uni ne devait pas se "laver les mains" du sort des 40 Britanniques détenus dans des camps pour jihadistes, selon le Daily Telegraph.

Dans le quotidien conservateur, l'un des signataires, Andrew Mitchell, estime que "s'ils sont jugés à risque, il y a toutes les raisons qu'ils reviennent au Royaume-Uni où ils pourront être traités par le système pénal britannique".